Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Cas@d€i - Page 7

  • La petite lumière

    Traduit de l'italien. Dès la première phrase, prémonitoire, tout est dit : "Je suis venu ici pour disparaitre, dans ce hameau isolé et désert dont je suis le seul habitant."

    Dès lors le narrateur va nous plonger dans un univers onirique, où il est beaucoup question de feuillage, d'arbres, d'hirondelles, de chauve-souris et même d'extra-terrestres.

    Et le sois, de sa maison, il apercçoit sur l'autre versant de la vallée une petite lumière qui brille toute la nuit plus ou moins intensément. 

    notre héros va partir à la recherche de cette lumière et découvrir un petit garçon, en culotte courte, qui vit seul, va à l'école du soir...très bien élevé, bien organisé ...

    Très énigmatique.

    On se laisse porter par cette histoire délicate, très bien menée, très attachante, luxuriante, angoissante aussi.

     

  • Les pierres sauvages

    Les pierres sauvages est le titre de l'ouvrage écrit par Fernand Pouillon (1912-1986) lorsqu'il était en prison, accusé de malversations financières de ses partenaires dans l'exercice de son métier d'urbaniste et architecte, il sera amnistié par Pompidou un peu plus tard et recevra la légion d'honneur de Mitterand. Quoi qu'il en soit il a été un grand architecte, précurseur du développement durable, il préférait la pierre au béton.

    Avec Les pierres sauvages, qui est sans doute un auto portrait, Fernand Pouillon relate sous la forme du journal imaginaire du moine Guillaume Batz, les péripéties de la maitrise d'oeuvre de la construction de l'Abbaye du Thoronet dans le Var, une des trois merveilles de l'art cistercien en Provence avec Sénanque et Silvacane.

    C'est merveilleux! Quoi de plus beau que ce construire une abbaye au XII siècle. Il faut tout faire : extraire les pierres, les tailler, les affecter en fonction de leur qualité à tel ou tel usage, construire les outils, acheminer les autres matériaux, les vivres, diriger la communauté des moines et des convers, faire les plans, convaincre l'Abbé de l'Abbaye de Florielle, l'abbaye mère, de ses choix, arbitrer les conflits entre les personnes, faire face aux accidents du travail, parfois mortels, à sa propre santé, ne pas se décourager.

    Un livre magnifique qui ne laisse rien paraitre des convictions religieuses ou philosophiques de Fernand Pouillon.

     

  • Lettre à D.

    Les anciens comme moi se souviennent avoir lu Michel Bosquet Journaliste au Nouvel Observateur, pseudonyme d'André Gorz, un esprit toujours aiguisé, précurseur sur l'analyse de la société, du travail, sur la technique, sur l'écologie. Je n'ai jamais lu le philosophe André Gorz, disciple à ses débuts de Marx et de Sartre et qui introduira à la fin de sa vie des cohortes de lecteurs à la philosophie d'Ivan Illich.

    Sa lettre à sa femme Dorine ou Doreen est un petit texte publié un avant leur suicide conjoint en 2007, petit texte mais chef d'oeuvre, une grande lettre d'amour dans laquelle il s'interroge sur le fait que sa femme ait été aussi peu présente dans ses écrits malgré 58 ans de vie commune. Et pourtant Doreen l'a porté tout au long de sa vie tant il était peu sûr de lui, inquiet, pessimiste...

    Avec cette lettre il lui redit son amour comme axu premiers jours lorsqu'il décida sans en être certain qu'il valait le coup de vivre avec elle en s'engageant pour toujours puisqu'elle ne concevait pas qu'il puisse en être autrement! Elle avait raison.

  • La plus secrète mémoire des hommes

    C'est le prix Goncourt! Mais j'avais décidé de le lire dès que j'ai vu et écouté Mohamed Mbougar Sarr dans l'émission La Grande Librairie. Et ce soir là je l'ai trouvé éblouissant et son livre ne déçoit pas.

    L'histoire est assez simple : un jeune écrivain en devenir sénégalais, Diegane Faye, part à la recherche d'une de ces prédécesseur, Elimane,  qui en 1938 a publié en France un livre unique, introuvable aujourd'hui, Le Labyrinthe de l'Inhumain. La critique de l'époque est allée jusqu'à  le qualifier de Rimbaud africain. Mais si le livre est introuvable, son auteur l'est aussi, il a disparu sans laisser d'adresse, est-il mort, exilé, retourné dans l'anonymat en Afrique?

    Diégane part à sa recherche, une recherche qui va le mener à Paris bien entendu, mais aussi à Amsterdam, en Amérique latine.

    On voyage donc, de témoin en témoin qui racontent ce qu'ils savent, ce qu'ils ont appris, ils racontent aussi la shoah, le colonialisme, la culture sénégalaise, la magie, la difficulté d'écrire, l'amour, le désir, la drogue, le recours au plagiat. 

    Parfois on s'y perd un peu, l'écriture est très maitrisée, il faut parfois chercher les mots dans le dictionnaire.

    Tout écrivain est finalement en quête d'immortalité mais  à la fin "faut il écrire ou ne pas écrire?"

  • Joseph en Egypte

    Ce tableau de Guido Reni (1575 - 1642) pour illustrer les deux ouvrages de Thomas Mann qui font suite aux Histoires de Jacob :  Le jeune Joseph et Joseph en Egypte. Ou comment le jeune Joseph, jalousé pour sa beauté et son intelligence par ses frères est jeté par eux au fond d'un puit, recueilli par des caravaniers qui font du commerce avec l'Égypte, vendu à l'Eunuque du Pharaon, Potiphar. Dans cet environnement a priori hostile pour un étranger, Joseph parvient à gravir tous les échelons du pouvoir au point de devenir l'intendant de Potiphar et de susciter l'envie irrésistible de sa femme, folle de désir amoureux, désir auquel il parviendra à résister, ce qui ne l'empêchera pas d'être accusé de viol et d'être de nouveau jeté en prison.

    Thomas Mann est vraiment un romancier remarquable, il parvient à créer un univers fascinant décrire, tous les sentiments humains, l'amitié, l'amour, le respect, l'envie, la jalousie. De très belles pages en attendant l'épilogue que sera Joseph, le nourricier.

    Ecrit sur une période de 20 ans à partir de 1924, cette tétralogie est tout simplement magnifique, elle montre aussi comment un étranger, un juif en l'espèce, est capable de s'intégrer dans la société égyptienne, la plus développée de l'époque, tout comparaison avec l'Allemagne des années trente n'étant pas tout à fait fortuite.

  • Octobre rose

    Octobre rose gersois. la ville de Lectoure et ses clubs sportifs proposaient une balade pour octobre rose.

    Partis de la mairie après vérification des pass sanitaires, elle a a menés les participants vêtus d'un tee shirt rose ou arborant un foulard rose sur un bon rythme sur les remparts de Lectoure, le bastion du château d'Armagnac, le Carmel, le Lycée Maréchal Lannes, La Bambouseraie, la mouline de Belin, la côte du cimetière, la croix rouge et le retour à la mairie. Aux termes des quelques 10 km, un accueil sympathique,  boisson et petite restauration attendait les sportives et les sportifs avec un groupe de danseuses sevillanes.

    Un excellent après-midi par un temps très ensoleillé. En parallèle une randonnée cycliste parcourait les nombreux dénivelés qu'offre la cité gersoise.

  • L'infini dans un roseau

    Irène Vallejo a 42 ans, elle est espagnole, elle a étudié la philologie classique, est diplômée des universités de Saragosse et de Florence et, avec L'infini dans un roseau, elle a écrit un chef d'oeuvre d'érudition sur l'histoire du livre et de la lecture. Ce pourrait être ennuyeux, truffé de notes de bas de page, bref scientifique mais au contraire cela se lit comme un récit, un conte et le lecteur va d'émerveillements en émerveillements. 

    Il est long le chemin qui mène des premières tablettes d'argile aux livre électronique d'aujourd'hui, en passant par le papyrus, le parchemin, les rouleaux, les incunables. Avant les inscriptions sur la pierre, comme encore aujourd'hui sur les tombes, les arbres, pour les amoureux, les histoires étaient transmises oralement, l'écriture, le livre, ont permis de les fixer, mais combien d'histoires perdues, transformées au fil du temps.

    Le livre a t'il encore un avenir? Très certainement, il a survécu à toutes les révolutions technologiques, à toutes les tentatives d'autodafés, 

    Le livre a permis de doper l'espérance de vie des idées, des histoires, il n'est pas prêt de s'éteindre.

  • Salammbô

    La véritable héroïne de ce Roman c'est Carthage. Flaubert était fascinée par l'antiquité, il n'aimait pas son époque, il a fait plusieurs voyages en Orient et les voyages au XIX siècle ne se faisaient par avec Ryanair! C'était une véritable aventure! Dont il est revenu malade de la Syphilis avec une chrétienne ou une musulmane la même nuit, il ne sait pas. mais il a aussi étudié pour écrire ce roman, les paysages, les odeurs, les ruines, la mer, le désert et lu tout ou presque ce qui a été écrit sur les guerres puniques

    L'histoire raconte donc un épisode des guerres puniques, la tentative par Rome de la  prise de Carthage qui fait appel à des mercenaires de toutes nationalités, il y  a des arabes, des gaulois... qui permettent de la sauver mais qui réclament leur dû, dû que Carthage dont les finances sont au plus mal refuse de payer d'où le retournement des  mercenaires qui assiègent de nouveau Carthage, retournant leur alliance. Et il y a Salaambo, princesse de Carthage , la fille du général carthaginois Hamilcar, également prêtresse de Tanit la Déesse de la Lune qui se fait voler le voile sacré de la Déesse par le chef des mercenaires tombé éperdument amoureux de la princesse. Elle va devoir aller le chercher pour sauver Carthage sur l'insistance des prêtres au prix de sa réputation.

    S'en suit un déchaînement de violences, de combats corps à corps, de famines, de trahison, de vengeances, d'exécutions, de tortures que Flaubert décrit avec forces minuties.

    On s'y croit, cela devrait dissuader de porter la guerre, d'écouter la vois des dieux mais on sait depuis que non, cela ne sert pas, la littérature est impuissante devant la folie des hommes.

    Salaambô était dans ma bibiothèque depuis un moment et j'ai fini par le lire , sans regret, c'est magnifiquement écrit et on comprend bien le souci qu'avait Flaubert de la recherche du style, du mot exact, c'est prodigieux de véracité.

  • La panthère des neiges

    Deux ans que j'attendais sortie en poche! et aucune déception. Le livre est magnifique : éloge de la patience, de l'affût, de la vie, des bêtes. Sylvain Tesson nous remet à notre place au sein de la biodiversité. L'homme aura été depuis le néolithique, le plus fort au point d'éliminer progressivement tous les êtres vivants, au point qu'un jour il se supprimera lui-même. En attendant on peut encore vivre de belles aventures et sans aller dans le Tibet profond à 5000 m d'altitude par moins 25 degrés prendre le temps de se poser, de regarder autour de soi d'attendre et voir ce qui se passe et un jour, un moment, le merveilleux se produit.

  • Les histoires de jacob

    Premier tome sur quatre de Joseph et ses frères de Thomas Mann. Une oeuvre recommandée récemment par Edger Morin lors de sa dernière émission à La Grande Librairie.

    La première publication date de 1933 en allemand et de 1935 en Français. Pas facile à trouver en librairie.

    Le début des histoires de Jacob est assez déroutant, hermétique et un peu difficile mais il faut s'accrocher. Ensuite ce ce n'est que du bonheur et on se laisse prendre par le récit. Le récit reprend ce que la bible nous raconte, la colère d'Esaü dépouillé de son droit d'ainesse par son frère jumeau Jacob auprès de son père Isaac, pas la ruse sur l'instigation de leur mère Rebecca, la fuite de Jacob menacé de mort auprès de son oncle Laban, sa servitude auprès de lui, son mariage avec Rachel auquel est substituée la nuit de noces Léa sa soeur ainée, la longue stérilité de Rachel, et in fine son retour avec toute sa famille, Léa, Rachel, ses deux concubines, ses enfants, Joseph, le fils ainé de Rachel, la naissance de Benjamin et la mort qui s'ensuit de Rachel

    On peut trouver que Jacob est assez immoral, rusé, agile, mais immoral. En effet pour obtenir la bénédiction de son père Isaac en tant qu'ainé il se fait passer pour Esaü abusant de la cécité de son père en se recouvrant d'une peau de bête. Pourquoi? Esaü a déjà montré son peu de responsabilité en vendant son droit d'ainesse pour un plat de lentilles. Jacob en rusant va se substituer à Esaü pour l'exercice de ce droit d'ainesse, C'est donc au profit d'autrui qu'il utilise la ruse et non à son propre profit, il a le souci des autres. et Isaac, le fils d'Abraham ratifiera ce choix.

    Mais Jacob sera mis à rude épreuve, s'il a dupé Isaac, pour obtenir sa bénédiction, il sera dupé par Laban son beau-père qui va en outre l'exploiter pendant une bonne vingtaine d'années, heureusement, il est sous la protection de Dieu qui lui a promis après cet exil de la faire revenir sur sa terre après avoir donné naissance aux douze tribus d'Israël. Il s'en sort bien renforcé par les épreuves.