Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Musique

  • Haydn - concerto pour violoncelle

    Jeudi dernier à l'auditorium découverte d'un très grand violoncelliste, Jean Guilhen Queyras à l'oeuvre sans partition, dans le concerto pour violoncelle numéro 1 de Haydn avec l'Orchestre National de Bordeaux Aquitaine, sous la direction du chef invité Bernard Labadie. Deux québécois de grand talent.

    Un concert bien agréable avec aussi les Hébrides de Mendelsohn et la symphonie numéro 39 de Mozart dirigée sans partition par Labadie.

    Labadie dirige assis mais fait preuve d'une vivacité étonnante et d'une précision remarquable des mais et des doigts, il vit littéralement sa musique. Quant à Queyras, il se révèle un très grand virtuose, au regard malicieux, il parait même qu'il fait des farces au chef en toute amitié bien sûr. 

  • Looking for Beethoven

    On avait été ravis il y a quelques années du spectacle de Pascal Amoyel consacré à Cziffra à l'auditorium de la Chaise-Dieu.

    On a été emballé pas celui-ci, vu dans la petite salle du théâtre du Bidochon à Barbaste, dans le cadre du Festival d'Albret, en Lot et Garonne.

    Pascal Amoyel est un merveilleux pianiste doublé d'un merveilleux conteur. Seul en scène, il nous conte la vie de Beethoven et habite réellement le personnage au point qu'il n'est plus un conteur mais un acteur qui s'identifie totalement avec son personnage.

    Beethoven, musicien de la joie malgré une vie personnelle marquée pa rles maladies,  l'excès d'alcools, les déceptions amoureuses, l'incompréhension d'une partie de ses contemporains mais toujours vivant et désireux de donner le meilleur de lui même pour la musique.

    Un spectacle émouvant dont on sort joyeux.

  • Musique en chemin

    Pas de festival de La Chaise-Dieu cette année! Mais dans le Gers, notre nouveau chez nous, à La Collégiale Saint Pierre de La Romieu, sur le chemin de Saint Jacques, Musique en chemin, le petit festival annuel organisé par l'ensemble 'La Main Harmonique, a proposé deux soirées les 24 et 25 juillet.

    La première dans la chapelle de la collégiale a permis d'entendre la choeur de la Main Harmonqie dans des madrigaux de la renaissance italienne sur le thème de l'amour et de la mort.

    La seconde dans les allées du cloître était consacrée au piano, trois concerts, le premier d'Alice Ader intitulé sur le ciel de la péninsule ibérique avec des oeuvres de Frédéric Mompou, Domenico Scarlatti et Isaac Albeniz, le second avec Alexandros Markeas, virtuose de l'improvisation libre, inspirée de Duke Ellington, Billie Holliday, et John Coltrane, le troisième avec François Dumont, aux sources du romantisme, avec deux sonates de Beethoven et quatre ballades de Chopin.

    Une excellente soirée, dans des conditions sanitaires excellentes, masque, gel, un siège sur deux, entrée et sortie en bon ordre...

    La démonstration que les petits formats s'en sortent mieux dans les circonstances actuelles que les grosses machines, agilité, souplesse, adaptation, sont les clefs de la réussite.

  • Manu Dibango

    Merci, Merci, Merci! Nous avions eu le bonheur de le voir à Jazz in Marciac l'été dernier.

  • Meditation

    Hier, j'ai passé mon après-midi allongé sur mon canapé et sans me livrer à proprement dit à la méditation j'ai éprouvée le plaisir de me laisser  aller à une sorte de...

    J'ai commencé par achever le livre de Christian Bobin : Un bruit de balançoire. J'ai découvert, j'en avais entendu parler mais jamais lu, Christian Bobin à l'émission de Busnel La Grande Librairie et  je suis tombé peu après à la gare de Bordeaux sur Un bruit de Balançoire. Il y fait entre autres l'éloge de Ryokan, un moine ermite japonais mais aussi de Jean Grosjean, un grand poète français, prêtre, puis marié à 38 ans, auteur de livres mystiques, membre du comité de lecture de Gallimard, il a connu Claude en prison de même que Malraux, pendant la guerre, éditeur de la bible, de texte fondateurs des grandes civilisations, avec Le Clezio. Il est notamment l'auteur du Messie, d'Elégies et de Nathanael.

    Dans le même temps, j'ai écouté sur France Musique Portrait de famille, consacré à Jean Rodolphe Kars, un pianiste, né en 1947, très brillant, issu d'un milieu modeste, de famille juive exilée en Inde, revenue à Paris dans le quartier d'Alesia, dans un petit appartement où le piano côtoyait la baignoire. Premier au concours de piano de musique contemporaine de Royan et puis, et puis la conversion au catholicisme, puis la prêtrise, l'abandon des concerts pour Paray le Monial où il est sans doute encore aujourd'hui.

    J'écoute en ce moment sur you tube son interprétation de vingt regards sur l'enfant jésus de Messian Kars Messian

    Et ce matin, les miracles existent, toujours sur France Musique dans Musique Emoi d'Elsa Boublil, Christian Bobin était invité pour présenter son dernier ouvrage consacré à Pierre Soulages qu'il a rencontré chez lui à Sète : Pierre

    Un très bon WE pluvieux!

  • La porte qui fait parler les casadéens

    Très bel été, très beau retour des tapisseries, belle dans macabre, festival de musique très réussi, espérons le bénéficiaire, très beau temps... et même des cèpes, des myrtilles

    Les casadéens reconnaissent que cet été aura été une réussite mais ce qui les fait parler sans trop les solliciter c'est la porte qui a été installée entre le cloître et la place de l'écho.Depuis la révolution les habitants du village pouvaient emprunter le grand escalier qui monte au cloitre place de la fontaine, traverser le cloitre et se retrouver place de l'écho.

    Aujourd'hui ce trajet fait partie du parcours de visite, ce qui signifie que pour accéder au cloitre, il faut s'acquitter d'un droit d'entrée. D'où la mauvaise humeur des casadeens...

    La solution, il existe un pass nominatif à dix euros qui permet d'accéder toute l'année autant de fois que l'on veut au fameux parcours...

    Alors oui, j'ai joué gamin, il y a bientôt soixante ans dans le cloitre, au foot, au jokari à la pétanque, est ce que c'était mieux ou faut il se réjouir de la réhabilitation des lieux, de leur embellissement. Non ce n'était pas mieux avant(

    Esprits chagrins circulez...avec votre pass.

  • La Chaise-Dieu : le nouveau parcours de visite

    Pas une année depuis que nous l'avons quittée sans revenir l'été à La Chaise-Dieu à l'occasion du Festival de Musique. L'occasion de rencontrer nos vieux amis et d'écouter de la bonne musique.

    Et cette année, cerise sur le gâteau, le plaisir attendu depuis plusieurs années, de découvrir les tapisseries flamandes restaurées exposées dans leur nouvel écrin depuis le 13 juillet.

    Le parcours proposé par le Site de la Chaise-Dieu est remarquable sous la conduite d'un guide passionné, Xavier, qui réussit à décrire l'histoire de l'abbaye, son essor, son déclin, l'oeuvre unique que constituent les tapisseries et celle tout aussi originale de la Danse macabre, reproduite en fac similé dans la Salle Gaussin en amont de la Salle de l'écho.

    Les 14 tapisseries sont superbes, les couleurs chatoyantes, on les voit enfin à hauteur d'homme ou de femme, de près, bien éclairées.

    Nous avons fait deux fois la visite, une fois avec Xavier, un fois avec l'audioguide. J'espérais que l'audio-guide donnerait davantage d'explications, tapisserie par tapisserie, des sujets traités, en particulier ceux de l'ancien testament. Les tapisseries évoquent en effet la vie de Jésus de l'Annonciation au jugement dernier, ses épisodes sont sans doute encore assez connus du grand public, mais chaque scène du nouveau testament est le plus souvent encadrée par deux scènes de l'ancien testament qui annoncent celle du nouveau et qui elles sont plus méconnues, en tous cas de moi et il serait donc utile que le visiteur puisse à partir de l'audioguide accéder à un sous-menu qui lui explique l'histoire de Jonas ou la guérison de Naaman, le lépreux.

    Quoi qu'il en soit le parcours est remarquable et le prix modique. Lors de notre passage la barre des 15000 visiteurs avait été atteinte en à peine un peu plus d'un mois à comparer aux 60000 visiteurs annuels des années soixante, Monsieur et Madame Pépin, les guides de l'époque, doivent s'en féliciter là où ils sont!

    Le fac similé de la Danse macabre était-il nécessaire? Oui si un jour la Danse macabre n'est plus accessible pour des raisons de préservation de l'oeuvre, où si elle se détériore, non si ce n'est pas le cas. Le fac similé n'est pas une copie, la taille est à 90 % de la taille réelle, il est sur deux murs en angle alors que l'original se situe sur un seul mur, l'emplacement des piliers n'est pas mentionné... mais c'est tout de même très fidèle.

    Bref, ce parcours est une réelle réussite, il est ouvert cette année jusqu'au 11 novembre. Beaucoup de compléments restent à apporter : des versions de l'audioguide en langues étrangères, des ouvrages, dédiés aux tapisseries notamment et peut être une expérience du visiteur puisque c'est le terme consacrée plus sereine, ballotté qu'il est entre les personnels de sécurité, les agents du site et les bénévoles du Festival de musique qui contrôlent les accès.

    Puissent les travaux se poursuivre, place de l'écho, place Lafayette, extension de l'auditorium, façade de l'abbatiale, rue de l'aumône...

  • Nuits musicales en Armagnac

    Plusieurs lieux et de nombreux concerts pour cette manifestation qui en est tout de même à sa 51éme édition! Lectoure, Eauze, Condom, fleurance, Flaran, Terraube et Lavardens. Difficile d'honorer chaque concert).

    Nous sommes allés à Condom dans le cloître de la cathédrale écouter François Salque au violon et Xenia Maliarevitch au piano avec au programme l'élégie de Fauré, trois romances de Schumann, deux sonates de Chopin et  Debussy et une rhapsodie hongroise de Popper. Très bon concert, avec des musiciens engagés dans un cloitre dont on peut regretter l'inconfort notoire des sièges baquets sans dossier!

    La soirée cabaret Hommage à Michel Legrand dans la Cour des marronniers de Lectoure (photo) était vraiment très agréable. Michel Legrand avait donné un concert en ce même lieu le 11 aout 2016. Etienne Manchon, 24 ans seulement mais étoile montante du jazz avait préparé avec sa formation élargie (claviers, saxophone, batterie, contrebasse , mais aussi deux violons et violoncelle) un patchwork d'oeuvres connues et moins connues. Excellente soirée en plein air par un très beau temps.

    En l'église de Terraube, petite déception avec la Danse Sacrée de Bach, la cantate BWV 82 "Ich habe genug", interprétée  par Jean-Michel Feix à l'accordéon, cet orgue de poche, Estelle Besingrand au violoncelle, , Christelle Gouffé, Mezzo soprano, et Faustine Gardeil Danse. La danse peut-elle être un art sacré?, l'exercice n'a pas été convaincant.

    D'agréables moment que nous avons complétés par un joli concert en la collégiale de La Romieu par un groupe espagnol, l'Apothéose, qui a interprété des oeuvres de Haendel dans le cadre du Festival Musique en chemin.

  • Manon

    Elle est Manon à l'opéra de Bordeaux. Amina Edris, née en Egypte, formée en Nouvelle Zélande  et à l'opéra de San Francisco. C'est elle qui interprétait le rôle de Manon Lescaut hier soir, au pied levé, doublure de luxe de Nadine Sierra empêchée. Elle a été formidable dans ce rôle de fille perdue mais forte imaginée au début du XVIII siècle par l'abbé Prevost. Une fille destinée à la prostitution qui tombe amoureuse d'un jeune noble, Des Grieux, originaire d'Amiens, qui veut la sortir de cette misère, l'épouser, mais elle le trahit pour une richesse encore plus grande sans parvenir jamais à l'oublier vraiment...les épisodes se succèdent, moins détaillés que dans le roman original. Un roman qui fit scandale, fut condamné à être brulé, puis finalement publié en 1753 et transposé en opéra par Jules Massenet en 1856.

    Hier soir c'était une mise en scène d'Olivier Py et l'orchestre national de Bordeaux aquitaine sous la direction de Marc Minkowsky. Du bel ouvrage.

    L'action est transposée dans un décor contemporain d'hôtels de passe avec des néons aguicheurs, des filles de joie, des tables de jeux... un peu trop de déshabillés peut-être et d'attitudes langoureuses. Suggérer c'est bien insister pas nécessaire.

    On ne comprend pas trop bien la mort de Manon à la fin mais on est tout de même sous le charme d'une musique et d'une interprétation parfaite au service de l'amour tant de Amina Edris que de Benjamin Bernheim dans le rôle de Des Grieux.

    On rappelle ici à Bordeaux tout particulièrement la critique de Montesquieu : je ne suis pas étonné que ce roman dont le héros est un fripon et l'héroïne une catin qui est menée à la Salpétrière, plaise, parce que toutes les actions du héros ont pour motif l'amour, qui est toujours un sentiment noble, quoique la conduite soit basse...

  • localisme

    Hier soir, sortie à l'opéra de Bordeaux pour La Périchole d'Offenbach sous la direction de Marc Minkowski, directeur général de l'Opéra de Bordeaux depuis 2015,  avec Les musiciens du Louvre, un ensemble qu'il a créé en 1982.

    Polémique, à l'entrée du Grand théâtre, les musiciens de l'orchestre de bordeaux, en tenue et avec leurs instruments, distribuent des tracts se plaignant de la présence des Musiciens du Louvre et d'être insuffisamment occupés. 

    A l'arrivée de Marc Minkowski dans la fosse, les huées fusent, les bordelais veulent leur musiciens! Les slogans que l'on nous ressassent : manger local, acheter local, ...s'étendent à la culture, pas de place pour des musiciens venus d'une autre région?, pas d'échanges culturels? Quelle époque?!

    A la fin du spectacle, chanteurs et musiciens sont acclamés par le public. La mise en scène, en rouge et noir, avec des marionnettes, assez sobre au regard de ce que l'on voit ces temps-ci est efficace et l'orchestre a été parfait. il faut bien cela pour oublier la faiblesse du livret surtout l'époque de me too.

    Versatilité du public donc mais tout de même un signe d'intolérance qui gagne jusque parmi les seniors qui composent majoritairement le public des soirées d'opéra.