Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Livre

  • Lisière

    voici un bel ouvrage de Kapka Kabassova, une actrice comme on dit maintenant, bref une auteure bulgare aujourd'hui âgée de 47 ans qui émigra à la fin de son adolescence en Nouvelle-Zélande où elle étudia la français à l'université et qui vit lorsqu'elle ne voyage pas en Ecosse.

    Avec ce récit elle revient en Bulgarie, dans le sud aux confins de la Grèce et de la Turquie. Et c'est l'occasion d'une suite de récits qui mêlent histoire, mythologie, légendes, philosophie, géographie.

    Cette région méconnue aux frontières qui ont été déplacées maintes fois a vu passer des milliers de pauvres gens, réfugiés, fugitifs, militaires, garde-frontières, passeurs. Les populations ont été islamisées, christianisés, ont été obligées de changer de nom, de nationalité, ont dénoncé, été dénoncées, assassinées par les pouvoirs en place, les voisins, les mafias, les chercheurs de trésor. Les rappels historiques sont illustrées des témoignages des héros anonymes rencontrées par l'auteure, des personnes attachantes, d'une grande simplicité si ce n'est toujours dune grande moralité.

    La forêt, profonde, garde trace des thraces, ses premiers occupants, les rivières sont vivantes, les sources magiques mais tout cela sera bientôt du passé car les progrès est là qui arrive...

    Et pour ne rien gâcher, l'écriture est belle.

  • Guerre et paix

    Ce n'est pas une relecture mais un découverte. J'ai mis longtemps à m'y mettre et si vous êtes comme moi allez y, surtout en cette période de confinement. Les éditions Points ont retenu une version courte, Tolstoi a publié ce roman d'abord en feuilleton puis en plusieurs éditions toutes différentes. Cette version, ramassée, met l'accent sur les aspects romanesques au détriment de passages philosophiques prétendument trop longs.

    Peu importe, c'est une oeuvre brillante et attachante que l'on abandonne une fois lue avec regrets tant les personnages au fil des pages nous sont devenus familiers.

    Il y a bien sûr l'aspect historique, les conquêtes de Napoléon en Europe, Austerlitz, Borodino, la prise de Moscou, son incendie et la débâcle des français. L'opposition entre deux empereurs. L'un issu de la révolution française, Alexandre porté par une aristocratie rétrograde, autant que brillante.

    Il y a les batailles, sabre au clair, les stratégies militaires, dont Tolstoi nous explique qu'elle ne sont qu'apparentes, bricolées par les circonstances, l'essentiel étant de faire peur à l'adversaire pour qu'il fuit... les mesquineries entre les généraux, des deux côtés, la recherche de la gloire, des places, des honneurs, la misère des blessés...

    Il y a les salons de l'aristocratie russe à Petersbourg, on y parle français, on y est bienveillant chez les Rostov, fiers chez les Bolkonski,il y a les mariages à arranger, les dots à saisir pour les nobles désargentés, les planques dans les Etats-majors pour les fils de bonne famille, les vrais héros romantiques comme le prince Andrei, les bandits comme Dolokhov, les illuminés comme Pierre Bezooukhov, héritier richissime qui ne parvient à rien faire de sa vie, même si c'est une pure intelligence, les francs maçons, les grenouilles de bénitiers, les serfs oppressés par leur maîtres tout puissant.

    Il y a du fatalisme chez Tolstoi, l'homme est le jouet du destin et n'a guerre de prise sur lui. on vit, on meurt, on flirte, on se bat, on trahit, on pardonne...mais on ne fait pas l'histoire.

    Et il y a de la poésie : 

    "Comme les nuages glissent paisiblement, pendant que nous sommes là, à courir, lutter et crier. Pourquoi n'avais-je encore jamais remarqué la profondeur du ciel ? Comme je suis heureux d'avoir découvert cela. La guerre, la gloire, toutes ces choses auxquelles j'aspirais tant n'ont plus aucun sens. Tout est vanité, tout est tromperie, hormis l'immensité du ciel." Le Prince Andrei blessé sur le champ de bataille à Austerlitz. 

  • Port-Soudan

    Très beau Livre! Dans ce récit, Olivier Rolin qui s'est retiré depuis quelques années à Port-Soudan, loin de l'agitation parisienne, où il y survit de petits trafics, apprend la mort d'un de ses amis de jeunesse, à Paris.

    Il décide d'aller à Paris. et il enquête sur les dernières années de son ami. Auprès de sa femme de ménage, des voisins, il arpente le jardin du Luxembourg, il se rend à l'hôpital psychiatrique ou a séjourné son camarade, il évoque leurs années de révolutionnaires, sa dernière compagne, très jeune, habillée de blanc et de noir, qui a quitté son ami brutalement. La séparation, c'est pire que la mort, une espèce de trahison.

    C'est très beau, très bien écrit. 

  • Souvenirs dormants

    Hier je prends le train à Bordeaux pour me rendre à Paris et retour et je m'aperçois que j'ai oublié ma tablette où je lis en ce moment The narrow corridor un ouvrage de deux américains sur la démocratie à travers les âges et les pays. Heureusement, il existe encore quelques bons livres dans les librairies des gares. J'ai donc lu dans la journée Souvenirs dormants.

    Modiano a créé un genre, les souvenirs éparpillés qu'il recolle en général dans le Paris d'après-guerre. On a le sentiment qu'il y a une intrigue mais on ne saisit pas vraiment ses ressorts et à la fin on a le sentiment de n'avoir rien compris. Ce n'est pas grave, la lecture était agréable car à mon âge c'est un peu comme lire Je me souviens de Perec, on retrouve des réminiscence de ses propres souvenirs. J'ai fait de fait un excellent voyage. Je recommande vivement.

  • Vivre dans le feu

    C'est grâce à Christian Bobin que j'ai découvert Marina Tsvetaeva. Il l'évoque en deux pages dans son petit livre "Un bruit de balançoire".

    Regardez bien ce visage. C'est celui d'une martyre.

    Marina Tsvetaeva est une poète russe née en 1892 et décédé en 1941. Sa vie est une descente aux enfers. Son père a été le créateur du Musée des beaux arts de Moscou, sa mère une grande musicienne. Elle se marie très jeune et aura trois enfants. La révolution de 1917 la touche de plein fouet. Son jeune mari Serguei s'engage dans l'armée blanche, elle reste éloignée de la politique, trop indépendante d'esprit, pour elle, seule sa vie intérieure, son âme, importe et la protection de son mari et de ses enfants. La faim les menace, elle tue : sa fille cadette meurt de faim dans un orphelinat, elle s'exile en Tchécoslovaquie puis à Paris, survit en faisant des traductions en vers rimés mais elle échoue à s'intégrer dans l'émigration russe et dans les cercles littéraires de Paris.

    Serguei peu à peu se rapproche des valeurs soviétiques au point dans les années trente d'intégrer les services secrets soviétiques pour espionner l'émigration. Marina n'en sait rien toute concentrée qu'elle est à écrire -, traduire, élever ses deux enfants, pourvoir aux besoins du ménage (corvée de charbon, ménage, cousin , couture...) pour lequel Sergueii, tuberculeux, apporte peu de ressources et d'aide.

    Elle est sujette à des engouements successifs, la plupart du temps platoniques, envers des hommes et des femmes sur lesquels elle fait une fixation amoureuse, le plus souvent sans retour et va donc de déception en déception.

    Et puis son mari est impliqué dans l'organisation de l'assassinat d'un transfuge vers l'ouest d'un soviétique et est exfiltré en Russie par le NKVD. Sa fille, Alia,  puis Marina et son fils Nour sont eux aussi exfiltrés en 1939 à Moscou et là Beria fait arrêter sa fille puis son mari dans le but d'organiser un de ces procès dont la Russie a le secret.

    Sa fille Alia finira par avouer sous la torture l'appartenance de la famille aux services secrets français, Serguei n'avouera jamais. Il sera fusillé en 1941 sans que Marina le sache et Alia envoyé au goulag d'ont elle ne reviendra qu'en 1955.

    Acculé à la misère, sans aucune perspective, sans personne à protéger, Marina se pend dans l'appartement en Aout 1941. Son fils Nour va mourir sur le front en juillet 1944. Alia qui restera fidèle aux valeurs soviétiques rassemblera son oeuvre et toute sa correspondance et décédera en 1975. 

    Tzvetan Todorov en a extrait ses confessions  en un livre poignant et passionnant de bout en bout.

  • Pierre,

    Attention Poésie! Pas toujours facile. Dans ce récit, Christian Bobin nour relate le voyage qu'il effectua l'an dernier depuis sa maison du Creusot jusqu'à Sète pour aller rencontrer Pierre Soulages. C'est le récit d'une démarche pas de ses entretiens avec Soulages, récit de la démarche, de l'approche, d'une visite non annoncée, non préméditée. Bobin voyage en train, avec ses morts, ses anges, c'est très intérieur, on se laisse prendre par cette force de caractère, cette aspiration au dénuement, cette critique acérée de notre modernité. C'est beau, admirable, apaisant et aussi exigeant.

  • Meditation

    Hier, j'ai passé mon après-midi allongé sur mon canapé et sans me livrer à proprement dit à la méditation j'ai éprouvée le plaisir de me laisser  aller à une sorte de...

    J'ai commencé par achever le livre de Christian Bobin : Un bruit de balançoire. J'ai découvert, j'en avais entendu parler mais jamais lu, Christian Bobin à l'émission de Busnel La Grande Librairie et  je suis tombé peu après à la gare de Bordeaux sur Un bruit de Balançoire. Il y fait entre autres l'éloge de Ryokan, un moine ermite japonais mais aussi de Jean Grosjean, un grand poète français, prêtre, puis marié à 38 ans, auteur de livres mystiques, membre du comité de lecture de Gallimard, il a connu Claude en prison de même que Malraux, pendant la guerre, éditeur de la bible, de texte fondateurs des grandes civilisations, avec Le Clezio. Il est notamment l'auteur du Messie, d'Elégies et de Nathanael.

    Dans le même temps, j'ai écouté sur France Musique Portrait de famille, consacré à Jean Rodolphe Kars, un pianiste, né en 1947, très brillant, issu d'un milieu modeste, de famille juive exilée en Inde, revenue à Paris dans le quartier d'Alesia, dans un petit appartement où le piano côtoyait la baignoire. Premier au concours de piano de musique contemporaine de Royan et puis, et puis la conversion au catholicisme, puis la prêtrise, l'abandon des concerts pour Paray le Monial où il est sans doute encore aujourd'hui.

    J'écoute en ce moment sur you tube son interprétation de vingt regards sur l'enfant jésus de Messian Kars Messian

    Et ce matin, les miracles existent, toujours sur France Musique dans Musique Emoi d'Elsa Boublil, Christian Bobin était invité pour présenter son dernier ouvrage consacré à Pierre Soulages qu'il a rencontré chez lui à Sète : Pierre

    Un très bon WE pluvieux!

  • Ce que l'on sème

    Voilà un beau roman de Régina Porter, une jeune romancière américaine. C'est un fresque ambitieuse mais réussie de l'Amérique, les Etats-Unis, de la fin de la seconde guerre mondiale à la présidence Obama.

     

    Et ce à travers les destin de deux familles, une noire et une blanche, dont les destins s'entremêlent en un gigantesque patchwork ou kaléidoscope avec forces flash-backs et une multitude de personnages, ils sont listés au début de l'ouvrage avec leurs liens de parenté ce qui est tout à fait utile!

     

    On se perd un peu parfois mais l'écriture est prenante et on revit nos années : guerre du Viet-Nam, droits civiques, lutte des femmes et des minorités, drogue, hippies, nos souvenirs remontent à la surface.

    Le livre est très riche, il n'y a pas à proprement parler de scénarios, ce sont des vies qui défilent, des espoirs, des échecs, des malheurs, des bonheurs, la vie tout simplement, sur la cote ouest, la cote est, à Berlin, au Viet-Nam. Un roman à relire, un peu plus tard, pour le moment Jean Rolin m'attend avec Extérieur Monde.

  • La Frontière

    Cette chapelle Oskar II du nom d'un roi de Norvège a été  construite en 1869 à la frontière entre la Norvège et la Russie à Grense Jakobslev tout au nord de la Scandinavie.

    C'est sur la vision de cette chapelle qu'Erika Fatland achève son voyage et le récit qu'elle en fait. Plus de 20000 km le long de la frontière terrestre russe : Corée du nord, Chine, Mongolie, Kazakhstan, Azerbaidjan, Haut-Karabakh, Géorgie, Abkhazie, Ukraine, Répubique populaire de Donetsk, Biélorussie, Lituanie, Pologne, ====lettonie, Estonie, Finlande et Norvège, son pays. Train, bus, cheval, taxi, cargo, Kayak et à pied...

    Un voyage touristique, géographique, historique surtout. Etre voisin de la Russie laisse des traces, des plaies, qui ont du mal à cicatriser. Combien d'individus ont été broyés entre les meules de la Russie et, ici, des chinois, là des allemands. autrefois des mongols...

    L'histoire est tragique pour les Nations mais surtout pour les individus, déplacés, déportés, affamés, exécutés...

    Entre la Norvège et la Corée du Nord il n'y a qu'un seul pays, c'est un peu effrayant, un seul pays, quatre fois plus grand que l'Union europeenne, si grand qu'aucun envahisseur, Napoléon, Hitler n'a réussi à le soumettre mais un pays sans doute menacé à terme avec ses 200 groupes ethniques et nationalités qui aspirent à la liberté et à la prospérité.

    Une promenade par procuration passionnante illustrée par des témoignages poignants.

  • Venezia (suite)

    Par hasard, sans le chercher, je  suis tombé à la librairie Mollat sur le dernier ouvrage de Dominique Fernandez : Le Piéton de Venise. Difficile de résister revenant de Venise à l'achat de ce livre.

    C'est très bien écrit, très précis, presque exhaustif. Fernandez nous mène par thèmes, Lieux, églises, tableaux, palais, campi. Les références aux écrivains qui ont écrit sur Venise sont nombreuses et les jugements affirmés, jusqu'à la méchanceté parfois.

    C'est un livre que l'on peut emporter avec soi en voyage car il peut servir de guide, église par église, Fernandez nous décrit ce qu'il aime.

    Et ce qu'il aime à Venise c'est avant tout la liberté et surtout la liberté sexuelle. A 90 ans, Dominique Fernandez réaffirme haut et fort son attirance pour les jeunes garçons, les corps fermes et musclés, aucune peinture de Saint Sébastien devenu malgré lui une icône gay ne lui échappe, jusqu'à compter les flèches et interpréter leur emplacement sur le corps de celui dont on finit par oublier qu'il est un martyr. Il y célèbre Casanova évidemment.

    C'est le côté peut être réjouissant de cet hymne à la liberté mais aussi pénible par son insistance. Un bel ouvrage malgré tout avec des coins secrets et des anecdotes méconnus à découvrir.