Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Livre

  • Bordeaux, business et grande vitesse

    Cet ouvrage est paru l'an dernier aux éditions Mollat. A l'occasion de la mise en service en juillet de la nouvelle voie à grande vitesse qui met Bordeaux à deux heures de Paris.

    André Delpont qui a été un aménageur à Lille pour Euralille puis à Bordeaux pour Euratlantique est un spécialiste du développement économique et des grandes opérations urbaines.

    L'ouvrage, sans prétention littéraire, n'entend pas présenter une thèse mais simplement recenser les acteurs qui font que Bordeaux est passé du statut de la belle endormie à celui de ville start-up, la meilleure destination touristique mondiale, celle ou la majorité des cadres français veulent vivre.

    De Bordeaux on connait le vin depuis longtemps, les girondins, depuis dix ans le miroir d'eau et depuis peu la cité du vin. Saint Emilion, le bassin, la dune du pilat. Nos auteurs vont plus loin, ils détaillent les arcanes de l'économie spatiale et aéronautique, de Bordeaux tech, du monde des start-ups, de tous ceux qui les accompagnent, ils racontent la candidature de Bordeaux pour devenir en 2013 capitale européenne de la culture, les compromis passés entre les deux Alain, Juppé et Rousset, le premier ayant mis en place la bonbonnière et le second apporté les bonbons... lisez et vous comprendrez.

    L'inventaire des forces vives est exhaustif, il y a les portraits des hommes et des femmes qui ont tenté l'aventure et la poursuivent. Les défis restent immenses pour que la métropole deviennent effectivement millionnaire, apporte emplois et cadre de vie à ses habitants, rayonne sur son territoire et stimule ses dauphines que sont AgenAngoulême, La Rochelle, Périgueux, les tire aussi vers le haut

    Une présentation de l'ouvrage par ses deux auteurs en cliquant sur le lien suivant

    https://www.youtube.com/watch?v=MyzIewC2tPI

    Le livre est d'abord destiné aux Néo-Bordelais et leur permettra d'accélérer la compréhension de leur nouvel environnement mais les bordelais eux-mêmes y découvriront beaucoup de choses qu'ils ignorent...

  • Conquistadors

    Voilà, j'arrête avec Vuillard, au moins pour le moment.

    Conquistadors est un livre ambitieux, à la langue superbe, Vuillard a inconstestablement un grand talent pour écrire, court et vif comme dans L'ordre du hour, prix Goncourt, mais aussi long et épique comme ici avec ce portrait, ce récit de la conquête du Pérou par Francisco Pizarre, batard illettré qui à la tête de deux cent hommes va anéantir une civilisation, celle des incas.

    Peut-être même qu'il en abuse de ce talent, pour livrer un récit peut-être trop long de cette triste épopée que fut la vie de Pizarre.

    L'avidité est au centre de cette épopée, l'avidité de l'or, seule raison seul motif pour justifier ces longues chevauchées le long des côtes, dans les déserts, sous la pluie, dans la jungle, les moustiques, le froid, la faim. Pour justifier, tous ces massacres, ces viols, ces tortures, ces trahisons, ces manoeuvres et pour finir cette guerre civile entre espagnols.

    Derrière l'avidité, Vuillard entend dénoncer le capitalisme, les découvertes,le colonialisme,  le commerce, c'est une constance de ses ouvrages.

    Ces hommes ne sont pas aux ordres de l'Espagne, ni de l'église même s'ils s'en réclament pour justifier leurs actes, ils sont aux ordres de leurs instincts sauvages, malveillants. Paradoxalement peut-être, les indiens, les victimes, ne sont pas vraiment traités, comme s'ils n'avaient pas d'existence réelle, ils sont surpris par les chevaux, les armes des espagnols, les maladies qu'ils apportent, mais il paraissent sans détermination, sans résistance, des moutons qu'on massacre avec allégresse le plus souvent.

    Malheur aux vaincus, c'est le dernier chapitre, tous les protagonistes sont vaincus, Atahualpa, rapidement, ses successeurs fantoches désignés par Pizarre, Almagro, qui voulait sa part et ne l'obtiendra pas et Pizarre lui-même, après avoir une nouvelle fois médité sur l'Espagne de son enfance , son petit village, près de Tolède, qu'il aurait mieux fait de ne jamais quitter.

     

  • Taba-Taba

    Voilà , c'est peut-être le meilleur roman de Patrick Deville! Un des plus attachants en tous cas. Grâce à sa tête Simone, qui conservait tout dans les pièces du fond de sa petite maison de Mindin sur la rive droite de l'Estuaire de la Loire, face à Saint Nazaire, Deville nous restitue au travers de l'histoire de ses parents et de ses grands parents, de leur périple au fil des guerres à travers la France , notre histoire, ce qui nous lie.

    Je conseille de lire d'abord La Peste et le Cholera qui nous conte la vie d'Alexandre Yersin, il y a un lien entre les deux livres que je vous laisse découvrir.

    il y a aussi une anecdote que les habitants du quartier des chartrons à Bordeaux apprécieront, celle ou Deville raconte une des ses conversations avec le poète André Velter au festival de la poésie qu'organise chaque année La Librairie Olympique.

    Il y a de très belles pages sur Saint-Nazaire que tous les amoureux des ports apprécieront.

    Et puis le grand-père, comme le mien, était gymnaste et avait fait le bataillon de Joìnville. L'Atmosphère de la drôle de guerre puis de l'exode est très bien rendue.

    Ce qui n'empêche pas Deville de temps à autre de nous emmener dans toutes les parties du monde qu'il parcourt depuis tant d'années et de nus faire partager ses conversations sous toutes les latitudes. On l'envie mais que ne fait-on pareil? Une vitalité étonnante!

  • L'ordre du jour

    Lundi dernier, j'ai passé la journée à Arcachon, très belle journée à arpenter le bord du bassin en méditant. Peu de monde un lundi, peu de commerces ouverts, pas de marché mais une librairie, les marquises, et l'achat impulsif du prix Goncourt pour faire plaisir au libraire.

    je n'avais pas encore lu de livre d'Eric Vuillard, c'est fait et j'ai été conquis, je crois que je vais en lire d'autres. Son récit de la montée du nazisme est incisif, efficace et fait peur. La lâcheté, les hésitations, les compromis ont fait le lit d'un régime qui finalement y serait allé au bluff. Tous ces personnages sont des marionnettes minables, pas du tout des stratèges. On se demande à la lecture de quelles erreurs faites aujourd'hui nous paieront le prix demain. 

  • Ex Libris

    Plus de trois heures de film! Mais on ne le regrette pas. Frederick Wiseman, 87 ans, qui nous avait déjà donné National Gallery,  a fait un chef d'oeuvre en allant filmer les 93 sites de La NYPL, la New-York Public Library.

    Le film cite une architecte néerlandaise qui explique qu'aujourd'hui dans une bibliothèque publique le plus important ce ne sont pas les livres, on peut même en concevoir sans livre, le plus important c'est le partage, l'accès à la culture pour tous, les minorités, les illettrés, les sans-abris, les sourds, les aveugles, les seniors, les enfants, les collectionneurs, les archivistes, les savants, les chercheurs, les artistes, les publicitaires, à la recherche de connaissances, d'archives, d'estampes, de photos, de musique, de cours de danse, de débats, de rencontres tout simplement.

    Le film s'attarde sur les activités mais aussi sur les publics, les personnels, les administrateurs qui débattent à l'infini sur les priorités que doit s'assigner la NYPL, l'arbitrage entre les différents programmes, la nécessité de combler le digital divide, de trouver le public des relégués, des adolescents, de trouver des financements privés en complément de ceux de la ville.

    On sens une grande fierté chez ces personnes, avec raison sans aucun doute. Fierté de la mission accomplie, fierté de l'engagement. L'une des salariés dit d'ailleurs : on écoute ceux qui s'engagent.

    Dans une interview, Frédrick Wiseman a déclaré à propos du tournage de son documentaire : j'ai trouvé rafraichissant de tomber sur un groupe de personnes qui sont réellement attachées à leur travail et qui essaient de bien le faire.

    C'est ce qu'on aimerait dire de tous les lieux de travail...

    https://youtu.be/Qbj5J4XZkc8

  • La grève d'Ayn Rand

    Ayn Rand est une scénariste, romancière américaine, philosophe, née à Saint Petersburg en 1905 et décédée à New-York en 1982. Elle quitte l'URSS à l'âge de 21 ans. Elle est méconnue en France, où l'on préfère avoir tort avec Sartre que raison avec Aron.

    La Grève, publié en 1957, il y a soixante ans cette année,  sous le titre Atlas Shrugged, littéralement Atlas haussa les épaules, est son oeuvre la plus connue, mais il a fallu attendre 2011 pour qu'une première traduction soit publiée en France aux éditions Belles Lettres, les autres éditeurs sollicités ayant refusé de courir le risque.

    De quelle Grève s'agit-il? Ayn Rand défend l'idée que les hommes d'esprit, les entrepreneurs, les scientifiques, les artistes sont empêchés par l'Etat, les réglementations, les protections. Elle situe son action dans l'industrie ferroviaire et imagine ce qui se passe lorsque les hommes d'esprit se mettent en grève, disparaissent, abandonnent leurs entreprises, les catastrophes s'enchainent alors, les accidents, les rationnements, le moteur du monde ne tourne plus.

    On aura compris que Ayn Rand est une adepte de la liberté, une libertarienne, elle met l'individu au dessus de tout. Elle croit au progrès scientifique, elle dénonce le socialisme, l'interventionnisme des Etats, elle est favorable à l'égoïsme rationnel seul à même de faire avancer les choses pour soi et pour l'intérêt général : "Je jure, sur ma vie et sur l'amour que j'ai pour elle, de ne jamais vivre pour les autres ni demander aux autres de vivre pour moi."

    Il y a près de 1400 pages à lire, c'est de la métaphysique, de la philosophie, mais aussi un roman d'aventure et même un roman d'amour.

    A découvrir donc. et sans doute à relire plusieurs fois, sous différents angles. Il est difficile de se rendre compte de l'importance de ce livre aux Etats-Unis : il suffit de dire qu'il s'en vend chaque année 100 000 exemplaires soixante ans après sa parution et plus d'un million récemment depuis qu'Obama en a parlé. Mais il est probable qu'en France ce livre n'aura que peu de succès car la philosophie d'Ayn Rand a tout pour déplaire ici ou l'on préfère célébrer les victimes, s'apitoyer sur les perdants de l'évolution du monde et de la société plutôt qu'admirer ceux qui réussissent que l'on préfère jalouser ou dénigrer au nom de l'égalité.

  • Underground Railroad

    Le livre est disponible en français malgré son titre anglais. Il a obtenu le prix Pulitzer. il conte l'histoire de Cora, esclave américaine noire de seize ans abandonnée par sa mère Mabel qui va vivre une épopée incroyable pour retrouver sa liberté. L'action se situe avant la guerre de sécession.

    Au début, dans sa plantation de coton, Cora se contente de se battre pour survivre. Survivre aux privations, à la violence quotidienne, au manque d'amour, aux assauts sexuels d propriétaires et de ses fils. Elle ne sait pas ce qu'il est advenue de sa mère partie pour être libre, partie en abandonnant son enfant.

    Et puis un jour, elle rencontre Caesar, qui lui propose de partir à deux dans les Etats du Nord, là où il n'y pas d'esclavage.

    L'auteur imagine qu'il prennent un train souterrain, d'où le titre, un réseau ferré qui matérialise ici le réseau de passeurs, de solidarités, appelé dès l'époque underground railroad, qui a existé avant l'abolition pour aider les esclaves à passer du nord au sud.

    Il y a des passeurs, des abolitionnistes, blancs, qui risquent leur vie, torture, pendaison, et il y a des chasseurs d'esclaves, des chasseurs de primes, mandatés par les propriétaires qui veulent tout à la fois récupérer ce qu'ils appellent leur bien, c'est la meilleure hypothèse, plus souvent pour les supplicier à titre d'exemple.

    Le livre est très fort, d'espoir, de bravoure, de défaites, de trahisons, de réussites tout au long d'un parcours qui nous mène de la Virginie à l'Indiana . Il est long le chemin de la liberté.

    Depuis le début, l'Amérique est mal partie, génocide des indiens et esclavage. Elle a toujours du mal à s'en remettre.

  • Gasa Gasa girl

    La gasa-gasa girl, c'est Mari, la fille de Mas Arai, un retraité jardinier rescapé d'Hiroshima qui vit sur la cote ouest de Etats-Unis.
     
    En japonais, gasa-gasa, signifie toujours en mouvement, turbulent, excité. Mari n'a pas réussi après l'adolescence à s'entendre avec son père et est partie vivre à New-York ou elle s'est mariée depuis avec un américain, LLyods un vrai pas un fils de réfugié japonais. Et elle vient d'avoir un bébé.
     
    Mais un jour, elle appelle son père à l'aide. S'ensuit une série de rebondissement dans lequel un millionnaire d'origine à moitié japonaise est retrouvé mort dans le bassin d'an ancien jardin japonais de New-York qu'il avait entrepris de faire restaurer par le mari de Mari.
     
    Mas, très observateur, repère aussitôt des indices qui n'intéresse guère la police et soucieux de préserver sa fille et sa famille du risque d'une errreur judiciaire va s'impliquer avec un vieux copain japonais qu'il retrouve à New-York dans une enquête policière. C'est l'occasion de redécouvrir New-York sous le regard d'un japonais de Los Angeles qui va de découverte en stupéfaction mais finit pas s'en sortir...
     
    Alors dans ce roman, il y a bien sûr l'enquête policière mais surtout le plaisir de faire connaissance de ce milieu des japonais des Etats-Unis avec son vocabulaire spécifique, ses traditions conservées, son souci d'intégration, la méfiance qu'il continue de susciter.
     
    Un bon moment de lecture en anglais.
     
     

  • Le Turquetto

    Un roman bien sympathique, bien écrit, qui nous emmène au sein du bazar de Constantinople sur les traces d'un petit gamin juif orphelin particulièrement doué pour le dessin. 

    Ce gamin, il va se révolter, abandonner sa mère, une marchande d'esclaves pour le harem, et aller à Venise, là ou l'on a le droit de dessiner, de peindre des portraits, ce qu'interdit l'islam.

    On le retrouve donc trente ans plus tard à Venise, adulé par la bonne société qui ne cesse de lui passer commande, il est marié, installé et puis un jour, le chef d'une scuola, jaloux, découvre que finalement, il n'est pas chrétien.

    Le procès est inéluctable.

    Faut il au moins sauver les oeuvres ou se résoudre à l'autodafé?

    Un roman sur l'histoire de l'art, sur la rivalité entre chrétiens et musulmans, sur la tolérance, sur la loterie qu'est, a été, sera encore pour longtemps, la naissance, le destin...

  • L'île au trésor

    Et oui, pourquoi pas?

    Pour 3,40 euros on peut se replonger dans une aventure à suspens, comme si l'on était encore adolescent.

    Et puis il y a la préface de Dominique Fernandez, une préface étonnante, dans laquelle il affirme que ce roman est l'archétype du roman, le résumé, le modèle et l'exemple le plus accompli du genre romanesque tout entier.

    Résumons, il y a d'abord  le don de raconter, pas besoin de digressions, d'analyse psychologique, de philosophie, tout est dans le récit.

    Le héros est un enfant, un adolescent, il découvre le monde, avec un oeil neuf dans un univers inconnu et c'est bien l'objet du roman que de faire découvrir.

    Pas de femme, Stevenson s'est épargné d'inventer les premiers émois amoureux de son héros. Ses romans avec des femmes avaient été des échecs. C'est l'argument le plus contestable.

    Le navire, le navire est un espace clos, une résumé de la société, un modèle réduit avec sa hierarchie et lorsqu'elle est contestée par une mutinerie c'est tout l'univers qui risque de basculer.

    L'île, autre univers clos, une île sans habitants  mais qui recèle un trésor, une divine surprise, la promesse d'un homme nouveau.

    La société, les personnages du roman représente la société, la bonne, le capitaine, l'armateur, le docteur et les hommes sans foi ni loi, les marins, les nomades, les flibustiers. Notre jeune héros passe lui de l'un à l'autre, sans vraiment trahir. Et les marginaux apparaissent souvent comme les plus sympathiques.

    Par certains côtés, l'ile au trésor est aussi un roman familial, une réflexion sur la solitude, un éloge de la vertu de l'action, la vitre au sens de Machiavel et enfin c'est un roman initiatique.

    Alors vous êtes convaincu?