Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Cas@d€i

  • Vivre dans le feu

    C'est grâce à Christian Bobin que j'ai découvert Marina Tsvetaeva. Il l'évoque en deux pages dans son petit livre "Un bruit de balançoire".

    Regardez bien ce visage. C'est celui d'une martyre.

    Marina Tsvetaeva est une poète russe née en 1892 et décédé en 1941. Sa vie est une descente aux enfers. Son père a été le créateur du Musée des beaux arts de Moscou, sa mère une grande musicienne. Elle se marie très jeune et aura trois enfants. La révolution de 1917 la touche de plein fouet. Son jeune mari Serguei s'engage dans l'armée blanche, elle reste éloignée de la politique, trop indépendante d'esprit, pour elle, seule sa vie intérieure, son âme, importe et la protection de son mari et de ses enfants. La faim les menace, elle tue : sa fille cadette meurt de faim dans un orphelinat, elle s'exile en Tchécoslovaquie puis à Paris, survit en faisant des traductions en vers rimés mais elle échoue à s'intégrer dans l'émigration russe et dans les cercles littéraires de Paris.

    Serguei peu à peu se rapproche des valeurs soviétiques au point dans les années trente d'intégrer les services secrets soviétiques pour espionner l'émigration. Marina n'en sait rien toute concentrée qu'elle est à écrire -, traduire, élever ses deux enfants, pourvoir aux besoins du ménage (corvée de charbon, ménage, cousin , couture...) pour lequel Sergueii, tuberculeux, apporte peu de ressources et d'aide.

    Elle est sujette à des engouements successifs, la plupart du temps platoniques, envers des hommes et des femmes sur lesquels elle fait une fixation amoureuse, le plus souvent sans retour et va donc de déception en déception.

    Et puis son mari est impliqué dans l'organisation de l'assassinat d'un transfuge vers l'ouest d'un soviétique et est exfiltré en Russie par le NKVD. Sa fille, Alia,  puis Marina et son fils Nour sont eux aussi exfiltrés en 1939 à Moscou et là Beria fait arrêter sa fille puis son mari dans le but d'organiser un de ces procès dont la Russie a le secret.

    Sa fille Alia finira par avouer sous la torture l'appartenance de la famille aux services secrets français, Serguei n'avouera jamais. Il sera fusillé en 1941 sans que Marina le sache et Alia envoyé au goulag d'ont elle ne reviendra qu'en 1955.

    Acculé à la misère, sans aucune perspective, sans personne à protéger, Marina se pend dans l'appartement en Aout 1941. Son fils Nour va mourir sur le front en juillet 1944. Alia qui restera fidèle aux valeurs soviétiques rassemblera son oeuvre et toute sa correspondance et décédera en 1975. 

    Tzvetan Todorov en a extrait ses confessions  en un livre poignant et passionnant de bout en bout.

  • Pierre,

    Attention Poésie! Pas toujours facile. Dans ce récit, Christian Bobin nour relate le voyage qu'il effectua l'an dernier depuis sa maison du Creusot jusqu'à Sète pour aller rencontrer Pierre Soulages. C'est le récit d'une démarche pas de ses entretiens avec Soulages, récit de la démarche, de l'approche, d'une visite non annoncée, non préméditée. Bobin voyage en train, avec ses morts, ses anges, c'est très intérieur, on se laisse prendre par cette force de caractère, cette aspiration au dénuement, cette critique acérée de notre modernité. C'est beau, admirable, apaisant et aussi exigeant.

  • Voeux 2020

    chers lecteurs fidèles ou occasionnels,

    je vous adresse mes meilleurs voeux pour 2020

    Que cette nouvelle année vous apporte la santé sans laquelle rien n'est vraiment possible, sauf héroïsme du quotidien, des rencontres amicales, des moments de joie intense, des plaisirs intellectuels, de belles pièces de théâtre, de beaux concerts, de bons films, de la bonne cuisine, de bons vins de temps en temps, de belles évasions réelles ou imaginaires.

    Le monde va mal mais en fait il n'a jamais été aussi bien, l'espérance de vie augmente, la pauvreté recule, la faim est en voie de disparition, quand j't&is petit la famine était symbolisée par un petit chinois avec son petit bol de riz, que les choses ont changé!

    Et on peut faire mieux, si on le veut!

    Le réchauffement climatique menace mais en changeant nos comportements, en coopérant les uns les autres, en s'appuyant sur les nouvelles technologies, il doit être possible de trouver des solutions, de s'adapter, sans s'effondrer, le pire n'est pas toujours sûr! Veillons à transmettre à nos enfants un monde de paix et de coopération tel que nous Européens l'avons vécu depuis 70 ans.

  • Meditation

    Hier, j'ai passé mon après-midi allongé sur mon canapé et sans me livrer à proprement dit à la méditation j'ai éprouvée le plaisir de me laisser  aller à une sorte de...

    J'ai commencé par achever le livre de Christian Bobin : Un bruit de balançoire. J'ai découvert, j'en avais entendu parler mais jamais lu, Christian Bobin à l'émission de Busnel La Grande Librairie et  je suis tombé peu après à la gare de Bordeaux sur Un bruit de Balançoire. Il y fait entre autres l'éloge de Ryokan, un moine ermite japonais mais aussi de Jean Grosjean, un grand poète français, prêtre, puis marié à 38 ans, auteur de livres mystiques, membre du comité de lecture de Gallimard, il a connu Claude en prison de même que Malraux, pendant la guerre, éditeur de la bible, de texte fondateurs des grandes civilisations, avec Le Clezio. Il est notamment l'auteur du Messie, d'Elégies et de Nathanael.

    Dans le même temps, j'ai écouté sur France Musique Portrait de famille, consacré à Jean Rodolphe Kars, un pianiste, né en 1947, très brillant, issu d'un milieu modeste, de famille juive exilée en Inde, revenue à Paris dans le quartier d'Alesia, dans un petit appartement où le piano côtoyait la baignoire. Premier au concours de piano de musique contemporaine de Royan et puis, et puis la conversion au catholicisme, puis la prêtrise, l'abandon des concerts pour Paray le Monial où il est sans doute encore aujourd'hui.

    J'écoute en ce moment sur you tube son interprétation de vingt regards sur l'enfant jésus de Messian Kars Messian

    Et ce matin, les miracles existent, toujours sur France Musique dans Musique Emoi d'Elsa Boublil, Christian Bobin était invité pour présenter son dernier ouvrage consacré à Pierre Soulages qu'il a rencontré chez lui à Sète : Pierre

    Un très bon WE pluvieux!

  • Ce que l'on sème

    Voilà un beau roman de Régina Porter, une jeune romancière américaine. C'est un fresque ambitieuse mais réussie de l'Amérique, les Etats-Unis, de la fin de la seconde guerre mondiale à la présidence Obama.

     

    Et ce à travers les destin de deux familles, une noire et une blanche, dont les destins s'entremêlent en un gigantesque patchwork ou kaléidoscope avec forces flash-backs et une multitude de personnages, ils sont listés au début de l'ouvrage avec leurs liens de parenté ce qui est tout à fait utile!

     

    On se perd un peu parfois mais l'écriture est prenante et on revit nos années : guerre du Viet-Nam, droits civiques, lutte des femmes et des minorités, drogue, hippies, nos souvenirs remontent à la surface.

    Le livre est très riche, il n'y a pas à proprement parler de scénarios, ce sont des vies qui défilent, des espoirs, des échecs, des malheurs, des bonheurs, la vie tout simplement, sur la cote ouest, la cote est, à Berlin, au Viet-Nam. Un roman à relire, un peu plus tard, pour le moment Jean Rolin m'attend avec Extérieur Monde.

  • Le quatrième mur

    C'est vraiment un livre coup de poing, sur la guerre, en l'occurrence celle du Liban où j'ai vécu de 2005 à 2008, bien après l'époque évoquée dans l'ouvrage, sur la fidélité en amitié aussi, sur le théâtre.

    Le personnage principal de l'histoire, un double de l'auteur, Sorj Chalandon, apprenti metteur en scène fait au début du livre le coup de poing avec des groupes d'extrême droite, ce qui le conduit  à subir un passage à tabac, sans trop de regret au demeurant, puisque c'est en quelque sorte la règle du jeu. Il rencontre dans ces frasques un vrai metteur en scène, Samuel, juif, grec, exilé de la dictature, qui a l'intention de monter Antigone d'Anouilh à Beyrouth, pour montrer qu'en pleine guerre civile il est possible de réunir sur un tel projet chrétiens, sunnites, chiites, druzes, palestiniens. Atteint d'un cancer en phase terminale, il demande à Georges, sa seule famille de poursuivre le projet. Georges laisse alors à Paris sa petite famille toute récente et part à Beyrouth en repérage. Tout se passe bien au début et puis la guerre civile va faire son oeuvre, déstabiliser les acteurs de la pièce et Georges lui même qui ne sera jamais plus le même qu'avant.

    Je ne dévoile pas les faces les plus noires de ce récit, Sabra et Chatila, les combats entre Druzes et Chrétiens, les règlements de compte, les trahisons...

    Je n'ai pas beaucoup aimé le personnage de Georges, dès le début du roman, sa fascination pour la violence, Samuel est beaucoup plus raisonnable, lucide et on peut se demander s'il se serait laissé absorber, happer par la guerre civile comme l'est Georges, dans un combat qui n'est pas le sien. Comment choisir son camp?

    On ne peut en tous sas rester indifférent.

  • Venezia (encore)

    On ne se lasse pas. J'ai retrouvé dans ma bibliothèque ce très beau livre de Fernand Braudel (texte) et Folco Quilici (photo) édité en 1986. C'est tout simplement magnifique à regarder et à lire. Et ce qui est remarquable ou étonnant par rapport aux ouvrages de Fernandez ou de Kaufmann cités dans de précédentes chroniques c'est qu'il n'y est quasiment jamais question d'église!

  • La Frontière

    Cette chapelle Oskar II du nom d'un roi de Norvège a été  construite en 1869 à la frontière entre la Norvège et la Russie à Grense Jakobslev tout au nord de la Scandinavie.

    C'est sur la vision de cette chapelle qu'Erika Fatland achève son voyage et le récit qu'elle en fait. Plus de 20000 km le long de la frontière terrestre russe : Corée du nord, Chine, Mongolie, Kazakhstan, Azerbaidjan, Haut-Karabakh, Géorgie, Abkhazie, Ukraine, Répubique populaire de Donetsk, Biélorussie, Lituanie, Pologne, ====lettonie, Estonie, Finlande et Norvège, son pays. Train, bus, cheval, taxi, cargo, Kayak et à pied...

    Un voyage touristique, géographique, historique surtout. Etre voisin de la Russie laisse des traces, des plaies, qui ont du mal à cicatriser. Combien d'individus ont été broyés entre les meules de la Russie et, ici, des chinois, là des allemands. autrefois des mongols...

    L'histoire est tragique pour les Nations mais surtout pour les individus, déplacés, déportés, affamés, exécutés...

    Entre la Norvège et la Corée du Nord il n'y a qu'un seul pays, c'est un peu effrayant, un seul pays, quatre fois plus grand que l'Union europeenne, si grand qu'aucun envahisseur, Napoléon, Hitler n'a réussi à le soumettre mais un pays sans doute menacé à terme avec ses 200 groupes ethniques et nationalités qui aspirent à la liberté et à la prospérité.

    Une promenade par procuration passionnante illustrée par des témoignages poignants.

  • Pour Sama

    Pour Sama est un film documentaire syrien tourné à Alep pendant le siège de la ville. Waad Al Kateab est à l'origine en 2012 étudiante quand les manifestations commencent à Alep. Elle va se trouver engagée dans la lutte, se marier avec un médecin qui va devenir directeur d'hôpital, mettre au monde sa fille Sama et filmer tout ce qui se passe dans la rue et à l'hôpital.

    Le film est éprouvant, c'est une lettre d'amour d'une mère à sa fille et bientôt à sa seconde fille qui naitra après l'exil des derniers résistants en 2016. 

    C'est un film éprouvant, aux images crues, le sang, les enfants qui meurent dans les bras de leurs parents, les orphelins, le bruit des bombes...

    On a honte de notre indifférence et on se rappelle s'être promenés dans Alep la blanche, tranquillement, en 2008, tout bascule très vite. Vigilance!

  • Venezia (suite)

    Par hasard, sans le chercher, je  suis tombé à la librairie Mollat sur le dernier ouvrage de Dominique Fernandez : Le Piéton de Venise. Difficile de résister revenant de Venise à l'achat de ce livre.

    C'est très bien écrit, très précis, presque exhaustif. Fernandez nous mène par thèmes, Lieux, églises, tableaux, palais, campi. Les références aux écrivains qui ont écrit sur Venise sont nombreuses et les jugements affirmés, jusqu'à la méchanceté parfois.

    C'est un livre que l'on peut emporter avec soi en voyage car il peut servir de guide, église par église, Fernandez nous décrit ce qu'il aime.

    Et ce qu'il aime à Venise c'est avant tout la liberté et surtout la liberté sexuelle. A 90 ans, Dominique Fernandez réaffirme haut et fort son attirance pour les jeunes garçons, les corps fermes et musclés, aucune peinture de Saint Sébastien devenu malgré lui une icône gay ne lui échappe, jusqu'à compter les flèches et interpréter leur emplacement sur le corps de celui dont on finit par oublier qu'il est un martyr. Il y célèbre Casanova évidemment.

    C'est le côté peut être réjouissant de cet hymne à la liberté mais aussi pénible par son insistance. Un bel ouvrage malgré tout avec des coins secrets et des anecdotes méconnus à découvrir.