Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Cas@d€i

  • Ce que l'on sème

    Voilà un beau roman de Régina Porter, une jeune romancière américaine. C'est un fresque ambitieuse mais réussie de l'Amérique, les Etats-Unis, de la fin de la seconde guerre mondiale à la présidence Obama.

     

    Et ce à travers les destin de deux familles, une noire et une blanche, dont les destins s'entremêlent en un gigantesque patchwork ou kaléidoscope avec forces flash-backs et une multitude de personnages, ils sont listés au début de l'ouvrage avec leurs liens de parenté ce qui est tout à fait utile!

     

    On se perd un peu parfois mais l'écriture est prenante et on revit nos années : guerre du Viet-Nam, droits civiques, lutte des femmes et des minorités, drogue, hippies, nos souvenirs remontent à la surface.

    Le livre est très riche, il n'y a pas à proprement parler de scénarios, ce sont des vies qui défilent, des espoirs, des échecs, des malheurs, des bonheurs, la vie tout simplement, sur la cote ouest, la cote est, à Berlin, au Viet-Nam. Un roman à relire, un peu plus tard, pour le moment Jean Rolin m'attend avec Extérieur Monde.

  • Le quatrième mur

    C'est vraiment un livre coup de poing, sur la guerre, en l'occurrence celle du Liban où j'ai vécu de 2005 à 2008, bien après l'époque évoquée dans l'ouvrage, sur la fidélité en amitié aussi, sur le théâtre.

    Le personnage principal de l'histoire, un double de l'auteur, Sorj Chalandon, apprenti metteur en scène fait au début du livre le coup de poing avec des groupes d'extrême droite, ce qui le conduit  à subir un passage à tabac, sans trop de regret au demeurant, puisque c'est en quelque sorte la règle du jeu. Il rencontre dans ces frasques un vrai metteur en scène, Samuel, juif, grec, exilé de la dictature, qui a l'intention de monter Antigone d'Anouilh à Beyrouth, pour montrer qu'en pleine guerre civile il est possible de réunir sur un tel projet chrétiens, sunnites, chiites, druzes, palestiniens. Atteint d'un cancer en phase terminale, il demande à Georges, sa seule famille de poursuivre le projet. Georges laisse alors à Paris sa petite famille toute récente et part à Beyrouth en repérage. Tout se passe bien au début et puis la guerre civile va faire son oeuvre, déstabiliser les acteurs de la pièce et Georges lui même qui ne sera jamais plus le même qu'avant.

    Je ne dévoile pas les faces les plus noires de ce récit, Sabra et Chatila, les combats entre Druzes et Chrétiens, les règlements de compte, les trahisons...

    Je n'ai pas beaucoup aimé le personnage de Georges, dès le début du roman, sa fascination pour la violence, Samuel est beaucoup plus raisonnable, lucide et on peut se demander s'il se serait laissé absorber, happer par la guerre civile comme l'est Georges, dans un combat qui n'est pas le sien. Comment choisir son camp?

    On ne peut en tous sas rester indifférent.

  • Venezia (encore)

    On ne se lasse pas. J'ai retrouvé dans ma bibliothèque ce très beau livre de Fernand Braudel (texte) et Folco Quilici (photo) édité en 1986. C'est tout simplement magnifique à regarder et à lire. Et ce qui est remarquable ou étonnant par rapport aux ouvrages de Fernandez ou de Kaufmann cités dans de précédentes chroniques c'est qu'il n'y est quasiment jamais question d'église!

  • La Frontière

    Cette chapelle Oskar II du nom d'un roi de Norvège a été  construite en 1869 à la frontière entre la Norvège et la Russie à Grense Jakobslev tout au nord de la Scandinavie.

    C'est sur la vision de cette chapelle qu'Erika Fatland achève son voyage et le récit qu'elle en fait. Plus de 20000 km le long de la frontière terrestre russe : Corée du nord, Chine, Mongolie, Kazakhstan, Azerbaidjan, Haut-Karabakh, Géorgie, Abkhazie, Ukraine, Répubique populaire de Donetsk, Biélorussie, Lituanie, Pologne, ====lettonie, Estonie, Finlande et Norvège, son pays. Train, bus, cheval, taxi, cargo, Kayak et à pied...

    Un voyage touristique, géographique, historique surtout. Etre voisin de la Russie laisse des traces, des plaies, qui ont du mal à cicatriser. Combien d'individus ont été broyés entre les meules de la Russie et, ici, des chinois, là des allemands. autrefois des mongols...

    L'histoire est tragique pour les Nations mais surtout pour les individus, déplacés, déportés, affamés, exécutés...

    Entre la Norvège et la Corée du Nord il n'y a qu'un seul pays, c'est un peu effrayant, un seul pays, quatre fois plus grand que l'Union europeenne, si grand qu'aucun envahisseur, Napoléon, Hitler n'a réussi à le soumettre mais un pays sans doute menacé à terme avec ses 200 groupes ethniques et nationalités qui aspirent à la liberté et à la prospérité.

    Une promenade par procuration passionnante illustrée par des témoignages poignants.

  • Pour Sama

    Pour Sama est un film documentaire syrien tourné à Alep pendant le siège de la ville. Waad Al Kateab est à l'origine en 2012 étudiante quand les manifestations commencent à Alep. Elle va se trouver engagée dans la lutte, se marier avec un médecin qui va devenir directeur d'hôpital, mettre au monde sa fille Sama et filmer tout ce qui se passe dans la rue et à l'hôpital.

    Le film est éprouvant, c'est une lettre d'amour d'une mère à sa fille et bientôt à sa seconde fille qui naitra après l'exil des derniers résistants en 2016. 

    C'est un film éprouvant, aux images crues, le sang, les enfants qui meurent dans les bras de leurs parents, les orphelins, le bruit des bombes...

    On a honte de notre indifférence et on se rappelle s'être promenés dans Alep la blanche, tranquillement, en 2008, tout bascule très vite. Vigilance!

  • Venezia (suite)

    Par hasard, sans le chercher, je  suis tombé à la librairie Mollat sur le dernier ouvrage de Dominique Fernandez : Le Piéton de Venise. Difficile de résister revenant de Venise à l'achat de ce livre.

    C'est très bien écrit, très précis, presque exhaustif. Fernandez nous mène par thèmes, Lieux, églises, tableaux, palais, campi. Les références aux écrivains qui ont écrit sur Venise sont nombreuses et les jugements affirmés, jusqu'à la méchanceté parfois.

    C'est un livre que l'on peut emporter avec soi en voyage car il peut servir de guide, église par église, Fernandez nous décrit ce qu'il aime.

    Et ce qu'il aime à Venise c'est avant tout la liberté et surtout la liberté sexuelle. A 90 ans, Dominique Fernandez réaffirme haut et fort son attirance pour les jeunes garçons, les corps fermes et musclés, aucune peinture de Saint Sébastien devenu malgré lui une icône gay ne lui échappe, jusqu'à compter les flèches et interpréter leur emplacement sur le corps de celui dont on finit par oublier qu'il est un martyr. Il y célèbre Casanova évidemment.

    C'est le côté peut être réjouissant de cet hymne à la liberté mais aussi pénible par son insistance. Un bel ouvrage malgré tout avec des coins secrets et des anecdotes méconnus à découvrir.

  • Ex Anima

    C'était  la dernière représentation du dernier spectacle équestre de Zingaro, la troupe de théâtre de Bartabas. A Bordeaux, aux Quinconces.

    Une ode aux chevaux. Contrairement aux spectacles précédents, les chevaux ne sont pas montés, ils sont en liberté, ce sont eux les artistes et les différents tableaux successifs nous les montrent en situation, depuis que l'homme les a domestiqués, au travail, dans les champs, à la mine, à la guerre dans les tranchées, à la mine, dans les cirques...

    Beaucoup de poésie, un éclairage au millimètre, une masque merveilleuse, venue de tous les coins du monde.

    C'est lent, mais c'est majestueux, les chevaux sont bien des êtres vivants, sensibles, des voisins ...

  • Venezia

    Douze jours à Venise pour notre sixième séjour séjour. On ne se lasse pas! Vol EasyJet au départ de Bordeaux, bus jusqu'à Piazzale roma et Vaporetto...

    Cette année, nous avions loué via Airbnb un petit deux pièces dans l'ile de la Giudecca, l'ile qui se situe face au Zattere, la vue y est superbe, le soir au coucher du soleil.

    Nous nous inscrivions ainsi sur les traces du livre de Jean-Paul Kaufmann, Venise à double tour, livre qu'il a consacré à la suite, lui, d'un séjour de plus d'un mois, aux églises de Venise qui sont fermées et qu'il a tenté, le plus souvent sans succès, de faire ouvrir.

    L'ile de la Giudecca présente l'inconvénient de devoir prendre le vaporetto tous les jours ou presque, l'ile fait à peine un peu plus d'un km2 car très étroite. L'avantage est qu'elle est à l'abri des flux touristiques les plus importants, qu'elle est encore habitée de vénitiens ordinaires, les enfants y jouent au ballon sur les places, il y a de petits commerce de quartier, poissonnier, boucherie, marchands de légumes, pâtissiers, boulangers, bars, restaurants, une vraie vie de quartier.

    De cette base nous avons pu marcher tous les jours entre dix et quinze kms dans les différents quartiers évitants les plus courus comme les abords de la Place Saint Marc ou le pont du rialto, sur les traces de Jean-Paul Kaufmann mais aussi de Corto Maltese auteur d'un guide bien documenté édite par Lonely planet. Nous avons aussi eu recours à Venise comme je l'aime, de France Thierard et bien sû au Guide bleu.

    Cette année nous avons également fait une escapade à Trieste, à deux heures de train, sur les traces de Claudio Magris, en particulier au Café San Marco, qui fait l'objet du premier chapitre de son ouvrage intitulé Microcosme. Dépaysement que de se retrouver dans une ambiance viennoise du point de vue de l'architecture.

    Pour la première fois nous avons passé une journée à Burano, Mazzorbo et Torcello, villages au maisons colorés et pour le dernier dépeuplés, 14 habitants. Une journée également au Lido, île tout en longueur, sur les traces disparues du tournage de Mort à Venise, l'Hôtel des bains est en effet fermé depuis quelques années. Une belle journée qui nous a permis de faire une trentaine de km à vélo tout autour de l'ile, du phare de Alberoni à l'aéroport Nicelli, petit aéroport, mais un des plus beaux du monde de par son architecture et sa décoration art nouveau, en passant par le bâtiment du festival de cinéma, la longue digue des Murazzis et l'ancienne villa d'Hugo Pratt.

    Et pour rester dans l'ambiance, lecture de Les disparus de la Lagune, de Dona Leon, une aventure du commissaire Brunetti, qui nous emmène dans une sombre affaire de déchets toxiques du côté de Marghera, les usines que l'on aperçoit sur le continent lorsqu'on emprunte la longue digue qui permet d'accéder à Venise.

  • Amazonia

    L'Amazonie est d'actualité et le dernier roman de Patrick Deville tombe bien. L'auteur a beaucoup voyagé, beaucoup lu. Est-ce un roman ou plutôt un récit? En tout cas c'est foisonnant d'érudition, au point qu'on risque de se perdre parmi tous les personnages évoquées, leurs vies, leurs oeuvres, mais c'est tout de même formidable.

    Histoire, géographie, sciences, politique, révolution, colonisation, écologie, père-fils, tout est là.

    Ce livre done tout simplement envie de tout plaquer de notre quotidien rythmé par notre servitude volontaire et de partir, tout simplement, et de lire...

  • La porte qui fait parler les casadéens

    Très bel été, très beau retour des tapisseries, belle dans macabre, festival de musique très réussi, espérons le bénéficiaire, très beau temps... et même des cèpes, des myrtilles

    Les casadéens reconnaissent que cet été aura été une réussite mais ce qui les fait parler sans trop les solliciter c'est la porte qui a été installée entre le cloître et la place de l'écho.Depuis la révolution les habitants du village pouvaient emprunter le grand escalier qui monte au cloitre place de la fontaine, traverser le cloitre et se retrouver place de l'écho.

    Aujourd'hui ce trajet fait partie du parcours de visite, ce qui signifie que pour accéder au cloitre, il faut s'acquitter d'un droit d'entrée. D'où la mauvaise humeur des casadeens...

    La solution, il existe un pass nominatif à dix euros qui permet d'accéder toute l'année autant de fois que l'on veut au fameux parcours...

    Alors oui, j'ai joué gamin, il y a bientôt soixante ans dans le cloitre, au foot, au jokari à la pétanque, est ce que c'était mieux ou faut il se réjouir de la réhabilitation des lieux, de leur embellissement. Non ce n'était pas mieux avant(

    Esprits chagrins circulez...avec votre pass.