Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Cas@d€i

  • Vider les lieux

    Dans ce livre, Olivier Rolin évoque son déménagement de le rue de l'Odéon d'un petit appartement d'un immeuble où a vécu Thomas Paine dans ce que Adrienne Monnier appelait le quartier des lettres. Olivier Rolin y a vécu 37 ans soit la moitié de sa vie : un bail. Il le quitte parce qu'il est congédié  : la loi du marché immobilier. Déménager signifie faire des paquets, faire du tri, revoir sa vie défiler. Le moindre objet évoque des souvenirs, des voyages, des rencontres.

    Et puis il y a les lettres, environ 2 à 3000 et surtout les livres, environ 7000.

    Et là Olivier Rolin nous régale en évoquant ses lectures. C'est formidable et cela donne des idées de lecture bien éloignées de ce que nous propose les rentrées littéraires, les prix...

    J'ai retenu Héros et Tombes d'Ernesto Sabato dont je viens de commencer la lecture et je retournerai consulter au hasard des pages Vider les lieux pour trouver d'autres idées de lecture tant ce livre est fascinant.

  • Idées de génies

    Une plongée dans l'histoire de la physique. Comme c'est toujours compliqué, j'ai abordé ce live par petites touches. Il y a 33 textes originaux, c'est une sorte d'anthologie, accommpagnés d'un commentaire des auteurs qui situent le texte dans son contexte, historique, état des connaissances du moment...

    Cela va de Galilée qui étudie la chute des corps à Weiss, Barish et Thorne qui observent en 2017 les ondes gravitationnelles dont l'existence a été prédite dès 1916 par Einstein en application de la relativité générale.

    De même Urbain Le Verrier, en 1846, prédit l'existence de Neptune, il "vit cette planète au bout de sa plume" et indiqua son emplacement exact avant que le mois suivant Johann Galle de Berlin ne confirme la découverte par l'observation.

    Et bien sûr toutes les grandes étapes de l'établissement de la mécanique quantique sont évoquées. C'est ardu mais passionnant.

     

  • La Gloire de l'Empire

    Tour de force. Canular littéraire. Jean d'Ormesson juste après mai 68 rédige ce roman  d'une écriture très classique, un roman d'histoire, un roman d'aventures, un roman d'amours, de passions, un roman philosophique, et ce au moment où les intellectuels s'attachent justement à déconstruire, le roman, le style, l'histoire, les moeurs, les religions.

    D'ormesson invente ici un empire qui n'a jamais existé, un "saint empire méditerranéen et asiatique" qui s'étend de siècles en siècles du Portugal à la Corée. A cette occasion, il pastiche les plus grands auteurs à grand renforts de citations , mêle les épisodes réellement historiques à ceux nés de son imagination débordante. et l'œuvre a une cohérence étonnante, on ne lâche jamais l'affaire, on s'identifie aux personnages, à leurs angoisses, leurs peines, leurs joies, leurs hésitations. 

    Agir ou bien se mettre en retrait? Conquérir, tuer, torturer, exécuter, prier, pardonner, Que faire, quand,...? 

    A quoi bon tout cela finalement?

    Pour in fine faire le choix de l'ascèse et du renoncement.

    Un très très grand roman, un chef d'oeuvre de la littérature.

  • Chronique casadéenne 2022

    Je ne fais plus qu'une chronique casadéenne par an depuis 2016 année où nous avons vendu notre maison de la place du Monument pour la troquer contre une maison plus commode et plus proche de notre domicile de Bordeaux dans le Gers entre Lectoure et La Romieu, pas loin du chemin de Saint Jacques.

    Pas de changement majeur visible à La Chaise Dieu depuis l'an dernier. Peu de travaux à mentionner sur le site de La Rayonnante abbaye, si ce n'est,, enfin les toilettes publiques de l'abbatiale et le rafistolage de la place Lafayette en attendant mieux. les travaux annoncés dans ma chronique de 2020 restent à effectuer.

    Mais il y a un changement majeur dont la portée ne pourra se vérifier qu'au fil des prochaines années. Le directeur du festival Julien Caron a rejoint Marc Minkowski comme délégué général des Musiciens du Louvre. L'annonce en avait été faite fin 2021 et le Conseil d'administration a choisi un jeune violoniste originaire de Nice, Boris Blanco. Le jeune homme est bardé de diplômes, CNSMD de Paris, Master de l'Universität für Muzik de Graz et d'une autre Master "Arts et Politiques" effectué à Sciences-Po Paris, il est en outre fondateur d'une festival à Grasse. Graz et Grasse donc

    Cette année il a eu "simplement" à mettre en oeuvre la programmation préparée par Julien Caron avec sans doute quelques ajustements. C'est l'an prochain qu'il pourra réellement commencer à imprimer sa marque. Gageons qu'il le fera avec prudence.

    Notons également le renouvellement du conseil d'administration toujours présidé par l'ancien président du conseil départemental Gérard Roche mais dont la principale cheville ouvrière Jean-Michel Pastor n'a pas sollicité le renouvellement de son mandat. C'est Daniel Boudet, secrétaire général et bénévole actif depuis de très nombreuses années sans lequel le festival aurait bien du mal à exister qui assurera la vice-présidence.

    Nous avons assisté à six concerts, tous excellents : Il Sedecia de Scalatti (1660-1725) par l'ensemble Les Accents sous la direction de Thibault Noally, sous titré, formidable récit de la chute de Jerusalem devant Nabuchodonosor qui marque le début de l'exile babylonien des juifs, puis Rhapsodie in blue, Concerto pour la main gauche de Ravel et Danses Symphoniques de Rachmaninov : Daniel Lively a fait la preuve de sa virtuosité et Amaury du Closel a été une vraie révélation pour nous avec le Berliner Symphoniker. C'est un chef français et compositeur très actif en Allemagne. Les deux Te Deum de Charpentier (1643-1704) et surtout de Desmaret (1661-1741) interprétés par l'ensemble  Les Surprises ont été un autre grand moment. Adam Laloum à l'auditorium, très concentré, nous a enchanté au piano avec Schumann (1810-1856). Les cris de Paris, dirigé par Geoffroy Jourdain, nous ont fait rédécouvrir l'aube de la musique baroque avec David et Salomon de Heinrich Schütz (1585-1672). Enfin, les Cuivres et Percussions de Saint-Etienne nous ont offert un voyage musical de qualité dans le genre avec Tableaux d'une exposition de Moussorgsky (1839-1881), et des pièces de Piazzola (1921-1992), Jim Parker  (1934-) et Aaron Copland (1900-1990).

    L'offre en termes de restauration s'est rétrécie depuis l'an dernier : La grignotte est restée fermée, La part des anges (tapas) n'est ouverte que Cinq soirs par semaine. Le lion d'or ne propose qu'un menu unique. il faut donc alterner entre le Four a bois et ses pizzas et salades et le bliz'art où l'on est reçus très aimablement avec un peu de cuisine originale dès lors que l'on consacre l'essentiel de ses moyens à la musique et pas à la restauration. Une adresse, excellente tout de même l'Auberge de Chassignoles près de Champagnac le Vieux  ou de Brassac les mines pour ceux qui viennent en train propose un menu unique le dimanche midi à 28 euros, bien élaboré avec d'excellentes saveurs, un vrai régal dans un charmant village. Et bien sur il y  a toujours la pâtisserie du Moine Gourmand reprise par deux des frères Dumas qui vaut le voyage et dans un autre genre les feuilletés aux champignons de Lionel Duffieux...Il n'y a plus de marché le dimanche mais il subsiste de nombreuses épiceries et un coiffeur chez laquelle je prends RV chaque année pour la rentrée.

    Les expositions ne manquent pas!  On peut toujours  c'est un émerveillement chaque fois admirer ls tapisseries flamandes de l'abbaye et puis pour compéter Tisser la nature avec des tapisseries dans l'ensemble plus contemporaines et toujours la famille Guillemin (Pierre et Isabelle, père et fille) et Dominique Coutanson pour leurs aquarelles et leurs sculptures, la galerie d'Armel Julien, rue de la côte qui proposait de très belles céramiques en plus de ses propres peintures et la nouveauté de l'année la Galerie de photos d'Alexandre Vigot place du monument. On lui souhaite longue vie.

    Un regret, les absents, ceux qui ne sont pas venus cette année pour cause de maladie, on pense bien à eux.

    Un remerciement tout particulier aux professionnels du Four à bois emmenés par l'infatigable et toujours souriant Ugo.

    Une dernière recommandation l'ouvrage publié en 2018 par l'association Mémoire de La Chaise-Dieu animée par Yvette Baylot-Pépin consacré à l'histoire illustrée par des cartes postales et des photos des commerces du bourg tout au long du XX siècle, une façon originale de s'approprier le village.

     

     

  • Les métamorphoses

    Belle lecture, un peu ardue. Ovide nous propose tout simplement une histoire du monde depuis sa création jusqu'à l'avènement d'Auguste. Ovide (43 av JC - 17 ou 18 après JC) a écrit une oeuvre monumentale qui a traversé le temps et inspiré les peintres, les sculpteurs, les poêtes, les dramaturges, de toutes les époques.

    On y croise tous les dieux de la mythologie,  tous les héros, quelques mortels, familiers et méconnus, qui affrontent des aventures et des situations inouïes, toujours soumis à la volonté des dieux qui les changent en pierre, en porc, en arbre, en ruisseau, en oiseau... On s'y perd! il y aurait 138 personnages!

    A ne pas manquer  dans le livre 15 la leçon de philosophie de Pythagore d'une actualité étonnante en cette époque de changement climatique.

  • Musique en chemin

    C'est cette année la treizième édition de ce petit festival de musique qui se tient chaque année à La Romieu dans le Gers où les deux fondateurs de La Main Harmonique et du choeur Ambrosia nous donnent rendez vous chaque année en juillet.

    La collégiale était pleine hier soir 22 juillet pour écouter  le concert Kaleidoscope : une diversité foisonnante de musiques polyphoniques de la renaissance musicale et des premiers baroques en Angleterre, en France et en Italie, interprétés par Frédéric Bétous, contre tenor et direction, Nadia Lavoyer et Judith Derouin, sopranos, Steve Zheng ténor et Marc Busnel, Basse et bien entendu le choeur Ambrosia.

    Des textes explicatifs lus par les chanteurs apportaient également un éclairage bienvenue et la distribution des textes des oeuvres aurait été un plus apprécié.

  • Le fleuve impassible

    Ce fleuve impassible c'est l'estuaire de la Gironde, fruit du confluent de la Dordogne et de la Garonne. La Dordogne étant elle-même le fuit de la fusion de la Dore et de la Dogne.

    L'auteur de ce bel ouvrage, Pierre Siré (1900- 1982), est un enfant de cet estuaire puisqu'il est né chez ses grands parents sur l'île Verte , l'une des iles de l'estuaire, sise après la confluence, le Bec d'Ambès, aux côtés de l'île nouvelle, de Fort Pâté,  de Patiras, de l'île Margaux, au droit de la Citadelle de Blaye.

    Pierre Siré a effectué une carrière de juriste tout au long de sa vie, il a notamment été un spécialiste du droit des marques et à oeuvré pour la défense des droits des vins de Bordeaux.

    Mais il est tout au long de sa vie resté marqué par ses années d'enfance passées lors de ses vacances sur l'île verte où son grand père était régisseur d'une propriété viticole qui employait plusieurs dizaines de salariés et dont les familles vivaient sur l'île.

    C'est aujourd'hui un monde totalement disparu. il n'y a plus d'habitants à demeure sur les îles de la Gironde, victimes ces dernières années de tempêtes à répétitions. Ce qui a fait la fortune de ces iles à la fin du XIX et au début du XX siècle c'est le Phylloxéra! Le puceron a l'origine de cette maladie ne supporte pas l'eau et en conséquence, les vins dits de palus ont pendant plusieurs décennies pallié la catastrophe qui a sévi sur le continent jusqu'à ce que de nouveaux cépages résistant à la maladie soient implantés avec succès.

    Pierre Siré nous dresse donc un portrait exhaustif de ce monde attaché au fleuve : vignerons, pêcheurs, agriculteurs, marins, des vapeurs, des gabares, des yoles, des filadières, du port de bordeaux, des petits ports de la Gironde...Blaye, Pauilac, saint Estephe, Grattequina, Beychevelle, Vitrezay...

    La lecture de ce livre, permet d'approcher la complexité de cet estuaire, le flot, le jusant, deux fois par jour, les courants, les contre courants, les coefficients de marée, la vie et les déplacements calés sur ces impondérables, les difficultés de la navigation en l'absence de moteurs, les bancs de sable, les vasards (iles en formation).

    Cette évocation est élogieuse, presque paradisiaque, Pierre Siré règle au passage ses comptes avec Mauriac auquel il reproche de n'avoir rien compris au port et au fleuve.

    J'ai eu l'occasion récemment de me rendre sur l'île nouvelle, également nommé à un moment de son histoire l'île sans pain, l'île appartient désormais au Conservatoire du Littoral et est gérée par le département de la Gironde. On peut y voir ce qui reste après réhabilitation des murs extérieurs de la maison du régisseur, de celle du maitre de chai, des habitations ds ouvriers et de l'école. Personne n'y habite car le risque de submersion est réel. C'est émouvant de se dire qu'il y a une centaine d'année c'est là que la société décrite par Pierre Siré vivait. C'était loin d'être le paradis, le vie y était dure, les familles étaient payés en litres de vin, l'alcoolisme y a fait des ravages, le travail était dur, la discipline sévère.

    Cette escapade sur l'Ile nouvelle, je l'ai effectué avec l'université du Temps libre (UTL) à la suite du cours que j'ai suivi toute l'année sur l'estuaire de la Gironde. Les différents salariés de Terre et Océan (www.terreetocean.fr) se sont relayés pour nous enseigner les multiples aspects de l'Estuaire, son histoire de la préhistoire à nos jours, sa géographie, le changement climatique, la faune, la flore, la navigation. 

    De quoi mieux appréhender ce fleuve qui s'écoule sous nos fenêtres, impassible, mais qui vit et d'une certaine façon meurt et que nous connaissons si mal puisqu'il ne nous semble plus indispensable dans nos activités quotidiennes. 

  • La Stupeur

    C'est le dernier ouvrage d'Aharon Applefeld, né en 1932 à Czernowitz en Bucovine, soit aujourd'hui en Ukraine et décédé en 2018 en Israël, il est enterré à Jérusalem dans le carré des "êtres précieux". Ecrit en hébreu, il est traduit par Valérie Zenatti.

    Irena, jeune paysanne mariée depuis quelques années à Anton, sans enfants, découvre un matin que ses voisins, le mari, sa femme et leurs deux filles, juifs, qui tiennent un petit commerce sont alignés devant chez eux sous la garde d'un gendarme qui se réclame de l'ordre d'allemands. La situation se dégrade au fil des heures, ils doivent se mettre à genoux, puis creuser une fosse et seront exécutés dans la nuit sans qu'Irèna ait le courage de leur venir en aide.

    Irena qui est régulièrement battue et violée par son mari avec l'appui de ses parents, finit par fuir le domicile conjugal. Commence alors sa mission. Elle clame à tous ceux qu'elle rencontre, paysannes, prostituées, dans les auberges, que Jésus était juif, et que lever la main sur ses descendants est criminel. Elle n'est pas crue.

    Irena ira au bout de son exaltation.

    James Joyce a écrit que "l'Histoire est un cauchemar dont je cherche à m'éveiller". C'est aujourd'hui d'une actualité renouvelée car la stupeur nous saute au visage chaque jour, avec cette acharnement archaïque de l'homme à détruire et le besoin de quelques uns de réparer.

     

     

     

  • La Divine Comédie

    Lecture en cent jours, le matin au réveil dans mon lit. l'oeuvre comprend en effet trois cantiques : l'enfer, le purgatoire et le paradis et chacun d'eux est composé de 33 chants sauf l'enfer 34.

    Il y a longtemps que je me disais qu'il fallait lire ce chef d'oeuvre de la littérature, ce texte fondateur de la langue italienne. Ne lisant pas l'italien j'ai après beaucoup d'hésitations choisi la traduction de Jacqueline Risset.

    La lecture n'en est pas facile pour autant. Il y a en effet beaucoup de notes qui renvoient à la fin de l'ouvrage et qui sont indispensables pour situer les nombreux personnages cités que j'avoue ne pas connaitre qu'il s'agisse de contemporains de Dante et donc de Gibelins ou de Guelfes ou de personnages mythologiques, d'Ovide en particulier.

    On sait que Dante parcourt les différents cercles de l'Enfer puis du Purgatoire et enfin du Paradis. Il est d'abord accompagné par Virgile, puis par la fameuse Béatrice son ancienne bien aimée disparue prématurément et enfin dans les dernières étapes du Paradis par Saint Bernard de Clairvaux.

    La terre est au centre de l'univers, Lucifer est au centre de la terre sous la ville de Jerusalem et Dante le rencontre à la fin de son voyage en enfer après avoir rencontré toutes les pêcheurs maudits pour l'éternité de châtiments de plus en plus cruels. Il y a de nombreuses considérations astronomiques forcément un peu datées.

    Le Paurgatoire,est lui situé sur une montagne que l'on gravit au fur et à mesure que l'on expie ses pêchés (orgueil, envie, colère, paresse, avarice, gourmandise, luxure). Au Paradis, Béatrice ayant pris le relai de Virgile, on croise des saints, chaque ciel correspond à une planète : lune, Mercure, Venus... puis, les anges, les archanges, les apôtres, Jean-Baptiste, Pierre, la vierge Marie, avant, dans une lumière indescriptible de rencontrer Dieu...

     

  • Guerre

    Bien entendu je n'ai pas résisté. Un Céline inédit. J'ai lu il y a bien longtemps Le Voyage, Mort à crédit, D'un château l'autre, je ne pouvais pas ne pas lire cet inédit.

    En plus l'action se déroule à Hazebrouck le berceau de ma famille paternelle, via mon arrière grand-père, fermier flamand qui y a vécu et mon grand-père qui y est né, et ce n'est pas sans nostalgie que j'en parcours les rues quand l'occasion se présente. 

    Le roman est pour partie autobiographique. Au départ Ferdinand blessé au front à la tête et au bras parvient en marchant tant bien que mal à rejoindre des camarades qui le rapatrient à l'arrière vers Dunkerque mais le débarque à Hazebrouck au vu de l'aggravation de son état.

    Il est soigné et Céline nous décrit l'ambiance de cees chambrées à l'hôpital saint Jacques, les estropiés gémissant, l'agonie, les soeurs infirmièrespatients qui soulagent l'appétit sexuel des , les médecins qui amputent à tour de bras, les services de renseignement qui traquent les traitres... et les exécutent quand ils en trouvent, il y a là un souteneur, Cascade et sa femme, prostituée, Angèle, qui fait de l'argent avec les bataillons anglais ou écossais.

    Céline dénonce à coeur joie, vocabulaire argotique, de caserne, pornographie, les femmes en prennent pour leur grade, les militaires aussi, toute l'humanité, personne n'en réchappe. La guerre c'est vraiment moche!

    Ce n'est sans doute  pas du grand Céline, le style est là, il y a des perles, c'est peut être un brouillon que Céline aurait revu, corrigé s'il ne lui avait pas été volé mais c'eut été dommage tout de même de ne pas le publier