Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Cas@d€i

  • Avant la dernière ligne droite

    J'ai découvert Patrice Franceschi en lisant De l'Esprit d'Aventure qu'il a publié avec Gérard Chaliand en 2008. J'ai aussi lu ses nouvelles publiées sous le titre Première personne du singulier qui relatent des situations impossibles dans lesquelles les personnages doivent prendre des décisions rapidement au risque de leur vie. Ces nouvelles, quatre si je me souviens bien ont été distinguées par le prix Goncourt de la nouvelle.

    Avec Avant la dernière ligne droite, Franceschi écrit des mémoires à l'aube de ses soixante ans. Baroudeur, écrivain, cinéaste, combattant, humanitaire, il a déjà vécu des dizaines de vies et il les relate ici.

    D'origine corse, Son père était militaire en Afrique, à l'adolescence il construit des maquettes d'avions et de bateaux, il est scout... avant sa majorité il fuit du domicile familial pour échapper aux études qui l'ennuient et se retrouve en Guyane puis au Brésil, Giscard arrive au pouvoir abaisse la majorité à 18 ans : il est libre. Il va partir dans les forêts équatoriales du Congo avec des amis ou trop inexpérimenté il va échapper par miracle à la mort. Le récit de cette épopée est hallucinant.

    S'en suivent des expéditions le long du Nil, puis en Afghanistan où il va combattre plusieurs années aux côtés des afghans contre les soviétiques, au secours des boat people. Eclectique il va réaliser le premier tour du monde en ULM dans des conditions spartiates incroyables, sans assistance.

    Plus récemment, il s'engage avec son bateau La Boudeuse, plutôt ses bateaux, puisque le premier fera naufrage.

    La Boudeuse fait l'objet d'un petit album photo sur ce blog à l'époque où elle était amarrée face à la Bibliothèque François Mitterand. https://la-boudeuse.org

    Un livre d'aventure sans notes, écrit de mémoire en huit mois. Un livre d'admiration pour toute les personnes rencontrées au cours de ses périples, ses amis, ses soutiens, pas un mot sur ses ennemis, rien sur sa vie privée qui ne regarde que lui, le contraire d'un people.

    Et un titre qui en dit long car non content d'avoir eu mille vies, Patrice Franceschi se dit que dans la dernière ligne droite, comme les athlètes, il faut accélérer, pas question de ralentir avec l'âge, nous n'avons en effet qu'une vie.

  • VIVA

    L'ivresse de la littérature et de la révolution... A vrai dire avec ce livre, je crois que c'est le dernier ouvrage de Patrick Deville paru, il vaudrait mieux parler d'étourdissement.

    Deville utilise le même procédé que dans Equatoria, des allers et retours biographiques de nombreux personnages et les réflexions contemporaines de l'auteur. On est ici au Mexique dans les années trente et quarante et les personnages sont imposants : Léon Trotsky en exil, Frida Kahlo et Diego Rivera, Malcom Lowry, Arthur Cravan.

    Ce qui réunit ces artistes ce n'est pas vraiment l'art mais plutôt l'action politique. En arrière plan, il y a les luttes entre les partisans de la quatrième internationale créée par Trotsky et ceux qui sont restés staliniens et qui veillent au grain.

    On se demande sans le comprendre vraiment pourquoi Mexico est devenu le centre de cette lutte et la destination de tant d'intellectuels, il semble qu'il faille faire le voyage de Mexico, on y croise même André Breton, qui au passage en profitera pour piller un peu d'arts premiers.

    Si on excepte Trotsky, il semble qu'on boive beaucoup, les amitiés et les amours sont fugaces, les trahisons nombreuses et on se demande vraiment comment Malcom Lowry est parvenu à écrire son célèbre roman Au dessous du volcan, ce n'est pas ce livre qui nous l'expliquera vraiment, tant le récit est décousu...

    Petite déception donc...

  • Equatoria

    j'avais adoré La peste et le choléra qui m'avait fait découvrir Alexandre Yersin, le savant français vainqueur de la peste, et c'est donc avec enthousiasme que j'ai abordé les rives du Congo

    Dans Equatoria, Patrick Deville évoque les vies de Savorgnan de Brazza, de Henry Stanley, Albert Schweitzer, Jonas Savimbi, David Livingstone...

    On voyage dans le temps du XIX au XX siècle et d'Ouest en Est de Sao Tomé e Principe à Zanzibar avec une petite excursion par Alger, qualifiée d'une des plus belle baies du monde.

    Alger parce que c'est là qu'avait été inhumé Brazza avant qu'en 2006, soit organisé le transfert de ses restes et de ceux de sa famille dans un mausolée à Brazzaville.

    Pour moi qui ait eu la chance de fréquenter certains de ces pays : Congo, RDC, Gabon, Burundi, Tanzanie, la lecture de cet ouvrage a été particulièrement réjouissante. Au-delà  de la biographie des explorateurs précités, on redécouvre aussi les régimes politiques marxistes qui ont sévi au Congo, à Sao Tomé, en Angola, en Tanzanie, à Zanzibar ...après les indépendances. C'est un peu effrayant...

  • Les impliqués

    Un polar polonais! La mode est au polar nordique alors cap sur la Pologne. J'ai rencontré l'auteur et son traducteur au Salon Lire en Poche à Gradignan (Bordeaux Métropole), une excellente manifestation avec conférence d'auteurs, dédicaces, la présence de toutes les librairies de Bordeaux...

    Zygmunt Miloszewski, l'auteur, a écrit un polar un peu particulier qui relie la Pologne d'aujourd'hui et on le découvrira au cour de l'enquête du procureur, son passé. Le procureur est un peu blasé, au milieu de sa vie, il s'ennuie, supporte mal sa hiérarchie et n'est pas très heureux en couple. l'affaire qui va l'occuper va lui apporter du changement et un trop plein d'émotions.

    Un matin il est appelé dans un monastère qui a été loué par un thérapeute pour un WE de thérapie basé sur la reconstitution de la constellation familiale. Les participants jouent chacun leur tour le rôle de la famille d'un des patients et cette constellation permet de mettre en évidence la cause des troubles, des angoisses... pourquoi pas... et peu importe, l'essentiel est que ce matin là l'un des patients est retrouvé mort avec la broche d'une rôtissoire enfoncé dans l'oeil. Le meurtrier est sans doute parmi les participants à la thérapie, mais lequel?

    Le petit plus : les impliqués a été publié par une maison d'édition basée à Bordeaux :http://mirobole-editions.com

  • Les damnés

    A la Comédie française jusqu'au 17 janvier. Les damnés c'est à partir du scénario de Visconti qui date de 1969 une pièce de théâtre qui conte la descente aux enfers de la famille Essenbeck (les Krupp) à partir de 1933.

    La montée du nazisme, l'appétit du pouvoir, la lâcheté vont déboucher sur l'élimination de tous les membres de cette famille jusqu'au transfert du pouvoir à un jeune malade mental nazi qui à la fin du spectacle tire sur le public à la kalachnikov.

    Les comédiens sont stupéfiants dans ce théâtre augmenté par la vidéo, les recours aux images d'archives, la musique...

    Les spectateurs sont les témoins impuissants de la montée de la barbarie... un peu comme aujourd'hui peut-être.

    Ne manquez pas ce spectacle dérangeant, violent, actuel, si vous en avez l'occasion.

  • Homo Deus

    Si vous avez aimé Sapiens (cf. Chronique de février 2016) vous aimerez Homo Deus. j'ai tellement apprécié Homo Sapiens que je n'ai pas attendu la traduction en français attendue pour septembre 2017 pour lire le nouvel ouvrage de Yuval Noah Harari, Homo Deus, une brève histoire de demain.

    Homo Sapiens était un ouvrage historique qui proposait une vision de l'histoire pour expliquer comment Homo Sapiens de simple chasseur cueilleur était parvenu à dominer la planète au point d'être en passe de la détruire.

    Dans ce nouvel ouvrage essentiellement spéculatif, Harari imagine le dépassement d'Homo Sapiens par un nouvel homme Homo Deus.

    Homo Sapiens aurait atteint ses objectifs qui ont été de tous les temps de lutter contre les famines, les épidémies et la guerre. Bien sût il y a toujours des famines, des épidémies et des guerres, mais l'homme du XX siècle dispose de tous les moyens scientifiques et techniques de combattre ces fléaux.

    L'homme va se donner d'autres objectifs : lutter contre la mort, garantir le bonheur, ce qui va conduire à augmenter Homo Sapiens et le transformer en Homo Deus.

    Les progrès du génie génétique et de la biochimie feront que peu à peu Homo Deus sera aussi différent d'Homo Sapiens qu'Homo Sapiens l'est d'Homo Erectus.

    Tout cela se fera au départ au nom de la lutte contre les maladies, rares puis courantes, il s'agira de corriger un défaut génétique, puis de prévenir, d'améliorer...ce processus est déjà l'oeuvre.

    Bien sûr ces technologies ne seront pas accessibles à tout le monde. Toutes les femmes par exemple ne peuvent pas s'offrir le test génétique qu'Angelina Jolie a utilisé pour décider de faire pratiquer une double mastectomie afin d'éviter un cancer...

    Parallèlement Harari fait l'hypothèse que l'émergence des robots dans les usines ou pour faire la guerre va rendre de façon croissante des bataillons entiers d'être humains inutiles. Jusqu'à présent, les Etats avaient besoin d'hommes en bonne santé pour asseoir leur puissance économique ou militaire, ce ne sera plus nécessaire demain. Les devenus inutiles passeront leur temps avec un revenu minimal à se droguer ou à jouer à des jeux vidéos, on le voit déjà...

    Enfin, peu à peu les algorithmes qui sont en train de nous envahir prendront le pouvoir sur les êtres humains. D'ores et déjà lorsque j'utilise Waze ou mon GPS pour aller d'un point à un autre, je renonce à recourir à mon libre arbitre et m'en remets à une machine, je fais confiance au GPS. Mais je fais confiance aussi à ma montre connectée pour décider da faire quelques pas supplémentaires, de dormir, de boire, de manger moins, d'accéler le rythme de ma course à pied et demain de décider que ma tension est trop élevée et qu'il est prudent de ne pas prendre de décisions trop importantes cet après-midi...

    il parait qu'avec 300 like Facebook est en mesure de mieux décrire mon profil psychologique que mon conjoint (heureusement je n'ai pas de compte Facebook), demain il me dira si mon conjoint est bien assorti à ma personnalité et me proposera d'autres opportunités, me suggèrera de changer mon plan de carrière...

    Alors l'avenir n'est pas écrit mais ce livre nous invite à nous poser de bonnes questions, à spéculer sur notre avenir pour peut-être continuer de le prendre en mains plutôt que de l'abandonner au Big Data.

  • Abbaye aux dames de Saintes

    Escapade touristique le WE dernier pour aller découvrir le parcours musical dont s'est dotée récemment l'Abbaye aux dames de Saintes en Charente-maritime.

    Saintes est une petite ville de 25000 habitants baignée par la Charente, au passé Gallo-romain prestigieux, capitale de la Saintonge, préfecture de la Charente inférieure jusqu'en 1810, sous préfecture aujourd'hui. Une ville moyenne au patrimoine culturel très riche et qui s'appuie sur cette richesse pour rester attractive.

    L'Abbaye aux dames fondée en 1047 a été une des abbayes les plus puissantes du grand Sud-Ouest de la France, bénédictine, et a compté jusqu'à 100 nonnes chargées d'instruire les filles de la noblesse. L'église Sainte Marie date du XII et les bâtiments conventuels du XVII. Prison à la Révolution puis caserne militaire, l'abbaye est depuis les années 1970 affectée à des activités culturelles et notamment à la Cité musicale, lieu de formation, de spectacle, de création, d'hospitalité, l'église reste à vocation paroissiale pour les habitants du quartier, il n'y a plus de nonnes. C'est le festival de musique de Saintes dont la première édition date de 1972 qui est à l'origine de la sauvegarde du site.

    L'ensemble est géré par une association qui emploie environ 25 salariés.

    Les artistes vivent sur place, comme les nonnes autrefois, le temps d'une résidence artistique, d'un festival, dans les cellules restaurées, ils répètent dans l'ancien réfectoire...

    En dehors des périodes de festival, le visiteur se voit proposer trois types de visites : une visite classique avec un audio-guide, et deux visites avec un casque sur les oreilles, la première axée sur la vie des nonnes autrefois, la seconde sur la musique, c'est celle que l'on a choisie.

    L'impression est fort agréable, la musique de qualité aborde tous les genres, c'est très pédagogique sur le plan musical sans oublier les grandes lignes de l'histoire de l'abbaye.

    Le parcours dure environ une heure et permet de découvrir l'ensemble abbatial, de la cour au clocher typiquement roman saintongeais, en passant par l'église, le cloitre... le tout en musique. Une douzaine d'étapes c'est fort agréable.

    Evidemment, une comparaison avec La Chaise-Dieu s'impose. L'ensemble est libre d'accès on peut le parcourir en toute liberté sauf la montée au clocher. Très peu de voitures sur le site. L'aménagement est très sobre, minimal. La richesse du lieu tient à l'architecture typiquement saintongeaise mais incontestablement La Chaise-Dieu dispose d'atoûts introuvables à Saintes : la majesté du lieu, l'architecture gothique languedocien, le jubé, les stalles, les tapisseries, la danse macabre, Clément VI...

    A retenir donc l'idée qui parait séduisante de trois parcours différents au choix du public, en toute autonomie pour huit euros.

    Autre idée que nous n'avons pas testée mais qui aurait son sens à La Chaise-Dieu, l'offre de 33 chambres simples ou double dans les anciennes cellules des nonnes à des prix modérés 50 à 60 euros pour deux personnes.

    http://www.abbayeauxdames.org

  • Un Au Revoir à la Place du Monument de La Chaise-Dieu

    Treize ans de présence intermittente place du Monument à La Chaise-Dieu. C'est terminé! Le camion de déménagement a quitté la place mardi vers 12:30.

    La Place du Monument c'est un peu le poumon de La Chaise-Dieu. Située en dessous de la place de la Fontaine ou de l'abbaye, on peut s'y garer pour aller chez l'épicier, acheter le journal, boire un verre.

    Il y a encore des commerces, un marchand de champignons, un apiculteur et un aquarelliste renommé, l'été.

    C'est la Place du monument aux morts. Les officiels  et les pompiers s'y rassemblent plusieurs fois par an pour les cérémonies républicaines. C'est là qu'on a célébré après la guerre le retour des prisonniers.

    Il y a le marché deux fois par semaine, le jeudi surtout et le dimanche parfois, dès le matin on entend de son lit les commerçants ambulants qui installent leur étal. Boucher, poissonnier, primeurs, miel, oignons, fleurs... il ne manque rien pour le quotidien.

    Dès sept heures le matin on entend les cloches de l'Abbatiale, on les entend aussi pour la messe dominicale et pour tous les sacrements : baptêmes, mariages et le plus souvent malheureusement enterrements.

    Au débouché de l'ancien chemin de Brioude par lequel est peut-être arrivé Robert de Tullande, la Place du monument voit passer les randonneurs, les VTT, les quadistes, les motards..., les pèlerins et plus récemment la grande famille de La Clauze.

    Place du Monument passent aussi les clients du Syndicat d'initiative (provisoirement), les collégiens et leurs enseignants, les cars de ramassage scolaire et pendant le festival de musique c'est deux fois par jour le défilé des bénévoles de tous âges qui vont se restaurer au collège et aussi parfois des musiciens...

    Un lieu de rencontre et d'échanges pour les habitants du bourg et des villages.

    On a beaucoup aimé habiter cette place, partager le quotidien de ses habitants, se sentir un peu de là.

    On reviendra voir ce qu'elle devient, ce que deviennent les casadéens

    Restez attentifs! On vous souhaite le meilleur.

  • A la lumière de ce que nous savons

    Autant le dire tout de suite , ce roman est exceptionnel par son ambition, l'ampleur des thèmes abordés, l'interêt toujours renouvelé au fil des pages, un roman total. De quoi s'agit-il? de deux tranches de vie de deux amis que les circonstances ont séparés et qui se retrouvent un matin autour d'une table de cuisine. Zafar revient chez le narrateur à Londres, jamais nommé, il ne se sont pas vus des annéess.

    Le narrateur est d'origine pakistanaise, ses parents étaient diplomates aux Etats-Unis, il a fait toutes ses études, brillantes, dans les grandes écoles, il a été banquier d'affaires, fait un beau mariage, mais celui-ci part à vau l'eau, on en saura guère plus et la crise financière de 2008 a eu raison de lui, sa banque a fini par le virer, il était actif dans les subprimes...Il a tous les codes du capitalisme anglais et américain.

    Zafar, lui est originaire d'une famille très pauvre du Bangladesh, il est autodidacte mais a réussi à intégrer Oxford, brillant mathématicien , il fait de la finance à Wall street avant de quitter cet univers et de partir pour le sous continent indien, en Afghanistan. Par devoir, du fait de ses origines?...

    On va donc aborder dans ce roman, les mathématiques, la finance, la crise de 2008, le conflit en Afghanistan, la géopolitique, le Nation building, l'aide humanitaire, les services secrets pakistanais, l'exil, la manipulation, l'intégration, le complexe des origines, l'amour impossible entre Zafar et Emily, so british..., bref le monde du XXI° siècle.

    Les références littéraires publiées en tête de chaque chapitre outre qu'elle témoignent de l'ambition littéraire et du patronage revendiqué par l'auteur sont autant de prolongement du livre.

    je l'ai lu en anglais, publié en français chez Christian Bourgois

  • maman

    Hier, 4 septembre 2016, maman aurait eu 100 ans. Elle aurait été ravie de savoir que cet anniversaire coïnciderait avec la canonisation de mère Teresa, mais peut-être l'a-t-elle déjà rencontré, au cieux où elle était certaine d'aller après sa vie terrestre.

    Bon anniversaire maman.