Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Cas@d€i

  • Yes we can!


    « Si vous en avez assez de parler à des inconnus sur Internet, essayez de parler à quelqu’un dans la vie réelle. Si quelque chose a besoin d’être remis en état, lacez vos chaussures et tentez d’organiser les gens autour de vous. Si vous êtes déçu par vos élus, achetez un cahier, rassemblez des signatures et présentez-vous à la prochaine élection. Montrez-vous. Jetez-vous à l’eau. Persévérez. Parfois vous gagnerez. Parfois vous perdrez. »


    En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2017/01/11/pour-ses-adieux-barack-obama-invite-les-americains-a-s-engager_5060654_3222.html#r1litDd1Zf4YL3sL.99

  • Don Juan revient de guerre

    Une belle pièce de théâtre au TNBA, Théâtre National de Bordeaux Aquitaine, proposée par la Comédie de l'Est basée à Colmar en Alsace.

    Une pièce écrite par Odon von Horvarth (1901-1937) un auteur hongrois de langue allemande, mort accidentellement à Paris écrasé par la chute d'une branche de marronnier.

    Une mise en scène épurée, très alerte avec seulement trois comédiens, Nils Ohlund qui joue don Juan et deux comédiennes très inspirées, Carolina Pecheny et Jessica Vedel qui interprètent 35 rôles de femmes en 24 tableaux.

    Ce Don Juan est allé à la guerre de 14-18, il en revient transformé, malade de la grippe espagnole et obsédé par son passé au point qu'il recherche sa fiancée, abandonnée à la veille de la guerre pour une aventure sans lendemain.

    Il erre donc de rencontres en rencontres et toutes les femmes rencontrées lui renvoient le miroir de son passé l'absence de sens de sa vie. le contexte est marqué par la fin de la guerre, l'inflation, les pénuries, le regret de la belle époque, l'arrivée des années folles, de la musique américaine, l'émancipation des femmes...

    A la fin, notre Don Juan découvrira ce que l'on sait depuis le début : sa fiancée est décédée en 1915, folle...

    Une très belle réalisation.

    Jusqu'à la fin de la semaine à Bordeaux puis à Versailles, Epinay sur Seine, Oullins ...

  • Estuaire

    Masse1508.jpgCette très belle carte est l'oeuvre de Claude Masse (1652-1737) , ingénieur du Roi. Elle est visible à l'exposition Estuaire aux Archives départementales de la Gironde jusqu'au 17 mars.

    Un exposition remarquable, dans la très belle salle des voûtes, découverte à l'occasion de la conférence de Yannis Suire sur l'Aquitaine au début du XVIIIéme siècle, cartes, plans et mémoires de Claude Masse.

    Claude Masse a passé 35 ans à arpenter les territoires situés entre Loire et Pyrénées pour cartographier les côtes et l'arrière pays afin de proposer des ouvrages de défense contre l'ennemi de toujours : les anglais, toujours menaçants : il y aura la guerre de sept ans (1756-1763), la perte du Canada puis en 1814, Lynch, maire de Bordeaux nommé par Napoléon qui livrera la ville aux anglais en soutien au futur Louis XVIII.

    Claude Masse sera non seulement cartographe mais aussi historien, économiste, ethnologue, allant bien au delà de sa seule mission militaire.

    Il habitait à La Rochelle mais mériterait davantage de reconnaissance à Bordeaux.

     

  • Séquelles

    La mode est au polar nordique, alors innovons! Voici un polar australien. on s'imagine déjà sur de belles plages avec de beaux surfeurs, lunettes de soleil, bodybuildés...

    Et bien pas du tout. Peter Temple un sud-africain d'origine né en 1946 qui vit en Australie depuis 1980 nous emmène à Cromarty au sud de l'Australie, en automne, et plus on est au sud, plus il fait froid: il y a de la pluie du vent, des landes, de la boue, on se croirait en Irlande...

    Le roman a été publié en 2006 et a été couronné de nombreux prix, méconnus ici : Ned Kelly Award, Ducan Lawrie Dagger.

    Au départ Joe Cashin, policier qui a été exilé dans un petit commissariat à l'écart de la criminelle à la suite d'une enquête désastreuse coule des jours tranquilles, répare la vielle maison de son oncle, promène ses chiens, sa solitude, son mal de dos... jusqu'à ce qu'il soit appelé pour le meurtre d'un notable local, mort sous la torture. Rapidement trois aborigènes sont inquiétés puis tués par la police dans ce qui ressemble à une embuscade. Tout le monde est content! Sauf Cashin qui trouve que l'enquête est bâclée et les coupables bien commodes.

    On découvre alors peu à peu l'envers du décor du rêve australien : racisme, omerta, policiers véreux, corrompus, drogue, prostitution, pédophilie; on verra qu'il n'est possible de compter sur personne et que les notables ont l'âme bien noire et que ceux qu'on admire le plus sont parfois très décevants.

    Pas très gai ce polar malgré quelques éclaircies d'humanité de temps à autre...

  • A propos de courage

    Tim O'Brien est né en 1946. Un peu plus âgé que moi. Mais il est américain, originaire du Minnesota. A 21 ans, il est envoyé à la guerre au Viet-Nam dans la 23 ème division d'infanterie, celle qui fut impliquée dans le massacre de My-Lai. il sert son pays de 1968 à 1970.

    Après la guerre, il reprend ses études à Harvard et il devient écrivain sans l'avoir prémédité.

    Toute son oeuvre est hantée par la guerre qu'il a livrée. Dans cet ouvrage, écrit 20 ans après, il se remémore son expérience entrecoupée de souvenirs de son enfance et de son adolescence, le temps d'avant. il ne dénonce rien, il ne prend pas partie, il décrit. La pluie, la boue, l'attente, les copains, la peur, la honte, la folie, la nostalgie, le courage, la solidarité...la mort des copains, l'hélico qui les ramène à la maison, les VC, les viet-congs... Tim O'Brien fait revivre les morts, ils ne le quittent pas y compris la petite Linda sa copine dont il était amoureux à l'âge de neuf ans

    La première partie qui donne son titre à l'ouvrage en anglais s'intitule "The things they carried", c'est saisissant, tout ce que porte un soldat, d'essentiel et d'accessoire.

    Le passage où il explique aussi pourquoi il renonce finalement après une semaine de réflexion à la frontière avec le Canada de ne pas déserter est magnifique. Finalement, il y va à la guerre parce qu'il manque de courage...

    Ce livre est vraiment à mettre dans toutes les mains pour comprendre ce qu'est la guerre, ce que sont les guerres et ce qu'est la compagnie des morts.

     

  • ALEP

    Cette photo d'ALEP date du 21 mars 2008. Lors de notre séjour au Liban (2005-2008) nous sommes parvenus malgré les consignes de sécurité strictes à faire quelques incursions en Syrie, à Damas bien sûr mais aussi lors d'un petit voyage organisé par Liban Trek entre Hama et Alep. Avec un guide syrien officiel.

    A Hama par exemple, nous avons admiré les norias sur les rives de l'Oronte, les mosquées,... mais notre guide n'a pas voulu même mentionner, sans les commenter, les "évènements" de 1982, à savoir la répression féroce, plusieurs milliers de morts, des frères musulmans par Hafez el Assad le père de Bachar. C'est un fait historique dont on ne parlait pas.

    J'ai réuni dans un album photo de ce blog (cf. Dans la marge de droite) les clichés d'ALEP pris à cette époque. J'ai le souvenir au premier abord d'une déception, on a beau magnifier Alep, c'était une ville grise, poussiéreuse. Si elle a été une des villes les plus riches du proche-Orient, ce n'était plus le cas. 

    En cherchant derrière les murs crasseux, il y avait cependant des trésors. Le musée archéologique par exemple présentait des pièces qui remontent à plus de dix siècles avant notre ère. Elles seraient en sécurité mais rien n'est sûr, ce sont des pièces fragiles.

    Dans le quartier Chrétien, arménien, de Jdeideh, il y avait des restaurants bien tenus à la réputation mondiale, comme Sissi, des lieux de mémoire qui sont aujourd'hui disparus, brulés, effondrés...

    Je me souviens qu'au moment de notre séjour les arméniens fêtaient Pâques, il y a avait du monde dans les rues, autour des cathédrales, pour aller aux offices. Les chrétiens représentaient environ 10 % de la population d'Alep et depuis le moyen âge, ils servaient d'intermédiaires avec l'occident.

    Les madrassas, les caravansérails... tout est effondré.

    Les souks étaient un des autres joyaux d'ALEP depuis le moyen âge, des ruelles tortueuses, avec leurs porteurs de pain, on y trouvait de tout, même de la viande de chameau, tout est détruit aujourd'hui.

    La citadelle était fière, elle est restée imprenable pendant plusieurs siècles...

    On verra parmi ces photos une mention en anglais qui commémore le génocide arménien. On attend un jour un mémorial dédié au martyr des habitants d'ALEP

     

  • De l'Oie Bleue au Cochon bleu

    La librairie-tisanerie L'Oie bleue avait ouvert en 2003 à La Chaise-Dieu, l'année où nous nous sommes installés dans notre maison de la Place du Monument. Pendant des années, jusqu'en 2015, cette librairie a été un de nos lieux privilégiés à La Chaise-Dieu. Eté comme Hiver, on pouvait y aller fureter, acheter un livre, en commander un, boire un thé, trouver un petit cadeau, un disque.

    En 2015, Fabienne a malheureusement fermé sa boutique et il n'y plus de librairie à La Chaise-Dieu. On y trouve encore quelques livres ici ou là mais essentiellement des guides touristiques ou des livres régionaux.

    Fin 2016, nous avons nous même quitté La Chaise-Dieu, après avoir vendu notre maison, trop loin de Bordeaux.

    Après quelques recherches en Gironde, dans les Landes, en Charente Maritime, nous avons trouvé une nouvelle maison de campagne du côté de Lectoure, en Lomagne gersoise. Et là, clin d'oeil sans doute, il y a une librairie restaurant, sous l'enseigne du Cochon bleu. L'opportunité de nouveau, de boire un café, un chocolat, déjeuner, lire le journal, acheter des livres surtout.

    Nous voici gersois en devenir.

    Notre nouvelle maison n'a rien à voir avec celle de La Chaise-Dieu qui était bi ou tricentenaire. Elle est récente, isolée, dans un hameau de moins de dix feux, dans une petite commune d'une centaine d'habitants, sans aucun commerce. La campagne à perte de vue, des champs de blé, de colza, de tournesol, de maïs, des vignes des Côtes de Gascogne, des petits vallons, les Pyrénées par beau temps à l'horizon. Les Chemins de Saint Jacques (voies du Puy et d'Arles), le Bastion de Lectoure, la collégiale de La Romieu, Condom, l'abbaye de Flarans à portée de bicyclette, et à la belle saison, l'été photographique de Lectoure, Jazz in Marciac, les corridas de Vic...

    Une petite aventure. Le changement c'est maintenant!

  • L'hiver de la culture

    Ce livre est paru en 2011 et n'est donc pas d'actualité mais un de mes amis dont la fille travaille chez Flammarion me l'a prêté, l'occasion de lire un ouvrage qui a fait à l'époque polémique.

    Jean Clair a une biographie qui fait autorité : conservateur des musées de France, au Musée d'art moderne, au Centre Pompidou, au Musée Picasso, il a aussi dirigé la Biennale de Venise, organisé des expositions internationales et écrit de nombreux essais sur l'art.

    Ici, c'est un cri, une dénonciation, une colère qui s'expriment tout au long de l'ouvrage. Inutile de résumer, il faut lire cette écriture ardente, belle, d'un homme déçu, sans doute aigri, qu'on accusera volontiers de ne regarder qu'en arrière, jamais devant, une nostalgie destructrice, sans aucune perspective, une vision réactionnaire sans appel.

    Le propos est brillant, argumenté, cultivé, assorti de nombreuses illustrations et citations, érudit à souhait.

    Jean Clair regrette que la culture se soit substituée au culte, que les oeuvres soient présentées hors du contexte qui les a vu naitre et qui justifiaient qu'elle fassent l'objet d'un culte. C'est l'idée même de musée qu'il conteste, notant que personne ne fait le signe de la croix devant une crucifixion dans un musée alors que c'est encore parfois le cas dans une église, surtout si elle est orthodoxe...

    La culture serait devenue et c'est un peu vrai un divertissement, une affaire de traders, un marché spéculatif ou l'Art occupe peu de place.

    L'art contemporain est vivement dénoncé mais c'est assez facile eu égard à ses excès "je pisse donc je pense"...

    Certes, mais que faire? L'auteur se complait à dénoncer mais ne formule aucune proposition pour remédier à la situation qu'il dénonce.

    Pour se faire je m'en vais lire l'ouvrage que Guillaume Cerutti vient de faire paraitre La politique culturelle, un enjeu du XXIème siècle, 20 propositions.

     

  • Avant la dernière ligne droite

    J'ai découvert Patrice Franceschi en lisant De l'Esprit d'Aventure qu'il a publié avec Gérard Chaliand en 2008. J'ai aussi lu ses nouvelles publiées sous le titre Première personne du singulier qui relatent des situations impossibles dans lesquelles les personnages doivent prendre des décisions rapidement au risque de leur vie. Ces nouvelles, quatre si je me souviens bien ont été distinguées par le prix Goncourt de la nouvelle.

    Avec Avant la dernière ligne droite, Franceschi écrit des mémoires à l'aube de ses soixante ans. Baroudeur, écrivain, cinéaste, combattant, humanitaire, il a déjà vécu des dizaines de vies et il les relate ici.

    D'origine corse, Son père était militaire en Afrique, à l'adolescence il construit des maquettes d'avions et de bateaux, il est scout... avant sa majorité il fuit du domicile familial pour échapper aux études qui l'ennuient et se retrouve en Guyane puis au Brésil, Giscard arrive au pouvoir abaisse la majorité à 18 ans : il est libre. Il va partir dans les forêts équatoriales du Congo avec des amis ou trop inexpérimenté il va échapper par miracle à la mort. Le récit de cette épopée est hallucinant.

    S'en suivent des expéditions le long du Nil, puis en Afghanistan où il va combattre plusieurs années aux côtés des afghans contre les soviétiques, au secours des boat people. Eclectique il va réaliser le premier tour du monde en ULM dans des conditions spartiates incroyables, sans assistance.

    Plus récemment, il s'engage avec son bateau La Boudeuse, plutôt ses bateaux, puisque le premier fera naufrage.

    La Boudeuse fait l'objet d'un petit album photo sur ce blog à l'époque où elle était amarrée face à la Bibliothèque François Mitterand. https://la-boudeuse.org

    Un livre d'aventure sans notes, écrit de mémoire en huit mois. Un livre d'admiration pour toute les personnes rencontrées au cours de ses périples, ses amis, ses soutiens, pas un mot sur ses ennemis, rien sur sa vie privée qui ne regarde que lui, le contraire d'un people.

    Et un titre qui en dit long car non content d'avoir eu mille vies, Patrice Franceschi se dit que dans la dernière ligne droite, comme les athlètes, il faut accélérer, pas question de ralentir avec l'âge, nous n'avons en effet qu'une vie.

  • VIVA

    L'ivresse de la littérature et de la révolution... A vrai dire avec ce livre, je crois que c'est le dernier ouvrage de Patrick Deville paru, il vaudrait mieux parler d'étourdissement.

    Deville utilise le même procédé que dans Equatoria, des allers et retours biographiques de nombreux personnages et les réflexions contemporaines de l'auteur. On est ici au Mexique dans les années trente et quarante et les personnages sont imposants : Léon Trotsky en exil, Frida Kahlo et Diego Rivera, Malcom Lowry, Arthur Cravan.

    Ce qui réunit ces artistes ce n'est pas vraiment l'art mais plutôt l'action politique. En arrière plan, il y a les luttes entre les partisans de la quatrième internationale créée par Trotsky et ceux qui sont restés staliniens et qui veillent au grain.

    On se demande sans le comprendre vraiment pourquoi Mexico est devenu le centre de cette lutte et la destination de tant d'intellectuels, il semble qu'il faille faire le voyage de Mexico, on y croise même André Breton, qui au passage en profitera pour piller un peu d'arts premiers.

    Si on excepte Trotsky, il semble qu'on boive beaucoup, les amitiés et les amours sont fugaces, les trahisons nombreuses et on se demande vraiment comment Malcom Lowry est parvenu à écrire son célèbre roman Au dessous du volcan, ce n'est pas ce livre qui nous l'expliquera vraiment, tant le récit est décousu...

    Petite déception donc...