Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Cas@d€i

  • Cités à la dérive

    J'ignorai totalement l'existence de Stratis Tsirkas (1911-1980) et de cet ouvrage, ou plutôt de ces trois ouvrages, intitulés Le Cercle, Ariane et La chauve-Souris, et réunis sous ce titre de Cités à la dérive. le premier a pour cadre Jérusalem, le second Alexandrie et le troisième Le Caire. L'action se déroule dans les deux dernières années de la seconde guerre mondiale.

    C'est à la lecture de Zone de Mathias Enard que je dois la découverte de cette fresque qui relate la résistance de la gauche grecque, exilée au Proche-orient, alliée de circonstance des britanniques contre l'occupant nazi de leur pays.

    On y croise des résistants de tendance stalinienne qui organisent des brigades militaires prêtes à rejoindre le front, mais aussi des résistants idéalistes, humanistes, des diplomates de sa Majesté, des autrichiens qui rêvent de restaurer la dynastie des habsbourg sur l'Autriche, des espions, des espionnes. Tout ce petit monde s'observe, se surveille, élabore des stratégies, dénonce, les couples se forment et se séparent, il y a des victimes, un combat permanent entre aspiration aux libertés individuelles et exigences de la lutte.

    On découvre à cette occasion combien effectivement la Grèce, et partant les grecs a souffert, il y a une excellente introdution historique, et on sait bien entendu combien cette résistance aura été mal récompensée à la fin de l'histoire, la Grèce allant pour de nombreuses années de dictatures en dictatures.

    Pas toujours facile à lire tant il y a de personnages, historiques et romancés.

    Il existe une adaptation cinématographique en huit épisodes :

     

  • Café de Paris

    Une belle adresse, rue de Buci, avec ma compagne de toujours, pour retrouver mes deux fils, et fêter la fête des pères et un anniversaire. Serveurs très aimables, service rapide, déco axée sur le cinéma, avec en particulier une grande affiche du Mépris de Jean-Luc Godard, avec Brigitte Bardot et Michel Piccoli pas trop de monde, conditions sanitaires impeccables ...Thon mi-cuit, riz vinaigré au gingembre, éclair au caramel et beurre salé, eau plate, pas d'alcool, on en sort en paine forme.

    Et un excellent souvenir, mon premier essai en trottinette électrique pour traverser le boulevard Saint Germain

    PS : La rue de Buci doit son nom à Simon de Buci, premier Président du Parlement de Paris en 1341.

  • Zone

    Ouf! une seule phrase sur 515 pages soit le nombre de kilomètres entre Milan et Rome. Ce roman est le récit très érudit des pensées, des souvenirs, d'un ancien espion, mais aussi d'un ancien criminel de guerre en Bosnie et en Croatie, qui fait le voyage en train pour aller céder au Vatican une précieuse valise pleine de documents compromettants amassés au cours de son ancienne vie. Son ancienne vie car il a usurpé l'identité d'un de ses anciens camarade de jeunesse devenu interné psychiatrique que tout le monde a oublié et il compte refaire sa vie. 

    Mais avant d'arriver à Rome , il évoque tous les conflits qui ont eu lieu en Méditerranée orientale depuis la guerre de Troie, jusqu'à la guerre en ex-yougoslavie, et pas du tout sous l'angle de la géopolitique, mais sous celui du vécu des personnages, des acteurs de ces conflits, d'Achille aux pieds agiles, à Marwan le palestinien dont le corps git dans la rue à Beyrouth et que sa compagne Intissar est déterminée à à aller hercher sous le feu des israéliens. 

    Le narrateur lui -même se remémore ses crimes, les exécutions sommaires, la mort de son compagnon d'arme, dans la boue, frère qu'il n'ira pas chercher, pas le temps, trop risqué, pas de sépulture pour celui-là. Et pas de sépultures non plus pour les milliers de juifs assassinés par les nazis.

    Le monde de Matthias Enard n'est pas beau à voir et on se dit à la sortie de cette lecture que le monde d'après n'est pas pour demain.

    Prix du livre Inter et prix Décembre en 2008, avant le prix Goncourt pour Boussole

  • Pavés de mémoire

    Place Saint Pierre à Bordeaux, Günter Demnig, un artiste allemand,  rend hommage aux victimes du national-socialisme en scellant les trottoirs de nombreuses villes européennes des "stolpersteine" (littéralement: pierre sur laquelle on trébuche). Ces pavés dorés, gravés au nom des victimes, sont scellés devant leurs derniers logements.

    Ici la famille Baumgart, les deux parents, les trois enfants, des juifs. Des pavés de ce type, il y en aussi à Bégles pour rendre hommage à des résistants français et sur la place des droits de l'homme à Bordeaux devant le palais de justice.

    Un bon objectif de promenade.

  • Li chin

    Victor Collin du Plancy est diplomate. il est le premier représentant de la France en Corée en 1890. il a réellement existé et il est l'un des premiers à s'être intéressé aux arts coréens et on lui doit l'amorce des collections du musée Guimet à Paris

    Li chin est elle un personnage de fiction, une orpheline devenu danseuse à la cour royale de Corée, la plus belle, la meilleure, éblouissante...Elle est évoquée dans un manuscrit de quatre pages retrouvées dans les archives du successeur de Collin.

    A t-elle été réellement sa maitresse, qui était-elle, nul ne le sait vraiment.

    Tour l'art de Shin Kiung look est d'inventer une idylle entre Collin et Li Chin. Il la voit danser à la cour, en tombe immédiatement amoureux, elle n'y est pas insensible et il parvient à obtenir de la cour qu'elle vienne vivre à la légation, puis il l'emmène en France ou elle va découvrir la modernité de l'époque, la liberté, avant de revenir en Corée. En France Elle rencontre Maupassant, Guimet, les rues de Paris, les musées, où elle s'étonne de la présence abondante d'oeuvres d'art étrangères, grecques romaines...qui ne sont pas à leur place... elle gagne un peu sa vie en proposant des ouvrages à la fondatrice d'une grand magasin...mais le mal du pays fait son oeuvre...Elle rentre avec Collin dans un premier temps puis il repart et elle affronte son destin, je vous laisse le plaisir de le découvrir. Il sera tragique.

    Cette plongée dans la Corée du XIX siècle finissant est intéressante aussi pour cette partie de l'histoire.La Corée à l'époque est la proie des missionnaires européens qui tentent de la christianiser, il en reste un petit quelque chose aujourd'hui, mais surtout des appétits de la Chine et du Japon, qui la domine sans vergogne, le pouvoir de la cour coréenne est une fiction, sans oublier l'ombre de la Russie et des puissance occidentales.

    Un livre attachant.

     

  • Le temps où nous chantions

    Formidable ce livre! Parfois quelques longueurs, mais au fil de la lecture on n'est de plus en plus en empathie avec les personnages.

    David, scientifique, juif, allemand, émigré aux Etats-Unis, passionné de musique rencontre Delia, jeune femme noire magnifique, épris elle aussi de musique, lors d'un concert sur la place du mémorial à Washington de leur idole Marian Anderson, contralto afro américaine.

    C'est le coup de foudre, ils se marient, ils ont trois enfants, Jonah, Joseph et la petite dernière Ruth. Chacun va suivre sa voie. Ils sont élevés pour être eux même indépendamment de leur couleur de peau. Mais la société le refuse.

    Le roman les suit des années quarante, la petite enfance, aux années 1980. Jonah devient un chanteur renommé, Joseph l'accompagne au piano, Ruth se rebelle, se fache avec Jonah, solidaire de ses frères noirs, ... Joseph essaie de jouer les intermédiaires. C'est toute l'histoire de l'Amérique, de la difficle émancipation, jamais achevée, des révoltes, des pogroms, Hiroshoma, Nagasaki, l'incompréhension du père de Daley qui estime que la bombe, surtout la second à la construction de laquelle David a contribué est un acte non seulement inhumain mais aussi raciste...Beaucoup de questions, de considérations, sur la musique, sur le temps, on croise Einstein et Gödel. vraiment un magnifique roman.

  • My absolute darling

    Ames sensibles s'abstenir! C'est un livre coup de poing à l'estomac qui vous laissera souvent sans voix qu'a écrit Gabriel Tallent!

    Turtle (Tortue, c'est ainsi que son père l'appelle) a quatorze ans. Elle n'a pas connu sa mère, elle vit seule avec son père, Martin, dans la forêt, dans une maison au désordre indescriptible, à Mendocino, en Californie, sur la côte du Pacifique. Son père est obsédé par les armes à feu, les couteaux, il a transmis sa passion à Turtle, il est à la fois intellectuel, il lit des livres de philosophie, écologiste non militant, un peu survivaliste, tant il est certain que le monde va à sa perte, et qu'il faut apprendre à se débrouiller tout seul. Il boit aussi, des bières, beaucoup de bières.

    Il adore sa fille, il l'accompagne tous les jours à l'école, veut qu'elle soit forte pour affronter l'adversité, passe auprès des enseignants et des autres parents d'élève pour un original un peu bourru, mais il déteste que Turtle fasse preuve d'un peu d'indépendance et surtout il abuse régulièrement d'elle, par amour? Et elle semble ambivalente sur ce sujet.

    Jusqu'au jour où Turtle rencontre dans la forêt deux jeunes lycéens, Jacob et Brett, qui vont lui ouvrir les yeux sur l'extérieur. L'éveil de ses sens à l'amitié va l'amener à prendre ses distances avec son père, ce qui va renforcer sa jalousie et lui donner le sentiment qu'elle le trahit. Elle va tout de même se lancer dans l'aventure de l'indépendance au risque de sa vie.

    Je vous laisse découvrir la suite, la description de la nature, de la forêt est magnifique, la tension est toujours à son comble, et le dénouement évidemment dramatique.

  • Déconfinement

    On va pouvoir sortir de notre cage d'un km de rayon, parfois je rêve d'être suédois! ou Espagnol, les plages réouvrent à Saint Sébastien!

  • Schopenhauer

    "Très peu de gens savent réfléchir mais tous veulent avoir une opinion"

    Cela nous plonge dans un abime de réflexions : j'en retire une : les journalistes devraient se donner pour mission de faire le tri entre toutes les opinions et mettre en évidence celles qui apparaissent les plus pertinentes plutôt que de les déverser sans aucune vérification des faits à charge pour les auditeurs téléspectateurs de faire eux-même le tri. Donner la parole aux auditeurs aux téléspectateurs aux lecteurs ce n'est pas un métier.

    Un bon exemple est celui du nombre de lits de réanimation en France et en Allemagne bien analysé par Patrick Cohen : Patrick Cohen C à vous

     

  • Déconfinement

    Les moins de 60 ans ont plus de chance de décéder d'une maladie cardio-vasculaire, de mort violente, de maladies infectieuses, parasitaires, respiratoires, de suicide... et pour les moins de cinquante ans d'un accident de la route, que du Covid19. Conclusions les personnes de plus de soixante ans doivent se protéger, les autres peuvent reprendre une activité avec précaution.