Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Actualité

  • Apeirogon

    Abir Aramin, 1997-2007. Smadar Elhanan, 1983-1997. Une palestinienne et une israélienne. La première abattue par la police israélienne par une balle en caoutchouc qui lui pénètre par la nuque, la seconde par un commando suicide palestinien, sur le chemin de l'école dans les deux cas. Deux innocentes.

    Le conflit israélo-palestinien a des centaines de facettes comme un apeirogon, cette figure géométrique au nombre d'arêtes infini.

    Colum Mc Cann nous les met en évidence dans un roman à l'articulation très originale, des faits, des souvenirs, des réflexions, des combats, des références historiques et littéraires. 

    Les pères de Smadar et Abir ont fondé Le cercle des parents, des parents israéliens et palestiniens qui donnent des conférences en faveur de la paix, partagent leurs expériences.

     Instagram : theparentscircle

  • La guerre du Péloponnèse

    A la veille du confinement, j'ai regardé dans ma bibliothèque et suis retombé sur ce vieux bouquin de La Pléiade qui offre en un volume l'Enquête d'Hérodote et La guerre du Péloponnèse de Thucydide. Je me souvenais très bien du plaisir que j'avais eu à lire Hérodote et j'était persuadé n'avoir pas lu Thucydide. Je me suis rendu compte en cours de lecture que ce texte magnifique m'était familier et j'ai finalement découvert sur une page que je l'avais lu au second semestre 2003!

    Je dois avouer que malgré toutes les louanges faites à cet auteur, en particulier par Jacqueline de Romilly que j'ai vue maintes fois dans les émissions littéraires de Bernard Pivot, la lecture de La guerre est souvent un peu fastidieuse. Le récit des batailles est il faut le dire un peu répétitif, hive,r été, en toutes saisons pendant dix huit ans...

    Mais il est vrai que ce livre ne vieillit pas du point de vue de l'énonçé des stratégies des acteurs, de leur questionnement, du dilemme démocratie/oligarchie, de la nécessité des empires, de l'asservissement des peuples, des renversement des alliances. Notre monde s'est globalisé mais entre les Etats qui le composent, les enjeux sont un peu les mêmes qu'entres les cités grecques il y a 2500 ans, celle qui maitrisent la mer, celles qui maitrisent les continents...

    Ce qui manque tout de même ce sont quelques considérations sur le quotidien de ces conflits, pillages, viols, misère des vaincus, famines, tout cela n'est guère évoqué. Les femmes sont totalement absentes

    Périclès émerge comme le grand homme du moment, ses successeurs sont moins convaincants... Les sociétés ne génèrent pas de grands hommes à chaque génération!

     

    Lire la suite

  • Confinement 2

    Bientôt la fin! A partir de samedi nous serons libérés du km autour de chez soi et de l'heure de sortie. C'est donc la dernière fois que je me livrais à l'exercice de marche rapide quasi quotidien sur les quais entre le niveau du Cours Edouard Vaillant et la colonne rostrale sud des quinconces, celle du commerce, avec Mercure.

    A partir de samedi, je pourrai renouer avec les tours des deux ponts, Chaban-Delmas ou Bacalan-Bastide et Pont de Pierre ou en cas de grand courage, Pont Saint Jean mais sa traversée est peu agréable même si la vitesse des véhicules y a été réduite.

    Lors du premier confinement, les quais étaient interdits, et mes pas m'avaient conduit le long des hangars sur la piste cyclable, voire sur les voies du tram et de temps à autre j'étais allé explorer les diverses rues du quartier des Chartrons, Xavier Arnozan, Cours Saint Louis, Balguerie, Journut-Auber, ...De vrais découvertes. impossible d'aller au jardin public, la première fois il était  de toute façon fermé et cette fois encore trop loin.

    Mais je ne l'ai pas fait cette fois tant il est agréable de marcher sur les quais. et de plus, comme pendant le premier confinement, il a fait extrêmement beau, que serait un confinement pluvieux? Ce sera peut-être pour la prochaine fois. A nous de l'éviter!

    j'aurait tout de même réussi entre les sorties et les courses a parcourir 270 km à  pied au mois de novembre!

  • Ceux de 14

    Aujourd’hui, avec Maurice Genevoix, nos grands-pères et grand-oncle entrent aussi au Panthéon.

    Ils y sont.

    Auguste était dans l’infanterie, il a été bléssé une première fois à Verdun puis fait prisonnier en 1917

    Ixile était dans la troisième coloniale d’Orient, il a combattu en Serbie contre les bulgares, démobilisé en juin 1919

    Paul, prêtre, a servi comme brancardier dans les tranchées pendant toute la guerre avec ses frères Auguste et Raphaël,

    Marcel a embarqué à Brest en 1917 comme marin sur le cuirassé Montcalm

    leur souvenir reste, ils sont vivants en nous.

  • Logique

    indégivrables.png

  • toujours charlie...

  • Reconstruire le Liban

    Je reproduis ici l'appel de l'Orient le Jour, journal francophone indépendant qui a soutenu ces dernières années les initiatives de la société civile pour transformer la gouvernance du liban, chasse la corruption etc

     

    Chère lectrice, cher lecteur,

    En ces temps particulièrement difficiles pour Beyrouth, pour le Liban tout entier, nous assistons, à travers le pays mais aussi au-delà des frontières, à de formidables élans de solidarité. De ceux qui réchauffent le cœur et apportent une indispensable lueur dans notre nuit.

    Il y a quelques mois, nous avions lancé une campagne intitulée « Ensemble, construisons le Liban de demain ». Parallèlement à cette campagne, et en réponse à la demande de nombre d’entre vous, nous ouvrions la possibilité de contribuer à soutenir financièrement L’Orient-Le Jour, dans un contexte économique et financier particulièrement difficile.

    Aujourd’hui, la donne a changé, tandis que Beyrouth est frappée au cœur. Depuis le terrible drame de mardi, nous avons reçu des centaines de messages de votre part nous demandant comment nous aider et comment aider le Liban.

    En réponse à ces demandes, venant des quatre coins du monde, nous avons décidé de rejoindre une initiative lancée par Impact Lebanonaprès la double explosion du 4 août au port de Beyrouth. Cette organisation à but non lucratif a en effet lancé une campagne visant à collecter des donations de la diaspora pour ensuite les distribuer à des ONG sélectionnées selon une série de critères précis. L’ONG doit être enregistrée au Liban, apolitique, dénuée de toute revendication ou affiliation communautaire, être engagée dans l’aide aux victimes du 4 août…

    Les ONG identifiées pour le moment sont : La Croix Rouge libanaise, arcenciel et Offre Joie. L’objectif est aussi d’identifier d’autres ONG qui œuvrent actuellement sur le terrain.

     

    Et aussi

    En raison du drame survenu au Liban, L'Orient-Le Jour ouvre l'intégralité de son site

     

    Aujourd’hui, nous nous engageons à soutenir l'initiative d'Impact Lebanon que nous allons porter, via une plateforme dédiée, au Liban bien sûr, mais aussi partout dans le monde, notamment à travers des médias partenaires étrangers. Cette campagne, nous l’avons baptisée  « Ensemble, reconstruisons Beyrouth ».

    Les donations récoltées sur la plateforme mise en place par L’Orient-Le Jour seront entièrement reversées à Impact Lebanon.

    Impact Lebanon fonctionne comme un incubateur social visant à promouvoir la citoyenneté active grâce à une collaboration entre la diaspora et les entités locales pour produire un impact par le biais de changements progressifs au Liban.

    Par souci de transparence, L’Orient-Le Jour s’engage à communiquer fréquemment les montants qui seront collectés à travers sa plateforme.

     

    Pour accéder à la plateforme et apporter votre contribution, cliquez ici

     

  • L'arbre monde

    "Nous survivrons tous ensemble ou alors pas du tout".  C'est ce que dit Richard Powers en commentant son livre sur les arbres, l'Arbre Monde.

    Les arbres sont présents sur la planète depuis 400 millions d'années environ homo sapiens environ 200000 ans! Les arbres nous ont précédés et quoique l'on fasse il est probable qu'ils nous survivront encore quelques millions ou millards d'années. bien après notre disparition.

    Le mieux serait que l'on fasse le nécessaire pour vivre et cohabiter ensemble.

    C'est le sens du livre de Richard Powers. Il aurait pu écrie le même livre en faveur de la prise de conscience de l'importance de notre environnement en s''intéressant aux animaux. Il l'a fait avec les arbres, qui assimile à des personnes. Ce sont après tout des êtres vivants qui semblent communiquer entre eux, s'avertir des dangers qui les menacent, se défendre en émettant des substances toxiques... Tout cela il nous le raconte à travers l'histoire de personnages de fiction très différents.

    Il y a Nicholas, héritier d'une famille qui a su préserver de générations en génération un châtaignier immense photographié chaque année, Patricia,enfant handicapée, sourde, qui deviendra dendrologue, spécialiste de la communication entre les arbres, Douglas vétéran de la guerre du Viet-Nam, Olivia qui a fait ses études à Stanford, électrocutée, qui est revenu d'entre les morts et qui comme Jeanne d'Arc entrent des voix, Neelay, fils d'immigré indien, paraplégique à la suite de la chute d'un arbre, génie des jeux vidéos..et d'autres...Adam notamment..

    Tous vont mettre leur talents au service de la causse des arbres, le plus souvent par naïveté contre le capitalisme, au point de devenir terroristes verts, de procéder à un incendie criminel, de se cacher ensuite, 

    Faut-il s'opposer? faut-il négocier? Faut-il renoncer à tout ce que nous apporte la technologie? Pour sauver les forêts primitives, retrouver l'origine de la vie?

    Beaucoup de questions philosophiques à travers ce roman bouillonnant de vie, à l'écriture somptueuse, après l'avoir lu vous ne regarderez plus les arbres comme avant!

  • Déconfinement

    On va pouvoir sortir de notre cage d'un km de rayon, parfois je rêve d'être suédois! ou Espagnol, les plages réouvrent à Saint Sébastien!

  • Schopenhauer

    "Très peu de gens savent réfléchir mais tous veulent avoir une opinion"

    Cela nous plonge dans un abime de réflexions : j'en retire une : les journalistes devraient se donner pour mission de faire le tri entre toutes les opinions et mettre en évidence celles qui apparaissent les plus pertinentes plutôt que de les déverser sans aucune vérification des faits à charge pour les auditeurs téléspectateurs de faire eux-même le tri. Donner la parole aux auditeurs aux téléspectateurs aux lecteurs ce n'est pas un métier.

    Un bon exemple est celui du nombre de lits de réanimation en France et en Allemagne bien analysé par Patrick Cohen : Patrick Cohen C à vous