Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Gascogne

  • Université d'été de la médecine du futur

    Le Gers l'a fait! Le WE dernier à Fleurance et Lectoure. Le Gers avait déjà inventé l'association "dites32" pour attirer les jeunes edecins dans le département.

    Cette fois)-ci à l'initiative des professionnels de santé de Lectoure et des environs c'est la première université d'été sur la médecine du futur qui a été montée.

    Un vrai succès puisque lsamedi après-midi en plein WE du 15 août, plus de 300 personnes, professionnels de santé, élus, habitants... ont participé aux trois conférences programmées avec comme pour thème l'intelligence artificielle en santé par Georges Uzbelger (IBM), les NBIC -Nano, Biotechnologies, Informatique et Sciences cognitive par le professeur chirurgien Brice Gayet (Institut Montsouris) et Le Système de santé de demain par le professeur Etienne Minvielle (école Polytechnique et CNRS.

    Encadrant ces conférences, un buffet déjeunatoire sous la Halle de Fleurance, et un buffet dinatoire délicieusement Gers dans la cour des marronniers de Lectoure suivi d'une soirée cabaret aves Les chants de Garonne et d'une découverte du ciel. Le dimanche matin nouvelles tables rondes sur le thème de la médecine à la campagne auxquelles je n'ai pas assisté.

    Les conférences étaient d'excellentes qualité avec une mention très positive pour celle de Brice Gayet, très vivante, concrète, enlevée. Les discours des élus en amont des conférences étaient en revanche trop longs et sans intérêt, les buffets peu copieux et lents,  le vaudeville proposé par les chants de Garonne bien agréable.

    Au total une belle initiative à consolider l'an prochain. Merci aux organisateurs en particulier au pharmacien de Lectoure, Arnauld Cableguenne, cheville ouvrière de l'opération.

  • Nuits musicales en Armagnac

    Plusieurs lieux et de nombreux concerts pour cette manifestation qui en est tout de même à sa 51éme édition! Lectoure, Eauze, Condom, fleurance, Flaran, Terraube et Lavardens. Difficile d'honorer chaque concert).

    Nous sommes allés à Condom dans le cloître de la cathédrale écouter François Salque au violon et Xenia Maliarevitch au piano avec au programme l'élégie de Fauré, trois romances de Schumann, deux sonates de Chopin et  Debussy et une rhapsodie hongroise de Popper. Très bon concert, avec des musiciens engagés dans un cloitre dont on peut regretter l'inconfort notoire des sièges baquets sans dossier!

    La soirée cabaret Hommage à Michel Legrand dans la Cour des marronniers de Lectoure (photo) était vraiment très agréable. Michel Legrand avait donné un concert en ce même lieu le 11 aout 2016. Etienne Manchon, 24 ans seulement mais étoile montante du jazz avait préparé avec sa formation élargie (claviers, saxophone, batterie, contrebasse , mais aussi deux violons et violoncelle) un patchwork d'oeuvres connues et moins connues. Excellente soirée en plein air par un très beau temps.

    En l'église de Terraube, petite déception avec la Danse Sacrée de Bach, la cantate BWV 82 "Ich habe genug", interprétée  par Jean-Michel Feix à l'accordéon, cet orgue de poche, Estelle Besingrand au violoncelle, , Christelle Gouffé, Mezzo soprano, et Faustine Gardeil Danse. La danse peut-elle être un art sacré?, l'exercice n'a pas été convaincant.

    D'agréables moment que nous avons complétés par un joli concert en la collégiale de La Romieu par un groupe espagnol, l'Apothéose, qui a interprété des oeuvres de Haendel dans le cadre du Festival Musique en chemin.

  • Moissac - Toulouse à vélo

    Chaque année depuis l'âge de 45 ans j'essaie de faire quelque chose d'un peu particulier au mois d'août. A 45 ans j'étais monté à la course à pied au Drachenfels, Le Rocher du Dragon, un ancien volcan, une colline aujourd'hui sur la rive droite du Rhin, qui fait face à Bad Godesberg, où nous habitions alors. Le Drachenfels culmine à 321 m.

    En 2016, j'avais pédalé, de La Chaise-Dieu à Saint Etienne et l''an dernier j'avais effectué 50000 pas entre Pouy-Roquelaure et Montréal du Gers, soit environ 40 km.

    Cette année, j'ai longé le canal latéral de la Garonne entre Saint Nicolas de la Grave, en amont de Moissac et les ponts jumeaux à Toulouse. 75 km sur une piste cyclable dans le calme, sans voiture, en silence, en toute sécurité, ombragée avec quelques haltes où j'ai retrouvé ma compagne qui avait accepté de faire l'assistance au cas où en me suivant pas très loin en voiture. Bien agréable. L'occasion de découvrir les ponts jumeaux à Toulouse au confluent du canal latéral de la Garonne, du canal du midi et du canal de Brienne. Ces deux ponts sont décorés d'un magnifique bas-relief qui mériterait d'étre davantage mis en valeur d'ailleurs.

    L'activité sur le canal est assez réduite : j'ai croisé deux ou trois bateaux qui naviguaient et pas un seul dans une écluse. Beaucoup de bâtiments vétustes appartenant à VNF font l'objet d'appels à projet, sans grand succès apparemment. Plusieurs cyclistes, des randonneurs à pied et à vélo, de simples promeneurs. Un bel endroit. Cela peut paraître monotone mais le calme et la sérénité l'emportent. 

    Une expérience à renouveler sur un autre tronçon, il y a de quoi faire jusqu'à Sète.

  • La Gasconnère

    La Gasconnère, c'et un rassemblement jour du 14 juillet, à Lamontjoie dans le sud du Lot et Garonne, en Albret, on y trouve des randonneurs pour 12,73 km et des VVTistes pour au choix 47, 27 ou 12 pour les enfants.

    L'organisation est parfaite, très bon balisage, café accueil, badge pour chaque participant avec les numéros à appeler en cas de problème. Nous avions choisi la randonnée, beaucoup de soleil, quelques passages ombragés. Le village de Nomdieu abrite le ravitaillement. 200 m de dénivelé. 2h48 de rondo soit moins de 15 mn au km.

    Beaucoup de monde, au moins une centaine pour les seuls randonneurs et sans doute davantage pour les VTT, certains à assistance électrique.

    La commune compte environ cinq cent habitants, c'est une petite bastide dont l'église abrite des reliques de Saint Louis. L'itinéraire de randonnée emprunte également les villages de Saint Vincent de Lamontjoie et Nomdieu avec ses cadrans solaires, 250 habitants chacun, tous en frontière du Gers.

    A l'arrivée, ravitaillement et repas à partager avec comme plat principal du porcelet. 

    Merci aux organisateurs.

  • Balade Berracaise

    Chaque année, la petite commune de Berrac dans le Gers organise une balade suivie d'un repas sur la place du village. Pendant que les marcheurs marchent, les peintres amateurs se répartissent dans les rues, les jardins du village et peignent selon leur inspiration, le plus souvent des aquarelles.

    Cette année, la balade partait donc de Berrac, descendait sur le ruisseau du Turon, un affluent du Gers, remontait sur le coteau de Beaumont pour rejoindre la Chapelle Notre Dame d'Esclaux, malheureusement fermée, sur la commune de Saint Mézard. Le balisage, excellent, nous conduisait ensuite pour un premier ravitaillement au charmant village de Pouy-Roquelaure (prononcer Pouille!) sur sa charmante place située entre château et église Saints Fabien et Sébastien, ouverte cette fois. Comme le dit Jean-Paul Kauffman, quand on pénètre dans ces églises habituellement fermées, l'air qu'on y respire à un parfum particulier, peut-être celui de l'esprit qui les habite depuis des siècles. 

    Redescente ensuite entre champs d'oignons et de céréales pour se retrouver à l'antenne chapelle Sainte Marie Madeleine de Rignac, désaffectée en 1973, tombée en ruines et relevée depuis par un couple d'artistes qui y a installé un atelier d'art religieux que l'on peut découvrir habituellement lors des journées du patrimoine. Petite restauration là aussi assurée par le staff de Berrac, puis retour à travers bois et champs à Berrac où après ces 12,6 km, l'apéritif nous attend : foie gras, saucisson, vin blanc.

    Au déjeuner : salade de carottes râpées et tomates, saucisses et ventrêches accompagnées de frites, de courgettes et d'oignons, brie et salade et enfin tarte aux pommes. Vins blanc rosé ou rouge de la Cave locale du Rosier d'Angélique.

    Présence d'un accompagnateur de Saint Bertrand de Comminges avec lequel j'ai essayé des bâtons dynamiques, bâtons équipés de pompes qui permettent de faire du renforcement musculaire tout en ménageant les articulations. Assez convaincant mais les bâtons sont un peu plus lourds.

    La table des peintres était fournie. 

    La chaleur de plus de trente degrés, la sieste de l'après-midi au frais méritée.

  • Vendanges

    C'était hier, pendant que notre Maire Alain Juppé organisait ses vendanges dans un hotel des chartrons à Bordeaux avec ses amis politiques, des discussions sans débouché concret, alors qu'on en manque cruellement, nous nous sommes adonnés avec la complicité du Rosier d'Angélique en Lomagne gersoise au délice des vendanges, des vraies, du raisin noir, du raisin blanc, des vieilles vignes, plantées par le Grand père de Séraphin le frère d'Angélique. Le reste de la vendange se fera à la machine.

    Une trentaine de bénévoles, de tous âges, sur invitation, ravis de pouvoir manier le sécateur, sans obligation de rendement... Vendanges donc de 8:30 à midi, puis transport des raisins au petit pressoir familial, nettoyage des sécateurs, des paniers, des hottes, plaisir de déguster le premier jus de raisin, déjà 12 degrés, bien sucré.

    Et pour terminer un repas convivial offert par la famille de viticulteurs, quatre generations d'expérience, et toujours quatre générations autour de la table, toute la famille a mis la main, plaisir de se retrouver ensemble, de faire connaissance avec des voisins inconnus jusqu'ici et il faisait très beau!

    http://www.gascogne-lomagne.com/domaine-le-rosier-d-angelique/

  • Journée citoyenne

    C'était aujourd'hui la journée citoyenne annuelle dans notre petite commune du Gers (une centaine d'habitants) et nous étions 33 citoyens bénévoles (un tiers de la population) pour effectuer les travaux suivants sous la conduite du maire et des présidents des trois associations de la commune:

    - nettoyage et aménagement du coin déchets du cimetière

    - nettoyage, rangement et nouvelle destination à usage de la commune de  la sacristie gauche de l'église

    - mise en place de la signalisation du défibrillateur et panneaux au niveau stationnement pour handicapés (église)

    - fauchage des talus enherbés du tour du village

    - nettoyage des massifs du village

    - débroussaillage et ouverture des chemins ruraux communaux -

    - remise en état d'un lavoir et d'une fontaine

    Les travaux semblaient importants ; mais en étant tous unis -l'union faisant la force-  nous avons réalisé de grands chantiers durant cette journée !!!

    Et pour en venir à bout, comme un vrai village  gascon qui ne démérite pas par rapport à un célèbre village breton, ..., à 12h30 il y a eu une distribution de potion magique !!!

    Il y eut, entre autres, du sanglier grillé  bien accompagné -repas offert à tous qui nous a permis de repartir de bon pied l’après midi- !!!

    Toute proportion gardées, c'était un peu comme si à Bordeaux quelques 80000 citoyens avaient donné une journée de leur temps pour embellir leur ville, on peut rêver... 

     

  • Opéras bibliques à la cathédrale de Lectoure

    Soirée lyrique samedi soir à la Cathédrale de Lectoure dans le Gers avec le Choeur des Feux de Saint Jean. Un choeur initié il y a cinquante ans au sein du Lycée Saint Joseph par Pierre Gardeil et Roland Fornerod.

    Une centaine de choristes, des élèves du lycée mais aussi quelques anciens élèves ou connaissances plus âgés et sept solistes, deux violons, un violoncelle un clavecin/orgue sous la direction de Christopher Gibert dans une mise en espace de Jean-François Gardeil.

    Au programme des oeuvres de Giacomo Carissimi (1605-1674) : Vanitas vanitatum et Jephte, et  de Marc -Antoine Charpentier (1673-1704) : Le reniement de Saint Pierre.

    Des oeuvres mises en espace dans le sens ou les solistes jouent ou plutôt esquissent les situations évoquées comme cela se pratiquait au XVII siècle : On voit Pierre se renier trois fois puis pleurer lorsque Jésus le regarde après avoir entendu le coq chanter. On frémit lorsque la fille de Jephte, le vainqueur des ammonites, accepte dignement d'être immolée par son père afin qu'il puisse respecter le serment qu'il a fait avant la bataille de sacrifier la première personne qu'il rencontrera s'll revient vainqueur.

    Une belle soirée, il est bien réconfortant de voir toute cette jeunesse prendre plaisir à savourer le succès d'heures de travail et acclamer leurs enseignants et partenaires musiciens d'un Week-End.

    Et le souvenir, évoqué par Jean-François Gardeil, de Jean-Claude Malgroire, décédé ce samedi, qui était venu jouer avec son ensemble à la Cathédrale de Lectoure.

     

  • Les tirailleurs sénégalais n'étaient pas tous sénégalais

    En ce jour du 11 novembre, il est opportun d'attirer l'attention sur le carré militaire du cimetière de Lectoure. S'y trouvent comme dans beaucoup de cimetières les tombes des quelques lectourois morts pour la France mais aussi un carré spécialement dédié aux 73 tirailleurs du 141 ème bataillon de tirailleurs sénégalais, malades, blessés, et soignés à l'hôpital de Lectoure où ils sont décédés à la fin de 1918 et au début de 1919. Les dépouilles de ces soldats n'ont jamais rejoint leur pays natal. Leur mémoire est cependant soigneusement entretenue ici, et c'est tout à l'honneur de Lectoure. 7 venaient du Bénin, 10 du Burkina Faso, 7 du Congo, 19 de Côte d'Ivoire, 3 de Guinée, 2 du Mali, 4 du Niger, 1 de République centrafricaine, 6 du Sénégal, 7 du Soudan et 7 de pays indéterminés.

  • Vendanges en Lomagne gersoise

    Vendanges au Rosier d'Angélique, samedi dernier, chez Nelly, Francis et Séraphin mais sans Angélique, retenue par ailleurs. Une petite propriété d'une dizaine d'hectares, familiale depuis quatre générations.

    Bien sûr, cette semaine, la vendange a été faite par un entrepreneur à la machine. Mais samedi dernier, à l'invitation des susnommés, voisins et amis, une petite trentaine de personnes, sont venus à partir de huit heures trente manier le sécateur et la hotte pour débuter la vendange à l'ancienne.

    En fin de matinée, envoi de la vendange au pressoir, nettoyage des paniers, des sécateurs et enfin on déguste le premier moût, bien sucré cette année avec tout le soleil de l'été.

    Et puis tout cela se termine par un bon repas offert par nos hôtes, on fait connaissance, on se découvre ou se redécouvre, heureux d'avoir partagé ce moment.

    Pour visiter et acheter les crus de Gascogne de la propriété : Le Rosier d'Angélique