Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Sport

  • Moissac - Toulouse à vélo

    Chaque année depuis l'âge de 45 ans j'essaie de faire quelque chose d'un peu particulier au mois d'août. A 45 ans j'étais monté à la course à pied au Drachenfels, Le Rocher du Dragon, un ancien volcan, une colline aujourd'hui sur la rive droite du Rhin, qui fait face à Bad Godesberg, où nous habitions alors. Le Drachenfels culmine à 321 m.

    En 2016, j'avais pédalé, de La Chaise-Dieu à Saint Etienne et l''an dernier j'avais effectué 50000 pas entre Pouy-Roquelaure et Montréal du Gers, soit environ 40 km.

    Cette année, j'ai longé le canal latéral de la Garonne entre Saint Nicolas de la Grave, en amont de Moissac et les ponts jumeaux à Toulouse. 75 km sur une piste cyclable dans le calme, sans voiture, en silence, en toute sécurité, ombragée avec quelques haltes où j'ai retrouvé ma compagne qui avait accepté de faire l'assistance au cas où en me suivant pas très loin en voiture. Bien agréable. L'occasion de découvrir les ponts jumeaux à Toulouse au confluent du canal latéral de la Garonne, du canal du midi et du canal de Brienne. Ces deux ponts sont décorés d'un magnifique bas-relief qui mériterait d'étre davantage mis en valeur d'ailleurs.

    L'activité sur le canal est assez réduite : j'ai croisé deux ou trois bateaux qui naviguaient et pas un seul dans une écluse. Beaucoup de bâtiments vétustes appartenant à VNF font l'objet d'appels à projet, sans grand succès apparemment. Plusieurs cyclistes, des randonneurs à pied et à vélo, de simples promeneurs. Un bel endroit. Cela peut paraître monotone mais le calme et la sérénité l'emportent. 

    Une expérience à renouveler sur un autre tronçon, il y a de quoi faire jusqu'à Sète.

  • La Gasconnère

    La Gasconnère, c'et un rassemblement jour du 14 juillet, à Lamontjoie dans le sud du Lot et Garonne, en Albret, on y trouve des randonneurs pour 12,73 km et des VVTistes pour au choix 47, 27 ou 12 pour les enfants.

    L'organisation est parfaite, très bon balisage, café accueil, badge pour chaque participant avec les numéros à appeler en cas de problème. Nous avions choisi la randonnée, beaucoup de soleil, quelques passages ombragés. Le village de Nomdieu abrite le ravitaillement. 200 m de dénivelé. 2h48 de rondo soit moins de 15 mn au km.

    Beaucoup de monde, au moins une centaine pour les seuls randonneurs et sans doute davantage pour les VTT, certains à assistance électrique.

    La commune compte environ cinq cent habitants, c'est une petite bastide dont l'église abrite des reliques de Saint Louis. L'itinéraire de randonnée emprunte également les villages de Saint Vincent de Lamontjoie et Nomdieu avec ses cadrans solaires, 250 habitants chacun, tous en frontière du Gers.

    A l'arrivée, ravitaillement et repas à partager avec comme plat principal du porcelet. 

    Merci aux organisateurs.

  • L'étoile au soleil de Minuit

    Anne Smith est une POM, d'origine anglaise, une Peintre Officiel de la Marine. Les POM appartiennent à la marine nationale, ils sont sélectionnés par elle et leur seule mission est de peindre, des ports, des bateaux, les côtes, partout dans le monde. Ils ne sont pas rémunérés mais ils peuvent vendre leurs oeuvres.

    L'an dernier, la petite commune de Plieux dans le Gers avait organisé une exposition dans le Gers et Anne Smith y avait participé. Elle avait peint notamment le célèbre café de Lectoure.

    Et cette année, début juillet elle était à la librairie de Lectoure "Le cochon bleu" pour dédicacer son récit des trois mois passés sur la goélette de la marine nationale l'Etoile entre Brest et l'Islande.

    C'est une sacrée femme, volontaire. Bien sûr elle a déjà embarqué sur de nombreux bateaux, du charles de Gaulle à un Sous-marin en passant par des frégates mais c'est la premièreière fois qu'elle embarquait pour un aussi long séjour, sur un navire école à voile, comme simple membre d'équipage.

    Et elle n'a pas été déçue prenant quotidiennement son quart tous les matins à 4 heures, par tous les temps, le plus souvent mauvais. Elle en tire un récit bien charpenté, mêlant, humour, anecdotes savoureuses ou effrayantes sur la cohabitation à bord, philosophie de la vie, rencontres, paysages...

    LE tout est illustré de peintures , des aquarelles le plus souvent.

    Vous passerez un très bon moment en compagnie d'Anne Smith. Et vous aurez envie de naviguer!

  • Balade Berracaise

    Chaque année, la petite commune de Berrac dans le Gers organise une balade suivie d'un repas sur la place du village. Pendant que les marcheurs marchent, les peintres amateurs se répartissent dans les rues, les jardins du village et peignent selon leur inspiration, le plus souvent des aquarelles.

    Cette année, la balade partait donc de Berrac, descendait sur le ruisseau du Turon, un affluent du Gers, remontait sur le coteau de Beaumont pour rejoindre la Chapelle Notre Dame d'Esclaux, malheureusement fermée, sur la commune de Saint Mézard. Le balisage, excellent, nous conduisait ensuite pour un premier ravitaillement au charmant village de Pouy-Roquelaure (prononcer Pouille!) sur sa charmante place située entre château et église Saints Fabien et Sébastien, ouverte cette fois. Comme le dit Jean-Paul Kauffman, quand on pénètre dans ces églises habituellement fermées, l'air qu'on y respire à un parfum particulier, peut-être celui de l'esprit qui les habite depuis des siècles. 

    Redescente ensuite entre champs d'oignons et de céréales pour se retrouver à l'antenne chapelle Sainte Marie Madeleine de Rignac, désaffectée en 1973, tombée en ruines et relevée depuis par un couple d'artistes qui y a installé un atelier d'art religieux que l'on peut découvrir habituellement lors des journées du patrimoine. Petite restauration là aussi assurée par le staff de Berrac, puis retour à travers bois et champs à Berrac où après ces 12,6 km, l'apéritif nous attend : foie gras, saucisson, vin blanc.

    Au déjeuner : salade de carottes râpées et tomates, saucisses et ventrêches accompagnées de frites, de courgettes et d'oignons, brie et salade et enfin tarte aux pommes. Vins blanc rosé ou rouge de la Cave locale du Rosier d'Angélique.

    Présence d'un accompagnateur de Saint Bertrand de Comminges avec lequel j'ai essayé des bâtons dynamiques, bâtons équipés de pompes qui permettent de faire du renforcement musculaire tout en ménageant les articulations. Assez convaincant mais les bâtons sont un peu plus lourds.

    La table des peintres était fournie. 

    La chaleur de plus de trente degrés, la sieste de l'après-midi au frais méritée.

  • GR 78 entre Carcassonne et Mirepoix

    Trois étapes de randonnée au coeur du pays cathare. De Carcassonne à Mirepoix, avec étapes à Arzens et Fanjeaux. Entre Aude et Ariège.

    Cette femme qui tend les bras semble vouloir apporter le consolamentum, sacrement cathare, aux viiteurs, à Fanjeaux. Son visage, sans traits, reflète la lumière du soleil, comme une nimbe, une auréole de sainte. A côté d'elle, le long du mur de l'église catholique, des pieux de bois brûlés rappellent les fantômes cathares, leurs âmes consolées disparaissent peu à peu...

    Le GR démarre tranquillement le long de l'Aude dans Carcassonne, la patrie de Barbès dont la statue orne la place. En arrivant par le train on a, après Toulouse,  de belles vues sur les Pyrénées, on se réjouit à l'avance... Malheureusement, le ceil va rester plombé pendant trois jours et on verra rarement les sommets enneigés.

    Peu de randonneurs, j'en ai vu deux en trois jours, et quatre ou cinq promeneurs, des villages déserts ou la rares commerces sont fermés entre 12 heures 30 et 16 ou 16 heures 30 ce qui ne facilite pas les déjeuners.

    Un gite communal très bien équipée et à l'accueil sympathique à Arzens, en revanche la pizzeria ne fait que réchauffer des produits Vivagel, une cellule de moine ou plutôt de soeur au Couvent de la Saint famille à Fanjeaux, diner et petit déjeuner (à part de la communauté et des laïcs en retraite), où l'on nous rappelle à l'entrée, est ce bien sérieux, les miracles de Saint Dominique dont les livres de la foi résistent au feu au contraire de ceux des hérétiques lors de l'arbitrage de dieu en 1207...et un gite privée de bonne tenue, beau jardin, petite chambre pour quatre à Mirepoix tout près de la cathédrale.

    Des vignes, du blé en herbe, du colza, un chant de pastel, des crêtes...des chemins ouverts, des bois, les paysages sont variés mais on ne voit pas de paysans...

    Une curiosité, une église réaffectée au culte orthodoxe et c'était la semaine sainte orthodoxe, les fidèles ont simplement ajouté leurs icônes, sur l'autel.

    Une belle surprise, Mirepoix, belle bastide, vivante, médiévale, une place ensoleillée dimanche après midi et un marché très couru lundi matin. Je recommande la boulangerie salon de thé pâtisserie,  bruns, qui est remarquable.

    22, 25 et 28 km, j'ai renoncé à la quatrième étape envisagée pour Pamiers, car 33 km m'ont paru plus une charge qu'un plaisir.

    Ce sera pour une autre fois.

     

  • Canoé sur la Garonne

    Un petit rêve récent de réalisé! Naviguer sur la Garonne en plein centre de Bordeaux en canoé. Avec mon club de marche nordique, sortie exceptionnelle en canoé, des Chantiers de la Garonne, face à Darwin, jusqu'au pont d'Aquitaine ou plus précisément au Port de plaisance de Lormont. Et retour. On passe sous le pont Chaban-Delmas, devant la Cité du Vin... des points de vue inédits par un temps splendide, lundi dernier.

    Pas si facile, les canoés insubmersibles sont assez lourds, leur mise à l'eau pas très aisée les pieds dans le limon du fleuve, et par souci de sécurité on a choisi une journée avec un faible coefficient de marée, 48, alors qu'il varie dans l'année d'environ 32 à 120, ce qui oblige, même si on a navigué dans le sens du courant, à réellement pagayer.

    Au retour, pique-nique façon auberge espagnole sur le balcon du club nautique, un peu fatigué tout de même, mais avec d'excellents souvenirs dans la tête. 

  • Balade berracaise

    La Balade organisée ce dimanche 17 juin par le Comité des fêtes de Berrac et l'association Berrac Village Gersois dans la petite commune de Berrac dans le Gers, un centaine d'habitants, est vraiment une bonne formule, à cinq euros.

    Accueil café biscuits à 8h30 

    Randonnée de 11 à 12 km. l'itinéraire change tout les ans ou presque, en fait il revient tous les cinq ans. Cette année autour du domaine de Saint caprais avec la découverte d'une petite grotte, le territoire est karstique, et d'un ancien lavoir qui vient d'être nettoyé par les bénévoles du Comité des fêtes. 85 participants de tous âges, sur un parcours balisé ad hoc, herbe coupée dans la semaine, panneaux de signalisation pour traverser les voies automobiles, ravitaillement au km 7.

    Pendant la randonnée les peintres s'adonnent dans les rues du village, en plein air,  à leur passion, en vue d'exposer leurs oeuvres en fin d'après-midi. les randonneurs à leur arrivée peuvent admirer les tableaux en devenir. Et il y a une exposition-vente de peintures et d'aquarelles dans la salle de fêtes.

    A l'arrivée, dégustation d'une assiette apéritive : saucisson, toasts au foie gras et à l'ail avec un verre de vin des côtes de Gascogne en provenance du Rosier d'Angélique, viticulteur de Berrac.

    Et pour ceux qui le voulaient, pour 8 euros, 95 personnes, déjeuner en plein air sur la belle esplanade de la mairie sous les muriers : salade de crudités, saucisses, ventrèche, courgettes, oignons grillés et frites, fromage, boule de glace et tarte aux pommes, café. 

    Un bon moment de convivialité prparé grâce au dynamisme des deux associations précitées et des bénévoles qu'ils savent mobiliser

  • Lavacolla - Santiago

    10 mai 2018 J13  : 12 km pour se rendre en ville et 11 de plus pour l'arpenter. Ils arrivent, j'arrive, chacun célèbre à sa manière, intérieure ou exubérante, son arrivée sur cette place après 100 km ou 1000 km, sans sac ou avec sac, à pied ou à vélo. On fait abrazero avec ses compagnons et certains font la queue dans la cathédrale pour le faire avec la statue de Jacques sur l'autel... on fait terrasse, on fait les boutiques.

    IMG_1284.jpeg

    C'était aussi en ce jour de l'ascension une fête dans toute la ville avec bandas, manèges, grande roue et longue table dans le parc. On se croirait à Munich mais ici c'est du poulpe à la galicienne que les locaux dévorent en famille ou entre amis. Le soir pour le paseo c'est la grande affluence dans la grande tradition espagnole.IMG_1293.jpeg

    Voilà mission accomplie. J'ai commencé ce chemin en 2013 au départ du Puy à raison d'une semaine par an environ. Arrivé à Saint Palais j'ai ensuite fait le Chemin d'Arles, puis le Camino Francés jusqu'à Burgos en 2015,  à Leon en 2016. Tout cela avec ma chère et tendre qui avec le temps n'a pas souhaité effectuer ce final mais qui a eu assez de classe pour me laisser l'effectuer seul et atteindre ainsi un vieil objectif.

    Il est d'usage die dire que ce n'est pas nous qui faisons le chemin mais le chemin qui nous fait. Peut-être, en l'absence de scénario de référence, il est difficile de répondre, autant de marcheurs que de chemins en tous cas et des personnes rencontrées de tous horizons en général bienveillantes.

    Je recommande vivement.

    Pour effectuer cette dernière partie, j'ai eu recours au guide rédigé en anglais ou écossais? (non traduit) Camino de Santiago de John Brierley (2017), c'est le meilleur guide à mon sens, tout y est.

    A bientôt sur d'autres chemins.

  • Ribadiso - Lavacolla

    9 mai 2018 - J12  32 km 8 heures. Initialement je devais faire une étape de 22 km pour arriver à O Pedrouzo. Mais je n'avais pas vu sur ma carte que ce village n'était pas sur le chemin mais entre 500 m et 1 km à côté si bien que tout en restant sur le chemin je l'ai dépassé. J'en ai eu le sentiment progressivement puis la certitude à Amenal 4km plus loin et je n'étais pas le seul! Faute d'Alberghe à proximité j'ai réservé par téléphone une chambre d'hôtel à 5 km, à l'hôtel Ruta Jacobeo,  d'où les 32! Bien agréable ceci dit cette erreur / retrouver le confort pour une nuit, prendre un bain...pour 59 € prix négocié. Dîner à 20 euros.
    Sinon même type de chemin qu'hier avec toujours ces raidillons à l'occasion des traversées de petites rivières, des chemins creux, des chênes, des pins, beaucoup d'eucalyptus souvent cultivés, des chants d'oiseaux, des bars et des stèles en particulier celle de Guillermo Watt mort sur le chemin à 69 ans à un jour de l'arrivée à Santiago. Le temps était couvert toute la journée mais j'aurai droit à des éclaircies demain pour l'arrivée finale. Me reste 10 à 11 km. À demain

  • Ponte Campana - Ribadiso (Arzua)

    8 mai 2018 - J11  22 km en un peu plus de cinq heures. Brumeux au départ et carrément froid à l'arrivée, depuis grand Soleil. Chemin tranquille. On navigue entre 515 et 230 m. Mais on croise tout au long du sentier six petites rivières qui à chaque fois donnent l'occasion de pentes raides parfois assez longues. La plupart du temps très ombragé par des chênes, des eucalyptus, des pins. Toujours beaucoup de vaches. Un mémorial de plus pour des pèlerins dans une zone industrielle où Saint Gobain affiche fièrement sa présence. Et de plus en plus de bars, tous les 4 ou 5 km, souvent par grappe dans un petit hameau, inutile de transporter de quoi manger. La gourde reste cependant indispensable. J'ai une nouvelle credencial aimablement offerte par mon auberge du jour, Los Caminantes,  pour trois étapes. Qui sait peut être quelqu'un me postera celle que j'ai perdue. Si j'y ai bien mis mon adresse mais je ne m'en souviens pas. J'ai pour une fois réservé un lit dans une Alberghe pour l'étape de Santiago où je vais arriver le jour de l'ascension. À demain. Il reste 43 km.