Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Livre

  • La Gloire de l'Empire

    Tour de force. Canular littéraire. Jean d'Ormesson juste après mai 68 rédige ce roman  d'une écriture très classique, un roman d'histoire, un roman d'aventures, un roman d'amours, de passions, un roman philosophique, et ce au moment où les intellectuels s'attachent justement à déconstruire, le roman, le style, l'histoire, les moeurs, les religions.

    D'ormesson invente ici un empire qui n'a jamais existé, un "saint empire méditerranéen et asiatique" qui s'étend de siècles en siècles du Portugal à la Corée. A cette occasion, il pastiche les plus grands auteurs à grand renforts de citations , mêle les épisodes réellement historiques à ceux nés de son imagination débordante. et l'œuvre a une cohérence étonnante, on ne lâche jamais l'affaire, on s'identifie aux personnages, à leurs angoisses, leurs peines, leurs joies, leurs hésitations. 

    Agir ou bien se mettre en retrait? Conquérir, tuer, torturer, exécuter, prier, pardonner, Que faire, quand,...? 

    A quoi bon tout cela finalement?

    Pour in fine faire le choix de l'ascèse et du renoncement.

    Un très très grand roman, un chef d'oeuvre de la littérature.

  • Les métamorphoses

    Belle lecture, un peu ardue. Ovide nous propose tout simplement une histoire du monde depuis sa création jusqu'à l'avènement d'Auguste. Ovide (43 av JC - 17 ou 18 après JC) a écrit une oeuvre monumentale qui a traversé le temps et inspiré les peintres, les sculpteurs, les poêtes, les dramaturges, de toutes les époques.

    On y croise tous les dieux de la mythologie,  tous les héros, quelques mortels, familiers et méconnus, qui affrontent des aventures et des situations inouïes, toujours soumis à la volonté des dieux qui les changent en pierre, en porc, en arbre, en ruisseau, en oiseau... On s'y perd! il y aurait 138 personnages!

    A ne pas manquer  dans le livre 15 la leçon de philosophie de Pythagore d'une actualité étonnante en cette époque de changement climatique.

  • La Stupeur

    C'est le dernier ouvrage d'Aharon Applefeld, né en 1932 à Czernowitz en Bucovine, soit aujourd'hui en Ukraine et décédé en 2018 en Israël, il est enterré à Jérusalem dans le carré des "êtres précieux". Ecrit en hébreu, il est traduit par Valérie Zenatti.

    Irena, jeune paysanne mariée depuis quelques années à Anton, sans enfants, découvre un matin que ses voisins, le mari, sa femme et leurs deux filles, juifs, qui tiennent un petit commerce sont alignés devant chez eux sous la garde d'un gendarme qui se réclame de l'ordre d'allemands. La situation se dégrade au fil des heures, ils doivent se mettre à genoux, puis creuser une fosse et seront exécutés dans la nuit sans qu'Irèna ait le courage de leur venir en aide.

    Irena qui est régulièrement battue et violée par son mari avec l'appui de ses parents, finit par fuir le domicile conjugal. Commence alors sa mission. Elle clame à tous ceux qu'elle rencontre, paysannes, prostituées, dans les auberges, que Jésus était juif, et que lever la main sur ses descendants est criminel. Elle n'est pas crue.

    Irena ira au bout de son exaltation.

    James Joyce a écrit que "l'Histoire est un cauchemar dont je cherche à m'éveiller". C'est aujourd'hui d'une actualité renouvelée car la stupeur nous saute au visage chaque jour, avec cette acharnement archaïque de l'homme à détruire et le besoin de quelques uns de réparer.

     

     

     

  • La Divine Comédie

    Lecture en cent jours, le matin au réveil dans mon lit. l'oeuvre comprend en effet trois cantiques : l'enfer, le purgatoire et le paradis et chacun d'eux est composé de 33 chants sauf l'enfer 34.

    Il y a longtemps que je me disais qu'il fallait lire ce chef d'oeuvre de la littérature, ce texte fondateur de la langue italienne. Ne lisant pas l'italien j'ai après beaucoup d'hésitations choisi la traduction de Jacqueline Risset.

    La lecture n'en est pas facile pour autant. Il y a en effet beaucoup de notes qui renvoient à la fin de l'ouvrage et qui sont indispensables pour situer les nombreux personnages cités que j'avoue ne pas connaitre qu'il s'agisse de contemporains de Dante et donc de Gibelins ou de Guelfes ou de personnages mythologiques, d'Ovide en particulier.

    On sait que Dante parcourt les différents cercles de l'Enfer puis du Purgatoire et enfin du Paradis. Il est d'abord accompagné par Virgile, puis par la fameuse Béatrice son ancienne bien aimée disparue prématurément et enfin dans les dernières étapes du Paradis par Saint Bernard de Clairvaux.

    La terre est au centre de l'univers, Lucifer est au centre de la terre sous la ville de Jerusalem et Dante le rencontre à la fin de son voyage en enfer après avoir rencontré toutes les pêcheurs maudits pour l'éternité de châtiments de plus en plus cruels. Il y a de nombreuses considérations astronomiques forcément un peu datées.

    Le Paurgatoire,est lui situé sur une montagne que l'on gravit au fur et à mesure que l'on expie ses pêchés (orgueil, envie, colère, paresse, avarice, gourmandise, luxure). Au Paradis, Béatrice ayant pris le relai de Virgile, on croise des saints, chaque ciel correspond à une planète : lune, Mercure, Venus... puis, les anges, les archanges, les apôtres, Jean-Baptiste, Pierre, la vierge Marie, avant, dans une lumière indescriptible de rencontrer Dieu...

     

  • Guerre

    Bien entendu je n'ai pas résisté. Un Céline inédit. J'ai lu il y a bien longtemps Le Voyage, Mort à crédit, D'un château l'autre, je ne pouvais pas ne pas lire cet inédit.

    En plus l'action se déroule à Hazebrouck le berceau de ma famille paternelle, via mon arrière grand-père, fermier flamand qui y a vécu et mon grand-père qui y est né, et ce n'est pas sans nostalgie que j'en parcours les rues quand l'occasion se présente. 

    Le roman est pour partie autobiographique. Au départ Ferdinand blessé au front à la tête et au bras parvient en marchant tant bien que mal à rejoindre des camarades qui le rapatrient à l'arrière vers Dunkerque mais le débarque à Hazebrouck au vu de l'aggravation de son état.

    Il est soigné et Céline nous décrit l'ambiance de cees chambrées à l'hôpital saint Jacques, les estropiés gémissant, l'agonie, les soeurs infirmièrespatients qui soulagent l'appétit sexuel des , les médecins qui amputent à tour de bras, les services de renseignement qui traquent les traitres... et les exécutent quand ils en trouvent, il y a là un souteneur, Cascade et sa femme, prostituée, Angèle, qui fait de l'argent avec les bataillons anglais ou écossais.

    Céline dénonce à coeur joie, vocabulaire argotique, de caserne, pornographie, les femmes en prennent pour leur grade, les militaires aussi, toute l'humanité, personne n'en réchappe. La guerre c'est vraiment moche!

    Ce n'est sans doute  pas du grand Céline, le style est là, il y a des perles, c'est peut être un brouillon que Céline aurait revu, corrigé s'il ne lui avait pas été volé mais c'eut été dommage tout de même de ne pas le publier

     

  • Sur la route du Danube

    A vélo, on l'aura compris!

    Plus de 3000 km de l'embouchure dans la Mer Noire aux sources conventionnellement situées  à Donaueschingen en  Forêt noire puis à Strasbourg

    Un récit attrayant tout à la fois d'aventures mais aussi géographique, historique, philosophique, géopolitique le long de dix pays Un périple de 48 jours par tous les temps, pluie, vent, canicule.

    Emmanuel Ruben, ENS Lyon, agrégé de géographie, actuellement directeur de la  Maison Julien Gracq sur les bords de la Loire, et son camarade d'échappée ukrainien Vlad nous font découvrir au fil des dix pays baignés par le Danube le coeur de l'Europe post 2014, post guerre de Yougoslavie, post séparatisme du Donbass, post annexion russe de la Crimée...aant l'agression russe en Ukraine.

    il y a des permanences dans l'oppression de ces peuples, les habitants rencontrés au fil des jours en sont les témoins. 

    Bien entendu, il est impossible de ne pas évoquer ici Danube, le chef d'oeuvre de Claudio Magris. Mais ici on est loin de cultiver la nostalgie de la MittelEuropa, de l'empire austro-hongrois, c'est l'histoire crue qui est rappelée et la décadence contemporaine de ces régions qui bien qu'en Europe désormais et dans l'UE pour certaines d'entre elles, se retrouvent à la marge, délaissées, abandonnées.

    Un livre à dévorer.

  • L'amour, la mer

    Il y a les deux dans le dernier ouvrage de Pascal Quignard, l'amour et la mer omniprésents dans une Europe du XVII eme siècle que l'on arpente avec des musiciens Froberger, Hanovre, Sainte Colombe, Hatten, Thullyn. Des musiciens que l'on découvre au fil d'un récit oû l'on va d'un personnage à l'autre mais  qui s'appliquent à ne pas laisser de traces, inventent la musique baroque, mais sont finalement assez désespérément seuls, sans vraiment comprendre pourquoi.

    C'est une sorte de long poème que nous donne Pascal Quignard,  on le devine assez rapidement, la mort est en perspective, le sens de la vie. Et il y a les animaux, Josepha, la jument de la princesse Sybilla von Wurtemberg, et les oiseaux, les serpents tout un bestiaire, et la mer du nord, magnifique...

    On referme le livre à regret tant il est enchanteur même si au fond c'est le désenchantement qui domine.

    L'écriture est très belle.

  • L'usage du Monde

    Le grand classique de la littérature de voyage. en version illustrée par les dessins de Thierry Vernet. Une lecture formidable, déjà faite i ya plusieurs années avec le plaisir de retrouver des pays que j'ai eu l'occasion de visiter dans des conditions heureusement plus confortables que celles de nos eux voyageurs.

    Mais a plus de soixante ans de distance on retrouve les permanences historiques qui définissent encore ces régions du monde : Bosnie, Serbie, Macédoine, Iran. Malheureusement je n'ai pas eu l'occasion d'aller en Afghanistan et au Pakistan.

    Ce qui frappe aussi c'est la disponibilité des voyageurs pour attendre, pour parlementer avec les villageois rencontrés, las patrons de bar, les mécaniciens, les douaniers, les paysans, au gré des pannes, des incidents.

    C'est très bien écrit, assis sur de solide connaissances historiques et littéraires.

    je me suis amusé à reproduire dans un carnet les dessins de Thierry Vernet, de grands traits noirs épais.

    Un très bon moment, une relecture à ne pas manquer.

  • L'amas ardent

    Petit livre très attachant qui dépeint l'irruption puis la montée de l'islamisme en Tunisie sous une forme parodique. En parallèle on nous décrit la vie paisible, ascétique du Don, apiculture, qui voue sa vie à ses abeilles et qui découvre un jour ses chères "filles" massacrées. Après enquête, il s'avère qu'elles ont été victimes d'un frelon nouvellement apparu, le frelon asiatique, un corps étranger. 

    C'est ce qui arrive aussi à la Tunisie, dont les paysans paisibles se voient bousculées par l'irruption déjeunes gens  fanatiques et haineux qui déversent leur violence au nom de l'islam et détruisent la société et ses solidarités.

    Heureusement pour le Don, le voyage au Japon d'un jeune couple de ses amis permettra d'importer une nouvelle reine pour les abeilles qui saura initier ses chères filles à se protéger du frelon asiatique en formant autour de lui un amas ardent.

    Mais qui nous protégera des méfaits de l'islamisme?

  • Au Japon

    C'était il y a exactement un siècle. Mandaté par le journal l'Excelsior, Albert Londres effectuait un séjour de six mois en Asie, Japon, Chine,  Indochine et Inde. Il n'est peut-être resté que six semaines au Japon mais il a su en ces quelques jours magnifiquement saisir le Pays. Ses spécificités, sa culture. Bien sûr, il y a quelques pages datées, en particulier sur la femme japonaise, qui lui vaudraient des bordées de me too scandalisées mais c'était il y a un siècle et le Japon venait juste de sortir de trois sièges d'enfermement.

    Pour le reste c'est très bien vu, souvent, très actuel, magnifiquement écrit avec beaucoup d'humour.