Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Livre - Page 2

  • Miroir de nos peines

    C'est la suite de Au revoir là-haut et de Couleurs de l'incendie. la fin d'une trilogie mais il y en aura peut-etre d'autres. je l'ai lu un peu par fidélité au souvenir des deux premiers tomes. Le premier était merveilleux, l'histoire d'une gueule cassée, le second de bonne tenue, autour de l'incendie du Bazar d la charité.

    Celui-ci tient en haleine. L'action se déroule à la fin de la drôle de guerre, on est au début du roman sur la ligne Maginot avec deux soldats français qui vont vivre la débâcle, puis l'exode au milieu de dizaines de milliers de parisiens, être accusés de trahison de pillage, faits prisonniers, par une armée française ou ce qu'il en reste, perdue entre les ordres et les contre-ordres, la ravitaillements qui n'arrivent pas. Et parmi ces réfugiés, il y a Louise, une institutrice, à la recherche de ses origines, partie avec Jules le patron du bistrot ou elle se fait des compléments de revenus, tout ce qu'il y a de plus honnêtes. Et il y le délicieux Désiré, un opportuniste, un usurpateur, qui fait le bien autour de lui, tour à tour, avocat, porte parole du quai d'Orsay, prêtre, 

    C'est très bien écrit, haletant, on ne s'ennuie pas un instant, et on se voit conforté dans l'idée bien établie mais à raison sans doute que dans de telles circonstances, les hommes et les femmes se révèlent, les héros, les veules, les traitres, les sans scrupules, les saints...

  • Le malheur d'avoir de l'esprit

    Malheur à celui qui a raison contre tous, Malheur à l'anticonformiste!

    Dans cette pièce en vers d'Alexandre Griboîedov (1794-1829), Tchasky, qui n'est autre que le double autobiographique de l'auteur, revient à Moscou après trois années passées à l'étranger dans de lointaines provinces. Il n'est pas attendu et il retrouve la jeune femme dont il était épris avant de partir, Sophie, dont le père est l'archétype de la vieille noblesse russe, une noblesse carriériste, corrompue, veule, amorale.

    Le père de Sophie, Famoussov,  ne compte pas du tout favoriser les projets de Tchasky, son secrétaire particulier a sa préférence et Sophie se prête à cette stratégie sans se rendre compte que l'intéressé lui préfére la soubrette, Lise.

    Tchasky dans cette société mondaine où tout le monde se regarde,  se rend des services, essaie de dépasser d'un cheveu le statut de son voisin, recommande ses proches, se targue, lui, de dire la vérité, de dénoncer la veulerie, les comploteurs, les décembristes qui font des révolutions de salon  mais pour qui ce n'est jamais le moment de passer à l'action.

    Cette pièce fut interdite bien entendu, trop corrosive et son auteur n'en vit pas la mise en scène officielle de son vivant.

    En effet Alexandre Griboîedov, lui-même issu d'une noblesse peu argentée mais qui "comptait ses aieux" vécut une jeunesse assez tapageuse, s'engagea dans l'armée, pour servir puis démissionna pour occuper grâce à des protections, une sinécure comme traducteur aux Affaires étrangères. il fréquenta le salons littéraire, sans pour autant être dupe de cette vie pleine de vanités.

    A la suite d'un duel qui tourna mal, il s'engagea dans la carrière diplomatique en Perse. Puis le complot des décembristes dont il ne faisait pas partie mais dont il connaissait plusieurs membres  le conduisit à être incarcéré un moment avant d'être blanchi. Il retourna en Perse pour négocier la rapatriement de prisonniers russes et trouva la mort à Téhéran à la suite d'une émeute à l'Ambassade de Russie au cours de laquelle une foule vengeresse massacra tous les russes présents. Il avait 36 ans

  • Ohio

    Fresque terrifiante des Etats-Unis du début de ce siècle. Cela se passe dans l'Ohio, on l'aura deviné et les portraits entrecroisés de quatre trentenaire qui ont été au lycée ensemble dans la petite ville de New Cannaan sont terrifiant en ce qu'ils décrivent les ravages causés par la désindustrialisation qu'a connue la Rust Belt, la ceinture rouillée, les guerres en Irak et en Afghanistan, et puis la drogue, l'alcool, la sexualité débridée, les viols.

    Il y a Bill Ashcraft, un ancien activiste humanitaire qui est devenu toxicomane et qui ne sait plus où il est mais qui doit trouver le fric nécessaire à ses addictions, Stacey Moore, lesbienne assumée, qui a perdu sa petite amie disparue on ne sait où et qui règle ses comptes avec son frère évangéliste, Dan Eaton, vétéran d'Irak qui vit avec ses fantômes, ses camarades disparus et qui peine à retrouver son amour de jeunesse avec son oeil en verre et Tina Ross, bien déterminée à se venger du viol collectif dont elle a été victime lorsqu'elle était au lycée. 

    C'est violent, cru, à vous faire désespérer de l'Amérique, c'est peut être aussi notre avenir.

  • Michel Yourievitch Lermontov

    Il est beau dans son uniforme et il n'a pas eu le temps de vieillir! 1814 - 1841!

    Pourquoi lire Lermontov? Pour se convaincre que la Russie ne change pas au moment où Navalny est incarcéré après avoir fait l'objet d'une tentative d'empoisonnement.

    Fils d'un petit gentilhomme de lointaine origine écossaise, Lermontov perd sa mère à trois ans, son père à dix sept, il est élevé par sa grand-mère à Moscou puis à Petersbourg. Il est fasciné par les poètes russes et particulièrement par Pouchkine mais un peu par hasard il choisit la carrière militaire et entre à l'école des officiers des hussards de la Garde. Il mène alors une vie de salon à Petersbourg qui lui inspirera La princesse Ligovskoi, et lui permettra d'amorcer sa critique  de la vie sociale russe. Mais ce roman est inachevé car à la mort de Pouchkine, Lermontov publie un poème, qu'il adresse à :

    Vous bourreaux du Génie et de de la Liberté

    un poème vengeur qui s'achève par ses mots :

    De tout votre sang vil vous ne le laverez pas

    Le sang de juste du poète.

    Il est exilé en conséquence à plusieurs reprises dans le Caucase puis exclu définitivement de la Garde et exposé aux combats. Il y compose son oeuvre la plus achevée Un héros de notre temps, avec ses trois récits Belle, Un fataliste et Taman. Son héros Pietchorine, qui était un cynique égoïste dans La princesse Ligovskoi devient ici le représentant d'une génération qui aurait voulu être héroïque mais qui condamnée à l'inaction à la suite de répression contre les décembristes se replie sur elle-même et cultive un fatalisme sans espoir.

    Lermontov dont plusieurs ouvrages comme Le démon seront censurés et interdit à la publication va mourir lors d'un duel que d'aucuns considèrent comme un assassinat déguisé.

    La proscription de cet écrivain annonce la suite, le goulag soviétique, la circulation clandestine des œuvres de l'esprit, les samizdat...

    La Russie a un côté éternel décevant.

  • Platon a rendez-vous avec Darwin

    Dans cet essai brillant, Vincent le Biez, ingénieur des mines de 35 ans, fonctionnaire à Bercy esquisse des analogies entre les sciences philosophiques et politiques et les sciences naturelles et sociales, physique classique, physique quantique, biologie, génétique, théorie des jeux...Il convoque les plus grands philosophes et scientifiques : Platon, Darwin, Xavier Bichat et Thomas Hobbes, Richard Dawkins et Jean-Jacques Rousseau, Rudolf Clausius et Henri Bergson, Sadi Carnot et Hannah Arendt, Geoffrey West et Ivan Illich, Ludwig von Bertalanffy et Friedrich Hayek, Ernst Ising et Alexis de Tocqueville et enfin Ilya Prigogine et charles Percy Snow.

    C'est tout simplement fascinant, bien entendu cela n'apporte pas de solutions immédiates à nos problèmes contemporains mais tout de même des pistes sérieuses et des repères pour éviter les écueils périlleux qui nous guettent.

  • L'ami arménien

    Dans ce roman , Andreï Makine exhume un vieux souvenir d'enfance. Son amitié à quinze ans avec Vardan, un ado du même âge arménien, venue vivre dans un village de Sibérie à proximité de la prison où sont incarcérés des arméniens de leur famille condamnés pour subversion antisoviétique.

    Vardan est un enfant malingre mais très intelligent et donc victime de harcèlement de la part de ses camarades de collège qui le prennent comme bouc émissaire. Andreï va le protéger et faire ainsi connaissance de cette petite communauté qui habite des masures au bout du monde. Il y  là, Sarven, un vieux sage, un close qui protège la communauté,  la mère Chamiram, qui devine tout, soigne, calme, Gulpizar la jeune femme dont le mari est enfermé en prison auquel elle rend visite chaque jour, en attente de condamnation, Ronine un professeur russe de mathématique, seul, manchot, il a combattu pour le socialisme...

    Makine met un peu de tout dans ce roman, le génocide arménien, la guerre entre arméniens et azeris, la recherche d'identité, des origines, peut être un peu trop, mais c'est bien écrit, très bien écrit même et on se laisse prendre et on rêve d'aller nous aussi contempler un jour le mont Ararat.

  • Le bateau de Palmyre

    J'ai découvert ce livre en écoutant Maurice Sartre dans Le cours de l'histoire sur France Culture, l'émission de Xavier Mauduit du lundi au vendredi de 9 heures à dix heures.

    Professeur émérite, il est spécialiste du Proche-Orient antique, de l'hellénisme... il  a vécu à Beyrouth.

    Chacun des 15 chapitres part d'une citation retrouvée sur une stèle, une tombe. L'épicentre du parcours est la Mésopotamie ou le Proche-Orient et nous emmène en Ethiopie (l'Afrique d'aujourd'hui), en Baltique, en Inde,... et pour finir en Chine.

    Sartre défend l'idée sans doute juste qu'il n'est pas question à cette époque de parler de mondialisation comme on l'entend aujourd'hui. Pour les anciens, il y avait cinq mondes, bien différends, deux périphériques mal connus, celui des steppes qui va de la Scandinavie à la Sibérie, d'où viendront les barbares, le monde subsaharien, mystérieux, même s'il est probable que quelques audacieux en ont fait le tour dès l'antiquité, et puis les trois empires, le monde méditerranéen, le mondé de l'océan indien et le monde chinois.

    Tous ces mondes se connaissent , échangent un peu, il y a des zones de contacts, des frictions, mais dans l'ensemble les échanges restent l'exception, le monde de l'océan indien servant de trait d'union entre les deux autres car finalement peu de grecs connaissent la Chine.

    Dans certains écrits, on pressent l'existence d'un autre continent, ainsi Hipparque de Rhodes avait remarqué que les marées n'étaient pas les mêmes sur les côtes espagnoles et les Indes orientales...

    Alors pourquoi Le bateau de Palmyre puisque Palmyre n'a rien d'un port maritime. Parceque les caravaniers de Palmyre avaient déjà inventé le transport multimodal, chameau sur le territoire aujourd'hui syrien puis, fluvial sur le Tigre ou l'Euphrate avant de rejoindre le Golfe arabo-persique où ils possédaient des bateaux...

  • La Chartreuse de Parme

    Ce livre a une saveur particulière puisqu'il a été relié dans l'atelier de mes parents, atelier de reliure d'art fondé par mon grand-père et développé en atelier de reliure industrielle par mon père après la guerre de 1940. C'est un livre à la couverture en pleine toile illustrée d'un chandelier réalisé à la dorure et qui contient des reproduction d'aquarelles en couleur, des illustrations un peu naïves de Paul Durand. un ouvrage de la collection SUPER des éditions Garnier daté de 1963.

    353A7404-D626-41D2-9FF1-9F4C6084E041_1_201_a.jpegil est dit que Stendhal a dicté ce roman en un peu moins de soixante jours. C'est un roman total, un roman d'aventures, un roman d'amour, un roman qui décrit bien la vie dans une petite cour princière, avec ses intrigues, ses manoeuvres, ses coups de main, ses espions, ses prisons, ses ambitions, ses jalousies, ses victimes. Fabrice est un héros valeureux, courageux, un peu illuminé, bravache, malin, objet de désirs amoureux de sa duchesse de tante, de la jeune Clelia, de bien d'autres, haï par les soupirants de la duchesse et de Clelia...C'est bien enlevé, la fin est abrupte et le destin des personnages tragique car finalement aucun ne réalise ses ambitions...

    je ne sais plus si je l'avais lu en son temps, mais de mon souvenir j'ai préféré Le Rouge et le Noir.

  • Le code de la créativité

    Marc du Sautoy est anglais professeur de mathématique à Oxford. Il est spécialiste des ombres premiers, il en a écrit l'histoire et de la symétrie, pourquoi la symétrie envahit -t-elle nos vies?

    J'ai chronique en 2012 deux livres de du Sautoy les 17 mars et 27 juillet. Il y a quelques années j'ai essayé de lire "Ce que l'on ne saura jamais" que j'ai abandonné en route. La lecture de ces livres n'est pas toujours facile.

    Ici du Sautoy essaie de comprendre dans quelle mesure l'intelligence artificielle IA risque de supprimer son métier de mathématicien, métier qu'il exerce avec un papier et un crayon sans recourir a des ordinateurs.

    Pour illustrer l'enjeu à partir des nombres premiers un ordinateur est toujours capable de trouver le nombre premier qui suit une suite ar exemple après 1 2 3 5 7 11, il y a 13 Mais est ce qu'une intelligence artificielle est capable de démontrer qu'il y a une infinité de nombres premiers?

    L'intelligence artificielle a fait des progrès considérables, on s'intéresse beaucoup moins qu'autrefois aux championnats d'échecs depuis que l'ordinateur  a prouvé qu'il était capable d'infliger des défaites cuisantes aux plus grands maîtres. Plus récemment, l'intelligence artificielle a mis à terre les meilleurs spécialistes du jeu de go. Rien ne lui résiste. Avec la multiplication des données, l'IA est en effet en mesure d'améliorer elle-même les programmes, les algorithmes qu'elle utilise.

    L'auteur passe donc en revue les progrès de l'IA en matière de Musique, l'IA peut produire des partitions à la manière de Bach, jouer du jazz, en peinture, l'IA peut produire des autoportraits à la manière de Rembrandt, elle peu aussi écrire des chansons, faire du journalisme, écrire de la littérature.

    Mais y a t-il de la création ou est ce simplement de la répétition intelligente avec des innovations aléatoires? Y a t-il de l'émotion. Les machines peuvent-elles accéder à la conscience et si elles y parviennent un jour les comprendra- t-on?Wittgenstein disait que si les lions pouvaient parler nous ne les comprendrions probablement pas!

     

     

  • Ce que je ne veux pas savoir et le coût de la vie

    C'est le prix Femina étranger de 2020. Deux ouvrages qui viennent d'être traduits en français. Le premier a été publié en anglais en 2013, le second en 2018.

    Les éditions du sous-sol survendent un peu l'oeuvre. " Ce livre éblouissant d'intelligence et de clarté, d'esprit et d'humour, pas tant récit que manifeste, ouvre un espace où le passé et le présent coexistent et résonnent dans le fracas incessant d'une destinée". Rien de moins!

    C'est autobiographique, dans Ce que je ne veux pas savoir Déborah Levy évoque son enfance en Afrique du sud, son père d'origine juive, blanc, emprisonné entre se première et sa cinquième année pour son opposition à l'apartheid, sa nounou noire, son exil à Londres, son attrait pour les oiseaux.

    Dans le second, la cinquantaine venue, elle a divorcé et se lance dans l'écriture avec comme modèle Marguerite Duras et Virginia Woolf. Si Virginia Woolf a une chambre rosi Déborah Levy a son cabanon pour écrire et son vélo électrique pour se déplacer... Pour échapper au patriarcat. Si manifeste il y a il est féministe.

    Au premier abord, ces ouvrages reposent beaucoup sur des anecdotes, des souvenirs, des réflexions qui peuvent paraitre futiles mais tout est passé au crible d'un discours à visée féministe. Si un homme parle de sa femme, l'autrice souligne qu'il ne cite pas son nom comme si elle n'avait pas d'existence propre, si un vieux monsieur de 70 ans prend un peu de place dans un train en face d'une jeune fille pour installer son journal, sa tablette et sa pomme c'est qu'il est macho. Lorsqu'on fait abstraction de ces petits travers systématiques, la lecture est agréable parfois drôle, parfois amère, tragique, souvent poétique, ce n'est pas facile d'être une femme libre de cinquante ans dans le Londres contemporain et d'écrire suffisamment pour faire vivre ses deux filles. Beaucoup de références au cinema de Godard et à Simone de Beauvoir.

    L'ensemble est assez déconcertant, on passe d'un style à l'autre mais c'est attachant et ses doute très travaillé.