Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Livre - Page 5

  • Lettres à un jeune poète de Rainer Maria Rilke

    897105140.jpgPour bien débuter l'année, ces lettres magnifiques de Rainer Maria Rilke (1875-1926). A conserver près de soi toute l'année.

    Ces lettres ont été écrites entre 1903 et 1908 en réponse à la sollicitation de Franz Xaver Kappus, élève dans une école de Cadets à Sankt Poelten que Rilke n'a jamais rencontré. Kappus publiera ces dix lettres en 1929.

    Comme l'écrit dans sa préface, Franz Xaver Kappus : quand un prince va parler on doit faire silence, d'où ces extraits qui illustre le caractère de manuel de la vie créatrice proposé par Rilke.

    Un extrait :

    Vous demandez si vos vers sont bons. Vous me demandez à moi. Vous l'avez déjà demandé à d'autres. Vous les envoyez aux revues. Vous les comparez à d'autres poèmes et vous vous alarmez quand certaines rédactions écartent vos essais poétiques. Désormais, je vous prie de renoncer à tout cela. Votre regard est tourné vers le dehors; c'est cela que maintenant vous ne devez plus faire. Personne ne peut vous apporter conseil ou aide, personne. Il n'est qu'un seul chemin. Entrez en vous-même, cherchez le besoin qui vous fait écrire : examinez s'il pousse ses racines au plus profond de votre coeur. Confessez-vous à vous-même : mourriez-vous s'il vous était défendu d'écrire? Ceci surtout : demandez-vous à l'heure la plus silencieuse de votre nuit :"Suis-je vraiment contraint d'écrire?" Creusez en vous-même vers la plus profonde réponse. Si cette réponse est affirmative, si vous pouvez faire front à une aussi grave question par un fort et simple : "je dois" alors construisez votre vie selon cette nécessité...

    ...

    Une seule chose est nécessaire: la solitude. La grande solitude intérieure. Aller en soi-même, et ne rencontrer, des heures durant, personne - c'est à cela qu'il faut parvenir. Etre seul comme l'enfant est seul quand les grandes personnes vont et viennent, mêlées à des choses qui semblent grandes à l'enfant et importantes du seul fait que les grandes personnes s'en affairent et que l'enfant ne comprend rien à ce qu'elles font. S'il n'est pas de communion entre les hommes et vous, essayez d'être prêt des choses: elles ne vous abandonneront pas. Il y a encore des nuits, il y a encore des vents qui agitent les arbres et courent sur les pays. Dans le monde des choses et celui des bêtes, tout est plein d'évènements auxquels vous pouvez prendre part. Les enfants sont toujours comme l'enfant que vous fûtes: tristes et heureux; et si vous pensez à votre enfance, vous revivez parmi eux, parmi les enfants secrets. Les grandes personnes ne sont rien, leur dignité ne répond à rien.

  • Le feu (Journal d'une escouade)

    14-18,le feu,barbusseD'après ma liseuse, j'ai passé quatorze heures dans les tranchées aux côtés d'Henri Barbusse (1873-1935) à lire son roman autobiographique qui lui valu le prix Goncourt en 1916. C'est peu finalement à côté des épreuves vécues par l'auteur du Feu.

    Henri Barbusse c'est un nom que je connais depuis ma tendre enfance :  il y a des rues Henri Barbusse dans toutes les villes qui ont été gérées par une mairie communiste et dans bien d'autres. L'homme, un littéraire, s'est engagé à 41 dans l'infanterie en 1914 et a fait la guerre au front pendant 22 mois. De cette période, à partir du journal qu'il a tenu, il a publié Le feu en feuilleton puis chez Flammarion.

    L'homme deviendra communiste dès 1923 puis sera un des fondateurs du mouvement pacifiste,  il ira jusqu'à écrire une biographie de Staline. il voulait créer une littérature prolétarienne.

    Mais peu importe, son roman est d'abord un roman autobiographique, celui de son escouade, avec les différents épisodes qui font la vie d'une escouade, les combats en première ligne, les travaux de terrassement, l'attente, le barda, la permission, le poste de secours, l'idylle, la virée en ville, l'arrière... le tout avec le vocabulaire des poilus incroyablement riche, scrupuleusement noté par l'auteur.

    Un extrait : 

    Plus que des charges qui ressemblent à des revues, plus que les batailles visibles déployées comme des oriflammes, plus même que les corps à corps où l'on se démène en criant, cette guerre c'est la fatigue épouvantable, surnaturelle, et l'eau jusqu'au ventre, et la boue et l'ordure et l'infâme saleté. C'est les faces moisies et les chairs en loques et les cadavres qui ne ressemblent même plus à des cadavres, surnageant sur la terre vorace. C'est cela, cette monotonie infinie de misères, interrompue par des drames aigus, c'est cela, et non pas la baïonnette qui étincelle comme de l'argent, ni le chant du coq, du clairon au soleil.

    Et sur les embusqués, les planqués, ce dialogue, à la fin d'une virée à l'arrière :

    - Y a pas un seul pays, c'est pas vrai, y en a deux. J'dis qu'on est séparés en deux pays étrangers: l'avant, tout la-bas, où il y a trop de malheureux, et l'arrière, ici, où il y'a trop d'heureux.

    - Que veux-tu! ça sert...l'en faut...c'est l'fond...Après...

    - Oui, j'sais bien, mais tout d'même, tout d'même, y en a trop, et pis i's sont trop heureux, et pis c'est toujours les mêmes, et pis y a pas de raison...

    -Dans huit jours on s'ra p'r'êt crevés... 

    instagram  : jpdpkr 

    @jpdpk

  • Les enfants de Hùrin

     

    Hurin.jpgJe ne pouvais pas rester ignorant plus longtemps, il fallait que je m'y mette pour deux raisons : une émission spéciale de la Grande Librairie sur Tolkien , sa vie, son oeuvre, et Le seigneur des anneaux à la seizième place des vingt livres qui ont changé votre vie, autre émission spéciale de François Busnuel.

     

    Le seigneur des anneaux étant un peu volumineux, j'ai choisi Les enfants de Hùrin, sur le conseil de Vincent Ferré auteur de Lire J.R.R Tolkien chez Pocket.

    Et bien, il faudra sans doute que je persévère car je suis loin d'avoir été conquis. Certes, il y a de l'aventure, tous les grands sentiments sont là : l'honneur, la bravoure, la trahison, l'amour, l'amitié, la jalousie. 

    Il y a du suspense, beaucoup de morts, des êtres dotés de pouvoirs magiques, les elfes, les nains, un dragon au regard statufiant.

    Et beaucoup de noms propres, des noms de lieux, des personnages, une litanie de généalogies.

    Mais cela laisse un peu froid, bien sûr le héros souffre, se bat, il est banni, amoureux, vainqueur mais à quel prix...

    Bref, cela m'a laissé de marbre car finalement, cela manque tout simplement de mon point de vue d'humanité, on ne croit pas à ces histoires.

    Mais dans quelques mois peut-être une autre tentative sera-t-ele plus fructueuse

  • Géographie de l'instant

    geographie-de-l-instant.jpgC'est simplement un bloc-notes. Des articles rédigés par Sylvain Tesson entre janvier 2006 et septembre 2012 et parus dans divers journaux, revues et magazines. ils viennent de tous les coins du monde que Sylvain Tesson aime à arpenter, à pied, en moto, à cheval.

    Sylvain Tesson a des obsessions qui ressortent bien de ces textes : la croissance démographique qu'il estime insoutenable, le déni du droit des femmes, il aime la nature vierge, les êtres vivants, les animaux, les insectes, Il déteste les religions et les intégrismes. Il n'aime pas se complaire dans le passé et planifier l'avenir, jouir du temps présent est sa philosophie première. L'histoire n'a pas de sens.

    Sylvain Tesson adore les citations, certaines d'entres elles reviennent souvent comme celle de Chateaubriand qui lui plait particulièrement : les forêts précédent les hommes et les hommes les déserts. il a une prédilection pour des auteurs souvent peu appréciés pour leurs opinions réactionnaires comme Ernst Jünger ou  Jean Raspail.

    Il adore la Russie, les steppes, les déserts mais cela on le savait déjà.

    Mais il aime la marche, il aime les livres, ses éloges de la marche et de des livres à la fin de l'ouvrage sont remarquables. il a l'oeil acéré et est un observateur attentif de notre époque, un homme courageux.

    Un livre que l'on peut lire d'une traite ou par petit gorgées avec un verre de vodka, et que l'on peut garder près de son lit pour en lire au hasard quelques pages et retrouver des citations ou des reflexions pertinentes sur notre temps.

  • Pierre et Jean

    pierre et jean.jpg

    Un classique de Maupassant, dont c'est le quatrième roman, qui se déroule au Havre, publié en 1889.

    C'est presque une nouvelle, neuf petits chapitres, qui nous dévoilent la révélation d'un secret de famille. Les deux frères, Pierre le brun, et Jean Le blond reviennent vivre auprès de leurs parents qui ont pris par amour de la mer leur retraite au Havre. Pierre a fait des études de médecine et Jean des études de droit. 

    Un jour, Le notaire informe la famille Roland qu'un de leurs vieux amis parisien récemment décédé a légué tout sa fortune à Jean

    Stupéfaction et jalousie naissante puis dévorante chez Pierre qui s'interroge  mais pourquoi donc jusque"à ce que plusieurs indices troublant l'amènent à se convaincre que Jean n'est pas le fils de leur père mais celui du généreux donateur.

    La mère finira par avouer sa double vie passée et Pierre curieusement se bannira lui-même de cette famille minée par le non dit et le mensonge en embarquant comme médecin sur "La Lorraine".

    Une très belle préface de Maupassant sur l'art du roman complète avantageusement un ouvrage plaisant qui nous faite découvrir outre les tourments de la famille Roland nous fait découvrir la ville du Havre, ses bistrots, ses jetées et participer à des parties de pêche.

  • Sacrés caractères

    Tous ceux qui aiment lire ou écrire apprécieront cette série de petits films qui nous conte l'histoire méconnue des polices de caractère.

    http://nvx.franceculture.fr/sacres-caracteres/

    697269-webserie-sacres-caracteres.jpg

     

  • Magellan

     

    CVT_Magellan_1726.jpgLors d'un voyage au Brésil, Stefan Zweig eut honte. Il naviguait depuis quelques jours sur un paquebot luxueux avec piscine et restaurants, télégraphe et air conditionné, et il s'ennuyait. C'est alors qu'il eut une pensée pour ceux qui les premiers s'aventurèrent sur l'Atlantique et qu'il s'intéressa aux navigateurs de la renaissance.

    D'où ce Magellan qui nous raconte l'épopée de cette flotte de cinq navires le San Antonio, le Trinidad, le Concepcion, le Victoria et le Santiago qui quittent le port de Séville le 10 août 1519 pour se rendre aux Moluques, les iles des épices, en naviguant plein ouest. trois ans plus tard un seul navire reviendra avec seulement dix-huit hommes à bord.

    Et sans son amiral Fernao de Magalhaes, portugais d'extraction modeste au service de la couronne espagnole, de celui qui allait devenir Charles Quint. Sans son amiral qui trouve la mort un peu bêtement dans une bataille qu'il a lui même provoqué avec un petit roi d'une ile des Philippines.

    La biographie est complète, des premières armes de Magellan aux Indes comme navigateur jusqu'au retour de la Victoria à Séville

    Zweig montre très bien au début de l'ouvrage combien la navigation a connu une révolution en un siècle : en 1418 les portugais atteignent péniblement Madère et un siècle plus tard Magellan fait le tout du monde.

    Le Portugal et l'Espagne étaient des pays à la périphérie de l'Europe, à l'écart de la route des épices contrôlée par les musulmans et Venise et ils mettent en place de nouvelles routes en quelques années et se créent des empires.

    L'ouvrage de Zweig montre surtout que la détermination est essentielle à la réalisation d'une idée. Son tour du monde, Magellan l'a conduit à son terme envers et contre tous et d'abord contre ses quatre adjoints espagnols et ses équipages qui n'ont pas manqué de plaider sans relâche pour faire demi tour devant la difficulté de trouver un passage au delà de l'Atlantique. Méticulosité, fermeté, ruse, détermination, droiture...

    Accessoirement on notera que le prix des épices rapportées a permis de rembourser l'investissement de départ, du moins si l'on fait abstraction des deux cents et quelques marins morts pour l'essentiel de faim, de soif ou de froid, mais à cette époque que valait la vie d'un marin?

  • Tram 83

    tram-83-HD-300x460.jpgIl y a avait le Tram 33 de Brel : on prendra le tram 33 pour aller manger des frites chez Eugène, il y  maintenant Tram 83 de Fiston Mwanza Mujila. Dans les années soixante, le tram 33 reliait Boitsfort au square Henri Rey à Anderlecht, aujourd'hui le tram 83 n'est opérationnel que la nuit et cette ligne a été inaugurée un 30 juin, la date anniversaire de l'indépendance du Congo.

    Le Congo, la nuit, le Tram 83 est un bar situé dans une ville minière qui ressemble à la capitale du Katanga. C'est toute une société qui s'y retrouve une société étonnante : des étudiants en grève, des creuseurs en mal de sexe, les canetons aguicheurs, les touristes à but lucratif, les touristes de seconde zone, la serveuse à grosses lèvres, les serveuses et les aides serveuses, la diva,  Emilienne, Christelle, Requiem, Lucien, Malingeau, le général dissident, les chinois... 

    Tout un monde qui traine ses misères, ses désirs, ses peurs... Une société déglinguée comme le style de ce livre, marqué par les répétitions, la crudité du vocabulaire. Il y a du Céline dans ce tableau d'une société en désespérance qui s'agite sans fin sur des airs de jazz et de Rumba.

    Il y a l'opposition entre Requiem, un type sans morale, prêt à tous les compromis pour survivre et Lucien, l'intellectuel en panne d'inspiration qui s'entête cependant à écrire et reste sur son quant à soi dans cet univers sans foi ni loi, il a bien du mérite. 

    A lire pour se faire une idée d'un certain Congo et découvrir un écrivain congolais sans aucun doute prometteur.

    Instagram : jpdpkr 

  • Dernières nouvelles du martin pêcheur

    7769122933_dernieres-nouvelles-du-martin-pecheur-de-bernard-chambaz.jpg

    Un très beau livre. Bernard Chambaz qui a perdu son fils Martin lorsqu'il avait seize ans à la suite d'un accident nous conte dans cet ouvrage la traversée des Etats-Unis qu'il effectue un été en vélo avec sa femme Anne qui l'accompagne dans une Cadillac aux fauteuils rouges.

    Ce voyage est d'abord un exploit physique, l'auteur effectue le trajet de Cape Cod sur la côte Est à Los Angeles en 35 jours, 35 comme l'âge qu'aurait Martin à la date de ce voyage. 160 km par jour en moyenne, avec de très grosses chaleurs et sur des itinéraires pas très adaptés au vélo. Mais ce voyage, la famille Chambaz l'a effectué dans le passé et il était un des meilleurs souvenirs de Martin.

    Il y a en alternance les chapitres qui décrivent le voyage proprement dit, l'effort, les pauses, les erreurs d'itinéraires, les motels, les pizzas sur le bord de la route, les crevaisons, les shérifs... Une Amérique ordinaire, rurale, grandiose par ses paysages.

    Il y a les chapitres de mémoire, Martin n'est jamais bien loin, il est même là de temps à autre comme un mirage et Bernard Chambaz nous fait pénétrer ce qu'est le deuil, en nous narrant des hsitoires que l'on connait plus ou moins, des histoires américaines au fil des villes ou villages traversés comme le drame de la famille Lindbergh dont le bébé fut kidnappé et assassiné, le destin tragique des enfants de Théodore Roosevelt passionnés d'aviation et soldats, la figure de Jack Kerouac, celles de Martin Luther King  de Lincoln...

    Un livre très attachant, bien écrit, qui n'est jamais triste, empreint d'une grande sérénité et qui donne une furieuse envie d'aller s'acheter un vélo avec un cadre Cyfac en carbone,  un pédalier en alu, des roues Zipp et une selle Fi'Zi:k.

  • Ulysse - Les chants du retour

    phpThumb_generated_thumbnailpng.pngAvec ce bel album de bandes dessinées, Jean Harambat réussit un exploit, mettre à nouveau en scène l'Odyssée et son héros Ulysse. Ulysse, tout le monde ou presque connait l'histoire, pourquoi s'y replonger à nouveau?

    Harambat est un dessinateur un peu particulier, né en Chalosse, il a beaucoup pratiqué le rugby qu'il a raconté dans "En même temps que la jeunesse", mais il est aussi ancien élève de l'ESSEC et diplômé d'un troisième cycle de philosophie. Il a beaucoup voyagé, tout en jouant au rugby, et c'est au cours d'un séjour à Ithaque que notre landais a eu l'idée de cet album. La bibliographie qu'il livre à la fin des chants du retour est impressionnante.

    Harambat a choisi de se concentrer sur le retour d'Ulysse à Ithaque, vingt ans après l'avoir quitté pour aller guerroyer à Troie, alors que sa maison est occupée par les prétendants, des princes repus et corrompus, qui pressent Pénélope de se choisir un nouveau mari et cherchent à écarter Télémaque de la succession.

    Sont ainsi successivement décrites les rencontres avec le porcher Eumée, le chien Argos, la nourrice Euryclée, le combat avec Tiros, le concours de tir à l'arc avec les prétendants, le massacre des prétendants, les retrouvailles avec Pénélope...

    Quelques retours en arrière permettent d'évoquer quelques épisodes d'Odyssée , la figure d'Achille, la descente aux enfers, le combat avec Cyclope, la rencontre avec Nausicaa...

    Mais Jean Harambat ne se contente pas de nous raconter à nouveau le retour d'Ulysse, ceci en suivant de près la traduction du texte d'Homère de Victor Bérard, il introduit aussi et de façon très plaisante les explications de personnages contemporains, des spécialistes de la Grèce antique comme Jean-Pierre Vernant, François Hartog ou Jacqueline de Romilly, des amoureux de la littérature comme Jean-Paul Kauffmann, un landais, T.E Lawrence, Schliemann, l'archéologue qui crut localiser Ithaque, L'accent est mis sur la fait que le retour d'Ulysse correspond en premier lieu à la recherche de soi, Ce que cherche Ulysse après ses 20 ans d'errance c'est retrouver son identité, se faire reconnaitre, reprendre sa place, ses fidèles, ses plus proches sont des pauvres, des gens simples.

    Le dessin est simple, dans des tons qui rappellent souvent les vases grecs. Une très belle réussite qui se clôt par le beau poème de Constantin Cavafy de 1911 : Quand tu prendras le chemin vers Ithaque, souhaite que dure le voyage...