Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Théatre

  • Correspondance de Flaubert

    C'est à la suite de l'écoute des Chemins de la Philosophie de France Culture en mars 2021 que j'ai décidé de me plonger dans la correspondance de Flaubert, pas la totalité publiée dans la Pléiade, mais seulement des extraits sélectionnés et présentés par Bernard Masson.

    Bien m'en a pris! J'ai lu à voix haute une lettre par jour le matin au réveil avant de me lever. Il y a 297 lettres présentées chronologiquement. Dix mois de lecture donc sans faillir un seul jour. Un rituel.

    J'ai ainsi vécu entre Croisset près de Rouen, Paris, mais aussi L'Egypte, la Tunisie, Deauville. Flaubert a assez peu voyagé. Un homme très fidèle avec les siens, sa mère, sa nièce, ses amis.

    Tous entier consacré à l'édification de son oeuvre, misanthrope, il ne se mariera pas, n'aura pas d'enfants, fréquentera les prostituées en Egypte et en Tunisie au cours de voyages comme on n'en fait plus aujourd'hui, les demi-mondaines à Paris, il finira sa vie quasi dans la misère mais avec tout de même des employées de maison, le mari de sa nièce pour lequel il s'était porté caution l'ayant ruiné ou presque. Il bénéficiera sur l'insistance de ses amis d'une sorte d'emploi fictif. Flaubert a toujours vécu de ses rentes sans vivre de ses livres, il n'aurait pour rien au monde accepté un travail qui l'aurait détourné de sa tâche.

    La rédaction de chaque ouvrage, est une épreuve intellectuelle et physique planifiée avec une énorme documentation et des mois de rédaction, une souffrance, qu'il s'agisse de la Bovary, de La tentation de Saint Antoine, une oeuvre remise régulièrement sur le métier, Salammbô, Bouvard et Pécuchet qui restera inachevé. Ses trois contes paraissent plus facile. Le style bien sûr est la préoccupation première. Heureusement Flaubert n'a pas vécu aujourd'hui, il aurait détesté les oeuvres d'auto fiction ou l'écrivain se met directement ou indirectement en scène, il considérait au contraire que l'écrivain se devait de ne rien écrire le concernant dans son oeuvre. Il détestait la bêtise, raison pour laquelle il entreprit Bouvard et Pécuchet, n'aimait pas son époque, la modernité, le naturalisme

    On découvre pendant la guerre de 1870 un Flaubert combattant, à presque 50 ans , il fait des rondes armées dans Rouen

    Il correspond essentiellement avec des écrivains ; Louise Colet, sa muse, George Sand, Louis bouilhet, Maxime du camp, les Goncourt, ZolaGuy de Maupassant, son disciple, Melle Leroy de Chantepie une fervente catholique, qu'il ne rencontrera jamais, mais aussi la princesse Mathilde, Mme Brainne, des femmes de salon, des demi-mondaines

    Il meurt d'une attaque cérébrale en mai 1881 à 59 ans encore plein de projets mais visiblement fatigué par une vie d'efforts continus.

  • L'infini dans un roseau

    Irène Vallejo a 42 ans, elle est espagnole, elle a étudié la philologie classique, est diplômée des universités de Saragosse et de Florence et, avec L'infini dans un roseau, elle a écrit un chef d'oeuvre d'érudition sur l'histoire du livre et de la lecture. Ce pourrait être ennuyeux, truffé de notes de bas de page, bref scientifique mais au contraire cela se lit comme un récit, un conte et le lecteur va d'émerveillements en émerveillements. 

    Il est long le chemin qui mène des premières tablettes d'argile aux livre électronique d'aujourd'hui, en passant par le papyrus, le parchemin, les rouleaux, les incunables. Avant les inscriptions sur la pierre, comme encore aujourd'hui sur les tombes, les arbres, pour les amoureux, les histoires étaient transmises oralement, l'écriture, le livre, ont permis de les fixer, mais combien d'histoires perdues, transformées au fil du temps.

    Le livre a t'il encore un avenir? Très certainement, il a survécu à toutes les révolutions technologiques, à toutes les tentatives d'autodafés, 

    Le livre a permis de doper l'espérance de vie des idées, des histoires, il n'est pas prêt de s'éteindre.

  • Arts et Culture Paris et sa banlieue

    Une idée et un travail remarquable de Lucas Destem (instagram : @lucasDestrem) : donner des noms de lieux culturels à toutes les stations du métro parisien et c'est très bien fait! Excellent voyage!

  • Antigone

    Pendant l'allocution de Macron, sur le covid19 nous étions tranquillement ou inconsciemment au Théâtre National  de Bordeaux Aquitaine pour assister à la représentation d'Antigone par un troupe d'acteurs ukrainiens et russes. C'est cela les abonnements. La salle était pleine de jeunes scolaires et de retraités, personnes vulnérables. Mais qu'importe, le spectacle en valait la peine.

    Antigone est toujours un texte très moderne même si dans cette mise en scène un peu rude, Créon nous est apparu très cruel, pas du tout tourmenté par le dilemme qui fait l'objet de l'intrigue. La musique qui accompagnait la représentation avec parfois des accents punk rock rap est magnifiquement interprétée par le choeur et adapté à la sévérité de l'action.

    Pour les ukrainiens, qui se sont révoltés il y a plusieurs années, il est évident qu'Antigone renvoie à la nécessaire désobéissance civile face à l'oppression. Antigone est et restera actuelle longtemps!

    Une excellente soirée.

  • Le quatrième mur

    C'est vraiment un livre coup de poing, sur la guerre, en l'occurrence celle du Liban où j'ai vécu de 2005 à 2008, bien après l'époque évoquée dans l'ouvrage, sur la fidélité en amitié aussi, sur le théâtre.

    Le personnage principal de l'histoire, un double de l'auteur, Sorj Chalandon, apprenti metteur en scène fait au début du livre le coup de poing avec des groupes d'extrême droite, ce qui le conduit  à subir un passage à tabac, sans trop de regret au demeurant, puisque c'est en quelque sorte la règle du jeu. Il rencontre dans ces frasques un vrai metteur en scène, Samuel, juif, grec, exilé de la dictature, qui a l'intention de monter Antigone d'Anouilh à Beyrouth, pour montrer qu'en pleine guerre civile il est possible de réunir sur un tel projet chrétiens, sunnites, chiites, druzes, palestiniens. Atteint d'un cancer en phase terminale, il demande à Georges, sa seule famille de poursuivre le projet. Georges laisse alors à Paris sa petite famille toute récente et part à Beyrouth en repérage. Tout se passe bien au début et puis la guerre civile va faire son oeuvre, déstabiliser les acteurs de la pièce et Georges lui même qui ne sera jamais plus le même qu'avant.

    Je ne dévoile pas les faces les plus noires de ce récit, Sabra et Chatila, les combats entre Druzes et Chrétiens, les règlements de compte, les trahisons...

    Je n'ai pas beaucoup aimé le personnage de Georges, dès le début du roman, sa fascination pour la violence, Samuel est beaucoup plus raisonnable, lucide et on peut se demander s'il se serait laissé absorber, happer par la guerre civile comme l'est Georges, dans un combat qui n'est pas le sien. Comment choisir son camp?

    On ne peut en tous sas rester indifférent.

  • Ex Anima

    C'était  la dernière représentation du dernier spectacle équestre de Zingaro, la troupe de théâtre de Bartabas. A Bordeaux, aux Quinconces.

    Une ode aux chevaux. Contrairement aux spectacles précédents, les chevaux ne sont pas montés, ils sont en liberté, ce sont eux les artistes et les différents tableaux successifs nous les montrent en situation, depuis que l'homme les a domestiqués, au travail, dans les champs, à la mine, à la guerre dans les tranchées, à la mine, dans les cirques...

    Beaucoup de poésie, un éclairage au millimètre, une masque merveilleuse, venue de tous les coins du monde.

    C'est lent, mais c'est majestueux, les chevaux sont bien des êtres vivants, sensibles, des voisins ...

  • Manon (bis)

    (Manon, Des Grieux et Tiberge)

    Après avoir vu à l'Opéra de Bordeaux Manon, dans l'adaptation de Massenet, j'ai finalement lu l'histoire de Manon Lescaut et du chevalier des Grieux écrite par l'Abbé Prévost. Roman du XVIIIéme siècle, sulfureux, totalement amoral, longtemps interdit, remanié par son auteur. 

    C'est vivant, entièrement raconté par le Chevalier des Grieux, c'est à dire qu'on n'a jamais le point de vue de Manon Lescaut sur les nombreuses péripéties de cette affaire entre un jeune homme bien né et une catin, Que pense-t-elle de sa vie, de ces hommes qu'elle séduit pour s'accaparer leur argent et mener grand train, au risque de perdre finalement celui qu'elle aime? Que pensent réellement les autres protagonistes, l'ami Tiberge, toujours fidèle, le père de Des Grieux, le frére de Manon, un escroc?

    Un bon complément à l'opéra, j'aurai du lire d'abord, aller voir ensuite...

  • Bérénice

    Dans une mise en scène de Célie Pauthe du CDN de Besançon. Une mise en scène épurée qui laisse une place de choix aux texte de Jean Racine et dont les actes sont entrecoupés d'extraits de Césarée un petit film de Marguerite Duras qui retrace le retour de Bérénice sur ses terres de Judée après sa répudiation par Titus. Ces images tournées pour l'essentiel dans les jardins des tuileries n'apportent à vrai dire pas grand chose.

    On a donc pour l'essentiel un trio, Titus un empereur qui va sacrifier son amour pour assurer sa gloire parce que Rome ne peut admettre que l'empereur épouse une reine étrangère, au sang impur, Bérénice, reine de Judée dont le peuple est asservi par Titus qui vient de détruire le temple de Jérusalem, amoureuse, ambitieuse, qui se voit impératrice de Rome et n'admet pas sa répudiation et le triste Antiochus, roi de Comagène (centre sud de l'actuelle turque), secrètement amoureux de Bérénice et que Titus, un peu lâche, ignorant de ses sentiments charge d'annoncer à Bérénice sa répudiation.

    Mélodie Richard qui joue Bérénice est quasi parfaite, élancée, belle, vive, elle passe du rire aux larmes, de la détermination à la panique avec aisance. Titus en revanche est peut être un peu faible, déchirée entre son ambition d'empereur, son devoir et ses sentiments, il parait toujours indécis, a du mal à faire croire à sa détermination, Antiochus est plutôt convaincant, honnête avec lui même jusqu'au bout.

    La diction des acteurs est à la hauteur de l'enjeu, j'étais au cinquième rang, pas certain qu'au fond de la salle le sentiment soit le même. Le décor, très simple, un salon contemporain avec du sable au sol censé rappeler la poussière de marbre du texte de Duras...

    De toute manière, l'essentiel , c'est le texte de Racine qu'on prend plaisir à redécouvrir. On souhaite aux lycéennes  présentes pour cause de Bac français d'avoir entre deux coups d'oeil à leurs portables au fond de leur sac à main apprécié tout de même cette belle pièce du répertoire.

  • Le Cid

    Première soirée hier soir au théâtre Ducourneau à Agen pour voir le Cid.

    Ducourneau Alphonse-Pierre (1841-1903, natif d'Agen, fit fortune à Paris avec un nouveau type de ciment, l'amalga. Et c'est grâce à un legs de 300000 Francs que le théâtre actuel fut construit par l'architecte Tronchet entre 1906 et 1908, à la place du théâtre Moncorny. Théâtre classique à l'italienne , inauguré par le Président Armand Fallières, ancien sénateur du Lot et Garonne et Maire de Nérac.

    Bouygues n'a pas été le premier maçon à investir dans la culture!

    Il y aurait 600 places, des petites places, et la salle n'était pas pleine, fauteuils rouges comme il se doit.

    Une version du Cid mise en scène par Sabine Anglade et jouée par huit comédiens. Décor épuré, diction parfaite, écoute remarquable du public, pas d'esbrouffe, une batterie pour rythmer le temps, on est toujours au coeur du sujet et on a plaisir à retrouver ses classiques.B

    Pour dîner avant le spectacle, restaurant tenu depuis un peu plus d'un an par deux jeunes gersois, le Bistrot Voltaire.

  • Tous des oiseaux

    J'avais beaucoup aimé il y a quelques années Littoral, Incendies et Forêts, de Wajdi Mouawad, auteur libano-canadien qui raconte des histoires au théâtre de façon formidable.

    Ici, au TNBA de Bordeaux,  le spectacle est sur- titré parce que en Allemand, en anglais, en yiddish, en hébreu en arabe, c'est fabuleux. De quoi s'agit t'il? d'une histoire abracadabrante que seulMoawad peut inventer, un jeune chercheur allemand en génétique, dont les parents sont juifs et le grand-père, rescapé des camps, israélien, est amoureux d'une américaine, d'origine arabe, qui fait une thèse sur Léon Africain, un musulman qui se serait converti au catholicisme, puis l'aurait secrètement renié, du moins si j'ai bien compris, bref une thèse sur la conversion.

    Le jeune chercheur qui s'aperçoit que son père n'est pas le fils de son grand-père part à la recherche de sa grand-mère qui vit toujours en Israël pour avoir une explication, il y a va avec sa belle, qui va c'est le plus surprenant dans la pièce découvrir son identité arabe après avoir franchi le Jourdain en direction de la Jordanie, sur le pont Allenby...

    Je passe sur les détails, les révélations successives qui permettent de comprendre un imbroglio improbable avec des personnages un peu trop stéréotypés, la grand-mère juive, à la fois cynique et passionnée, le père anti-palestinien, la mère psychiatre un peu raide, le grand-père revenu de tout et en arrière plan , le conflit isarélo- palestinien, les attentats à la bombe, les massacres de Sabra et Chatila

    C'est didactique, captivant, pendant quatre heures, les acteurs sont épatants et c'est en tournée en France jusqu'en septembre.