Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le quatrième mur

C'est vraiment un livre coup de poing, sur la guerre, en l'occurrence celle du Liban où j'ai vécu de 2005 à 2008, bien après l'époque évoquée dans l'ouvrage, sur la fidélité en amitié aussi, sur le théâtre.

Le personnage principal de l'histoire, un double de l'auteur, Sorj Chalandon, apprenti metteur en scène fait au début du livre le coup de poing avec des groupes d'extrême droite, ce qui le conduit  à subir un passage à tabac, sans trop de regret au demeurant, puisque c'est en quelque sorte la règle du jeu. Il rencontre dans ces frasques un vrai metteur en scène, Samuel, juif, grec, exilé de la dictature, qui a l'intention de monter Antigone d'Anouilh à Beyrouth, pour montrer qu'en pleine guerre civile il est possible de réunir sur un tel projet chrétiens, sunnites, chiites, druzes, palestiniens. Atteint d'un cancer en phase terminale, il demande à Georges, sa seule famille de poursuivre le projet. Georges laisse alors à Paris sa petite famille toute récente et part à Beyrouth en repérage. Tout se passe bien au début et puis la guerre civile va faire son oeuvre, déstabiliser les acteurs de la pièce et Georges lui même qui ne sera jamais plus le même qu'avant.

Je ne dévoile pas les faces les plus noires de ce récit, Sabra et Chatila, les combats entre Druzes et Chrétiens, les règlements de compte, les trahisons...

Je n'ai pas beaucoup aimé le personnage de Georges, dès le début du roman, sa fascination pour la violence, Samuel est beaucoup plus raisonnable, lucide et on peut se demander s'il se serait laissé absorber, happer par la guerre civile comme l'est Georges, dans un combat qui n'est pas le sien. Comment choisir son camp?

On ne peut en tous sas rester indifférent.

Écrire un commentaire

Optionnel