Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Cinéma

  • Cités à la dérive

    J'ignorai totalement l'existence de Stratis Tsirkas (1911-1980) et de cet ouvrage, ou plutôt de ces trois ouvrages, intitulés Le Cercle, Ariane et La chauve-Souris, et réunis sous ce titre de Cités à la dérive. le premier a pour cadre Jérusalem, le second Alexandrie et le troisième Le Caire. L'action se déroule dans les deux dernières années de la seconde guerre mondiale.

    C'est à la lecture de Zone de Mathias Enard que je dois la découverte de cette fresque qui relate la résistance de la gauche grecque, exilée au Proche-orient, alliée de circonstance des britanniques contre l'occupant nazi de leur pays.

    On y croise des résistants de tendance stalinienne qui organisent des brigades militaires prêtes à rejoindre le front, mais aussi des résistants idéalistes, humanistes, des diplomates de sa Majesté, des autrichiens qui rêvent de restaurer la dynastie des habsbourg sur l'Autriche, des espions, des espionnes. Tout ce petit monde s'observe, se surveille, élabore des stratégies, dénonce, les couples se forment et se séparent, il y a des victimes, un combat permanent entre aspiration aux libertés individuelles et exigences de la lutte.

    On découvre à cette occasion combien effectivement la Grèce, et partant les grecs a souffert, il y a une excellente introdution historique, et on sait bien entendu combien cette résistance aura été mal récompensée à la fin de l'histoire, la Grèce allant pour de nombreuses années de dictatures en dictatures.

    Pas toujours facile à lire tant il y a de personnages, historiques et romancés.

    Il existe une adaptation cinématographique en huit épisodes :

     

  • Café de Paris

    Une belle adresse, rue de Buci, avec ma compagne de toujours, pour retrouver mes deux fils, et fêter la fête des pères et un anniversaire. Serveurs très aimables, service rapide, déco axée sur le cinéma, avec en particulier une grande affiche du Mépris de Jean-Luc Godard, avec Brigitte Bardot et Michel Piccoli pas trop de monde, conditions sanitaires impeccables ...Thon mi-cuit, riz vinaigré au gingembre, éclair au caramel et beurre salé, eau plate, pas d'alcool, on en sort en paine forme.

    Et un excellent souvenir, mon premier essai en trottinette électrique pour traverser le boulevard Saint Germain

    PS : La rue de Buci doit son nom à Simon de Buci, premier Président du Parlement de Paris en 1341.

  • Kosmos, l'épopée des particules et ... La Llorana

    Agréable à lire, j'ai toujours rêvé sans y parvenir, de maîtriser la mécanique quantique, de comprendre la différence entre relativité restreinte et relativité générale. 

    Ce petit livre qui alterne passages scientifiques et petite histoire aide à s'approcher de cet objectif. J'entame la deuxième lecture et je comprends de mieux en mieu : la différence entre énergie, charge, intensité, proton, électron, matière antimatière.

    Cela reste difficile, la lumière est ainsi une onde mais aussi un faisceau de particules, en mécanique quantique, rien n'est sûr, il n'y a que des probabilité et parfois pas de solutions...

    Je recommande, 

    et je recommande aussi au passage d'aller voir au cinéma La Llorana un très beau film qui met en scène un huis- clos entre la famille d'un dictateur guatémaltèque déchu mais blanchi par un tribunal complaisant du crime de génocide et le peuples maya avec en filigrane une légende de pleureuses...

  • 1917

    Un bon film d'immersion, l'attention ne se relâche pas une seconde, de très belles images. Mais c'est peu réaliste pour décrire la guerre de 1914 et l'enfer des tranchées. peu crédible d'envoyer deux jeunes caporaux traverser les lignes ennemies pour porter un message il y avait sans doute d'autre moyens. Peu crédible d'arrirer à accomplir cette mission impossible. Pas un mot sur le ressenti des appelés à l'égard d'une hiérarchie militaire aujourd'hui largement déconsidérée. Des alternances de paysages dantesques et de prairies verdoyantes peu réalistes. Une rivière qui ressemble à grand gave en montagne avec des remous et des rapides... une scène surréaliste dans un village en ruine avec une jeune femme et un Bébé...

    J'ai tout de même pensé pendant tout le film à mon grand-père et ses frères...

  • De Jean-Claude Carrière...

    Quand quelque chose vous arrive que vous n'avez pas prévu, il faut tout de suite sauter dessus...

    A propos de Carole Bouquet qui fit son premier film avec Luis Buñuel alors qu'elle était encore élève au conservatoire.

  • Ex Libris

    Plus de trois heures de film! Mais on ne le regrette pas. Frederick Wiseman, 87 ans, qui nous avait déjà donné National Gallery,  a fait un chef d'oeuvre en allant filmer les 93 sites de La NYPL, la New-York Public Library.

    Le film cite une architecte néerlandaise qui explique qu'aujourd'hui dans une bibliothèque publique le plus important ce ne sont pas les livres, on peut même en concevoir sans livre, le plus important c'est le partage, l'accès à la culture pour tous, les minorités, les illettrés, les sans-abris, les sourds, les aveugles, les seniors, les enfants, les collectionneurs, les archivistes, les savants, les chercheurs, les artistes, les publicitaires, à la recherche de connaissances, d'archives, d'estampes, de photos, de musique, de cours de danse, de débats, de rencontres tout simplement.

    Le film s'attarde sur les activités mais aussi sur les publics, les personnels, les administrateurs qui débattent à l'infini sur les priorités que doit s'assigner la NYPL, l'arbitrage entre les différents programmes, la nécessité de combler le digital divide, de trouver le public des relégués, des adolescents, de trouver des financements privés en complément de ceux de la ville.

    On sens une grande fierté chez ces personnes, avec raison sans aucun doute. Fierté de la mission accomplie, fierté de l'engagement. L'une des salariés dit d'ailleurs : on écoute ceux qui s'engagent.

    Dans une interview, Frédrick Wiseman a déclaré à propos du tournage de son documentaire : j'ai trouvé rafraichissant de tomber sur un groupe de personnes qui sont réellement attachées à leur travail et qui essaient de bien le faire.

    C'est ce qu'on aimerait dire de tous les lieux de travail...

    https://youtu.be/Qbj5J4XZkc8

  • Bistrot!

    Une petite mais très belle exposition à la Cité du Vin sur le thème du bistrot. L'exposition convoque la peinture du XVIII à nos jours bien sûr mais aussi la littérature (Baudelaire, Verlaine...), le Cinéma (Nouvelle vague), la chanson...

    C'est tout de même un peu trop franco-français et il manque une évocation des café célèbres du monde entier maus c'est tout de même très bien fait et fort sympathique.

     

    Venez à Bordeaux ou achetez le très beau catalogue!

  • Emma Stone vs Natalie Portman

    C'était hier la deuxième fois que nous allions au cinéma de Lectoure dans le GersLe Sénéchal offre deux salles de 116 et 54 places, confortables, des films en VO. Le cinéma est géré par une association aux objectifs ambitieux.

    Nous y avons vu successivement La la Land et Jackie. Beaucoup de monde pour le premier, beaucoup moins pour le second. L'oscar de la meilleure actrice attribué à Emma Stone....rien pour Natalie Portman.

    Et bien, et de loin, Jackie est un bien meilleur film que La la land et Natalie Portman bien meilleure.

    Natalie Portman campe magnifiquement le portrait d'une Jackie Kennedy digne, même si accablée de chagrin, déterminée, une résistante, une femme forte, face à l'adversité des services secrets, des services de sécurité , des Johnson et des Kennedy. La mise en scène de Pablo Larrain, cinéaste chilien, est subtile, tout en allers et retours bien menés.

  • Les damnés

    A la Comédie française jusqu'au 17 janvier. Les damnés c'est à partir du scénario de Visconti qui date de 1969 une pièce de théâtre qui conte la descente aux enfers de la famille Essenbeck (les Krupp) à partir de 1933.

    La montée du nazisme, l'appétit du pouvoir, la lâcheté vont déboucher sur l'élimination de tous les membres de cette famille jusqu'au transfert du pouvoir à un jeune malade mental nazi qui à la fin du spectacle tire sur le public à la kalachnikov.

    Les comédiens sont stupéfiants dans ce théâtre augmenté par la vidéo, les recours aux images d'archives, la musique...

    Les spectateurs sont les témoins impuissants de la montée de la barbarie... un peu comme aujourd'hui peut-être.

    Ne manquez pas ce spectacle dérangeant, violent, actuel, si vous en avez l'occasion.

  • Kaili blues

    Allez voir Kaili blues. Ce film d'un jeune cinéaste chinois de 27 ans, Bi Gan, ne passe que dans 18 salles mais il est formidable.

    Kaili est la capitale du pays Miao dans le sud ouest de la Chine. Pas vraiment de scénario dans ce film inspiré de Stalker de Tarkowsky. Un film déprimant que Bi Gan a fini par aimer en le regardant par petits bouts.

    Il ne se passe pas grand chose dans ce film et le peu qu'y s'y passe ne se laisse comprendre que peu à peu. Mais on est envouté par la suite de séquences de la vie quotidienne bien déprimante des habitants de ces villages, de cette Chine encore en émergence, de la catastrophe écologique en cours. Des morceaux de vie, d'une vie banale sans horizon, la violence rentrée sous toute ses formes.

    Les femmes et les enfants sont une note d'espoir, les hommes ont l'air perdus sauf les jeunes qui s'essaient à la musique pop.