Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Cas@d€i - Page 2

  • Une odyssée

    Encore un très bon livre que j'ai acheté dans l'excellente librairie d'Auch, Les petits papiers. J'avais bien aimé l'an dernier Un été avec Homère de Sylvain Tesson entendu par bribes sur France Inter puis lu.

    Ici il y a plusieurs livres en un. Le fil du livre et la relation par Daniel Mendelsohn du séminaire qu'il a tenu dans son université en 2011 sur l'Odyssée et auquel son père, Jay, alors âgé de 81 ans, a assisté pendant seize semaines. S'en ait suivi une croisière en Méditerrannée sur les traces d'Ulysse à bord du Corinthian II.

    Il y a donc une analyse de l'Odyssée à travers les questions livre par livre posées par l'auteur à ses étudiants et les échanges subséquents. l'analyse est à la fois sémiotique, littéraire, philosophique, historique. Les échanges du père de Daniel Mendelsohn avec les étudiants. Les souvenirs que cet exercice suscite chez Daniel Mendelsohn de sa relation avec son père et plus généralement sa famille depuis son enfance. Le révélation des secrets de famille, le percement des armures se fait jour tout comme dans l'Odyssée entre Ulysse, Télémaque et Pénélope.

    C'est formidable et l'attachement du fils au père est émouvant même si tout au long du livre, ils ne partagent pas la même vision d'Ulysse qui pour Jay, n'est pas un héros : il pleure tout le temps, il vient sans ces hommes, il a toujours besoin d'être aidé des dieux...

    Cela a aussi été l'occasion pour moi de découvrir le poème de Tennyson  "Ulysse" qui imagine Ulysse bien des années plus tard sur son ile : Pénélope a vieilli, Telemaque fait le job mais sans briller, son peuple reste inculte...il s'ennuie... je vous en livre la troisième et dernière strophe : 

    Le port est là ; le vaisseau enfle sa voile :
    La houle immense luit obscurément. Mes matelots,
    Vous qui avez peiné, œuvré et pensé avec moi,
    Qui toujours avez accueilli d’un mot plaisant
    Le tonnerre et le soleil, et leur avez opposé
    Des cœurs libres et des fronts libres – vous et moi sommes vieux ;
    La vieillesse a encore son honneur et son labeur ; 
    La mort est la fin de tout ; mais quelque chose auparavant,
    Quelque œuvre de renom peut encore être accomplie
    Qui ne soit pas indigne d’hommes qui luttèrent avec des Dieux.
    Les feux commencent à scintiller sur les rochers :
    Le long jour pâlit ; la lune lente monte ; l’océan
    Gémit à l’entour de ses mille voix. Allons, amis,
    Il n’est pas trop tard pour chercher un monde plus nouveau.
    Mettez à la mer et, assis en bon ordre, frappez
    Les sillons sonores ; car j’ai toujours le propos
    De voguer au-delà du couchant, où baignent
    Toutes les étoiles de l’Occident, jusqu’à ce que je meure.
    Peut-être nous sombrerons dans les gouffres marins,
    Peut-être nous atterrirons aux Iles Fortunées,
    Et verrons le grand Achille que nous connûmes.
    Quoique beaucoup nous ait été retiré, beaucoup nous reste ; et quoique,
    Nous ne soyons plus cette force qui jadis
    Remuait la terre et les cieux, nous sommes ce que nous sommes :
    Des cœurs héroïques et d’une même trempe,
    Affaiblis par le temps et le sort, mais forts par la volonté
    De lutter, de chercher, de trouver et de ne pas plier

  • Nuits musicales en Armagnac

    Plusieurs lieux et de nombreux concerts pour cette manifestation qui en est tout de même à sa 51éme édition! Lectoure, Eauze, Condom, fleurance, Flaran, Terraube et Lavardens. Difficile d'honorer chaque concert).

    Nous sommes allés à Condom dans le cloître de la cathédrale écouter François Salque au violon et Xenia Maliarevitch au piano avec au programme l'élégie de Fauré, trois romances de Schumann, deux sonates de Chopin et  Debussy et une rhapsodie hongroise de Popper. Très bon concert, avec des musiciens engagés dans un cloitre dont on peut regretter l'inconfort notoire des sièges baquets sans dossier!

    La soirée cabaret Hommage à Michel Legrand dans la Cour des marronniers de Lectoure (photo) était vraiment très agréable. Michel Legrand avait donné un concert en ce même lieu le 11 aout 2016. Etienne Manchon, 24 ans seulement mais étoile montante du jazz avait préparé avec sa formation élargie (claviers, saxophone, batterie, contrebasse , mais aussi deux violons et violoncelle) un patchwork d'oeuvres connues et moins connues. Excellente soirée en plein air par un très beau temps.

    En l'église de Terraube, petite déception avec la Danse Sacrée de Bach, la cantate BWV 82 "Ich habe genug", interprétée  par Jean-Michel Feix à l'accordéon, cet orgue de poche, Estelle Besingrand au violoncelle, , Christelle Gouffé, Mezzo soprano, et Faustine Gardeil Danse. La danse peut-elle être un art sacré?, l'exercice n'a pas été convaincant.

    D'agréables moment que nous avons complétés par un joli concert en la collégiale de La Romieu par un groupe espagnol, l'Apothéose, qui a interprété des oeuvres de Haendel dans le cadre du Festival Musique en chemin.

  • Moissac - Toulouse à vélo

    Chaque année depuis l'âge de 45 ans j'essaie de faire quelque chose d'un peu particulier au mois d'août. A 45 ans j'étais monté à la course à pied au Drachenfels, Le Rocher du Dragon, un ancien volcan, une colline aujourd'hui sur la rive droite du Rhin, qui fait face à Bad Godesberg, où nous habitions alors. Le Drachenfels culmine à 321 m.

    En 2016, j'avais pédalé, de La Chaise-Dieu à Saint Etienne et l''an dernier j'avais effectué 50000 pas entre Pouy-Roquelaure et Montréal du Gers, soit environ 40 km.

    Cette année, j'ai longé le canal latéral de la Garonne entre Saint Nicolas de la Grave, en amont de Moissac et les ponts jumeaux à Toulouse. 75 km sur une piste cyclable dans le calme, sans voiture, en silence, en toute sécurité, ombragée avec quelques haltes où j'ai retrouvé ma compagne qui avait accepté de faire l'assistance au cas où en me suivant pas très loin en voiture. Bien agréable. L'occasion de découvrir les ponts jumeaux à Toulouse au confluent du canal latéral de la Garonne, du canal du midi et du canal de Brienne. Ces deux ponts sont décorés d'un magnifique bas-relief qui mériterait d'étre davantage mis en valeur d'ailleurs.

    L'activité sur le canal est assez réduite : j'ai croisé deux ou trois bateaux qui naviguaient et pas un seul dans une écluse. Beaucoup de bâtiments vétustes appartenant à VNF font l'objet d'appels à projet, sans grand succès apparemment. Plusieurs cyclistes, des randonneurs à pied et à vélo, de simples promeneurs. Un bel endroit. Cela peut paraître monotone mais le calme et la sérénité l'emportent. 

    Une expérience à renouveler sur un autre tronçon, il y a de quoi faire jusqu'à Sète.

  • Maïmaï

    Une belle nouvelle de l'écrivaine québécoise née au Japon, Aki Shimazaki. C'est le premier roman que je lis d'elle. Elle écrit en français mais la situation de ses livres se déroule toujours au Japon. Il y a une intrigue qui se révèle au fil des pages, j'ai trouvé la solution dès la page 123 et le roman en compte 172. C'est agréable à lire, pas très ambitieux, mais bien fait et c'est l'occasion de vivre quelques heures au Japon.

  • Les furtifs

    700 pages! Mais exceptionnelles. Le stade ultime de l'aliénation décrit par Alain Damasio. On est en 2040 en France, les villes sont privatisées par des grands groupes : Paris par LVMH, Orange...par Orange. Chaque individu est doté d'une bague connectée qui contient toutes ses données personnelles, c'et aussi le stade ultime de la servitude volontaire : le self serf vice comme l'écrit joilment Damasio.

    Le livre raconte le combat de deux parents qui ont perdu leur fille de six ans, Tischka, partie un matin furtivement. Sa mère la croit morte, son père la croit vivante, elle a rejoint le monde des furtifs, un monde passé jusqu'ici inaperçu mais pourchassé par une petite cellule spécialisée de l'armée à laquelle appartient le père de Tischka qui espère ce faisant mettre toutes les chances d son côté pour retrouver sa fille... Les furtifs pourraient être des êtres  apparus avant la séparation des mondes animal et végétal, capables de s'hybrider avec les humains, je n'en dit pas plus...

    Au fil du livre, la connaissance de ce monde des furtifs s'améliore, sa compréhension aussi et parallèlement, la résistance à l'ordre totalitaire du numérique s'organise en zones autogérées, à défendre... avec des citoyens qui s'allient aux furtifs...et qui sont victimes d'une répression de plus en plus brutales...

    Au delà de la description d'un monde qui nous guette, le livre est extrêmement inventif sur le plan du style ou plutôt des styles, du vocabulaire, de la typographie, une typo spécifique est associée à chacun des personnages, il n'y pas de narrateur, chaque personnage s'exprime à la première personne.

    Il faut certes un certain temps pour ee mettre au niveau de l'écrivain, de ce qu'il a voulu faire mais cela en vaut fichtrement la peine.

    Il y a du neuf dans la littérature.

     

  • Le monde selon Barney

    C'est un chef d'oeuvre à n'en pas douter ce livre. Est ce un roman, un autobiographie un peu des deux. L'auteur Mordecai Richler (1931-2001) est canadien québécois et sous couvert de son héros Barney Panofsky, vieillard atteint de la maladie d'alezihmer qui entreprend d'écrire ses mémoires, il nous fait voyager de Paris à l'Amérique du Nord des années cinquante à la fin du XX siècle. Barney est un écrivain, raté, qui écrit des séries télévisées médiocres, boit beaucoup, gagne très bien sa vie, aime les femmes toutes les femmes, se plaint de ses confrères, et de ses contemporains,  et est accusé par l'un deux d'être en fait un assassin. jusqu'à la fin de l'ouvrage on ne saura pas s'il l'est ou pas. La langue traduite de l'anglais est superbe. En même temps Barney qui devrait être méprisable, qui n'a foi en rien, sait que le monde est absurde,  est très attachant. C'est un époux aimant, il adore ses enfants, un personnage d'une grande complexité qui parcourt son temps avec plaisir parce qu'il sait qu'au delà il n'y a rien et que le présent n'a gère de sens.

  • Canicule

    Il a fait 43,6 ° à Saint Maur des Fossés, ou nous avons vécu de 1994 à 2005. Le précédent record datait du 6 août 2003 avec 42,2°. 

    Ce record est surprenant. Tous les médias, les écologistes, les maires, insistent aujourd'hui sur la nécessité de végétaliser les villes pour remédier au réchauffement climatique, du moins en limiter les effets. Anne Hidalgo veut planter 30000 arbres à Paris, Le nouveau maire de Bordeaux, Nicolas Florian, veut en planter 20000 d'ici 2025 dans sa ville, réputée trop minérale, il a fait installer une ombrière d'arbustes en pots au pied de la cathédrale devant la mairie.

    Mais s'il y a déjà une ville bien végétalisée, c'est bien Saint Maur des Fossés, lové dans la boucle de la Marne, Saint Maur avec la Varenne Saint Hilaire, son quartier emblématique, est en effet composé pour 36 % de maisons individuelles (avec jardins arborés le plus souvent) et les bords de Marne sont plantés d'arbres... A titre de comparaison cette proportion de maisons individuelles n'est que de 9 % à Paris et de 22 % à Bordeaux.

    On peut faire l'hypothèse que le relevé de température à Saint Maur est relevé dans un endroit défavorable, mais non, les températures sont relevées pour le compte de Météo France dans l'Observatoire de Saint Maur fondé en 1872, qui dépend de l'institut de physique du Globe de Paris et actuellement situé 4 rue Neptune dans le quartier du Parc saint Maur près du stade Cheyron : https://www.google.fr/maps/place/4+Avenue+de+Neptune,+94100+Saint-Maur-des-Fossés/@48.809072,2.4905088,127a,35y,111.99h,45t/data=!3m1!1e3!4m5!3m4!1s0x47e60cfc1d760f0f:0x2fddf0ab1f6333cd!8m2!3d48.8086246!4d2.4922039#

    Dès lors on peut craindre que la végétalisation des villes soit loin de permettre de résoudre les difficultés à venir.

     

  • La Gasconnère

    La Gasconnère, c'et un rassemblement jour du 14 juillet, à Lamontjoie dans le sud du Lot et Garonne, en Albret, on y trouve des randonneurs pour 12,73 km et des VVTistes pour au choix 47, 27 ou 12 pour les enfants.

    L'organisation est parfaite, très bon balisage, café accueil, badge pour chaque participant avec les numéros à appeler en cas de problème. Nous avions choisi la randonnée, beaucoup de soleil, quelques passages ombragés. Le village de Nomdieu abrite le ravitaillement. 200 m de dénivelé. 2h48 de rondo soit moins de 15 mn au km.

    Beaucoup de monde, au moins une centaine pour les seuls randonneurs et sans doute davantage pour les VTT, certains à assistance électrique.

    La commune compte environ cinq cent habitants, c'est une petite bastide dont l'église abrite des reliques de Saint Louis. L'itinéraire de randonnée emprunte également les villages de Saint Vincent de Lamontjoie et Nomdieu avec ses cadrans solaires, 250 habitants chacun, tous en frontière du Gers.

    A l'arrivée, ravitaillement et repas à partager avec comme plat principal du porcelet. 

    Merci aux organisateurs.

  • L'étoile au soleil de Minuit

    Anne Smith est une POM, d'origine anglaise, une Peintre Officiel de la Marine. Les POM appartiennent à la marine nationale, ils sont sélectionnés par elle et leur seule mission est de peindre, des ports, des bateaux, les côtes, partout dans le monde. Ils ne sont pas rémunérés mais ils peuvent vendre leurs oeuvres.

    L'an dernier, la petite commune de Plieux dans le Gers avait organisé une exposition dans le Gers et Anne Smith y avait participé. Elle avait peint notamment le célèbre café de Lectoure.

    Et cette année, début juillet elle était à la librairie de Lectoure "Le cochon bleu" pour dédicacer son récit des trois mois passés sur la goélette de la marine nationale l'Etoile entre Brest et l'Islande.

    C'est une sacrée femme, volontaire. Bien sûr elle a déjà embarqué sur de nombreux bateaux, du charles de Gaulle à un Sous-marin en passant par des frégates mais c'est la premièreière fois qu'elle embarquait pour un aussi long séjour, sur un navire école à voile, comme simple membre d'équipage.

    Et elle n'a pas été déçue prenant quotidiennement son quart tous les matins à 4 heures, par tous les temps, le plus souvent mauvais. Elle en tire un récit bien charpenté, mêlant, humour, anecdotes savoureuses ou effrayantes sur la cohabitation à bord, philosophie de la vie, rencontres, paysages...

    LE tout est illustré de peintures , des aquarelles le plus souvent.

    Vous passerez un très bon moment en compagnie d'Anne Smith. Et vous aurez envie de naviguer!

  • Maurice Chantelauze Juste parmi les Nations

    Jeudi 20 juin, a eu lieu à l'auditorium de La Chaise-Dieu (Haute-Loire), la cérémonie de remise officielle à ses descendants de la médaille et du diplôme de Juste parmi les Nations à Maurice Chantelauze (1888 - 1963). Cette éminente distinction a été décernée à titre posthume par l'Institut Yad Vashem de Jérusalem en juillet 2017.

    Maurice Chantelauze a été Maire de La Chaise-Dieu de 1937 à sa mort en 1963 et Préfet de la Corrèze de septembre 1944 à septembre 1945.

    Le lien ci-dessous permet de retrouver un extrait des témoignages qui ont ponctué une cérémonie très émouvante devant un très nombreux public.

    https://www.leveil.fr/widgetRss/chaise-dieu-43160/actualites/hommage-a-maurice-chantelauze-les-temoignages-poignants-des-familles-juives-cachees-a-la-chaise-dieu-video_13588966/