Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Cas@d€i - Page 2

  • Boé-Montauban

    Tous les ans depuis quelques années, pour célébrer mon anniversaire, je parcours à vélo sans assistance autre que celle de ma compagne en voiture que je retrouve lors de petites pauses le canal latéral de la Garonne. Cette année je suis parti de Boé, au sud d'Agen, pour rallier Montauban : 74 km, autant de km que mon âge. Un petit défi chaque année un peu plus difficile. Etapes à Moissac sur le parvis des justes, puis à Montech pour un pique-nique. De Montech, le canal de Montauban et pour finir une boisson réparatrice sur la place nationale qui s'est doté récemment d'un miroir d'eau à l'image de Bordeaux

    Les années précédentes j'avais rallié, déjà Montauban, La Réole et Toulouse

    Un jour peut-être j'irai sur le Canal du Midi mais je crains qu'avec les abattages de platanes le parcours manque un peu d'ombre.

  • La petite-fille

    On ne le lâche pas ce roman!

    Kaspar jeune allemand de l'ouest tombe amoureux de Birgit allemande de l'est en 1964. Il réussi à la faire passer à l'ouest. Devient libraire et elle romancière. Mais elle est de plus en plus distante, se met à boire, jusqu'à son suicide. Kaspar découvre alors tout un pan de la vie de sa femme qu'elle avait caché dès leur première rencontre. Elle était enceinte trop tard pour avorter, avait caché sa grossesse était partie en vacance pour accoucher avait confié sa fille à sa meilleure amie à charge pour elle d'abandonner l'enfant. Et elle avait gardé ce secret toute sa vie d'adulté, envisagé de faire des recherches sans aller au bout.

    Ces recherches Kaspar va les faire, retrouver Svenja, la fille de Birgit qui après un passé tumultueux, type skiinhead, s'est marié avec un nationaliste allemand qui ne jure que pas le passé nazi de la grande Allemagne et la haine de tout ce qui est étranger. iles ont une fille de quatorze ans, Sigrun, qui suit le même chemin.

    Mais Kaspar parvient à négocier le séjour de sa petite fille par alliance de temps en temps et va essayer de lui faire passer des valeurs, les nôtres, musique, littérature... Elle y prend goût mais sa fidélité à sa famille et à ses amis va l'emmener dans une sale affaire ...

    je vous laisse découvrir la suite. c'est très bien fait, presque aussi bien que Le Liseur.

  • Les chuchotantes

    Un livre bien sympathique, agréable à lire, qui a obtenu le prix de La plume de Vair à Mandres sur Vair, petit village des Vosges près de Vitt el. C'est dans ce village qu'est née ma Grand-mère paternelle en 1885. j'y retourne chaque année depuis trois ans rendre visite à deux de mes cousines et arpenter le cimetière ou se trouvent les sépultures de mes arrières-grands-parents et de leurs parents. La famille Gauliard.

    Dans cet ouvrage, Hélène Parisot esquisse les portraits de sa lignée féminine, sois quinze femmes, quinze destinées, depuis Jeanne Bogard, née vers 1600, jusqu'à Victoire Parisot sa fille, née en 2014.

    Ce ne sont pas biographies exhaustives mais des anecdotes centrées sur des épisodes précis, un mariage, un accouchement, le décès d'un enfant, le travail dans les champs, le poids des maris, de l'alcool, la faim, l'angoisse du lendemain, l'occupation par les allemands, l'éveil amoureux, le passage du permis de conduire, la vie étudiante à Nancy...

    C'est très vivant et charmant mais Dieu que la vie était rude entre les curés, les belles-mères, le froid, la mort, la maladie...

    Vive l'émancipation des femmes permise par le progrès.

  • Les deux Beune

    En 1996, Pierre Michon publiait La grande Beune. Un récit au coeur du Périgord, près de Lascaux, celui du désir irrésistible d'un jeune instituteur, nommé là, et qui croise au bistrot du village, Yvonne, une belle buraliste.

    En ce début de 2023, Pierre Michon publie une suite et les deux récits réunis sont publiés sous les titre les deux Beune, du nom de deux ruisseaux.

    Vingt sept ans après, il y a une continuité du désir chez Pierre Michon, né en 1945. C'est revigorant.

    Jamais sans doute le désir n'a été décrit avec une langue aussi belle.

  • D'Anvers à Venise

    Voilà un petit ouvrage charmant qui donne envie de voyager. On peut suivre le parcours suivi par Pieter Bruegel, s'amuser du contraste entre les impressions de voyage de l'auteur Jean-Michel Bénier et celles de Pieter qui découvre sur certaines étapes  notre monde contemporain que bien sûr il déteste. Mais on peut aussi lire cet ouvrage avec son portable ou une tablette à portée de main pour découvrir ou redécouvrir les nombreuses oeuvres d'art qui jalonnent ce beau parcours.

    Un voyage esthétique donc et philosophique!

     

     

     

  • Vie et Destin

    Très gand livre! il y a longtemps qu'il est dans notre bibliothèque mais sa taille, son poids, ont sans doute fait que j'ai toujours repoussé le moment de m'y attaquer. D'une certaine façon. Cela est bien tombé, la guerre en Ukraine menée par la Russie d'aujourd'hui lui donne une nouvel éclairage et montre s'il en était besoin cétaines permanences de la Russie : volonté impériale, mépris des libertés individuelles, goulag...

    Le guerre en Ukraine est conduite par Poutine au nom de la lutte contre le nazisme, mais justement dans Vie et Destin Vassili Grossman met en miroir l'Allemagne Nazie et l'Union soviétique, au moment de la bataille de Stalingrad, les deux empires se combattent mais ils se ressemblent , ce sont les mêmes ressorts, la même soumission des individus qui composent ces sociétés, les mêmes trahisons, la même veulerie qui l'emporte sous le poid de l'autoritarisme et du cynisme de leurs dirigeants

    On ne peut qu'être inquiet pour l'avenir..

    Il y a beaucoup, trop sans doute, de personnages, on s'y perd un peu mais on peut recourir au dictionnaire que l'on peut trouver en ligne.

    Très bonne lecture!

  • Hokusai

    Très beau film sur ce peintre et graveur japonais (1760 - 1849) qui ne connut guère le succès de son temps malgré une longévité exceptionnelle pour l'époque et une oeuvre prolifique : dessins, peintures, estampes, illustrations...mais qui est aujourd'hui célébré partout dans le monde. Un beau portrait de l'homme et du processus créatif. Il a influencé nos impressionnistes, célébré le bleu de prusse, beaucoup voyagé, changé 120 fois de noms et très souvent de domicile.

    Un dessin chaque matin!

  • Les plus beaux textes de l'histoire de l'art

    Ce beau livre regroupe des textes choisis et commentés par Pierre Sterckx. Il a été publié en 2004. On démarre avec les grottes de Lascaux commentées par Georges Bataille et on termine par Georges Didi-Huberman pour les Zucche de Giuseppe Penone (Que je ne connaissais pas ni l'oeuvre ni l'artiste). Entre temps on aura pu apprécier les commentaires de Proust, Diderot, Fernandez, Clemanceau...70 oeuvres si j'ai bien compté!

    Comme dans tout sélection, il y a de l'arbitraire dans les choix de Pierre Sterckx mais le plus souvent c'est agréable à lire.

    Sauf que plus les auteurs sont contemporains moins leur texte est compréhensible d'autant qu'il s'éloigne de l'oeuvre, on pense à Deleuze ou Baudrillard, le pire étant Didi-Huberman.

    On remarquera également 20 ans après sa publication que cet ouvrage ne commente que des artistes masculins par des intellectuels masculins! Ce serait impossible aujourd'hui pour un éditeur d'accepter ses choix sans doute inconscients à l'époque.

    https://www.ina.fr/ina-eclaire-actu/video/3887828001/pierre-sterckx-les-plus-beaux-textes-de-l-histoire-de-l-art

  • La carte postale

    Beau roman d'Anne Berest qui à partir d'une carte postale reçue il y a trente ans mais laissée de côté car incompréhensible, car sans signature. Cette carte postale ne comprenant que quatre prénoms ceux de ces arrières-grands parents et des ses grand-oncle et grande-tante : Ephraim, Emma, Noémie et Jacques. Juifs, morts en déportation.

    Mais qui avait bien pu la poster, cette carte, et pour quoi à cette date? de la poste de la rue du Louvre, ouverte à l'époque 24/24, mais un jour de tempête de neige. 

    Une menace?

    Anne Berest mène l'enquête avec brio. Et nous recommande de ne pas nous lasser d'interroger nos parents, nos grands- parents nos amis sur le passé, qui passe et risque d'être oublié.

  • Au commencement était...

    Livre très stimulant! Les deux David cherchent au fil de ces quelques 660 pages à nous convaincre que l'évolution classique de l'humanité : chasseurs cueilleurs, tribus, chefferie, découverte de l'agriculture, néolithique, propriété privée, commerce, surplus agricole, formation des États, patriarcat, dictatures, affrontements armés...n'était pas inéluctable. Des bifurcations, comme on dit aujourd'hui, étaient possibles et même ont eu lieu dans le passé mais ces épisodes ont été oubliés car contraires à la vulgate dominante.

    David Graeber (1961-2020) et David Wengrow (1972-)- s'appuient sur des recherches fouillées de populations ou de groupes humains méconnus qui ont laissé quelques traces archéologiques découvertes ces derniers décennies et qui seraient sous-exploités. On côtoie beaucoup les Iroquois, les Hurons, des indiens des Etats-Unis avant la "découverte" hispanique ou eurasiatique, mais aussi les Incas, les Aztèques, les Olmèques, les Mayas, le peuples de Teotihuacan, celui de Tlaxcala...

    Certains de ces peuples ayant compris que l'agriculture allait les asservir auraient repoussé ce progrès, n'auraient pratiqué la culture qu'en dilettante afin de préserver leur liberté, d'autres auraient tout fait pour éviter l'apparition de chefs, de seigneurs, de rois... pour préserver leur liberté individuelle, avoir le droit de ne pas recevoir d'ordre, de s'en aller ailleurs sans être poursuivis par leur communauté...

    On aura compris  que nos deux David sont un tantinet anarchistes, féministes...il ne cessent de dénoncer les thèses de Jared Diamond (l'effondrement) ou de Huval Harari (Sapiens). On soupçonne de tant à autre une certaine mauvaise foi dans ces propos qui reviennent régulièrement.

    Par ailleurs l'ouvrage est un peu touffu, on a l'impression de parfois tourner en rond et on n'échappe pas à de multiples redites.

    Mais la lecture est toutefois hautement recommandable car sans mettre à terre notre appréhension de l'évolution humaine elle a le mérite de souligner la diversité des cheminements de Sapiens dans sa recherche d'organisation de la société, des sociétés, un petit peu comme pour l'apparition d'homo sapiens, on a le sentiment d'un buissonnement de solutions qui ont souvent débouché sur des impasses au profit du modèle des États que l'on connait aujourd'hui. Est ce à dire qu'il n'y plus rien à inventer? Qui sait ce que nous réserve demain.