Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Cas@d€i - Page 10

  • Château Haut Brion

    Visite du Château Haut Brion avec Bordeaux Accueille Métropole. Une cinquantaine de personnes. Le domaine est situé en vile à Pessac, facilement accessible avec TBC liane 4 mais la plupart des visiteurs ont pris leur voiture, le combat sera long pour passer à des déplacements doux!

    Depuis l'avenue Jean Jaurès, on se rend à pied à l'accueil en longeant les vignes, c'est encore l'hiver, la taille a été faite, les pieds sont parfaitement alignés, une belle géométrie, à cette saison on voit bien la composition du sol : des cailloux, les graves, venus des Pyrénées au moment du surgissement au tertiaire et amenées là par l'érosion et les eaux de la Garonne et du Peugue.

    On fait deux groupes de visiteurs, le notre sous la conduite de Barbara, d'origine allemande, en face de Mulhouse et de Bâle, elle nous vante la ligne easyjet de Bordeaux à Bâle-Mulhouse, une excellente idée de Week-end.

    Le château dans le bordelais désigne le plus souvent un domaine plutôt qu'un bâtiment, mais ici il y un château ou plutôt une belle demeure, qui figure sur les étiquettes, du XV siècle, complété eu XVII puis au XX et même au XXIéme siècle. La demeure a été celle de la famille de Pontac pendant plusieurs siècles, jusqu'à la révolution. Reprise ensuite par la famille de Fumel, dont le chef sera guillotiné sous la terreur puis Talleyrand, La famille d'Amédée Larrieu et enfin depuis les années trente la famille Dillon, des américains dont l'un Clarence sera secrétaire d'Etat de Kennedy. il parait que dans les années trente, la ville deBordeaux aurait eu l'opportunité de reprendre le domaine mais qu'elle y aurait renoncé par manque d'intérêt financier.

    Maquette des propriétés, Haut-Brion et La mission, quelques mots sur le terroir, les cépages, le personnel, 90 personnes en tout, visite des cuivres, explication rapide de la vinification, d'un chai et dégustation d'une second vin, Clarence, de 2011 et remise d'une superbe brochure, très bien faire, de belles photos, un beau texte.

    On y découvre en particulier la technique des clones que j'ignorais : les viticulteurs ont observé qu'au sein d'un même cépage, certains pieds donnent beaucoup de raisins et d'autres peu et ce sont toujours les mêmes d'où l'idée de sélectionner certains pieds et d'exploiter leurs propriétés génétiques par bouturage pour les reproduire. Haut-Brion suit ainsi avec succès 546 individus, des clones, afin d'optimiser la production.

    Donc une visite très agréable, à effectuer si ce n'est pas encore fait, uniquement sur RV.http://www.haut-brion.com/mobile/index.php

  • La ménagerie de verre

    Pièce de Tennessee Williams, l'auteur de un tramway nommé désir,  créée en 1945 au TNBA de Bordeaux jusqu'au 3 mars, mise en scène par Daniel Jeanneteau.

    Il y a quatre personnage, la mère, Amanda, mère qui regrette en permanence son passé lorsqu'elle avait de nombreux galants, mais celui qu'elle épousa l'a laissée tomber et est parti depuis longtemps, abandonnant ses enfants.

    Laura, une jeune fille qui boitille et que ce handicape paralyse dans son épanouissement de femme, qui échoue dans ses rares entreprises, et qui se réfugie dans sa ménagerie de verre, des petits animaux de verre dont une licorne.

    Tom, un jeune homme qui bosse dans une entrepôt de chaussures, il rêve d'aventures, de parcourir le monde, comme son père sans doute, mais il doit faire vivre cette famille, répond finalement à tous les caprices de sa mère, jusqu'à introduire vers la fin de la pièce, le temps d'un dîner, Jim, un collègue de travail afin de séduire Laura.

    C'est la partie la plus intéressante de la pièce, la mise en place des personnages qui occupe une longue première partie est un peu longue et répétitive. Le décor est réduit au minimum, les personnages jouent derrière un rideau de tulle et se parlent sans vraiment se parler, afin de rendre l'idée qu'il s'agit d'une pièce sur la mémoire, une mémoire fragmentée.

    A voir jusqu'au 3 mars à Bordeaux, puis en tournée à Genevillers, Lille, Lorient, Saint Quentin, après la création au théâtre de la Colline en 2016.

    A voir.

  • Les sarments solidaires

    j'ai découvert Les Sarments Solidaires dans un article de Sud-Ouest au début de l'hiver. L'idée de cette association fondée en 2012 est simple : ramasser les sarments issus de la la taille des vignes pour en faire des fagots ou des sacs de petits morceaux et les vendre au profit d'associations caritatives.

    Le fagotage se fait en général le dimanche ou si la météoest mauvaise le samedi et au pied levé toujours en fonction de la météo en semaine.

    J'ai suis allé ce matin pour la première fois, par cette journée la plus froide de cet hiver, -5 ° et surtout du vent du nord très froid. Deux paires de gants et deux paires de chaussettes, des chaussures de marche et au bout d'un bonne demi-heure le froid est oublié. Le lieu: château Meyre, vers 10 heures, entre Castelnau du Médoc et Avensan. Nous étions quatre puis cinq.

    Les sarments sont collectés dans une brouette que l'on peut qualifier d'augmentée, spécialement étudiée et réalisée par le bureau d'étude des Sarments Solidaires, puis les sarments sont coupés avec un taille-haies solide et mis en sac. Un sac équivaut à cinq fagots et est vendu 15 euros soit de bouche à oreille soit sur Internet, un site ou l'on trouve de tout. Le choix entre faire des sacs ou des fagots dépend de la qualité des sarments. La parcelle était en bio donc pas de pesticides. 

    A midi déjeuner au café des sports d'Avensan, un menu tout compris à 12 euros qui attire beaucoup de monde.

    J'y retournerai et vous pouvez prendre contact avec l'association et découvrir ses réalisations : http://les-sarments-solidaires.saintmedardasso.fr

  • Le traquet kurde

    Le point de départ de ce récit sur un mode journalistique de Jean Rolin est l'observation au printemps 2015 au sommet du Puy de Dome d'un traquet kurde, un petit oiseau genre passereau à queue rousse et masque noir (Œnanthe xanthoprymna) mais que l'on ne rencontre normalement que dans les régions kurdes. Un réfugié en quelque sorte.

    Et Jean Rolin, au hasard de ses recherches, nous fait découvrir le monde très spécifique des agents secrets ornithologues, des deux derniers siècles au Proche-Orient

    De vraies figures : L’officier des renseignements Richard Meinertzhagen, l’officier de liaison Lawrence d’Arabie, l’espion John Philby, le père de l'espion soviétique, ou l’écrivain Wilfred Thesiger, des personnages pas toujours recommandables en particulier le premier qui volait des collections d'oiseaux dans les musées ou s'attribuait des découvertes faites par d'autres...Jean rolin nous explique comment le recherche scientifique a permis de le démasquer. C'est étonnant.

    La seconde partie de l'ouvrage tient davantage lieu du récit de voyage puisque Jean Rolin raconte son expédition dans les régions kurdes,à la recherche du fameux traquet, en compagnie, d'un fixer kurde, l'occasion d'évoquer non plus le Proche-Orient des deux siècles derniers mais celui d'aujourd'hui, un Proche-Orient où les hommes, comme cet oiseau repéré au sommet du Puy de Dome sont contraints à l'exil à la suite de soulèvements, de révolution, de répression, sans fin...

  • Une vie entière

    Voilà un livre formidable, dans la lignée des vies minuscules de Pierre Michon

    Robert Seethaler nous avait déjà enchanté avec Le tabac Tresniek, il récidive ici d'une tout autre manière.

    La vie d'Andreas Egger est simple. C'est un montagnard, né en 1898, abandonné très jeune par une mère décédée de ces excès, recueilli par un oncle fermier en montagne qui va le maltraiter au point de le rendre boiteux. A sa majorité Egger va le quitter et partir travailler, pas dans les champs, il ne veut pas regarder vers le bas, mais vers le haut, et donc dans la société qui construit un téléphérique, apporte la modernité.

    Andreas rumine beaucoup ses pensées, toujours pour finir par agir, survivre, se démener, trimer, sans se plaindre. il n'est pas très adroit avec les femmes, mais ils aime Marie, et va finir après beaucoup d'approches empruntée par l'épouser et construire une petite maison , toute simple. et puis vous verrez...

    Sachez encore qu'en 1942, il va être envoyé par les nazis sur le front du Caucase, subir la torture, la faim, toujours stoïque, jamais révolté, résigné peut-être, mais ce n'est pas le bon mot.

    Ce sera sa seule sortie de sa vallée avec celle à la fin de sa vie ou il prendra l'autobus pour aller découvrir son trajet pour en revenir aussitôt voyant qu'il n'y avait rien à voir...

    Une vie entière, toute simple, intérieure, une grande capacité d'adaptation à son environnement, le souvenir de sa bien aimée, un être profondément humain.

     

  • Où atterrir?

    Un peu compliqué à lire et pas de conclusion péremptoire. Bruno Latour, philosophe  sociologue, anthropologue, 70 ans, un de nos grands penseur, peu médiatique est convaincu et assez convaincant dans sa présentation de nos interrogations contemporaines. Il essaie de relier les trois défis actuels : la globalisation ou mondialisation, comme on veut, fruit de la dérégulation, la montée vertigineuse des inégalités, et le changement climatique.

    Le grand changement, c'est le changement climatique, pour la première fois de son histoire, l'homme est confronté à un acteur, la terre, qui réagit à ses actions, parce que la terre est devenue trop petite pour permettre à toute l'humanité d'accomplir son rêve, vivre comme les occidentaux...

    C'est à l'occasion de l'Accord de Paris sur le climat que tous les pays réunis se sont rendus compte que ce ne serait pas possible, qu'il allait falloir réagir, collectivement. Mais d'aucuns ne l'entendent pas ainsi, l"Amérique de Trump entend continuer comme avant, les riches, qui accaparent l'essentiel des revenus et du capital de l'activité économique entendent bien continuer ainsi, pas question de partager... et les pauvres, lassés d'être pauvres, se mettent en marche et migrent pour s'approprier ce qu'ils peuvent.

    Le rêve, l'histoire, d'une société en croissance qui profiterait à tous est un rêve, la terre n'en peut plus et nous montre ses limites. 

    Le rêve d'une repli sur soi, identitaire, à l'ancienne à l'abri de frontières est tout aussi chimérique.

    Pour Bruno Latour, l'Europe, telle que nous l'avons construite est justement une solution, une recherche de compromis, de tâtonnements, à condition qu'elle soit ouverte. Et là, je conseille vivement, de lire et relire le dernier chapitre, que l'on peut lire indépendamment du reste de l'ouvrage, c'est magnifique.

  • Tableau d'une exécution

    Hier soir au TNBA de Bordeaux. Une belle pièce de Howard Barker qui date de 1985, d'inspiration shakespearienne, dans une mise en scène de Claudia Stavisky.

    Le spectacle montre les affres de la création, les rapports ambigus entre art et pouvoir, à travers l’histoire d’une femme peintre, Galactia, à laquelle la République de Venise a commandé un grand tableau sur la célèbre bataille navale de Lépante qui vit la victoire de la coalition catholique sur celle des ottomans le 7 octobre 1571, une des batailles navales les plus meurtrières, près de 30000 morts, 400 galères en action...

    Mais Galactia n’entend pas du tout faire l’œuvre à la gloire du pouvoir qu’espèrent le Doge de Venise, elle peint peu à peu, sous nos yeux, au fur et à mesure que défilent ses modèles, son amant, sa fille, le doge, ses conseillers, les matelots survivants de la bataille,  elle peint les corps mutilés,  les morts, le sang.…En revanche, Galactia n'évoque jamais l'héroïsme des soldats, l'intelligence de l'Amiral...bref la gloire de Venise. Sorcière Galactia?

    Belle réflexion, en dix sept tableaux, toujours actuelle, sur les rapports toujours difficiles entre le pouvoir et les artistes.

  • Cauterets

    Cauterets est une petite station charmante, j'y ai passé trois jours bien remplis. Premier atout, elle est accessible par les transports en commun , en TGV jusqu'à Lourdes puis en car jusqu'à Cauterets. Ce n'est pas cher du tout et quel que soit le temps on ne s'ennuie pas avec son véhicule.

    Arrivé mardi à 13:30, j'ai réussi après un bref passage à l'hôtel à gagner en navette le Pont d'Espagne, le domaine nordique, par la navette de 14 heures pour effectuer une randonnée à pied sur un chemin piétonnier balisé d'environ 8 km. Très agréable, pas trop de difficulté, parcours commun avec les adeptes des raquettes le plus souvent. Un soleil superbe.

    Le Mercredi, journée consacrée au ski alpin. La télécabine part du centre,-ville, il faut louer ses skis en bas, les magasins ne manquent pas et on arrive à la station proprement dite à 1800 met environ. Toujours un grand soleil. Pas de liaisons avec une autre station. Le domaine n'est pas très grand mais pour un skieur moyen comme moi, c'est parfait, il y a des vertes, des bleues, des rouges et une noire,  je crois. Les bleues sont des bleurs foncées, dans les pyrennées, les sites sont souvent plus pentes que dans les alpes. Je me suis payé une heure de cours individuel avec Marie-Claire de l'ESF histoire de récapituler les attitudes à corriger. Peu de monde en dehors des vacances scolaires.à la station un bar, consignes de ski, toilettes, écoles de ski et surtout une grande terrasse au soleil avec des transats. Formidable

    Le troisième et dernier jour : ciel bas et petites chutes de neige, pas de soleil, le temps idéal pour une randonnée en raquettes au cirque de Gavarnie au sein d'un petit groupe avec Florence accompagnatrice de l'ESF. Une heure de voiture pour se rendre à Gavarnie puis deux bonnes heures de montée en douceurs, 400 de dénivelé, déjeuner spartiate avec le pique-nique emporté dans une cabane rustique, puis redescente a travers les bois sur le village. Une excellente journée.

    Dernière matinée consacrée à la visite de la ville, l'architecture est imposante, riche du passé de l'époque Napoléon III, ville de cure thermale avec de riches hôtels comme l'intercontinental et ses cariatides, la belle gare, les thermes, le marché couvert, des commerces vivants...

    Un séjour à renouveler...

  • Au revoir là-haut

    Prix Goncourt 2013. Je ne l'avais pas lu. Et puis à l'occasion de la sortie de Couleurs de l'Incendie, la suite, j'ai entendu à la radio et vu Pierre Lemaitre à la télévision parler de ses ouvrages, il y a eu la sortie du film, que j'irai voir, c'est programmé fin février. Et donc je me suis plongé dans l'édition de poche. Avec délectation.

    C'est du vrai roman, le premier chapitre, qui raconte à la veille de l'armistice du 11 novembre 1918 l'ensevelissement d'Albert puis son sauvetage par Edouard, les deux poilus dont le destin va se trouver lié est époustouflant. Et tout le livre vous tient en haleine.

    Bien sûr l'histoire est peu crédible même si elle s'appuie pour partie sur des faits réels : la construction dans chaque commune, chaque arrondissement, de monuments aux morts, l'exhumation puis la création de cimetières militaires et donc la logistique nécessaire à mettre en ouvre, avec ses marchés publics, ses ententes, la corruption, le destin tragique des gueules cassés, la misère des démobilisés...

    C'est donc un roman fantastique, rocambolesque, féérique, aux personnages attachants même si ce sont des voyous qui nous mène de rebondissements en rebondissements pour nous décrire une fabuleuse escroquerie. Très agréable semaine en sa compagnie.

  • A splendid Exchange

    Oui, je sais, le commerce, la globalisation sont plutôt mal vus aujourd'hui. l'heure est à l'économie circulaire, au local, y compris pour les monnaies...

    Mais ce que montre cet ouvrage de William Bernstein, c'est que le commerce est inhérent à l'espèce humaine, de tout temps homo sapiens a cherché à se procurer ce qu'il n'avait pas, soit par le commerce soit en procédant à des razzias, et la différence entre les deux est parfois ténue.

    Bernstein embrasse toute l'histoire mondiale au travers du prisme du commerce. Il montre comment les mésopotamiens, riches en céréales, grâce au Tigre  et à  l'Euphrate, au delà de leurs besoins manquaient de pierres et de bois pour fabriquer des outils et des armes pour se défendre, et ont été conduit à échanger des céréales contre des pierres, du bois puis du cuivre...

    Dans l'antiquité, la Méditerranée a été le théâtre de vastes échanges de blé égyptien, de cuivre ibérique, de vin grec, mais au delà , on retrouve des pièces de monnaie romaine en Inde, Rome importait déjà du poivre et de la soir chinoise.

    Les arabes vont dominer le commerce dans l'océan indien et la route des épices jusqu'au grandes découvertes des portugais avec Vasco de Gama, un individu au demeurant peu recommandable. Mais Venise à cette époque assurait déjà sa prospérité avec le commerce d'esclaves importés de Crimée et du Caucase au bénéfice des arabes dont les ressources démographiques étaient trop faible au regard de leurs ambitions.

    Le commerce ne charrie pas que des bénéfices, il transmet aussi les maladies, en particulier, la peste noire qui dévasta le continent européen ou les maladies méconnues des populations amérindiennes avant la conquête espagnole.

    Bernstein insite sur l'importance du progrès technique, dans la maitrise des bateaux, la navigation ayant été de tout temps le principal vecteur des échanges et elle le reste aujourd'hui très loin devant le rail, l'avion ou la route. 

    Et qui dit, navigation, dit importance des détroits, ce sont les mêmes passages stratégiques qui prévalent depuis l'antiquité : Suez, Hormuz, Malacca, le Bosphore, les Dardanelles...

    Bernstein passe en revue l'émergence de Venise, Gênes, de l'Espagne, du Portugal, des Pays-Bas, qui inventent la société par actions, puis Londres, les Etats-Unis, le commerce des épices, de l'or, de la soie, du coton, du pétrole aujourd'hui.

    Bernstein met en évidence les allers et retours successifs entre ouverture et protectionnisme pour conclure que le protectionnisme n'a sans doute pas été un obstacle décisif à la croissance et au développement parce que d'autres facteurs plus puissants l'ont emporté mais il a tout de même et est un frein, il suffit de regarder le lien entre ouverture au commerce international et niveau de développement. 

    Et que l'on aime ou pas le commerce, force est de constater qu'aujourd'hui le commerce mondial représente 16000 milliards USD et que sa part du PIB mondial croit et se situe aujourd'hui à plus de 20 %.

    Alors c'est vrai, le commerce mondial et l'ouverture croissante des économies, si ils font des gagnants font aussi des perdants, il y a consensus pour dire que dans les pays développés ce sont les personnes peu qualifiées qui y perdent, d'où la nécessité d'oeuvrer en termes de formation et d'organiser les transferts de ressources nécessaires pour indemniser les perdants, sauf à mettre en péril la paix sociale, la stabilité de nos sociétés et in fine les gains des gagnants.

    Bref un ouvrage passionnant, facile à lire, plein d'anecdotes, de notations utiles, une abondante bibliographie et un index.