Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Loisirs - Page 6

  • L'affaire des poisons

    jullianges-craponne 126.jpgSe transporter le 30 janvier 1680 en compagnie de Jean Torrilhon de Vacherolles, homme d'affaires de confiance des familles Chalencon et Polignac et de Jacqueline du Roure, vicomtesse de Polignac, impliquée dans une affaire de poison à la Cour de Versailles pour avoir fréquenté La Voisin, une empoisonneuse soupconnée d'avoir voulu assassiner Mademoiselle de la Vallière, la maîtresse de Louis XIV, c'est ce que proposait le rallye touristique, historique et ludique organisé par la Société d'histoire de Craponne sur Arzon à l'occasion de ses Triades 2010 le 9 août dernier.

    L'occasion pour 11 équipages de partir à la découverte ou la redécouverte du Craponne médiéval, d'identifier les sept douleurs de la Vierge de la chapelle Torrilhon, le crapaud de Satan, les hotels delave.jpg Vacherolles, Vinol d'Ineyres, Calemard de Montjoly, la vieille Échoppe médiévale, puis de se rendre à Boisset le haut au Calvaire de Lurou, déguster un bon pain cuit au Four de Combreaux, reconnaitre des plantes vénéneuses,  parler le patois et la langue des précieuses ridicules, pique-niquer à la Coulée de lave face aux monts du Forez, faire des conversions monétaires en écus, en sols et en deniers, identifier à Vacherolles les restes du chateau, et bien sûr visiter le  Chateau et la Chapelle de Chalencon puis descendre au Pont du diable au fond de la vallée de l'Ance.pont du diable.jpg

     Une belle journée! Et dire que nous avons manqué les 18 premières Triades d'été  de la Société d'archéologie, d'histoire et de géologie de la région de Craponne!  Il est cependant possible de se consoler en lisant leur bulletin: http://www.craponne-en-velay.com/.

  • Le Ruisseau Chaud

    Le Ruisseau Chaud est un lieu-dit sis sur la commune d'Eygurande-Gardedeuilh, précisément entre Eygurande et Gardedeuilh, dans le Périgord blanc, en Dordogne, à la limite de la Gironde et de la Charente maritime.

    C'est au Ruisseau Chaud, en bordure de la Forêt de la Double, que se situe le gîte éponyme: http://www.le-ruisseau-chaud.com/ une très grande maison qui donne sur une vaste clairière d'un ha avec à l'horizon, des chataigniers, des pins, quelques grands chênes, un petit airial diraient les landais. La maison permet de loger 20 personnes dans des lits de toutes tailles, il y a trois petites piscines, toutes petites, plutôt des baquets, un filet de volley, une table de ping-pong, un barbecue, une grande table pour les repas en extérieur. Bref de quoi passer de bonnes vacances en famille, entre amis, avec des enfants.

    jullianges-craponne 094.jpg

    Certes Sarlat, Les Eyzies, la Grotte de Lascaux sont assez loin mais on peut facilement aller visiter Bergerac, ses statues de Cyrano, son musée du tabac, Périgueux et ses rues Renaissance, les vignobles de Saint Emilion et de Montbazillac, sans oublier le chateau du XVII du même nom, magnifique. Et puis Bordeaux, la Garonne et ses quais, ne sont pas très loin... Plus proche, on peut faire des randonnées ou de la course à pied à proximité immédiate du Ruisseau chaud, seul petit inconvénient la multiplicité des étangs est appréciée des insectes.

    Pour s'approvisionner toute petite épicerie à Eygurande à 1 km et tout ce qu'il faut à Montpont Ménestérol à 9 km.

    Et puis la maison du Ruisseau chaud peu banale mérite qu'on y séjourne quelques jours. Ce qui frappe au premier abord, c'est qu'elle est noyée dans la verdure, le lierre court partout et on y a parfois le sentiment que l'humidité n'est pas bien loin. La vie s'organise autour de la grande pièce qui peut servir de salle à manger et de salon, un peu sombre, même par grand soleil, c'est sans doute la plus ancienne de la maison. La cuisine est grande et assez bien équipée, en particulier en grandes gamelles même si la capacité du lave-vaisselle et du réfrigérateur est sans doute un peu juste pour 20 personnes. Quatre salles d'eau à la décoration luxuriante mais avec peu de pression d'eau et déconseillées aux grandes tailles.

    Ce qui fait le charme du Ruisseau chaud ce sont les huit chambres, souvent vastes, les grands lits, avec des dessus en patchwork de toutes les couleurs, des suzanis. Et puis la décoration abondante, surprenante, éclectique, la biblilothèque riche en classiques, en policiers, un peu de littérature ésotérique, les jeux de société, les guides promenades, des luminaires partout, un salon tout en cuir, des lits-cages pour servir de fauteuil, une très grande véranda où l'on peut déjeuner ou dîner en cas de pluie, et un grand patio, très haut, d'où l'on voit le ciel, avec de grandes plantes vertes, une sorte de serre, agrémentée d'un baby-foot. 

    jullianges-craponne 081.jpg

    Si dans le jardin, un gros chien noir répondant au nom de Lulu ou d'Ulysse se trouve dans vos jambes, c'est que la propriétaire des lieux qui habite juste à côté n'est pas loin, elle s'occupe de la piscine, ramasse de l'herbe, coupe le lierre, entasse du bois, taille des arbustes, il y a toujours quelque chose à faire autour de la maison et dans le jardin.

    Pour l'hiver il y a des cheminées, des poêles, du bois à foison devant la maison et des radiateurs électriques.

    Pour une semaine en haute saison en 2010, compter 2800 euros, auquel il faudra ajouter 40 euros de forfait pour le gaz, votre consommation d'électricité, et 160 euros de ménage à moins que vous ne décidiez de le faire vous même mais cela s'apparente à des travaux d'Hercule.

    Bonnes vacances!

  • La fête du sarrassou de Jullianges

    Il y avait du monde à Jullianges ce dimanche 8 août, près de Craponne sur Arzon en Haute-Loire. C'était la fête annuelle, une fête comme beaucoup d'autres avec manèges, bal musette, corso fleuri...

    jullianges-craponne 141.jpg

    Mais la spécialité de Jullianges, ce qui justifie le déplacement, c'est le sarrassou ou sarassou, un fromage battu vendu sur place à la louche avec une tranche de pain bis, nature ou à l'ail. La sarrassou, c'est plus techniquement du babeurre, ou encore ce qui reste du lait une fois qu'on l'a transformé en beurre, d'où son nom.jullianges-craponne 140.jpg

    A Jullianges, pour cette fête, on en a fabriqué quelque 500 kg et à toute heure de l'après-midi, il fallait faire la queue pour être servi.

    L'an prochain, ne manquez pas la fête de Jullianges, un ancien prieuré de La chaise-Dieu.

  • Le Goldwing club à La Chaise-Dieu

    ecusson.jpg

    Le Goldwing club de France, vous connaissez? La section Auvergne Limousin a organisé un rassemblement régional à La Chaise-Dieu de deux jours, au Village de la Tour, pour une édition Saucisses Lentilles Gold, comme il se doit!

    Tshirt.jpg

    Ces motards on été parmi les premiers à rouler sur la place Lafayette refaite à neuf vendredi dernier, un écrin tout propre pour le nouvel auditorium qui sera officiellement inauguré le 20 août prochain lors du Festival de musique.
    La Goldwing est le porte drapeau de Honda depuis plus de 30 ans. une voiture manquée, une grande routière, le monospace de la moto, six cylindres à plat, un airbag, une sellerie ergonomique, siéges et poignées chauffées, un GPS, une cinquantaine de commandes sur la console, lecteur de CD, une demi-tonne, manque une béquille électrique... le tout pour 29 900€ en version luxe...
    IMG_3683.jpg
    Si vous avez une Honda Goldwing vous pouvez les rejoindre : http://auvergne-limousin.fgwcf.org/index.asp. Les rassemblements internationaux regroupent plus d'un millier de personnes.
  • Rendez-vous

    Blois, Blois, deux minutes d'arrêt. On y est, dans quelques instants on va se retrouver. Depuis un an, on s'est donné rendez-vous Place du chateau pour, après une petite promenade en attelage, un déjeuner-buffet dans un cimetière, un cimetière renaissance, le cloître Saint Saturnin.

    TC Blois 002.jpg

    Il y a ceux que l'on reconnait et puis ceux que l'on ne reconnait pas, ceux dont on se souvient et ceux qui ne nous disent rien, ceux qui ont du ventre, ceux qui n'en ont pas, ceux qui sont à la retraite, ceux qui travaillent encore, ceux qui fument encore, ceux ont arrêté, ceux qui avaient la barbe et l'ont toujours, ceux qui ont maintenant la moustache, ceux qui sont venus avec leurs compagnes et ceux qui sont venus sans, ce n'est pas leur histoire, ceux qui ont des souvenirs précis et ceux qui comme moi en ont peu, ceux qui sont bavards et ceux qui le sont moins, les mêmes qu'autrefois en général.

    Bref, on se la joue à la Patrick Bruel : Rendez vous dans dix ans, mais nous c'est quarante! Je retrouve mes camarades de la section BTS technico-commerciale de l'industrie des métaux du Lycée Raspail à Paris, promotion 1970. Merci Bruno pour l'initiative.

    Et puis il y a ceux, les plus nombreux, qui ne sont pas là, ceux qui n'ont pas pu venir, ceux qui n'ont pas voulu venir, celui qui est décédé, ceux qu'on n'a pas réussi à localiser.

    En quelques heures, on voit défiler des souvenirs, ils reviennent d'ailleurs affleurer notre mémoire, et on voit défiler en accéléré des condensés de vies, de parcours, autant de voies qu'on aurait pu emprunter, affaire de circonstances, affaire de rencontres, affaire d'opportunités saisies ou écartées.

    Et on médite cette belle citation extraite de Train de nuit pour Lisbonne de Pascal Mercier : s'il est vrai que nous ne pouvons vivre qu'une partie de ce qui est en nous - qu'advient il du reste? 

  • Darshan de Zingaro

    Depuis plusieurs années, c'est devenu une tradition, nous allons voir un peu avant Noël le spectacle en cours du Théatre équestre de Zingaro www.zingaro.fr.

    Cette année, le spectacle s'appelle Darshan, mot impossible à traduire mais qui évoque l'idée de voir.

    zingaro 002.jpg
    Tout commence comme d'habitude, on est heureux de retrouver nos marques. L'entrée dans l'enceinte de Zingaro, puis dans la grande salle qui sert à l'accueil du public, de lieu d'exposition (photos et accessoires des anciens spectacles) et de restauration, l'odeur du vin chaud est prégnante.
    zingaro 003.jpg
    Puis, après quelques pas dans la cour, c'est l'accès au théatre de bois proprement dit, la traversée des écuries... Et là, pour celui qui n'a pas été prévenu, c'est la surprise : la piste ronde a été supprimée, les gradins à la périphérie détruits. Les spectateurs sont invités à s'asseoir sur une sorte de pièce montée qui va faire un tour sur elle-même pendant la durée du spectacle, pièce qu'entoure une piste en anneau circulaire, séparée en deux parties par un écran lui aussi circulaire, percé de portes pivotantes.
    Et c'est la plongée pour une heure et demi dans un théatre d'ombres. Chevaux et cavaliers nous offrent en effet des scènes derrière l'écran projetées en ombres chinoises. Des scènes souvent assez naïves : la pluie, le vent, la tempête, la baignade, le bord de mer, les mouettes en noir sur fond blanc, en blanc sur fond noir, la guerre, l'ange et le démon... Difficile de trouver un lien entre toutes ces images, une histoire. De temps à autre, un cheval avec ou sans cavalier fait un tour devant l'écran, souvent le cavalier porte un masque à gaz, allégorie de fin du monde?
    Sans doute, puisqu'à la fin du spectacle les ombres des chevaux sont au grand galop derrière l'écran tandis que les cavaliers, sans leurs chevaux, en chair et en os, devant l'écran, courrent à perdre haleine en se dépouillant de leurs vétements jusqu'à l'épuisement final... l'humanité serait-elle condamnée?
    La bande-son, oeuvre de Jean Schwarz, mêle des oeuvres de Bach Haydn, Mozart, Wagner...à des musiques traditionnelles des îles Salomon, d'Afrique, de Mongolie, à des chants coréens et tibétains, sans oublier le chant des mouettes.
    Au total, un spectacle déconcertant, très apprécié par ceux qui jouent le jeu, se laissent porter par les images et la musique et fort critiqué par les autres qui s'y ennuient profondément.
    Un spectacle courageux de la part de Bartabas en tous cas, le plus  simple eut été en effet pour satisfaire le public de faire un peu comme les années précédentes. Il faut y aller pour se faire son opinion. A la fin du spectacle, le rituel des années précédentes reprend ses droits avec le grand feu dans la cour. A l'année prochaine!

    zingaro 008.jpg

  • Le téléthon de Félines

    félines telethon 004.jpg
    Nous partîmes 55 pour une marche de nuit ...
    félines telethon 005.jpg
    ...et par un prompt renfort nous nous vîmes une centaine pour la soupe aux choux, manifestations organisées dans le cadre du Téléthon par le Comité d'animation de Félines, sur le Plateau de La Chaise-Dieu.
    félines telethon 003.jpg
    Bravo et merci aux organisateurs!

  • La ronde des sapins de Sembadel

    Six ans qu'il n'y avait pas eu de fête à Sembadel (de Saint Badel ou Saint Baudilius?) sur le plateau de La Chaise-Dieu, théatre autrefois d'un critérium cycliste chaque été. Certes, il y a bien le vide grenier de Sembadel-gare et même l'an dernier la Biennale des potiers. Mais l'âme de Sembadel c'est à Sembadel-bourg qu'elle se trouve.

    Heureuse initiative donc que celle du nouveau comité des fêtes. Samedi 22 août tournoi de pétanque, spectacle la Danse macabre suivi d'un feu d'artifice en présence de 300 personnes et dimanche matin la Ronde des sapins, randonnée cyclotouriste dès 7 heures. 107 participants pour parcourir au choix un des trois circuits dessinés et bien balisés par les organisateurs : 110 km, 55 km ou 15 km. Plusieurs participants ont combiné un 55 et un 15 d'autres 2 fois 15, au gré de leur humeur et de leur forme. Ceux qui avaient choisi les 110 ont particulièrement apprécié la montée sous Allègre et le raidillon qui suivait la traversée des Guillaumanches en direction des Brayes. Le plus jeune des participants avait 5 ans, le plus âgé pas loin de 80.

    Beau succès donc pour une commune de 250 habitants.

    Repas champêtre dans la grange pour les participants et les organisateurs avant la remise des prix, qui au plus vieux, qui au plus jeune, au club le mieux représenté et au sort. Très nombreux lots.

    ronde des sapins 7.jpg

    Merci au Comité des fêtes notamment à Roland et Frédérique, chevilles ouvrières de ce renouveau et à l'année prochaine!

  • Les Boudoux

     les-boudoux11.1250849268.jpg

    Aujourd’hui, nos semelles de randonneur nous ont conduits sur les traces de mon enfance dans la vallée de Chamalière, petite rivièles-boudoux-13.1250850336.jpgre qui se jette dans l’Arzon (Haute-Loire). Partant de Chomelix, village coquet aux portes des gorges de L’Arzon, le sentier chemine à travers bois, champs et  hameaux. Il emprunte parfois une ancienne voie pré-celtique appelèe “Bolène” fréquentée au Moyen Age par les marchands, les militaires et les pélerins. Peu de rencontres ce jour : des paysans croyant encore à l’agriculture: un éleveur de vaches qui construit une stabulation, un autre qui ose cultiver du maïs (étonnant en Haute Loire), des vacanciers prenant leur petit déjeuner dans le jardin encore protégé du soleil. Les géraniums adorent la belle chaleur de cet été, les rouges et les roses explosent sur le seuil des fermes rénovées. Bientôt, non loin de Bellevue la Montagne, le village des Boudoux apparaît.

        les-boudoux-1.1250848340.jpg 

    Tiens il me parait plus étendu que dans mon souvenir. C’est ici que je suis venue en colonie de vacances deux ou trois années de suite au début des années 60. Colonie dirigée fermement par une grande dame, noire, énergique, Soeur Aimée de Jésus. Nous l’aimions sans doute , nous la connaissions bien puisqu’elle dirigeait notre école mais nous la craignions également car sa personnalité nous impressionnait.

    les-boudoux-3.1250849546.jpg les-boudoux-9.1250849652.jpg

    Nous traversons la Chamalière sur le petit pont pour remonter vers les maisons. Nous adorions dévaler le champ devant la colonie pour mettre les pieds dans l’eau. Aujourd’hui, la rivière se camoufle sous la végétation. Je me souviens d’une superbe balade dans son lit au milieu des rochers et des mares d’eau, c’était une telle aventure pour nous d’atteindre la confluence de la Chamalière et de l’Arzon et le chateau d’Arzon où s’installait une colonie de…garçons!

    Nous atteignons le village : vais-je reconnaitre la bâtisse? Oui je pense que ce chalet avec du bois et son toit à une seule pente était notre colonie transformée en maison d’habitation maintenant! 

         les-boudoux-2.1250848437.jpg 

         les-boudoux-5.1250848560.jpg

    Grimpons plus haut pour trouver la petite chapelle: le dimanche, en uniforme (jupe bleu marine et chemisier blanc) nous assistions sagement à la messe. J’apprends aujourd’hui que c’était en réalité une maison d’assemblée, lieu de prières et d’école, utilisée par les béates.

     les-boudoux-4.1250848687.jpgles-boudoux-12.1250850311.jpg

    Le village est vivant, habité mais je ne vois pas d’enfant dans les chemins. Nous aimions également gambader vers Bellevue La Montagne à quelques kms pour aller à l’épicerie (ou la boulangerie peut-être) acheter des petits bonbons. Ramassions nous aussi des mûres? Sans doute si l’été avait été chaud. Aujourd’hui nous nous régalons, elles sont déjà mûres!

         les-boudoux-10.1250849788.jpg

    Passant avec beaucoup d’insouciance de l’enfance à l’adolescence, j’ignorais encore que mon cher compagnon estivait avec mère, frères et soeur, tout proche de moi, à la Chaise Dieu (à une quinzaine de km).

    les-boudoux-6.1250848215.jpg

    Retour à Chomelix pour déjeuner et nous remettre de ce petit voyage pédestre dans le pays d’enfance. Nous choisissons ”Mille et une saveurs” tenu depuis un an par un jeune couple Audrey et Jérôme à qui nous souhaitons une bonne réussite dans leur entreprise. 

  • Aux sources de la Borne

    Courses à pied, randonnée pédestre, vide grenier, pétanque, repas champêtre,... Voilà la recette du succès pour cette 5éme édition des Sources de la Borne à Félines, petite commune d'un peu plus de 300 habitants (322 en 1999) du Plateau de La Chaise-Dieu, en Haute-Loire, qui a sans doute plus que doublé sa population ce 19 juillet.

    félines 009.jpg

    80 bénévoles mobilisés, 119 coureurs, une cinquantaine de randonneurs, environ 300 repas servis, après la froidure de la veille, le soleil était de la partie.

    Les randonneurs ont pu découvrir le hameau de Plagnes, traverser le Ruisseau de Chamalières (affluent de l'Arzon), monter au Suc de barret, atteindre le petit village d'Almances avant de revenir au bourg de potiers qu'était Félines au moyen-âge (du latin Figulinas).

    félines 008.jpg

    Nabil Ghoulam (de St-Etienne)a parcouru les 11 km en 36' 21", un peu plus vite que l'an dernier, et Joëlle Filaire (du canton) en 45'29". Félicitations à ces deux vainqueurs qui sont des habitués et reviendront l'an prochain.

    félines 013.jpg

    Les officiels, Philippe Meyzonet, maire, et Robert Flauraud, conseiller général, félicitent Lucien, le doyen de la cours des 11 kms.

    Pour se restaurer : melon, jambon braisé, gratin de pommes de terre au lard, faisselle et forêt noire, eau de Saint Géron offerte. Le tout avec l'animation musicale un peu bruyante pour ce cadre bucolique de Radio-Craponne.

    félines 1.jpg

    Une bien belle journée.