Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Loisirs - Page 8

  • ABC d('u C)aire (suite)

    Suite des épisodes précédents

    H

    Hommes : Omniprésents.

    I

    Ismaël Mohamed : c’est le nom de ma rue. Mon hôtel est situé en face de l’école des beaux arts dont les élèves sont un condensé de la diversité vestimentaire de la société égyptienne : de la « boite aux lettres » au jean moulé sans voile…

    J

    Jeunes : les plus nombreux. 88 % des jeunes de 15 à 29 ans seraient sans emploi.

    K

    Kefaya : ça suffit ! c’est le mot d’ordre de beaucoup de manifestants des derniers mois après 24 ans d’état d’urgence.

    Kiosque : havre d’ombre le long du Nil où l’on peut s’asseoir. Peuplés d’amoureux qui se regardent les yeux dans les yeux et vont parfois jusqu’à se tenir par la main

    L

    Longchamp : Excellent petit hôtel tenu par une dame germano – égyptienne. Situé aux cinquième et sixième étages. Demander la chambre 30 lors de votre prochain séjour. Elle est vaste et bien équipée. Sauf pour la TV qui propose essentiellement des chaînes allemandes mais cela me rappelle des souvenirs.

    A suivre

  • ABC d('u C)aire (suite)

    Suite des épisodes précédents

    M

    Maison de la Radio : ronde comme à Paris

    Maison Thomas : Rue du 26 juillet (1952). Excellentes pizzas et salades. J’y passe chaque semaine.

    Météo : toujours beau et de plus en plus chaud. 35 °C en ce moment.

    Métro : C’est comme à Paris. Normal puisque ce sont des entreprises françaises qui l’ont construit.

    Moubarak : c’est l’homme que l’on croise le plus souvent, en effigie. Il n’a pas pris une ride depuis 24 ans !

    N

    Nil : surtout ne pas s’y baigner ! Complètement pollué ! Ce qui ne décourage pas les pêcheurs à la ligne. Apporte un peu de fraîcheur.

    O

    Octobre 1973 : la reprise du canal de Suez par l’Egypte est célébrée comme une victoire sur les israéliens même si ces derniers ont ensuite repris rapidement le terrain perdu. Sur la route de l’Aéroport, il y a un « panorama » qui célèbre l’évènement. Des « artistes » nord coréens ont donné la main. A défaut d’artistes ce sont au moins des experts en propagande.

    Ozone : pas d’alerte ici et pourtant entre les 100000 taxis qui roulent à la recherche du client et la climatisation, les verts ont de quoi s’inquiéter …mes poumons aussi.

    P

    Paraboles : havres de liberté

    Policiers : ils sont partout. Vêtus de blanc en été de noir en hiver. La kalachnikov à la main. Ils ont droit de s’asseoir. Mangent sur place le ravitaillement qui leur est apporté. Les commerçants du coin leur donnent des verres de thé. Ce sont toujours les mêmes au même endroit. Beaucoup de jeunes, de l’arrière pays, qui font leur service militaire. Certains prennent des notes !

    Policiers (bis) : les vrais sont en civil et ont des talkies walkis. Ce sont eux qui surveillent ceux en uniforme et surgissent dès qu’il se passe la moindre chose pour donner les ordres.

    Photos : je n’en fais pas car personne n’en fait. Les égyptiens détestent être photographiés et il ne faut pas photographier la misère, la saleté…or elle est omniprésente.

    Poil de cairote : Livre de Paul Fournel (Le seuil). Rassemble des chroniques écrites par un ancien conseiller culturel de l’ambassade adepte de l’Oulipo et contributeur occasionnel de l’émission « des papous dans la tête » sur France culture. Excellente lecture qui m’a donnée l’idée de cet ABC d(u C)aire.

    Priorité : toujours à la voiture qui est engagée, jamais au piéton

    A suivre

  • ABC d('u C)aire (suite)

    Suite de l'épisode précédent

    D

    Dimanche : on travaille sans pouvoir communiquer avec le Ministère

    E

    Essuie glaces : s’ils sont relevés c’est que la voiture a été nettoyée et qu’il faut donner une livre à celui qui ne va pas tarder à vous tendre la main.

    Essence : c’est l’embarras du choix pour le degré d’octane : 88, 90, 92, 95, 98… Le 88 a été introduit récemment afin de permettre de dire que le prix de l’essence est resté inchangé ! C’est comme pour le Baladi !

    F

    Femmes : on en voit beaucoup moins que d’hommes ! Elles conduisent mais jamais les taxis !

    Fly Over : pratiques pour les autos qui connaissent déjà l’itinéraire, cauchemar du piéton lorsqu’il doit s’aventurer à les traverser.

    Frères musulmans : mouvement religieux interdit avec lequel le pouvoir pratique alternativement et même simultanément dialogue et répression.

    G

    Gezira (parc) : Club de sport et loisirs sur l’île de Zamalek où je vais faire en courant trois ou quatre tours d’hippodrome le samedi matin.

    A suivre

  • ABC d('u C)aire

    Il y a deux ans, en ce mois de juin, après deux mois de séjour au Caire dans l'île de Zamalek j'ai écris cet abcdaire qui n'a pas pris une ride.

    Comme je vais randonner toute la semaine du 17 au 24 juin je le livre en épisodes comme dans les feuilletons d'autrefois.



    A

    Acacias : leur cime est toute fleurie de rouge en ce moment et les rues commencent à être jonchées de leurs fleurs

    Autobus : Quelqu’un à la portière hurle la direction à ceux qui attendent, il faut savoir descendre en marche, car ils ne s’arrêtent pas vraiment. Je n’ai pas encore tenté l’aventure.

    B

    Baladi : Pain rond. C’est la baguette locale. Son prix est fixé par l’Etat et n’a pas changé depuis plusieurs années en dépit de la hausse des prix des ingrédients qui le composent. Ils sont de plus en plus petits. Il est interdit d’en acheter plus de 20 et a fortiori de les revendre.

    Boite aux lettres : surnom donné aux femmes qui arborent la tenue islamique la plus stricte : gebelaya et voile noirs de la tête au pied, gants noirs, chaussures et chaussettes noires, on ne voit que les yeux mais les perfectionnistes mettent des lunettes de soleil. Sont encore très minoritaires.

    C

    Chat : sont les patrons de leur territoire près des poubelles, des boutiques alimentaires et des bars.

    Chaleur : toujours étouffante en pleine journée au sortir de la climatisation.

    Chiffonniers : je ne suis pas encore allé sur les terres de Sœur Emmanuelle mais je croise les chiffonniers du Caire tous les matins. Les ordures sont collectées dans des grandes balles en tissus et mises sur des camions ordinaires. Il y a un grand marché potentiel pour les camions bennes.

    Coptes : je suis allé visiter leurs églises ce matin. Les offices sont en langue copte dérivée de l’ancien égyptien. C’était jour d’office. Les églises nombreuses dans ce petit quartier préservé sont pleines. On y brûle des cierges et on touche de la main les icônes de Saint Georges, Saint Serge…


    A suivre