Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Musique - Page 7

  • Assemblée générale du Festival de La Chaise Dieu du 24 mars 2012

    affiche2012.jpgUne assemblée générale très consensuelle cette année. Les rapports moral et financier présentés par l'Association ont été approuvés à l'unanimité des membres présents. Il faut dire que le bilan de l'année 2011 est positif, des concerts de grande qualité, un record de fréquentation avec plus de 18 000 billets vendus, soit une hausse de 10 % par rapport  à 2010, un budget équilibré, en excédent de 4200€, ce qui est rare pour une année anniversaire toujours plus généreuse en concerts.

    L'association gère, si l'on tient compte de la valorisation du travail des bénévoles et des soutiens en nature, un budget de 2,2 millions d'euros.

    La petite équipe de permanents et les bénévoles ont été chaleureusement félicités.

    Il y avait de grands absents à cette assemblée générale, à commencer par le président Jacques Barrot, retenu par les obsèques de Jean-Pierre Caillard, le président du groupe de presse Centre France qui édite le journal La Montagne. Gérard Roche, le sénateur et président du Conseil général était également absent et aucun membre du corps préfectoral, tenu en cette période électorale au devoir de réserve, n'avait fait le déplacement. En revanche les collectivités locales étaient toutes représentées et ont pu s'exprimer.

    Cette belle unanimité résistera-t-elle avec le temps? Pas si sûr. Le maire de La Chaise-Dieu, Pascal Perrin, évoquant les travaux de rénovation des batiments abbatiaux a exprimé l'opinion unanime des casadéens en faveur de l'implantation à La Chaise-Dieu, dans les batiments rénovés, de l'équipe de permanents du festival actuellement au Puy. Les représentants de l'association, le vice-président Jean-Michel Pastor, et le Directeur, Jean-Michel Mathé n'ont donné aucune assurance.

    La question des rôles respectifs de l'Académie de Musique de La Chaise-Dieu et du Festival de Musique de La Chaise-Dieu dans l'animation musicale et pédagogique en dehors de la saison d'été reste à préciser. Deux associations pour un même objet dans une communauté de communes de 2200 habitants n'est peut-être pas raisonnable et il faudra un jour asseoir les bases d'un projet structuré et a minima coordonné si l'on veut convaincre le Festival de venir installer ses équipes sur le plateau casadéen toute l'année.

    Le projet de rénovation de l'abbaye lui-même pose problème dans ses modalités, l'usage des nouveaux espaces et donc leur affectation à telle ou telle association ou institution doit etre mieux étudié. La fermeture de la Place de l'écho et du cloître reste un non sens... 

    Toutes ces questions occuperont les mois à venir et peut-être la prochaine assemblée générale.

    D'ici là, nous irons au concert cet été. La programmation s'annonce résolument centrée sur la musique française sans oublier les dondamentaux, de La Chaise-dieu que sont Bach et désormais Zelenka. A découvrir sur http://www.chaise-dieu.com/.

    Il faisait très beau cette fin de semaine à La Chaise-Dieu, l'assemblée générale s'est cloturée par un buffet campagnard offert par l'Association et préparé par les établissements Duffieux et le dimanche, le Bar du plan d'eau ouvrait la saison, toujours sous un chaud soleil. 

  • Les Mauristes à La Chaise-Dieu

    Ce samedi 24 septembre, l'Association des amis de l'Abbatiale Saint Robert de La Chaise-Dieu (http://www.abbaye-chaise-dieu.com/-Amis-de-l-Abbatiale-.html) organisait une journée d'étude avec des universitaires sur l'Abbaye de La Chaise-Dieu au sein de la Congrégation de Saint Maur (1640-1791).

    Peu de moines, à cette époque, mais de grande qualité et des travaux qui ont donné à l'abbaye la configuration qu'on lui connait aujourd"hui. Le grand escalier, l'orgue, le grand autel, la place de l'écho ...

    image.jpgQui aujourd'hui connait Dom Robert Morel (1653-1731), né à La Chaise-Dieu, bibliothécaire de l'Abbaye de Saint Germain des prés, qui  a conservé le souvenir de Jean Soanen (1647-1740). Exilé à La Chaise-Dieu pour jansénisme, à l'âge de 80 ans, il y arrive au seuil de l'hiver dans ce pays qu'il qualifie de désert et y mourra à 93 ans, il signait sa correspondance avec ses nombreux soutiens Jean Soanen, prisonnier de Jésus-Christ; qui se souvient de Dom Robert Tiolier, un des premiers à écrire en plusieurs volumes l'histoire de l'Abbaye de La Chaise-Dieu, à décrire avec précision l'ordonnancement de ses batiments?

    Daniel Odon Huriel (Cercor et CNRS), Dom Thierry Barbeau (sous prieur à l'abaye de Solesme, Anne Frédérque Costantini (Cercor et Bordeaux IV), Damien Martinez (Clermont-Ferrand), Alain Dubreucq (Lyon III), Bernard Sanial (Cercor) nous ont fait revivre cette époque. on a mieux compris ce renouveau d'un siecle et demi, les transformations subies par l'abbaye, les luttes féroces de pouvoir au sein de la congrégation la centralisation des ordres religieux.

    Une belle journée, studieuse, qui s'est achevée par une présentation détaillée et pédagogique de l'orgue casadéen puis un concert grâce à l'obligeance de Jean-Luc Perrot, titulaire des orgues historiques Callinet de l'église Notre Dame de Saint Etienne.

    Idéalement, il eut été judicieux d'ajouter une séquence ouverte à tous les publics (l'accès aux conférences était à 20€, il faut bien que l'association rentre dans ses frais) avec une visite commentée par un des universitaires présents des principales réalisations architecturales des mauristes. Ce sera pour une autre fois.

  • Archéologie musicale

    A défaut d'aller à Aix, nous sommes allés ce dimanche à l'Auditorium Cziffra de La Chaise-Dieu. L'Académie de musique dirigée par Cyril Huvé y donnait  en soirée un concert qui cloturait un atelier de travail pour 18 jeunes musiciens.

    L'idée de Rémy Campos, musicologue, historiographe et historien, qui assurait la direction stylistique de cette semaine, était de restituer la musique de Haydn, de Beethoven et de Mozart telle qu'elle était jouée dans les années trente, les années 1830, après les trois glorieuses, sous Louis-Philippe.

    Plutôt que de disposer comme aujourd'hui, les musiciens en bataillons, les contrebasses, les violoncelles, les violons, les altos, on les disperse  aun sein d'un hémicycle : les basses entourent les violons et les altos afin que chaque musicien entende bien la basse, la basse continue. Et puis, on utilise la technique du port de voix, technique qui consiste à faire entendre toutes les hauteurs intermédiaires entre deux notes, comme dans la musique tzigane, plutôt que de passer directement d'une note à l'autre. L'idée de base était de se rapprocher le plus possible de la voix, modèle absolu pour les musiciens. Et puis à l'époque, chaque musicien cherchait à se distinguer des autres, à jouer sa partie, un peu comme dans les orchestre de jazz. la chaise-dieu,académie de musique,cyril huvé,aude caulé-lefèvre,rémy campos

     Il y a deux cent ans, la façon de jouer Haydn, Beethoven ou Mozart faisait l'objet d'une grande diversité. Il n'y avait bien sûr pas d'enregistrement, seuls les anciens, les méthodes pédagogiques, les archives pouvaient témoigner. Pour fixer les choses, Rémy Campos et les jeunes musiciens placés sous la direction de la soliste Aude Caulé-Lefèvre avaient choisi d'interpréter les transcriptions effectuées par la Société des Concerts du Conservatoire de Paris. Des transcriptions pour quatuor ou septuor mais jouées par un ensemble de cordes, à La Chaise-Dieu 18 musiciens.

    Au programme : extrait du quatuir op.76 de Haydn (l'hymne allemand), Extrait du quatuor op. 18 n°1 de Beethoven, extraits du septuor op.20 de Beethoven, extraits de Don Giovanni, de Mozart.

    Une très belle leçon de musique appréciée par plus d'une centaine d'auditeurs en ce début d'été.

  • A qui se fier ou le grand écart

    avignon.jpgS'il y a un domaine ou les avis sont partagés, où il n'y a pas de consensus, c'est bien la vie culturelle.

    Dans Les Echos du 8 juillet, au Festival d'Aix en Provence, La Traviata avec Natalie Dessay convainc, dans Le Monde du 9 juillet : Aix ne réussit pas à Natalie Dessay!

    Dans Aix.pngLe Monde du 8 juillet : Avignon rate son ouverture avec Jan Karski et dans les Echos du 8 juillet Belle entrée en matière dans la cité des papes avec le bouleversant Jan Karski!

    Que faire? Aller à l'opéra et au théatre!

  • Gouvernance du Festival de musique de La Chaise-Dieu

    Samedi 9 avril, l'Association gestionnaire du Festival de La Chaise-Dieu se réunit et doit à cette occasion se prononcer sur la proposition de modification de ses statuts, modification préparée par le conseil d'administration présidé par Jacques Barrot.

    On se souvient que la dernière tentative de modification des statuts avait abouti fin 2008 début 2009 à la démission de l'ancien président et de la quasi totalité des administrateurs puis à l'élection d'un nouveau conseil d'administration et de Jacques Barrot.

    Incontestablement, les nouveaux statuts proposés constituent un progrès par rapport à la version actuellement en vigueur. A ce titre, ils méritent d'être approuvés. Les rejeter reviendrait à conserver les anciens complétement obsolètes.

    On peut cependant regretter deux points.

    1 - le conseil d'administration a prévu d'autoriser le vote par procuration, sans limitation du nombre de mandats. Il y a là un  risque de course à la récupération des pouvoirs même si les pouvoirs en blanc ne sont plus autorisés dans les nouveaux statuts proposés. Je vois deux solutions pour remédier à cet inconvénient: soit autoriser explictement le vote par correspondance comme cela se fait dans maintes instances, soit n'autoriser que le vote des membres présents à l'asemblée générale ce qui donnerait une prime bienvenue aux membres qui sont assidus.

    2 - La fonction de directeur général n'est pas assez protégée. Les nouveaux statuts prévoient toujours un président exécutif et renvoient au réglement intérieur la définition des attributions du directeur général. Il me semble que les statuts devraient prévoir que le directeur général est responsable de la programmation artistique du Festival et a autorité sur les salariés de l'association, que son recrutement doit être approuvé par le conseil d'administration (et non le président avec l'accord avec l'accord du bureau) après appel public à concurrence. De même, son éventuel licenciement doit être décidé par le conseil d'adminsitration.

    Pour des raisons de calendrier je ne serai pas en mesure de participer cette année à cette assemblée générale mais j'espère qu'elle aura la sagesse d'amender les statuts proposés par le conseil d'administration dans ce sens.

    C'est à cette fin que je publie cette opinion toute personnelle sur ce blog.

  • Matthäus-Passion

    choeur_vertic.jpg

    Soirée familiale samedi soir au Palais des sports de Bordeaux. Le groupe vocal Arpège de Bordeaux en photos (direction Jacques Charpentier), des amateurs, donne la Passion selon Saint Matthieu de Jean-Sébastien Bach (1736), il y a là l'Orchestre des passions dirigé par Jean-Marc Andrieu (Montauban), Isabelle Poulenard, Guillemette Laurens, Vincent Lièvre-Picard, Arnaud Richard, Jean-Fançois Bouchon et Antonio Guirao-Valverde, solistes, mais aussi l'atelier vocal toulousain Archipels (direction Joël Suhubiette), l'ensemble vocal toulousain A contretemps (direction Guy Zanesi) et enfin la Jeune académie vocale d'Aquitaine, des jeunes de 10 à 18 ans dirigés par Marie Chavanel.

    Soirée familiale car de nombreux spectateurs sont venus écouter parents ou amis qui s'adonnent pour le plaisir au chant choral sans en faire leur profession. C'était aussi notre cas.

    Pourquoi aller écouter durant trois heures la Passion lorsqu'on a pas la foi? La beauté de la musique, polyphonique, des récitatifs, des arios, des ariosos, des chorals, les réminiscences de son éducation religieuse, la beauté du poème, des paroles, l'occasion de penser à ses morts et puis aussi le fond de l'histoire finalement toute contemporaine. Un individu, accusé de se prétendre fils de Dieu, condamné à mort, non pas tellement par les autorités publiques, Pilate s'en lave les mains, mais par le peuple, qui ne tolère pas le blasphème.

    Vendredi 1er avril 2011 à Mazars et Charif en Afghanistan, sept employés de l'ONU ont été assassinés lors d'une manifestation parcequ'un pasteur américain intégriste a brulé un exemplaire imprimé du Coran. L'intolérance des religieux est sans limite. Rendons à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu...ou il n'appartient pas aux autorités religieuses d'administrer la justice des hommes. Il n'y a pas eu recommandation plus moderne, aucune église ne l'a réellement appliquée pas même la catholique des siècles durant, mais on ne se lassera jamais de la répéter, tant le respect de cette maxime est nécessaire à la civilisation.

  • Les affiches du festival de musique de La Chaise-Dieu

     

    Le style évolue : l'affiche 2011 voit l'apparition de couleurs fluo inédites auparavant, mais bien dans l'air du temps On a conservé un format de style "portrait", celui des dernières années, et  introduit un nouveau logo avec l'abandon du style gothique. Une nette volonté de rupture ou de renouvellement, comme on voudra.

    C'est depuis 2005 que la mention Puy en Velay figure au côté de celle de La Chaise-Dieu, au détriment de celle de la Haute-Loire, il est vrai qu'il y a des concerts à Ambert...

    Stylisée en 1966, réaliste en 1967, vue artistique en 1968, les affiches ont ensuite décliné différents élements de l'Abbaye, cloître, anges musiciens, orgue, puis l'abbatiale est revenu, esquissée les dernières années, en 2011, bien heureux celui qui n'ayant pas entendu parler de La Chaise-Dieu devinera qu'il ya là une Abbaye.

    festival2011.jpg

    festival 2010.jpg

    festival 2009.jpg

    fesztival 2004.jpg

    1966.jpg

     

  • Neville Marriner

    monet 003.jpg

    Belle soirée vendredi dernier à l'Opéra comique de Paris. Sir Neville Marriner, né en 1924, dirigeait l'Orchestre philarmonique de Radio-France. Mozart au programme  : ouverture des Noces de Figaro, Neuvième concerto pour piano et orchestre avec Philippe Cassard au piano et la 41éme et dernière symphonie.

    Le Neuvième concerto est aussi connu sous le nom de Jeune homme : un clin d'oeil de Sir Neville?

     

  • Ravissement

    chant casadei 001.jpg

    Après une après-midi de promenade par un froid vif mais au grand soleil, un bon chocolat, aller pendant une bonne heure à l'Auditorium Cziffra écouter les élèves de la session de chant de l'Académie de musique de La Chaise-Dieu est un vrai ravissement.

    chant casadei 003.jpg

    Les élèves de Cyril Huvé, Delphine Collot et Robert Expert nous ont offert des airs de DebussyChabrier, Saint Saens, Mozart, Vivaldi, Gluck, Haendel... j'en passe.

    chant casadei 005.jpg

     Il est  encore possible d'assister aux répétitions et aux auditions ce mercredi 27 octobre. C'est gratuit. Un très beau cadeau.

  • Monteverdi

    Pulchra es :monteverdi.jpg

    Que tu es belle,

    Mon amie, ma colombe, ma belle!

    Tes yeux sont ceux d'une colombe,

    Ta chevelure est comme un troupeau de chèvres,

    Et tes dents comme un troupeau de brebis.

    Que tu es belle!

    Viens du Liban,

    FMChalencon 010.jpgMon amie, ma colombe, ma belle.

    Que tu es belle!

    Viens, viens pour être couronnée,

    Lève-toi, lève-toi, ma belle, lève-toi, ma fiancée,

    lève-toi, mon aimée, lève-toi, mon immaculée,

    Lève-toi, viens, car je languis d'amour.

    Les Vêpres dédiées à la Vierge de Claudio Monteverdi données au 44ème Festival de La Chaise-Dieu par le Choeur du King's College et l'Academy of ancient Music sous la direction de Stephen Cleobury ont été créées à Venise en 1610, il y a 400 ans.

    On écoute souvent ces vêpres mais on fait rarement attention au texte, ce que le Livret-Programme du Festival nous incite à faire. Ci-dessus la traduction de Pulchra es, un emprunt de Monteverdi au Cantique des cantiques.