Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Musique - Page 11

  • De Venise à Naples

    Le Festival de musique de La Chaise-Dieu nous a encore offert mercredi un voyage de rêve avec la musique sacrée de Vivaldi , voyage conduit par l'ensemble "les Paladins", voyage magnifié par des jeunes chanteurs talentueux, un choeur de 16 personnes dont 5 solistes. Les hommes, costumes et chemises noirs, cravates de couleur, les femmes, robes longues aux couleurs chatoyantes, pour suggérer peut-être l'ambiance fastueuse de Venise.

    c4c3198611fbfc1140694675d2e1a2ef.jpg


    L'oeuvre exubérante et légère de Vivaldi est parfois interrompue par des pages de méditation très émouvantes comme l'Agnus dei du "Gloria en ré majeur". Le violoncelle accompagne avec une grande tendresse la voix chaude et grave de la mezzo Sacha Hatala. Moments uniques, éphémères, à graver dans nos coeurs pour croire en l'homme.

    46c5a943e735f1b0d0f825f53f328955.jpg


    Jérôme Corréas, qui dirige "Les Paladins", ressuscite également l'oeuvre d'un contemporain napolitain de Vivaldi, Francesco Durante. Il nous fait découvrir son "Dixit Dominus" prière dansante et mélancolique jouée pour la première fois dans l'Abbatiale de La Chaise Dieu.

  • Bonheur d'une découverte

    Le festival de la Chaise Dieu réserve toujours de belles surprises à ceux qui s'aventurent dans le coeur de l'abbatiale! Aujourd'hui, c'est l'organiste et compositeur Thierry Escaich qui va réussir à nous captiver avec son "concerto pour orgue et orchestre".

    9145d8ddebfe541f567fac0446883999.jpg


    Les premières percussions nous désorientent, c'est de la musique contemporaine! Mais le rythme nous emporte! c'est une oeuvre, très expressive, très intense, très inventive également ! Elle m'évoque par son souffle "le sacre du printemps" de Stravinski : est-ce donc une ode à la nature ? une ode à la vie? je ne sais pas mais Thierry Escaich semble nous ballader dans un univers de murmure, de brise, parfois de tempête. C'est assez captivant, étonnant et passionnant sans aucun doute de découvrir cette musique d'aujourd'hui qui s'inspire des grands maîtres d'hier.

    Le festival nous invite ainsi presque malgré nous à pénétrer des mondes musicaux moins classiques! Nichés dans le choeur majestueux de l'église, nous laissons tomber nos réticences et nous écoutons avec bonheur!

  • La Passione de Caldara

    C'est le programme que nous propose le Festival de musique de La Chaise-Dieu en ce dimanche après-midi à l'abbatiale.

    On s'habille un peu et à quinze heures on retrouve avec plaisir les bancs de l'église fondée par Saint Robert. L'affiche n'a pas fait le plein, il reste quelques places dans les stalles. Dommage, les absents ont bien tort. La Cappella de Turchini, un ensemble à cordes napolitain dirigé par Antonio Florio va nous offrir une heure et demi de bonheur et d'émotion.

    Antonio Caldara (1670-1736) était vénitien et exerçait la fonction de Maitre de chapelle à la Cour de Vienne en 1729, date de création de sa Passione. La Passione di Gesù Cristo Signor Nostro est un oratorio interprété par cinq jeunes chanteurs. Il y a Pierre, Jean, Marie-Madeleine et deux récitants, du haute-contre à la basse.

    ea32a39837f5db9667e653d9cd151a24.jpg


    Le livret est de Pietro Trapassi, dit Metastase (1698-1782). Pierre est seul plein de remords, il se demande pourquoi le soleil ne quitte pas les ténébres alors que la terre tremble, son maître a t'il pu échapper à ses bourreaux? Et puis, il rencontre Jean et Marie-Madeleine, encore sous le choc de ce qu'ils viennent de vivre, qui lui content la passion de Jésus, les larmes de sa mère Marie qui se mêlent au sang de son fils.

    On connait l'histoire, bien sûr, mais l'émotion est là, celle du calvaire d'un homme injustement condamné vécu par ses proches, lesquels se retrouvent seuls sans guide, comme des brebis sans berger, un vaisseau sans pilote, et qui vont devoir tracer leur propre route...

    Il y a pour évoquer les trompettes de Jéricho un beau solo de trombone à coulisse au milieu de toutes ses cordes...

    Longs applaudissements bien mérités et on ressort serein pour constater qu'une petite averse a arrosé le village mais que le soleil est là, La Chaise-Dieu semble remplie de gens heureux.

  • Festival de musique de La Chaise-Dieu

    Samedi 18 août 2007. Il fait beau et froid à La Chaise-Dieu. C'est aujourd'hui que la 41ème édition du festival fondé par les Cziffra père et fils s'ouvre avec les Vêpres de Monteverdi.

    Comme à chaque édition les armes de l'Abbaye royale de La Chaise-Dieu ont été hissées sur la Tour Clémentine.

    e03584a61acd4b9c381eb21e83d54dd9.jpg


    Elles associent les roses des Beaufort, la famille du pape Clément VI, ancien moine casadéen sous le nom de Pierre-Roger, qui décida de construire l'abbatiale actuelle pour en faire son tombeau, et les fleurs de Lys du Royaume de France.

    La terrasse du Bar de la fontaine est pleine, les galeries ont retardé leur heure de fermeture...

    Dans le cloître, les tables sont dressées pour servir le champagne à l'entracte et l'ensemble "les cuivres romantiques" offre quelques éléments de son répertoire dont la marche triomphale de Berlioz.

    d88142fc3180f8c8abb0d247d0d3203e.jpg

    Tous les volontaires qui travaillent d'arrache pied depuis trois jours sont en place pour accueillir les festivaliers.

    Le festival peut commencer..