Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Musique - Page 10

  • Mélodies françaises à La Chaise-Dieu

    Samedi 9 novembre, Salle Cziffra, troisième concert commenté de la semaine organisé par l'Académie de musique de La Chaise-Dieu, autour cette fois de Delphine Collot (Soprane) et de Robert Expert (contre ténor : http://www.robertexpert.com) accompagnés au piano par Cyril Huvé.

     

    académie 001.jpg

    Au programme, des mélodies françaises, de grands auteurs comme Hugo ou Baudelaire mis en musique par de grands musiciens comme Debussy, Bizet, Chausson ou Duparc mais aussi des oeuvres auvergnates collectées et harmonisées par Joseph Canteloube qui à, l'instar de Dvorak en Hongrie, parcourut le Massif central à la recherche des mélodies traditionnelles.

    Pour un soir, on retrouve l'ambiance de l'époque où sans radio et sans télévision, on se retrouvait chez l'un ou l'autre pour faire ou écouter de la musique, entendre des chansons d'amour, dans une ambiance de légèreté.

    On y a apprend cependant au passage qu'Henri Duparc, né en 1848, victime de la déchirure franco-allemande de 1870 va cesser de composer à 38 ans et détruire l'essentiel de son oeuvre.

    La musique ne peut pas s'abstraire de l'histoire.

    Une excellente soirée, Merci à Cyril Huvé www.cyrilhuve.com/  et à l'Académie de musique pour cette excellente semaine musicale à La Chaise-Dieu.

  • Classe de piano casadéenne

    Mardi 4 novembre, l'Académie de musique de La Chaise-Dieu invitait, Salle Cziffra, la classe de piano de Gery Moutier du Conservatoire national de musique et de danse de Lyon. Que de jeunes prodiges, pas encore des stars : Justine Leroux (Ile de France), Clément Griffault (Lot), Sayako Oki (Tokyo), Coralie Karpus (Lille), My-yong-Lee (Séoul), Jahye Euh (Séoul), Maroussia Gentet (Lyon).

    académie 004.jpg

    Des oeuvres de Bach, Boëly (le Beethoven français), Schubert (qui admirait tellement Beethoven qu'il n'osa jamais le saluer), Chopin, Liszt, Granados (mort en mer en 1916 en essayant de sauver sa femme à la suite du torpillage du Sussex par la marine allemande), Bartok (qui collectait les chants populaires dans les campagnes hongroises reculées), Dutilleux (le plus vieux compositeur français : 92 ans), Messiaen (qui lui collectait les chants d'oiseaux sur des supports en cire, très apprécié des musiciens et des ornithologues), Georgy Ligati (décédé en 2006 inventif et facétieux, on retrouve sa musique dans les films de Stanley Kubrick), Bruno Mantovani (33 ans, compositeur français).

    Pendant que My-yong Lee se joue de Liszt, Jahie Euh, la partition de Granados sur les genoux révise, tous les doigts en mouvement, l'éxécution de Los requiebros (Goyescas)...on est au coeur de la musique et on oublie le seau d'eau jaune à côté de la scène qui nous rappelle que les travaux prévus pour les batiments abbatiaux sont très attendus.

    Bravo à l'Académie de musique et à tous les artistes pour cette soirée marquée aussi par l'élection de Barack Obama, y a t'il des américains à La Chaise-Dieu?  

  • Chasse-neige de Liszt à La Chaise-Dieu

    Samedi soir, à la Salle Cziffra on a pu entendre le Chasse-Neige de Liszt passer! Cela tombait bien , jeudi dernier La Chaise-Dieu a connu sa première neige, presque toute une journée d'hiver, le jour de la foire annuelle aux champignons, un désastre!

    C'est à l'Académie de musique, dirigée par Cyril Huvé (http://www.cyrilhuve.com)  que l'on doit la découverte ou la redécouverte de cette oeuvre de Liszt. La classe de violon de Francis Duroy, au travail cette semaine à La Chaise-Dieu faisait découvrir au trop petit public de ce soir de Toussaint ses talents : Orlaine, Ségolène, Valentin, Jérôme, Patrick... nous ont joué des oeuvres de Vivaldi, Mozart, Leclerc, Ravel, Fauré, Paganini, un régal!

    Francis Duroy (violon) et Cyril Huvé (piano) introduisaient les oeuvres, une vrai leçon de musique, bourrée d'anecdotes...

    On a ainsi appris que le fameur Chasse-Neige de Liszt, qui évoque un vent sec des montagnes suisses est la douzième et dernière oeuvre d'une série d'études d'éxécution transcendantes et qu'elle constituait à l'époque pour la musique une rupture aussi importante que dans le domaine des transports l'invention du moteur à explosion ou de l'aviation : notes en oscillation permanente qui donnent un effet de trémolo jamais effectué au piano, déplacement audacieux aux deux mains, voire à trois mains!, le Chasse-Neige, en si bémol, d'une durée de six minutes est une des oeuvres pour piano les plus difficiles à exécuter. Merci à Patrick qui l'a exécuté avec force puis à Cyril Huvé qui nous l'a décortiquée.

    liszt_i.jpg

    Ein Matinée bei Liszt, lithographie de Kriehuber, 1846
    Liszt au piano, avec Kriehuber, Berlioz, Czerny, Ernst.

     

    La soirée s'est terminée un petit verre de vin blanc à la main, que Jacques Bellut, grand organisateur de la manifestation en soit remercié.

    Prochain concert avec la classe de Géry Moutier mardi 4 novembre, toujours à la Salle Cziffra.

  • Festival de La Chaise-Dieu - Messe en Si bémol de J.S.Bach

    Le très beau catalogue du Festival de Musique de La Chaise-Dieu nous avait prévenu, la messe en Si de Jean-Sébastien Bach est une des plus grandes manifestation de l'esprit religieux et elle appartient avec la Missa solemnis de Beethoven aux documents immortels de l'homme en quête des vérités éternelles.

    Assis à côté du tombeau du pape Clément VI, on se laisse emporter pendant près de deux heures par cette messe qui alterne avec bonheur et équilibre choeurs et arias et permet de mettre en valeur les différents instruments de l'orchestre : violons, violoncelles, flûte traversière, trompettes, cor, clarinette, bassons...

    De plus le chef d'orchestre Michel Corboz est attentif à tout et on voit qu'il aime ses musiciens. ses chanteurs ses choristes. Avant le concert, il replace lui même les chaises, les pupitres, tous les musiciens et les choristes bien groupés autour de lui, le choeur est juste derrière l'orchestre et les solistes, une fois n'est pas coutume,  Valérie Bonnard, Yimiko Tanimura, Christian Immler et Sébastien Droy, chantent non pas au premier plan mais entre le chef et l'orchestre au creux de ce nid que constitue l'ensemble vocal de Lausanne.

    da95ac1608fb6a4bc8ce5830c71410cf.jpg

    Bien sûr, ces deux heures, au delà de la musique, sont l'occasion de méditer, de laisser son esprit divaguer, de se remémorer les messes en latin de notre enfance, on connait encore les paroles par coeur, on pense à nos parents, nos grands parents, nos morts, notre mort future et surtout on se demande quelle musique nous laisserons en souvenir du XXIéme siècle aux générations suivantes. Granum Sinapis (le grain de senevé) de Pascal Dusapin chanté a capella jeudi dernier par le choeur de chambre Les Eléments de Toulouse est un des bons candidats.

  • 42 éme Festival de musique de La Chaise-Dieu

    En cette année 2008, le Festival de musique de La Chaise-Dieu, initié en 1966 par Georges et Georgy Cziffra, se déroulera du 21 au 31 août. Un peu trop tôt pour en parler? Non, la réservation en ligne ouvre le 22 avril : http://www.chaise-dieu.com/

     1927e103f3c8c93427f9a66a0295a98b.jpg

    1000 artistes pour interpréter l'intégrale des Concertos pour piano et le Christ au mont des oliviers de Beethoven, de grandes symphonies de Brahms, Schubert, Tchaïkowski, Dvorak, Sibelius, Mahler, Wagner, la Messe en Si et la Passion selon Saint Jean de Jean-Sébastien Bach, les 24 violons du Roy et et la Missa sacra de Schumann et puis Messian et bien d'autres oeuvres.

    86448fee0af808051c971c08b9e7bed5.jpg
    Les bénévoles du Festival de La Chaise-Dieu
    A VOS CLAVIERS!
  • Femmes, Bach, le temps qui passe...

    Cette vidéo est tout simplement superbe, un vrai moment d'euphorie, de quoi vous consoler des malheurs du monde

    http://www.artgallery.lu/digitalart/women_in_art.html

    Merci Bernard!

  • Celebrate this festival

    Oeuvre bien nommée pour illustrer cette ultime chronique du festival de la Chaise Dieu! C'est une ode composée par Henri Purcell, musicien à l'honneur cette année et que j'ai découvert personnellement.

    La reine Mary II Stuart, qui régna à peine 6 ans de 1689 à 1694, a eu l'honneur et le plaisir d'être célébrée chaque année pour son anniversaire par le musicien Henri Purcell: pages foisonnantes et poétiques intégrant des airs populaires, pages écrites pour mettre en valeur tous les instruments de l'époque: orgue, clavecin, hautbois, viole et violoncelle, sacqueboutes, toutes sortes de flûtes, théorbe...

    ca3fcf50cfa4c17910085d873b792088.jpg


    ...cornet à bouquin et bien sûr cornemuse, instruments que l'ensemble La Fenice maîtrise à merveille sous la direction rigoureuse et passionnée de Jean Tubéry.

    dd3faad6902a40fbca865835920f3665.jpg



    Les odes sont légères, les psaumes plus graves naturellemnt mais le choeur et les solistes de Namur chantent toujours avec passion.

    9ac9a37b0258a83690d4ecd621f9d17c.jpg


    Jean Tubéry, par une discrète mise en scène des musiciens, fait dialoguer les instruments et gagne l'adhésion des spectateurs particulièrement avec les pages jouées pour les funérailles de la reine Mary. Et il nous invite à sourire en orchestrant une sortie théâtrale des musiciens sur une marche...mortuaire.

    Merci à Mary qui a si bien inspiré les artistes!
    3bd24fc2eb7048cb95bbc6452c282280.jpg

  • Epopées russes sur le plateau casadéen

    Voyage épique joyeux, populaire, virtuose et bondissant avec le pianiste Alexei Volodin qui nous invite à danser avec Tchaïkovski. Quel plaisir de le suivre dans ce concerto pour piano N°1, délicat et puissant, léger et éblouissant.

    Voyage épique encore, mais cette fois plus grave, plus dramatique, aux accents nostalgiques de la Russie éternelle avec la cantate d'Alexandre Nevski de Serge Prokofiev.

    f2cd89bd5176225a85ec7aa786ce7d91.jpg


    L'orchestre de Lorraine, son chef Jacques Mercier et le choeur tchèque de Brno transforment en quelques instants l'église Saint-Robert en lac glacé où s'affrontent cruellement les Teutons envahisseurs et les soldats russes qui défendent leur patrie, dans un chaos organisé de chevauchées, de clameurs et de cliquetis d'armes. Oeuvre presque trop puissante pour l'abbatiale. Mais la complainte de la soliste Nona Javakhidze, parmi les morts, après la bataille, est poignante.

    a63de91683885db622185586a7568238.jpg


    Tout le film d'Eisenstein défile bien sûr sous les voûtes de pierre.

    Certains peuvent penser qu'une musique qui exalte le combat n'est pas adaptée à une église mais le vaisseau de pierre de la Chaise Dieu donne une telle résonance à la cantate de Prokofiev que toutes les réticences tombent. Et puis cette musique est aussi un hommage au peuple russe qui se sacrifie pour défendre sa terre et sa liberté. Oublions donc que le film était un film de commande, un film de propagande du pouvoir soviétique pour mobiliser le peuple russe contre Hitler et les nazis car Eisenstein et Prokofiev, malgré le contexte politique et la censure, ont réalisé un vrai chef d'oeuvre.

  • Aubade casadéenne

    Samedi, salle Cziffra, les parents piaffent d'impatience devant la porte, appareils photos en bandoulière! Leurs petits ont préparé un concert pendant leur semaine de stage musical. Oui, ils sont devenus petits musiciens en herbe grâce à Isabelle et Nathalie Ramona, musiciennes toujours aussi dynamiques et disponibles, un pianiste et un percussionniste, des animatrices bénévoles qui toute la semaine de 10h à 18h leurs ont proposé des activités d'écoute musicale, de rythme, de chant, de percussions ...

    547bae212010ffd4627303f973d0179b.jpg


    ...et des jeux bien sûr!
    Ils se sont familiarisés avec la symphonie "italienne"de Mendelssohn pour aller l'écouter dans le coeur de l'abbatiale comme les grands!
    Et nous ont offert joyeusement un spectacle avec toutes leurs découvertes et leurs apprentissages. Et quelle fierté de les montrer à leurs parents.


    C'est la Caisse de Dépôts , partenaire et mécène du festival de La Chaise Dieu, qui finance ce projet depuis 8 ans pour initier les petits casadéens à la musique et à la musique classique en particulier. Ils deviennent ainsi eux aussi des amateurs du festival et des messagers auprès de leurs familles. Bravo pour cette réalisation et merci à la responsable du mécénat musical à la Caisse des Dépots, Madame Serpette Pascale. On a tellement reproché au festival de rester trop distant de la population du village!
    En réalité, aujourd'hui, beaucoup de casadéens sont fiers de "leur" festival et s'engagent tous les ans aux côtés de l'équipe permanente, bénévolement et avec enthousiasme . Ils vivent ces deux semaines intensément au rythme des concerts (2 à 3 par jour), au service des musiciens, des chanteurs et des spectateurs.

  • Sanctus d'Accentus

    Fébrilité, excitation, nervosité, humilité, anxiété! on imagine l'ambiance au sein de choeur Accentus quelques instants avant leur premier concert dans cette impressionnante abbatiale de la Chaise-Dieu. Mais ne sommes nous pas conquis à l'avance? Nous savons la réputation d'exigence de Laurence Equilbey et de son ensemble choral. Nous savons également la grâce de la messe de requiem de Gabriel Fauré. Alors nous sommes disponibles pour ces instants de bonheur.

    c94e8808ce6905a13ab26744b9f5c573.jpg


    Gabriel Fauré transforme la mort, passage douloureux, en une passerelle vers un au-delà paisible, un chemin vers la sérénité. Une prière en contrepoint de la belle danse macabre de l'abbatiale!

    2bd55227830c23c7a4d7aeca4eb09c39.jpg

    Les chanteurs, admirablement dirigés, magnifient l'oeuvre de Fauré par leurs voix délicates ou puissantes, toutes en nuances. Et lorsque la soprano Solange Anorga entonne "Pie Jesu, dona eis requiem" (bon Jesus, donne leur le repos) nous sommes bouleversés et nous avons envie de croire au paradis!

    7b0ad214e14d66384857675eafbade49.jpg


    Mais comme le chante Alain Souchon, "Et si le ciel était vide! tant d'angelus! Et si en plus y'a personne!"
    Toutefois, si on ne croit pas en Dieu et à son paradis, par son interprétation du Requiem, Accentus nous fait vivre un instant le vertige du bonheur spirituel.