Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Auvergne - Page 11

  • L'Hôtel-Dieu du Puy en Velay

    Voisin immédiat de la cathédrale, cet hôtel http://www.hoteldieu.info/fre a pendant plusieurs siècles accueilli les pélerins, les malades et les plus démunis. Où vont-ils aujourd'hui? Au Puy, il faut s'adresser à HELP - Hébergement Emmaus Le Puy rue Jean Solvain. Il y a 15 places en hébergement d'urgence  pour la nuit dans un cadre sans doute moins prestigieux : http://emmaus43.homelinux.net/index.php?page=help

    L'hôtel-Dieu a depuis été transformé en musée, centre de congrés, par l'architecte Jean-Michel Wilmotte, très belle restauration, sobre et élégante. On y trouve un musée interactif qui présente les richesses du Velay, l'ancienne pharmacie, magnifiquement restaurée qui vaut à elle seule la visite et puis des expositions temporaires.

    La première présente des photographies du chantier de restauration de l'hôtel-Dieu. Un bel hommage aux artisans qui ont restauré ce bel ensemble architectural. Une bonne idée pour le Syndicat mixte de La Chaise-Dieu qui pourrait ainsi valoriser le travail des entreprises qui réhabilitent actuellement les batiments abbatiaux et qui permettrait d'expliquer aux visiteurs et aux casadéens les enjeux liés à ces travaux.

    Et puis, jusqu'au 3 octobre, une très belle exposition, intitulée Regards sur Marie, qui permet de faire dialoguer 56 oeuvres venus du Musée du Louvre mais aussi du Musée d'Orsay, du Centre Pompidou et bien sûr des musées de la région. chaque oeuvre est présentée de façon très pédagogique, ma préférée aura été la Vierge au Lapin du Titien.

    viergeaulapintitien.jpg

    Pour finir la visite, on peut se restaurer au Café restaurant de l'hôtel Dieu à la carte appétissante et très abordable dont la terrasse offre une vue originale sur la célèbre Vierge rouge du Puy.

  • Les Cahiers de la Haute Loire à Laval sur Doulon

    christian de seauve,les cahiers de la haute-loireLes Cahiers de la Haute-Loire, revue savante http://www.cahiersdelahauteloire.fr qui publie un numéro par an ont une lectrice attentive à Laval sur Doulon, petite commune de 60 habitants du canton de La Chaise-Dieu. Cette lectrice avait lu un article publié par Christian de Seauve, président des Cahiers, sur les chateaux disparus du Vialard et de l'Air à Laval sur Doulon.

    Et ce samedi 30 juillet 2011, la salle des fêtes de Laval sur Doulon comptait plus d'auditeurs que d'habitants pour écouter Christian de Seauve, venu du Puy, raconter l'histoire de ces chateaux souvent oubliés des mémoires et aussi celle des pierres des moines de l'Abbaye de La Chaise-Dieu ou l'existence de maisons à toit de chaume.

    C'est en épluchant environ 170 actes de notaires de Champagnac le Vieux que Christian de Seauve a établi que dès le XVIIIéme siècle, les habitants de Champagnac faisaient venir des maçons de la région de La Marche (Creuse) pour construire leurs maisons dont les toits étaient alors dans 40 % des cas faits en chaume. On savait les maçons de la Creuse actifs dans la construction du Chateau de Versailles ou dans l'Ile de France au XIXe siècle, on ignorait qu'ils étaient déjà présents en Haute-Loire un siècle plus tôt!

    christian de seauve,les cahiers de la haute-loireLes pierres des moines de L'Abbaye de la Chaise-Dieu sont encore bien présentes dans la forêt de Lamandie. Elles dateraient des années 1669 et suivantes lorsque Colbert nationalisa les forêts et que Les Eaux et Forêts administrèrent les forêts de l'Abbbaye, ce qui fut source de nombreux conflits avec les populations locales souvent privées de leurs droits ancestraux.

    christian de seauve,les cahiers de la haute-loireLes Contournat, famille connue par ses démêlés avec l'Abbaye de La Chaise-Dieu dès la fin du XIIe siècle, furent les premiers seigneurs connus du chateau de Vialard, suivent les Mezel et les Bouillé. Par voie successorale le château se transmet des La Salle aux Miremont, Massol de Serville et Ligondès. Antoine Dosfant, enfant du pays, député de Paris en 1789, achète en 1792 ce château et celui, dans la même commune, de Lair, qui était aux d’Auzolles. De ces chateaux il ne reste rien sauf quelques pierres  qui seraient marquées de signes maçonniques.

    A écouter Christian de Seauve qui qualifie la fondation de l'Abbaye de La Chaise-Dieu de tardive, on devine que la cohabitation entre la puissance des moines et les seigneurs locaux d'implantation plus ancienne et les laboureurs, héritiers de droits d'usage des terres immémoriaux n'a pas été un chemin de roses.

    Cet après-midi studieuse s'est conclue par un excellent buffet confectionné par les habitants, des habitants ravis d'avoir eu l'occasion d'évoquer leur histoire, celle que leur racontaient leurs grands parents.

    Et le dimanche l'Association Sport Nature de La Chaise-Dieu était à Laval pour randonner dans les collines du Doulon et déguster à nouveau un bon apéritif avec les habitants à l'occasion de la fête du pays. Deux belles journées pour Laval sur Doulon, sous le soleil revenu!

    (Les  ilustrations photographiques de cette chronique sont extraites des Cahiers de la Haute-Loire)

  • Dialogue des âmes

    812743806.jpgChaque année pour la Saint Robert d'été, la commune de La Chaise-Dieu offre le dimanche soir un feu d'artifice.

    Pour une fois la place de l'Abbaye est interdite aux voitures et à la tombée de la nuit la population du bourg et des villages alentour se masse devant l'Abbatiale, autour de la fontaine.

    La tête en l'air, les yeux écarquillés, comme un gamin, en admirant les belles rouges, les belles vertes, les belles blanches, la cascade de lumière qui descend du chemin de ronde, on se met à rêver.

    La haut, dans le ciel, comme chaque année, Saint Robert, Clément VI, Jacques de Saint Nectaire, le Cardinal de Richelieu se sont donnés rendez-vous. Ils profitent de la lumière du feu d'artifice pour regarder ce qu'est devenue l'oeuvre de leur vie. Ils sont fiers, étonnés, peut-être un peu déçus? scandalisés? Mystère!  Leurs délibérations restent secrètes.

    Et puis la musique s'arrête, l'éclairage public se rallume, la Saint Robert est terminée, les casadéens retournent vaquer à leurs occupations....

  • Vies de Job

    job,vies de job,pierre assoulinePierre Assouline a écrit un livre magnifique. Est ce un roman? Le lecteur jugera. Une biographie de Job, de Hiob, de Yacoub? Le personnage, l'auteur du livre éponyme? Pas vraiment. Non, il faut prendre le titre à la lettre, des Vies de Job. La vôtre, la mienne, la sienne, celle des siens. Des petits bouts de biographies, des petites portraits, des anecdotes. Un vrai plaisir de lecture, une belle érudition et un travail considérable, une rcherche de tous les instants. La compagnie de François Nourissier, de Carlos Fuentes, de Joseph Roth, de Miguel de Unanimo, de Jacques Assouline, et de centaines d'autres... Je vous laisse découvrir, c'est foisonnant. J'ai beaucoup aimé les passages dans le Dom-Tom inconnu à Jérusalem... On va de découvertes en découvertes...

    Une des plus belles est bien sûr le tableau de Georges de la Tour intitulé Job raillé par sa femme (vers 1644).

    Il y a un seul petit manque, un oubli dans l'iconographie, si Pierre Assouline n'omet pas de mentionner le village de Job dans le Puy de Dôme pour regretter qu'il ait renié son étymologie vraisemblable pour une latine improbable, il est passé à côté du Job qui figure dans l'Abbatiale de La Chaise-Dieu sur la tapisserie de La Flagellation.

    job,vies de job,pierre assouline

    Dans ce tryptique du XVème siècle, Job est à droite, à gauche, le supplice d'Achior

    On ne lui en vaudra pas, tant son livre apporte de plaisir. A lire et à relire très certainement.

  • Archéologie musicale

    A défaut d'aller à Aix, nous sommes allés ce dimanche à l'Auditorium Cziffra de La Chaise-Dieu. L'Académie de musique dirigée par Cyril Huvé y donnait  en soirée un concert qui cloturait un atelier de travail pour 18 jeunes musiciens.

    L'idée de Rémy Campos, musicologue, historiographe et historien, qui assurait la direction stylistique de cette semaine, était de restituer la musique de Haydn, de Beethoven et de Mozart telle qu'elle était jouée dans les années trente, les années 1830, après les trois glorieuses, sous Louis-Philippe.

    Plutôt que de disposer comme aujourd'hui, les musiciens en bataillons, les contrebasses, les violoncelles, les violons, les altos, on les disperse  aun sein d'un hémicycle : les basses entourent les violons et les altos afin que chaque musicien entende bien la basse, la basse continue. Et puis, on utilise la technique du port de voix, technique qui consiste à faire entendre toutes les hauteurs intermédiaires entre deux notes, comme dans la musique tzigane, plutôt que de passer directement d'une note à l'autre. L'idée de base était de se rapprocher le plus possible de la voix, modèle absolu pour les musiciens. Et puis à l'époque, chaque musicien cherchait à se distinguer des autres, à jouer sa partie, un peu comme dans les orchestre de jazz. la chaise-dieu,académie de musique,cyril huvé,aude caulé-lefèvre,rémy campos

     Il y a deux cent ans, la façon de jouer Haydn, Beethoven ou Mozart faisait l'objet d'une grande diversité. Il n'y avait bien sûr pas d'enregistrement, seuls les anciens, les méthodes pédagogiques, les archives pouvaient témoigner. Pour fixer les choses, Rémy Campos et les jeunes musiciens placés sous la direction de la soliste Aude Caulé-Lefèvre avaient choisi d'interpréter les transcriptions effectuées par la Société des Concerts du Conservatoire de Paris. Des transcriptions pour quatuor ou septuor mais jouées par un ensemble de cordes, à La Chaise-Dieu 18 musiciens.

    Au programme : extrait du quatuir op.76 de Haydn (l'hymne allemand), Extrait du quatuor op. 18 n°1 de Beethoven, extraits du septuor op.20 de Beethoven, extraits de Don Giovanni, de Mozart.

    Une très belle leçon de musique appréciée par plus d'une centaine d'auditeurs en ce début d'été.

  • Les dix ans du réseau européen des sites casadéens

    161670_100001944714615_4570376_n.jpgIl y a trente ans, Pierre-Roger Gaussin, président fondateur de l'Université de Saint-Etienne publiait un ouvrage intitulé : Le rayonnement de La Chaise-Dieu. Au XIII ème siècle, l'Abbaye de La Chaise-Dieu avec ses 10 filiales et ses 360 maisons comptait 1700 moines.  Elle concurrençait Cluny. Dans son ouvrage, Pierre-Roger Gaussin décrivait les itinéraires casadéens. L'influence de l'Abbaye s'étendait en Auvergne, mais aussi dans les provinces de Bourges, de Vienne, d'Arles, de Narbonne, de Bordeaux, de Sens, de Reims, de Besançon, mais aussi d'Espagne, à Burgos, d'Italie, à Frassinoro et en Helvétie à Granson.

    IMG_6927.jpgIl y a dix ans, était créé le Réseau européen des sites casadéens et cette association présidée par Robert Flauraud, conseiller général et ancien Maire de La Chaise-Dieu, fêtait ce premier week-end de juillet ses dix ans. L'occasion de rebaptiser la nouvelle salle de l'écho, salle Pierre-Roger Gaussin. Conférences, concert d'orgue, expositions artistiques, assemblée générale, échanges d'expériences avec le réseau des sites clunisiens, des représentants du Conseil de l'Europe, des voisins ardéchois...

    A quoi servent ces réseaux? A perpétuer l'esprit des fondateurs, à effectuer des recherches historiques, à échanger des expériences, à promouvoir des territoires aujourd'hui en perte de vitesse économique et démographique en tablant sur le tourisme.

    A obtenir des subventions! L'Europe est généreuse. Pour peu que vous présentiez un projet articulé sur quatre pays européens vous pouvez prétendre à des subventions non négligeables, de quoi financer un chargé de mission, des brochures, de la signalétique, des échanges au sein de votre réseau ou entre réseaux... L'objectif est d'ouvrir les territoires, de favoriser le dialogue des cultures, de préserver les patrimoines, les savoir-faire.

    Tout cela est souvent bureaucratique et le ou la chargé(é) de mission passe souvent la moitié de son temps à  se perdre dans le mille-feuilles administratif : Qu'on y songe, rien que sur le territoire de La Chaise-Dieu, il faut compter avec la commune, la communaué de communes, le Pays de Lafayette, le Parc régional Livradois-Forez, le Conseil général, la Région, l'Etat, le Conseil de l'Europe, l'Union européenne...et j'en oublie sans doute. Alors sur un ensemble géographique comme le réseau des sites casadéens! ... Comment être efficace? Le risque de dispersion est évident.

    Sans doute faut-il s'appuyer sur les associations locales, sur des bénévoles bien motivés et organisés en sous-réseaux géographiques. C'est ce que semble faire le réseau clunisien, beaucoup plus étendu encore que le casadéen. C'est du foisonnement des initiatives locales que s'enrichit un réseau. C'est là le défi qui s'ouvre pour le Réseau européen des sites casadéens.

  • Rando-challenge à La Chaise-Dieu

    topoguide.jpgA l'occasion de la sortie de ce topo-guide, l'association Sport Nature La Chaise-Dieu a organisé ce dimanche de Pentecôte avec la Fédération régionale de la randonnée pédestre un rando-challenge avec deux parcours, un découverte, balisé, et un expert, sans balisage, avec pour seul guide une carte..

    L'objectif n'etait pas d'aller vite, ce que nous avons évidemment fait, mais de se déplacer de borne en  borne, de les localiser sur une carte d'état-major, de répondre à plusieurs QCM, sur le pays de La Chaise-Dieu, le tout à une vitesse prédéterminée sans connaitre pour autant l'exacte distance à parcourir.

    IMG_6771.JPG

    Six mois de préparation, quelques 80 bénévoles et le succès est au rendez-vous. 74 équipes de deux à quatre personnes, soit 250 randonneurs environ ont parcouru sous un beau soleil les sentiers préparés entre La Chaise-Dieu, Bonneval et Malvières. Les participants ont pu découvir les richesses de La Chaise-Dieu, visiter l'Abbatiale,  admirer depuis son chemin de ronde la belle clairière qu'est La Chaise-Dieu au milieu de l'océan des sapins, et acheter des produits du terroir ou des oeuvres des artistes de Casad'art  sur la place du momument.

    Reste maintenant à parcourir tous les sentiers du topo-guide et à trouver le moyen de pérenniser l'évènement à La Chaise-Dieu sous forme ou une autre.

    D'ici là à vos chaussures de marche et en toute hypothèse rendez-vous au prochain rando-challengede la fédération régionale,  le deuxième dimanche de juin 2012.

  • Randonnée nature à Saint Pal de Senouire

    Veille de premier mai, beau temps, profitons du printemps!

     1er mai casadéen 022.jpg

     Les communes du canton de La Chaise-Dieu avec Respirando et l'appui de dizaines de volontaires ont fait renaitre les sentiers du plateau casadéen : nettoyage, balisage et bientôt à la pentecôte édition d'un topo guide.

    1er mai casadéen 020.jpg

    Depuis janvier, l'association Sport Nature La Chaise-Dieu, propose régulièrement des randonnées et le succès dépasse sans doute les espérances des promoteurs. A chaque fois une cinquantaine de marcheurs est au rendez-vous.

    1er mai casadéen 032.jpg

    Hier découverte du sentier "Truites et sapins", 9 ou 12 km pour les plus intrépides,  autour de Saint Pal de Senouire (Saint Pal ou Saint Paul de Murs jusqu'en 1946, du nom de la seigneurie de Murs). On a du mal à imaginer qu'il y eut un pic de 744 habitants à Saint Pal en 1836, il en restait 300 en 1962 et 98 en 2008!

    Que sera la population du plateau de La Chaise-Dieu dans vingt ans?

    Saint Pal est connu depuis le XIIIème siècle comme un prieuré de l'Abbaye de La Chaise-Dieu situé dans la vallée de la Senouire sur la route du Val d'Allier. L'église est du XVème siècle. La commune compte 1835 ha et s'étage de 789 m à 1204 m d'altitude.

    1er mai casadéen 033.jpg

    Accueil convivial à l'arrivée des randonneurs offert par la mairie dans la salle des fêtes de la commune. Merci aux organisateurs et à la prochaine fois.

  • La Chaise Dieu au 13 heures de TF1

    Vendredi saint 2011, TF1 a eu la bonne idée de diffuser après les reportages attendus sur les chemins de croix à Jérusalem et au Sacré Coeur de Paris un petit reportage sur la communauté Saint Jean à La Chaise-Dieu.

    L'occasion de découvrir le quotidien des moines, mais aussi l'abbatiale, les tapisseries, le cloître, la clairière qu'est La Chaise-Dieu

    Une fois n'est pas coutume je poste donc un lien vers une vidéo en soulignant que La Chaise-Dieu c'est aussi un village avec ses habitants, ses commerçants, ses artisans, ses paysans, ses industriels, mais oui! Sans oublier ses hotels ses restaurants, ses gites de séjour, son Festival de musique, son Académie de musique, ...

    http://videos.tf1.fr/jt-13h/monastere-d-auvergne-l-abbaye-de-la-chaise-dieu-6407088.html

  • Gouvernance du Festival de musique de La Chaise-Dieu

    Samedi 9 avril, l'Association gestionnaire du Festival de La Chaise-Dieu se réunit et doit à cette occasion se prononcer sur la proposition de modification de ses statuts, modification préparée par le conseil d'administration présidé par Jacques Barrot.

    On se souvient que la dernière tentative de modification des statuts avait abouti fin 2008 début 2009 à la démission de l'ancien président et de la quasi totalité des administrateurs puis à l'élection d'un nouveau conseil d'administration et de Jacques Barrot.

    Incontestablement, les nouveaux statuts proposés constituent un progrès par rapport à la version actuellement en vigueur. A ce titre, ils méritent d'être approuvés. Les rejeter reviendrait à conserver les anciens complétement obsolètes.

    On peut cependant regretter deux points.

    1 - le conseil d'administration a prévu d'autoriser le vote par procuration, sans limitation du nombre de mandats. Il y a là un  risque de course à la récupération des pouvoirs même si les pouvoirs en blanc ne sont plus autorisés dans les nouveaux statuts proposés. Je vois deux solutions pour remédier à cet inconvénient: soit autoriser explictement le vote par correspondance comme cela se fait dans maintes instances, soit n'autoriser que le vote des membres présents à l'asemblée générale ce qui donnerait une prime bienvenue aux membres qui sont assidus.

    2 - La fonction de directeur général n'est pas assez protégée. Les nouveaux statuts prévoient toujours un président exécutif et renvoient au réglement intérieur la définition des attributions du directeur général. Il me semble que les statuts devraient prévoir que le directeur général est responsable de la programmation artistique du Festival et a autorité sur les salariés de l'association, que son recrutement doit être approuvé par le conseil d'administration (et non le président avec l'accord avec l'accord du bureau) après appel public à concurrence. De même, son éventuel licenciement doit être décidé par le conseil d'adminsitration.

    Pour des raisons de calendrier je ne serai pas en mesure de participer cette année à cette assemblée générale mais j'espère qu'elle aura la sagesse d'amender les statuts proposés par le conseil d'administration dans ce sens.

    C'est à cette fin que je publie cette opinion toute personnelle sur ce blog.