Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Art - Page 4

  • Roger Bissière - Expo à Bordeaux

     

    bissiere-bordeaux-musee-beaux-arts-affiche.jpg

    A l'occasion du cinquantenaire de la mort de Roger Bissières, né en 1886 dans le Lot et Garonne, la Galerie des Beaux Arts de Bordeaux, a eu la bonne idée de monter avec le Musée de Lodève une très belle exposition consacrée à ce peintre injustement méconnu.

    Dès l'âge de 17 ans, il s'oppose à son père alors notaire à Bordeaux et file à Alger puis à Londres, il devient critique d'art, enseignant, rejoint Paris, à l'Académie Ranson et jusqu'en 1939 il s'adonne à la peinture, l'enseignement et l'écriture

    En 1939, il s'installe à Boisseriette dans le Lot dans un ancien presbytère hérité de sa mère, il cesse de peindre et s'adonne à des activités diverses, élevage, automobile...

    En 1945, il reprend la peinture, devient célèbre. Sa femme meurt en 1962 et lui en 1964.

    Bissière aura tout essayé, tous les peintres l'auront inspiré d'Ingres, à Cézanne, de Picasso à Braque...

    Le petit film  Bissière ou le regard du coeur qui montre la vie quotidienne du peintre à Boisseriette dans les dernières années de sa vie nous fait découvrir un homme très attachant, concentré sur sa peinture, toujours en recherche, amoureux de la nature et de sa femme au crépuscule de sa vie.

    L'exposition et visible à Bordeaux jusqu'au 15 février et s'accompagne de concerts et de conférences qui s'annoncent passionnantes.

    Bissire-Home-600x309.jpg

    Jaune et gris -1950

    Instagram : jpdpkr

    @jpdpk 

  • Sacrés caractères

    Tous ceux qui aiment lire ou écrire apprécieront cette série de petits films qui nous conte l'histoire méconnue des polices de caractère.

    http://nvx.franceculture.fr/sacres-caracteres/

    697269-webserie-sacres-caracteres.jpg

     

  • La Chaise-Dieu : une approche pluridisciplinaire

    chaise dieu plan.pngCe dernier dimanche de juin, les universitaires prenaient la parole dans l'Auditorium Cziffra de La Chaise-Dieu pour présenter au public venu très nombreux le fruit de leurs recherche sur l'abbaye et le village. 

    A l'initiative du Conseil général et du Syndicat mixte qui conduit les travaux de restauration de l'ensemble abbatial actuellement en cours, de nombreux chercheurs se sont associés dans un programme collectif de recherche pluriannuel et ils en présentaient les premiers résultats.

    Frédérique Anne Costantini (Université de Bordeaux) a montré la richesse des archives écrites conservées tant aux Archives nationales qu'à Avignon, au Puy ou à Burgos, des archives exceptionnellement riches.

    Richard Goulois, l'architecte du patrimoine en charge du projet de restauration, a précisé le parti pris retenu pour l'affectation des différents espaces : accueil général, festival, espace muséal, exposition des tapisseries... en le justifiant par la clôture qui prévalait à l'origine et la nette séparation entre village et abbaye...

    Daniel Parent, archéologue, a montré ce que l'archéologie pouvait apporter pour améliorer notre connaissance du site à partir de la mise en évidence du mur de clôture qui préexistait à l'édification de la porte du for.

    Damien Martinez (HADES)a fait état du fruit des prospections géo-radar effectuées fin 2013 dans la nef et le collatéral sud. Sans recourir à l'archéologie, simplement par l'analyse de l'écho d'un signal Radar on arrive à mettre en évidence l'emplacement probable d'un des murs de l'ancienne abbaye qui a été détruite au XIV° siècle pour construire l'édifice actuel.

    Paul Bynski, (Université de Cambridge) a étonné l'auditoire en montrant les ressemblances frappantes entre le tombeau  aux anges musiciens et les fenêtres du cloitre avec des tombeaux et des édifices du gothique flamboyant sis en Angleterre et un peu antérieurs à l'abbatiale actuelle, ce qui montre combien les idées circulaient déjà rapidement.

    Bernard Sanail  (Université de Saint Etienne) a rappelé toute l'importance du manuscrit de Dom Victor Tiolier qui décrit l'abbaye de façon très précise au XVII° et XVIII° siècles.

    Daniel-Odon Hurel, Université de Saint Etienne, et coordonnateur du groupe de recherche, a présenté les premiers résultats de ses recherches sur l'inhumation des moines.

    Enfin, Martin de Framond, directeur des archives de la Haute-Loire a enchanté l'assistance en résumant à grands traits les heures et malheurs de la famille Roger de Beaufort, la famille de Clément VI, corruption et népotisme faisaient alors leur ouvrage...

    Un ensemble de communications prometteur de nature à bien préparer la mise en valeur de l'Abbaye une fois les travaux de restauration terminés, a priori en 2015.

    On a revu avec plaisir et émotion le film sur la dépose des tapisseries en mai 2013 puis on est allé faire un petit tour à la Dorette en fête à Bonneval et écouter dans l'église de Malvières le concert donné par Sylva Doulce de La Chaise-Dieu et Comme un accord d'Ambert

    On a donc manqué le concert amical donné à l'abbatiale par Anne Page, Paul Bynski et Julien Caron avec le choeur de La Valette de Saint Chamond.

    Le programme était trop riche à La Chaise Dieu ce dernier dimanche de juin! 

  • Triangles

    IMG-20140226-00152.jpg

    Saint-Nazaire-20140226-00153.jpg

    Sur le toit de la base sous-marine de Saint-Nazaire, une oeuvre de Felice Varini créée pour Estuaire 2007. Cela s'appelle une anamorphose ou un trompe l'oeil, l'oeuvre prend toute sa cohérence en un seul point précis.

  • Conjurer la peur

    peur.jpgVoilà un beau livre, des illustrations magnifiques et un beau texte, savant, de Patrick Boucheron, entièremeent consacré à la salle de la paix du palais communal de Sienne.

    Dans cette salle, Ambroglio Lorenzetti a peint sur trois murs en 1338 une fresque connue aujourd"hui sous le nom de fresque du bon gouvernement.

    Autrefois on l'appelait la fresque de la guerre et de la paix.

    Patrick Boucheron nous tient par la main et nous montre tout ce qu'il y a à voir et qu'on ne voit pas.

    Il est dans la ligne de feu Daniel Arasse, autre spécialiste de la peinture de la Renaissance, qui avait publié l'inoubliable "On n'y voit rien".

    On se promène en Toscane, on découvre la lutte des cités contre les seigneuries, des guelfes contre les gibelins, on se raccroche aux philosophes grecs et romains, on se perd entre les différentes exégèses de cette fresque et c'est un ravissement de tous les instants.

  • Modernités plurielles de 1905 à 1970

    Paris-20131123-00083.jpg

    Paris-20131123-00084.jpg

    Paris-20131123-00085.jpg

    Vous avez reconnu l'endroit? Le Centre Pompidou nous offre jusqu'au 25 janvier 2014 un panorama de l'art moderne de 1905 à 1970. Expressionnisme, cubisme, surréalisme, tout ce que l'on connait, mais aussi des œuvres des cinq continents, des œuvres méconnues, plus de mille œuvres, une promenade dans le XX° siècle, agréable, presque sereine, malgré la dureté de l'histoire, parce que familière.

    http://www.centrepompidou.fr/cpv/ressource.action?param.id=FR_R-e4f9dd1dbc5c741ba45e16e232255afd&param.idSource=FR_E-a5eeb07afd4c35aefcff88d6e735f86

  • La Renaissance et le rêve

    renaissance.jpg

    Belle exposition à Paris au Musée du Lluxmbourg sur le rêve, les songes, les cauchemars exprimées en peinture à la Renaissance avec à l'appui quelques citations :

    Etranger, les songes sont impénétrables, difficiles à expliquer et ils n'accordent pas aux humains tout ce qu'ils leur promettent. Homère.

    La Foule tient à nommer Nuit ce soleil qui résiste à son entendement. Michel-Ange.

    Lorsque le corps est dompté, assoupi et à moitié vif seulement, l'âme voit beaucoup plus clairement. Symphorien Champier.

    J'ai songé tant et plus mais je n'y entends note. Rabelais.

    Nous dormons veillants et dormants veillons . Montaigne.

    http://www.museeduluxembourg.fr/fr/expositions/p_exposition-20/

  • Age de fer

    orgue st julien cistrieres 034.jpg

    Scellée dans le mur d'une ancienne ferme dans l'Est de la Haute-Loire cette statuette sans doute en arkose, dont les spécialistes pensaient qu'elle représentait une déesse mère serait en fait la représentation d'un homme car on y décèle un léger collier de barbe. Elle pourrait dater de l'âge de fer, soit environ 800 ans avant Jésus - Christ. Les expertises se poursuivent... Émouvant!

  • La Reine de Saba à La Chaise-Dieu

    On sait que la suite des douze tapisseries de La Chaise-Dieu illustrant la vie de Jésus en référence à l'ancien testament est partie se refaire une beauté dans les Ateliers Chevalier à Colombes dans les Hauts de Seine http://www.chevalier-conservation.com/fr/accueil/accueil.php

    De belles photos de cette suite sont en libre accès dans le grand escalier monumental de la fin du XVIIe siècle qui mène à l'ancienne bibilothèque des moines. Dans ce lieu de savoir ou est exposé le trésor de l'Abbaye on peut visionner un film d'une vingtaine de minutes qui décrit la dépose au printemps dernier des tapisseries, leur emballage, leur transport, puis la première étape de la restauration, l'enlèvement des doublures qui permet de faire état d'un premier diagnostic de l'état des tapisseries et surtout de révéler ce qui étaient sans doute les couleurs originelles. C'est saissisant et l'ensemble du film est finalement émouvant. Le retour des oeuvres est parfois annoncé pour 2016, dans l'ancienne chapelle du collège restaurée (au dessus de l'Historial). On verra.

     

    P1000682.JPG

     

    P1000683.JPG

     

     

    En attendant La Chaise Dieu renoue, avec un peu trop de discrétion, avec la pratique des expositions temporaires prestigieuses dont les plus anciens se souviennent et qui justifient l'existence à La Chaise-Dieu d'une rue Picasso...

     

    Cette année donc une exposition de tapisseries de la Cité internationale de la tapisserie d'Aubusson http://www.cite-tapisserie.fr/.

     

    Sous l'intitulé Laines et Pierres on peut admirer dans les salles Richelieu (Abbé de La Chaise-Dieu) et ...Picasso des tapisseries des XVIIe et XVIIIe siècles dont une très belle rencontre entre Salomon et la Reine de Saba  mais aussi des tapisseries plus contemporaines de Le Corbusier ou Jean Lurçat dont celle belle vue lumineuse de Chicago.

    Jusqu'au 29 septembre 2013

  • L'enlèvement des tapisseries de La Chaise-Dieu

     "A partir des 22 et 23 mai 2013, les tapisseries du chœur de l’abbatiale et celles exposées dans le Trésor, seront enlevées afin d’être nettoyées et restaurées ; ..."

    jpg_14__Couronnement_d_epines.jpg

     

    C'est ce que nous indique le site de l'abbatiale : http://www.abbaye-chaise-dieu.com/-Les-tapisseries-de-choeur-.html

    Quand et où reviendront-elles? Mystère! Elles seraient très détériorées par le fait d'être suspendues ce qui étirerait les fils et par l'humidité qui condensée accroit leur poids, certaines présenteraient des trous.

    Les réinstaller au même endroit de la même façon une fois restaurées risque de provoquer un nouveu cycle de détérioration... Les mettre dans un musée, spécialement conçu pour assurer leur conservation, parait le plus raisonnable pour préserver ce chef d'oeuvre. Oui mais, dit l'Eglise, ce sont des objets affectés au culte. En effet, ces tapisseries auraient été concues pour le choeur de l'abbatiale à la demande de l'Abbé Jacques de Saint Nectaire au début du XVIéme siècle dans un atelier flamand. Et c'est donc là, dans le choeur de l'abbatiale, depuis les stalles, qu'elles sont le mieux comprises.

    En Flandres, justement, à Gand, Le Monde, daté du 11 mai, nous apprend très à propos qu'on se pose les mêmes questions au sujet du polyptyque des frères Jan et Hubert Van Eyck L'adoration de l'agneau mystique. Faut il l'exposer dans la Cathédrale Saint Bavon ou au Musée des beaux-arts?

    agneaumystiqueouv.jpg

    La-bas en tout cas les gantois ne sont pas privés de leur emblême, la restauration se fait par roulement.

    http://abonnes.lemonde.fr/idees/article/2013/05/10/quelle-bergerie-pour-l-agneau-de-gand_3175074_3232.html?xtmc=agneau_de_gand&xtcr=1