Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Auvergne - Page 3

  • La Chaise-Dieu en 1896

    En 1896, Jean Ajalbert publiait L'Auvergne, un ouvrage illustré, hymne à son pays natal, qui sera couronné par l'Académie française en 1906. Voici ce qu'il ecrivait à propos de La Chaise-Dieu.

    "Même aux temps de splendeur, les pentes vêtues de pins, et La Chaise-Dieu richement entretenue avec l'activité du village, sous le rude climat, à ces hauteurs, dans cet éloignement, cela devait être d'une morne tristesse ; à présent, par l'etendue rasée, le village dépéri, l'église nue et verdie, celà est d'une indicible désolation, plus poignante peut-être maintenant que c'est la vie qui s'est retirée d'ici, après y avoir été intense... 

    Lire la suite

  • Canton du Plateau du Haut Velay granitique


    Le canton du Plateau du Haut Velay granitique a donc desormais ses conseillers départementaux : Marie-Agnès Petit et Bernard Brignon soutenus par la majorité departementale sortante ont été elus au premier tour. Félicitations.

    26 communes, un peu plus de 10000 habitants, de Laval sur Doulon à Roche en Regnier et de Varennes St Honorat à Saint Pal en Chalencon, deux communautes de communes et une partie d'une troisieme.

    Un nom de canton bien compliqué fruit de longues negociations sans doute, on aurait pu choisir plus simplement Haut Velay ou Velay granitique mais Plateu du Haut Velay Granitique? Il fallait l'inventer!

    Nos nouveaux elus ont aussi fait progresser la langue francaise puisque dans leur profession de foi ils evoquent "un binôme de sexe different" : on devine ce quils veulent dire dans ce raccourci mais l'expression est nouvelle peut-être promise à un bel avenir.

    Un regret : aucun des candidats en presence n'a cru bon dans cette election aux enjeux locaux d'evoquer le site de La Chaise-Dieu alors même que le conseil departemental est un acteur majeur du syndicat mixte qui pilote les travaux de l'abbaye et qui demain aura son mot a dire sur la gestion de l'ensemble.

    Pas un mot non plus sur les regroupements envisages entre communautes de communes. Le nouveau canton est il un espace approprié? Mystère!

    Allez on leur souhaite d'être à la hauteur, d'effectuer un bon mandat et de trouver des synergies entre Allegre, Craponne et La Chaise-Dieu.

    mobile_picture

  • Otoño Porteño Quartet

    L'auditorium Cziffra de La Chaise-Dieu a failli refuser du monde samedi soir pour la venue de ce quartet de tango argentin.

    Bandonéon, guitare, contrebasse et violon, et exceptionnellement, au piano, Raphaël Brunon, directeur des Ateliers des Arts du Puy, dont la presence a manifestement convaincu pas mal de ponots de monter à La Chaise-Dieu.

    Des origines du genre aux creations contemporaines du groupe, le quintette d'un soir a regalé un public enthousiaste ravi de cette soiree de nature a nous faire oublier l'espace d'un instant Sanaa, Tunis. Alep...

    www.otono-porteno.com

  • Points de suspension

    mobile_picture

    Points de suspension est une nouvelle association casadeenne initiee par Agnes, Annick et Isabelle.

    Ce week-end il y avait une operation dite Montagne de Fringues au village de La Tour depot de vetements, de machines a coudre, d'ustensiles divers et vente d'habits en bon etat ou de creatĺons fabriquees avec des elements recycles : tissus, laine, boutons, fermeture eclair...

    La collecte se fait en partenariat avec I'IME qui dispose de camionettes et de capacites de stockage.

    L'idee est a terme de creer un atelier d'insertion pour personnes eloignees de l'emploi sur le modele de pas mal de ressourceries ou recycleries qui ont fait leurs preuves par ailleurs.

    mobile_picture

    Une belle inititiative à encourager

  • Une illustration de la filière bois sur le plateau casadéen

    FR3 Auvergne  a consacré récemment un de ses reportages à la société familiale Filaire sise à Sembadel sur le plateau casadéen, un bel exemple de réussite d'une entreprise industrielle qui fête cette année ses 80 ans.

    Un reportage à regarder ici et le site Internet de filaire .

    scierie.jpg

  • Hommage à Jacques Barrot

    jacques barrotLe Père Jean-Théophane, curé de La Chaise-Dieu, et les Frères de la communauté Saint-Jean, Robert Flauraud, conseiller général, Philippe Meyzonet, président de la Communauté de communes du plateau de La Chaise-Dieu, André Brivadis, maire de La Chaise-Dieu, Jean-Michel Pastor, vice-président du Festival, Julien Caron, directeur général rendront hommage à Jacques Barrot, président du festival (2009-2014), dimanche 14 décembre à 15h30 à La Chaise-Dieu. Un office chanté des défunts sera célébré en l'abbatiale Saint-Robert, puis un hommage civil lui sera rendu en mairie. La paroisse Saint-Robert de La Chaise-Dieu, les élus casadéens et le Festival souhaitent ainsi témoigner de leur reconnaissance envers Jacques Barrot pour son engagement inlassable au service du développement et du rayonnement de La Chaise-Dieu à travers son abbaye et son festival.

    Petit souvenir personnel : en 1985, Jacques Barrot était venu devant la promotion Fernand Braudel de l'ENA convaincre les élèves de faire leur stage de neuf mois dans les services des départements: il vantait déjà La Chaise-Dieu et son festival de musique.

  • Augustin ou le maitre est là

    couv9945g_260.jpg

    Ce gros livre de 830 pages de Joseph Malègue paru en 1933 est tout simplement un chef d'oeuvre.

    Il ne faut pas s'arrêter à la couverture qui reproduit l'Incrédulité de Thomas du Caravage et croire qu'il s'agit simplement d'un ouvrage sur la foi.

    Joseph Malègue (1876-1940) a tout simplement écrit un magnifique roman d'amour.

    Le roman narre l'itinéraire d'Augustin, natif du Cantal, des années de toute première jeunesse, la décennie 1870 à 1924 date de son décès prématuré.

    Augustin est un garçon timide, très intelligent, qui réussit ce qu'il entreprend, ses études de philosophie, l'Ecole normale supérieure, maitre de conférence à Lyon puis à La Sorbonne, spécialisé dans l'exégèse.

    Il fait l'admiration de son père, agrégé, professeur dans une petite ville du Cantal, un peu emprunté toutefois, il y a des pages magnifiques sur l'amour filial.

    L'amour de Dieu, Augustin est élevé dans un milieu très pieux, si son père fume de temps en temps lors de la prière du soir, la mère d'Augustin ne badine pas avec les chapelets, les rosaires, les pèlerinages, la messe du matin.

    Cette foi en Dieu, Augustin va la perdre, il est trop intelligent, sensible au positivisme, aux arguments de Renan, il devient au mieux agnostique, c'est l'occasion de véritables crises existentielles.

    L'amitié aussi avec son condisciple de Normale, Largillier, grand scientifique, donc rationnel, mais qui deviendra jésuite et confessera Augustin sur son lit de mort.

    L'amour d'enfance pour Elisabeth de Préfailles, richissime bourgeoise, inaccessible, amour transféré à l'âge adulte sur Anne, sa nièce, amour partagé, jamais avoué mais qui illumine toute son existence, le fait rêver et le tourmente à jamais.

    Amour pour sa soeur Christine, abandonnée par un mari volage après la guerre de 14, et dont le bébé est rapidement condamné par la maladie, une soeur qui accompagne tous ses proches, père, mère, bébé, frère jusqu'à leur dernier souffle et qui se retrouve prodigieusement seule.

    Amour de la nature, des paysages et des paysans. Joseph Malègue a un vrai talent de géographe pour décrire l'Auvergne, le Mont blanc, les vallées de l'Allier, le monde rural, les éleveurs. Il emploie des mots rares, des métaphores étonnantes, beaucoup de couleurs. Amour du Quartier latin, du Luxembourg, de la rue d'Assas, des petites chambres d'étudiant.

    Amour de la vie finalement mais pas suffisant pour quelqu'un qui renonce à la vie parce qu'il renonce à l'amour de sa vie. Le maitre est là , il t'appelle.

     

  • Echappée

     

    Echappee.jpg

    Comme tous les livres édités par Cheyne au Chambon sur Lignon en Haute-Loire, ce livre est d'abord un bel objet.

    Jacquette rouge, couverture bleue, comme le texte. Les six chapitres sont séparés par des reproductions de cartes du Royaume de France de Nolin éditées en 1692. Sur l'une d'entre elle est mentionnée La Chaise-Dieu aux cotés de S.Badel, d'Alegre, Arléac et Crapone.

    Echappée ou six escapades à vélo. On ne trouvera pas ici d'itinéraires mais un ressenti. Celui du plaisir de s'échapper de son quotidien, de la ville pour se retrouver , seul, dans le silence, entre Ardèche et Haute-Loire, sur des petites routes de montagne, des villages oubliés.

    C'est beaucoup de poésie : Ce sont à l'infini des lignes droites entre les méplats déserts des labours impeccables, des sillons galbés d'argile, pétris et recuits à la grande morsure du gel et, jaillies des fossés gorgés d'eau, les lances rougissantes des osiers qui plient et balancent sous la très légère mésange toujours prête à fuir dans le vaste champ libre de la lumière hivernale.

    C'est aussi un regard aiguisé, tendre et caustique sur les hommes et les femmes que l'auteur côtoient sans les rencontrer vraiment dans ces contrées. Le chapitre intitulé Serveuses est magistral tout comme les passages sur les femmes qui attendent leur tour chez le boucher ou qui s'escriment à nettoyer les tombes de leurs maris au cimetière, leurs maris partis avant elles, entre hommes, comme ils n'avaient jamais cessé vivre, de l'école au service militaire puis aux cafés, ne se quittant que le moins possible puis tardant , après la partie de cartes animée, à les rejoindre, pour manger la soupe en silence.

    Agnès Dargent est décédée en 2013 à presque 60 ans dans un accident de bicyclette, elle était professeur de lettres au lycée Saint Marc de Lyon. La France a encore de très bons professeurs de français.

  • Les bénévoles font le festival de La Chaise-Dieu

    Au festival de La Chaise-Dieu, http://www.chaise-dieu.com/, les bénévoles sont omniprésents : ils montent le podium, installent les fauteuils, accueillent le public, les artistes, la presse, pilotent les régies scène et éclairages, vendent les programmes, les disques, les rafraichissements à l'entracte. Sans eux le festival n'existerait tout simplement pas.

    IMG_0273.jpg

    Si ces bénévoles donnent autant de leur temps, c'est bien sûr par amour de la musique, beaucoup d'entre eux sont musiciens eux-mêmes.

    photo.jpg

    Et cette année, le festival innove, et de ci de là, chez les commerçants de La Chaise-Dieu on peut de temps à autre, écouter une sérénade, impromptue, le début d'un off?

    Bonne fin de festival!

  • Le Messie de Haendel

    king.jpg

    Le Messie de Haendel était donné hier soir en l'abbatiale de La Chaise-Dieu par le King's Consort en ouverture du 48° Festival de musique.

    Après un été qu'il faut bien qualifier de quelque peu maussade, le miracle s'est reproduit encore cette année, l'abbatiale était pleine pour cette ouverture, le public du festival étant particulièrement fidèle.

    La musique sacrée, même si ce n'est pas la vocation première du Festival, convient particulièrement bien au cadre de l'abbatiale, dont les couleurs se sont éclaircies à la suite des travaux de réhabilitation en cours.

    L'oratorio de Haendel est une œuvre très agréable qui alterne les moments de recueillement, de méditation, poignants, d’allégresse, au fil des interventions de l'orchestre, du chœur et des quatre solistes basse, ténor, alto et soprano, sans rôle spécifique.

    Le chef Robert King, fondateur de l'ensemble en 1980 à l'âge de 20 ans conduit avec une petite baguette et beaucoup d'alerte et de précision, on le sent plein d'humour, bref très britannique.

    Le surtitrage en français contribue à une réelle compréhension du sens de l’œuvre avec successivement l'arrivée du Messie, la vision des bergers, la vie du Christ, la passion, la résurrection, un Hallelujah d'allégresse, une action de grâce et un Amen.

    On frémit parfois lorsqu'on lit ce passage : préparez la route du seigneur, tracez droit dans le désert une grande route pour notre Dieu. (Isaïe 40,1-3) au moment des conquêtes de l’État Islamique en Irak et en Syrie. Mais dans l'ensemble, c'est bien le destin du Christ qui domine l’œuvre.