Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Science - Page 5

  • Printemps

    Il est déjà là, ce lundi 20 janvier, à Paris, au Jardin du Luxembourg, dans l'allée qui longe la rue Guynemer.

    Paris-20140120-00148.jpg

  • PISA

    Paris-20131204-00136.jpg

    Au vu des résultats de l'enquête PISA de l'OCDE sur les compétences des élèves de quinze ans en mathématiques, il semble que la France s'éloigne à grands pas de la devise inscrite au fronton de l'ancienne Ecole polytechnique sur la Montagne Saint Geneviève, à Paris aujourd'hui siège du Ministère de L’Enseignement supérieur et de la Recherche...

  • Yersin

    yersin.jpgQui connait aujourd'hui Alexandre Yersin (1863 - 1943). Il est pourtant d'une brulante actualité. Dans son repaire de Nha Trang, en Indochine, vers la fin de sa vie, il avait l'idée de prévoir les orages et les typhons car là-bas les pêcheurs disparaissent dans des tornades soudaines.

    "Je fais monter des cerfs volants pour pratiquer des sondages météorologiques". Avec des câbles d'acier, des treuils et des cabestans.

    Alexandre Yersin n'est pas parvenu à ses fins, cette fois, et les typhons continuent aujourd'hui de dévaster le sud est asiatique, Vietnam et Philippines.

    Une idée toutes les cinq minutes et le souci d'expérimenter, toujours!

    Alexandre Yersin a vaincu la peste et le choléra, il a été explorateur, marin, producteur de caoutchouc,  roi du quinquina, s'il avait déposé un brevet il serait considéré comme l'inventeur du coca cola. Un des premiers à posséder une automobile en Asie, aviateur...l Il était en contact avec Michelin, Lumière, Doumer...

    Bref  un des membres de la bande des pastoriens  comme Roux, Calmette,  Céline, qui nettoya le monde de ses microbes, prête à se précipiter sur la première épidémie, en concurrence avec l'allemand Koch, l'homme du bacille. C'est une vie dangereuse, lèpre, diphtérie, tétanos, paludisme, typhus, peste, choléra, rage. On peut y laisser la peau.

    Patrick Deville nous enchante réellement avec ce livre, ce personnage aujourd’hui oublié qui  "comme nous tous a cherché à faire de sa vie une belle et harmonieuse composition. Sauf que lui, il y est parvenu."

  • Big Bang

    PlanckFond_1280.jpg

    C'est l'image de la première lumière de l'univers 380000 ans après sa création il y a environ 14 milliards d'années. Le premier cri de l'univers en quelque sorte. Les différences de couleurs correspondent à des différences de densité de l'univers, des différences infimes mais des différences tout de même.

    Une autre approche dyu rayonnement fossile de l'univers consiste à regarder sa télé avant d'avoir installé les chaines, les petits points blancs qui s'agitent sur l'écran sont tout simplement les photons qui proviennent de ce rayonnement identifié pour la première fois dans les années 1940...

    Cette image a été réalisée à partir de mesures réalisées par le satellite Planck lancé par l'Agence européenne de l'espace en 2009. Elle est 1000 fois plus précise que les images obtenues en 2003 avec la satellite américain Wmap. Planck est une prouesse technologique. Les appareils de mesures tiennent peu de place mais ils doivent fonctionner à -273°C environ alors que les panneaux solaires qui les alimentent sont à une température de 100 °C. Entre les panneaux et les appareils de mesures plusieurs réfrigérateurs donc. De plus les instruments de mesure sont très fins, comme des fils, et ils doivent résister à l'épreuve du lancement du satellite et à toutes les vibrations qu'il suscite!

    planck-f1.jpg

    Cette saga de l'univers était contée hier soir au Café du Pont neuf ou se tient chaque premier mercredi du mois le Bar des sciences http://bardessciences.net/. Marie-Odile de Monchicourt avait invité Kennet Ganga directeur de recherche au CNRS, cosmologue, et Laurent Vibert de l'institut d'astrophysique de Paris, qui participent tous deux à cette recherche. L'occasion d'entendre des débats riches entre cosmologues. Leur objectif reste de comprendre de qui s'est passé dans les 380 000 premières années, comment était l'univers après le début. Quest ce que la matière noire, qui occupe tout de même 75 % de l'univers et représente 956 % de son énergie et dont on ne sait rien! Décidément nous restons tout petits.

  • Deux économistes face au changement climatique

    stern.jpgIl faut lire ce petit livre, une centaine de pages, sous forme de dialogue, consacrées au changement climatique. Il est limpide. Trois chapitres : 1 - le problème climatique et ses enjeux pour la planète, ses habitants, le modèle de croissance, 2 - les politiques climatiques nationales et régionales, 3 - les négociations internationales.

    Les deux auteurs, Roger Guesnerie, professeur au Collège de France (à gauche sur la couverture) et Nicholas Stern, Professeur à la London School of Economics (à droite) ne sont pas toujours tout à fait d'accord ce qui accroit encore la lisibilité des arguments échangés.

    Ce qui est certain c'est que depuis 8000 ans jamais Homo Sapiens n'a connu une variation de température de l'atmosphère de plus de 1,5 degré et que si nous ne faisons rien, la température du globe pourrait avoir augmenté de 5 degrés d'ici 2100.

    Les instruments existent pour limiter nos émissions de gaz à effet de serre, réglementation, permis d'émission, taxes coopération internationale. Leurs mérites respectifs sont bien exposés. Leur mise en oeuvre encore trop timorée est de nature à faire émerger un nouveau modèle de croissance, sobre en énergie seul de nature à préserver le bien être de l'espèce.

    Allons-y!

  • L'albébo, il a bon dos...

    Une fois par mois au Café du Pont neuf à Paris se tient le Bar des sciences http://www.bardessciences.net/. Une rencontre autour d'une boisson ou d'un plat sur le principe des cafés philosophiques d'amoureux de la chose scientifique. Dans le même genre et au même endroit se tiennent des cafés statistiques.

    Hier soir le changement climatique était à l'ordre du jour avec comme invités Hervé Le Treut, climatologue, et Denis Couvet, écologue.

    climatique.jpg

    Juste quelques exemples de ce que j'y ai appris :

    Avec le réchauffement climatique, les espèces animales se déplacent vers le nord. Les écologues ont calculé que les papillons nichent tous les ans 5 km plus au nord alors que les mésanges bleues qui sont les prédateurs des papillons ne se déplacent que de 2 km par an. Résultat, il y a de plus en plus de papillons dans les forêts candiennes, qui les détruisent ce qui contribue au renforcement de réchauffement climatique.

    La crise que connnait l'Egypte est politique bien sûr mais elle est d'abord écologique, il n'y a plus d'eau dans le delta du Nil, la salinisation du delta augmente, les nappes phréatiques diminuent, toute l'eau du Nil est consommée avant d'arriver à la mer, les rendements agricoles décroissent et la démographie reste dynamique, l'Egypte est un modèle de ce qui attend toute la Méditerranée.

    La biodiversité en Amérique est beaucpup plus importante qu'en Europe parce que les montagnes sont disposées verticalement et ne constituent donc pas de freins aux migrations liées au réchauffement alors qu'en Europe les chaines de montagnes sont horizontales.

    Avec le réchauffement, les grandes espèces sont davantage menacées que les petites, voire l'exemple des dinosaures dont l'extinction a favorisé le dynamisme des mammifères plus petits dont l'homme, aujourd'hui l'homme fait partie des grandes espèces... suivez mon regard...

    Un des participants a cherché à mettre sur le compte des variations de l'albédo le réchauffement cilmatique, l'albédo est le pouvoir réfléchissant d'une surface : la banquise et la forêt brésilienne ont donc un albédo différent...

    Xavier, le pianiste qui ponctue les interventions des participants, en a fait une chanson :

    L'Albédo, il a bon dos! c'est juste la vapeur d'eau et puis le gaz des autos qui fait qu'il fait chaud...

    (la vapeur d'eau (H2O) est le principal gaz à effet de serre devant le dioxyde de carbone (CO2) et le méthane (CH4)...

  • La déesse des petites victoires

    ptitesvictoires2.jpg

    Cette déesse c'est Adèle, la femme de Kurt Gödel, un mathématicien de haut niveau, autrichien de naissance puis naturalisé américain après son exil aux Etats-Unis, à Princeton.

    Adèle, a rencontré son génie de mari à Vienne, à la fin des années folles, elle était barmaid, il était jeune et beau, ils habitaient la même rue... Adèle n'est pas une intellectuelle, encore moins une mathématicienne, elle aime c'est tout. et elle va aimer son Kurtele toute sa vie, à la fois maitresse, puis épouse, mère, infirmière, auxiliraire de vie... Car si Kurt Gödel va de son domicile à son bureau à pied en compagnie d'Albert Einstein, c'est aussi un être torturé, anxieux, maniaque, sujet à des crises d'angoisse, taiseux, aller marcher avec sa femme c'est se taire, réfléchir, quelqu'un à ses côtés...

    Yannick Gadrec qui a elle même fait des études scientifiques nous conte la vie d'Adèle au gré d'une suite de conversations entre   Anna Roth, une jeune documentaliste de l'université de Princeton, et Adèle sur son lit d'hopital. L'objectif pour la jeune documentaliste est de récupérer les papiers laissés par Kurt Gödel que détient sa veuve qui n'entend pas les lacher.

    On suit donc en alternance la vie de la jeune Anna Roth, une américaine d'aujourd'hui dont le personnage est peut être inspiré par la biographie de l'auteure et celle d'Adèle Gödel jusqu'à sa disparition. Tout cela est du roman bien sûr même si les principaux épisodes connus de la vie d'Adèle et de Kurt sont respectés.

    Donc si vous avez toujours rêvé de partager un repas avec Einstein ou Oppenheimer, le père de la bombe atomique, ne manquez pas ce livre qui nous fait revivre une bonne partie du XXéme siècle et ses débats philosophques car comme tout mathématicien, Gödel était aussi philosophe!

  • La symphonie des nombres premiers

    du_Sautoy_la_symphonie_des_nombres_premiers.jpgLes nombres premiers sont les atomes de l'arithmétique. Ce sont des nombres indivisibles, qu'il est impossible de décomposer sous la forme d'une multiplication de deux nombres plus petits.

    On les apprend à l'école et on les connait par coeur : 2, 3, 5, 7, 11, 13, 17,..., 59, 61, 67, 71...

    Dès l'antiquité, Euclide a démontré que les nombres premiers se poursuivaient sans fin, cela n'allait pas de soit :on pourrait penser qu'en allant vers l'infini cette propriété d'indivisibilité par des nombres plus petits allait se raréfier et disparaitre.

    Gauss, à Göttingen, a trouvé le moyen de calculer combien il y a de nombres premiers avant N, par exemple avant 100 000, avec une très faible marge d'ereur, d'autres mathématiciens ont essayé de trouver une équation qui pemettent de calculer les nombres premiers...sans succès jusqu'ici. Les nombres premiers semblent être tirés au hasard...par qui?

    Autres questions : Tout nombre pair est la somme de deux nombres premiers: Est ce vrai? Il existe une infinité de nombres premiers avec une diffrence de deux : 11 et 13 mais aussi 17 et 19, 59 et 61 : comment le prouver?

    A quoi tout cela sert il? Par exemple de savoir que deux élevé à la puissance 67 moins un est égal à 193 707 721 X 761 838 257 287, tous deux des nombres premiers? Et bien à sécuriser nos transactions financières par carte de paiement ou, plus tôt, à déjouer pendant la seconde guerre mondiale les codes de la machine de guelle allemande...

    Tout cela nous est expliqué par Marcus du Sautoy dans ce lire pas toujours facile, on ne comprend pas toujours tout, qui nous mène aux côtés de mathématiciens passionnés, qui tous ont cherché à mettre de l'ordre dans les nombres premiers : Euclide et Gauss mais aussi Riemann, Hardy, Ramanujan, Littlewood, Hilbert, Turing, Connes, Cauchy, Robinson, j'en oublie! Toute une galerie de portraits d'hommes et, rarement, de femmes attachants et déterminé à trouver LA solution, à percer le mystère des nombre premiers.

  • La symétrie ou les maths au clair de lune

    marcus du sautoy,fibonacci,conway,icosaèdreOn ne s'ennuie pas un instant en dévorant les 500 pages de ce livre de mathématiques très savant exclusivement centré sur la symétrie. on commence par manipuler des carrés et des triangles puis des cubes, des icosaèdres et leurs vingts facses triangulaires pour finir par essayer de concevoir un objet , un genre de flocon de neige à 196 833 dimensions.
    Marcus du Sautoy enchaîne anecdotes personnelles, portraits de mathématiciens et démonstrations. Il arrive qu'on se perde bien sûr mais on se fait une petite idée de ce que peut être la beauté des mathématiques, la solitude du chercheur, la joie irrésistible qu'il éprouve lorsqu'il trouve, l'angoisse qui le saisit quand il pense qu'une erreur s'est glissé dans le raisonnement, ou qu'il va être doublé par un confrère.
    Et puis on découvre que l'Alhambra à Grenade présente les 17 sortes de symétries qui existent en deux dimensions (il n'en existe pas 18), que l'être humain est totalement symétrique vu de l'extérieur mais asymétrique vu de l'intérieur, pourquoi,? la plupart des êtres vivants sont aussi symétriques, que le diamant mais aussi les virus tiennent leur force de leur symétrie, que les abeilles conctruisent leurs alvéoles à partir d'hexagones parce que c'est la structure qui consomme le moins de cire.

    On côtoie un mathématicien contemporain John Horton Conway, capable de réciter des milliers de décimales du nombe pi.

    Pour finir, essayer de compléter la suite ci après : 1,1,2,3,5,8,13,21..., il s'agit de la suite de Fibonacci, si vous avez essayé c'est que le livre de Marcus du Sautoy est pour vous!

    Pourquoi "au clair de lune", parce qu'il existerait un soleil mathématique dont on aperçoit la réverbération sur la lune mais qu'on ne voit jamais, un soleil qui serait la source de tous les liens entre les nombres, liens que l'on découvre encore et qui justifient le travail des mathématiciens, qui sont, on le voit par là , aussi un peu poétes...

  • Le cerveau de mon père

    cerveau_.jpgAvant de s'attaquer à Freedom, l'évènement littéraire de la saison qui fait tout de même environ 700 pages, j'ai jugé raisonnable de commencer par ce peitit recueil, 87 pages, de trois petits textes, tous autobiographiques.

    Le premier raconte la suite des états par lesquels est passé Jonathan Franzen à la suite de la découverte progressive de la maladie d'Alzeihmer dont est atteint son père. De la révolte à l'apathie, de l'apathie à l'empathie. L'éciture est élégante, beaucoup d'émotion.

    La seconde nouvelle raconte une journée media vécuepar l'auteur à l'occasion de la sortie de son ouvrage intitulé "les corrections". Retour pour une émission télévisée d'Oprah Winfrey dans Saint Louis la ville de l'enfance, le quartier, la maison familiale, le chêne planté pour recueillir les cendres des parents décédés, les amis survivants, la mise à nu par la télévision, le droit à la vie privée.

    Le troisième texte est sans intérêt particulier.

    Donc plutôt lire le livre à l'envers pour finir par le meilleur. Reste à savoi de quel texte se rapproche freedom?