Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Aquitaine - Page 2

  • Le négoce bordelais des denrées tropicales

    Une série d'articles publiés en 1996 par la revue Les Cahiers de la Mémoire de Bordeaux. La Mémoire de bordeaux a été créée en 1987 à l'initiative de Jacques Chaban Delmas pour sauvegarder la mémoire récente de Bordeaux, depuis la guerre.

    Tous les articles sont rédigés par des professionnels du commerce des denrées tropicales : Jean Touton, Gérard Delalande, Philippe Doutreloux, Alain Huetz de Lemps et Jean Roger Domecq.

    On revit un des âges d'or de Bordeaux quand le port était le premier ou un des tous premiers pour le commerce du Café, du poivre, de la vanille, du sucre, du rhum, des fruits et primeurs. On revoit les Entrepôts Lainé, le centre d'art contemporain d'aujourd'hui, alors relié à la voie ferrée emplis de produits tropicaux, le cours du Médoc et ses barriques de rhum, le Hangar 15 ou débarquaient les fruits tropicaux, le tout nouveau hangar climatisé de Bassens, le débuts du port du Verdon et des conteneurs...

    Autrefois tout ce commerce avait ses maisons rue de la Rousselle et rue Saint Colombe, la mémoire disparait rapidement. C'est le mérite de cette revue.

    D'Afrique, il est question, des Antilles aussi mais pas des africains, du commerce triangulaire pas un mot, il est simplement fait état de relations économiques étroites qui ont connu de profondes mutations.

    Les historiens, les universitaires doivent s'y mettre aussi, le regard des seuls professionnels ne suffit pas.

  • Bordeaux fête le fleuve - # BBF 2015

    Pour la deuxième année , Bordeaux Fête le Fleuve accueille le départ de la Solitaire du Figaro. Des milliers de personnes sur le quais vendredi dernier pour regarder l'arrivée de la flottille des héros de la course dans le sillage du Belem. Et des milliers de personnes sur les quais les jours suivants pour admirer Bordeaux tout simplement, le port de lune, les skippers, les dériveurs, visiter le Belem, le Tenace, un remorqueur de la marine nationale, les richesses du bois des Landes et ses applications, la grande roue bavaroise installée place des Quinconces, l'industrie nautique bordelaise, les concerts le soir..., le feu d'artifice de clôture, les runs tous les jours sur la Garonne, la traversée de la Garonne à la nage et le vrai départ de la course en solitaire dimanche.

    Venez il reste de la place pour vous!

     photo1.JPGphoto2.JPG

  • Coup fatal

    Coup fatal, un spectacle proposé par le Théatre de la ville de Bruxelles et de la Compagnie de Danse la C de la B de Gand était à Bordeaux ces trois jours. Un spectacle musical, théâtral, lyrique, de musique baroque, de jazz, de rock, de rumba congolaise par une équipe de musiciens de Kinshasa qui se donnent sans compter pour cette rencontre entre l'Afrique et l'Europe. Un spectacle qui déborde d'énergie et enthousiasme le public.

    Un contre ténor, Serge Kaludji, à découvrir, un guitariste Rodriguez Vangama exceptionnel, et des musiciens formidables capable de jouer, de chanter, de danser sans compter. Une performance artistique et athlétique exceptionnelle. une totale réjouissance pendant près de deux heures.

    La liste des représentations passée et à venir est ici. A ne pas manquer.

     

  • Via Turonensis : Saint Palais - Saint Jean Pied de Port

    Petit évènement que cette chronique qui est la mille et unième de ce blog!

    Lire la suite

  • Françoise Huguier à l'Espace Saint Remi de Bordeaux

     

    mobile_picture

    Bordeaux, Lundi de Pâques, pire qu'un dimanche, heureusement il fait beau et l'espace Saint Remi estouvert, seul, avec les grilles du Jardin public, des 14 lieux de la 25eme edition de l'operation Itineraires des photographes voyageurs.

    Et c'est la revelation d'une grande photographe, Francoise Huguier, née en 1942, au Cambodge, prisonniere du viet minh à 8 ans. Des photos de Siberie, de l'Afrique, sur les traces de Michel Leiris, d'Asie du Sud-Est...

    L'Espace Saint-Remi s'est à l'occasion doté d'une scénographie renouvelee qui met les oeuvres à l'honneur. Jusqu'au 30 avril .

    Françoise Huguier a publié une autobiographie sous le titre Au doigt et à l'oeil.

  • Les classes moyennes en Afrique

    affiche_classes_moyennes_choix2.jpgLe Musée d'Aquitaine présente jusqu'au 22 février une très belle exposition qui conjugue intelligemment sociologie et photographie consacrée aux classes moyennes en Afrique.

    L'exposition s'ouvre avec la présentation de très beaux pagnes (du latin pannus : étoffe, pièce...) conçus par la galeriste sénégalaise Aminata Thione qui tient boutique à Bordeaux.

    Parler de classe moyenne en Afrique, à l'exception des quelques pays les plus développés, est un abus de langage, ceux du milieu désigne plutôt ceux qui sont sortis, parfois temporairement, de la pauvreté. Gràce à une obsession de la promotion sociale et une capacité à optimiser leurs revenus en multipliant les activités.

    Pour s'en sortir la multi-activité semble en effet la règle  : au delà du revenu du base, tout les opportunités sont saisies pour accroitre ses ressources, les primes, la location d'une pièce de la maison, les revenus des petits boulots, élevage, commerce, artisanat... plus la débrouille pour réduire les dépenses, recours au commerce informel, au technicien informel, co-voiturage, fringues d'occasion seules les dépenses d'éducation et de santé sont privilégiées

    Un très beau film en fin d'exposition montre les dilemmes auxquels sont soumises ces nouvelles classes moyennes par exemple cette jeune maman écartelée entre les conseils de sa belle -mère pour les soins du bébé et ceux du pédiatre qui disent des choses totalement contradictoires, comme couper les cheveux du bébé très tôt ou ne pas y toucher parce que la tête u bébé est molle. Comment concilier ces deux cultures? Elles finira par divorcer... ou cette jeune femme amenée à commander à des hommes totalement incapables de respecter un délai ou une consigne!

    Dur, dur! L'émergence est un combat.

  • Le village des crèches

    IMG_0989.jpgIl est une petite commune de Gironde nommée Castelmoron d'Albret qui a su se faire une réputation en quelques années et qui reçoit à la fin de chaque année de très nombreux visiteurs. D'albret, parce que Jeanne d'Albret, la mère d'Henri IV y avait un hôtel particulier.

    Castelmoron d'Albret, à la front!ère de la Gironde et du Lot et Garonne, est la plus petite commune de France en termes de superficie, elle est plus petite que la place de l'Etoile à Paris, et elle ne compte que 53 habitants au tout dernier recensement.

    Animée par un couple de potiers installés dans le village, l'association Les mains d'argile organise chaque année des manifestations autour de la présentation dans l'église du bourg mais surtout, ce qui en fait tout le charme,  aux fenêtres des maisons des habitants de plus d'une centaine de crèches du monde entier, des cinq continents et de l'arctique, chaque année voit la floraison de crèches supplémentaires.

    IMG_0979.jpg

     

    IMG_0984.jpg

     

    IMG_0986.jpg

    Comme quoi, autour d'une idée simple, un village de 53 habitants sait trouver les ressources nécessaires pour créer l'évènement, se faire une renommée donner une belle image de lui-même, resserrer les liens entre les habitants et entre le village et son environnement.

    Cette action collective se traduit en termes de civisme puisqu'aux dernières élections municipales les 48 électeurs inscrits ont voté et se sont exprimés sans bulletin blanc ou nul.

    Soyez heureux, ayez confiance et que tout vous réussisse à l'aube de cette année nouvelle.

  • Roger Bissière - Expo à Bordeaux

     

    bissiere-bordeaux-musee-beaux-arts-affiche.jpg

    A l'occasion du cinquantenaire de la mort de Roger Bissières, né en 1886 dans le Lot et Garonne, la Galerie des Beaux Arts de Bordeaux, a eu la bonne idée de monter avec le Musée de Lodève une très belle exposition consacrée à ce peintre injustement méconnu.

    Dès l'âge de 17 ans, il s'oppose à son père alors notaire à Bordeaux et file à Alger puis à Londres, il devient critique d'art, enseignant, rejoint Paris, à l'Académie Ranson et jusqu'en 1939 il s'adonne à la peinture, l'enseignement et l'écriture

    En 1939, il s'installe à Boisseriette dans le Lot dans un ancien presbytère hérité de sa mère, il cesse de peindre et s'adonne à des activités diverses, élevage, automobile...

    En 1945, il reprend la peinture, devient célèbre. Sa femme meurt en 1962 et lui en 1964.

    Bissière aura tout essayé, tous les peintres l'auront inspiré d'Ingres, à Cézanne, de Picasso à Braque...

    Le petit film  Bissière ou le regard du coeur qui montre la vie quotidienne du peintre à Boisseriette dans les dernières années de sa vie nous fait découvrir un homme très attachant, concentré sur sa peinture, toujours en recherche, amoureux de la nature et de sa femme au crépuscule de sa vie.

    L'exposition et visible à Bordeaux jusqu'au 15 février et s'accompagne de concerts et de conférences qui s'annoncent passionnantes.

    Bissire-Home-600x309.jpg

    Jaune et gris -1950

    Instagram : jpdpkr

    @jpdpk 

  • Le départ de l'Hermione du Port de la Lune

    IMG_0667.jpg


    IMG_0678.jpg


    Lundi 13 octobre depuis le Pont d'Aquitaine



    Instagram jpdpkr
  • L'arrivée de l'Hermione dans le Port de la Lune à Bordeaux

    Ce mardi 7 octobre vers 19 heures


    IMG_0647.jpg


    IMG_0648.jpg


    IMG_0649.jpg


    IMG_0653.jpg


    IMG_0654.jpg


    Instagram jpdpkr