Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Gasa Gasa girl

    La gasa-gasa girl, c'est Mari, la fille de Mas Arai, un retraité jardinier rescapé d'Hiroshima qui vit sur la cote ouest de Etats-Unis.
     
    En japonais, gasa-gasa, signifie toujours en mouvement, turbulent, excité. Mari n'a pas réussi après l'adolescence à s'entendre avec son père et est partie vivre à New-York ou elle s'est mariée depuis avec un américain, LLyods un vrai pas un fils de réfugié japonais. Et elle vient d'avoir un bébé.
     
    Mais un jour, elle appelle son père à l'aide. S'ensuit une série de rebondissement dans lequel un millionnaire d'origine à moitié japonaise est retrouvé mort dans le bassin d'an ancien jardin japonais de New-York qu'il avait entrepris de faire restaurer par le mari de Mari.
     
    Mas, très observateur, repère aussitôt des indices qui n'intéresse guère la police et soucieux de préserver sa fille et sa famille du risque d'une errreur judiciaire va s'impliquer avec un vieux copain japonais qu'il retrouve à New-York dans une enquête policière. C'est l'occasion de redécouvrir New-York sous le regard d'un japonais de Los Angeles qui va de découverte en stupéfaction mais finit pas s'en sortir...
     
    Alors dans ce roman, il y a bien sûr l'enquête policière mais surtout le plaisir de faire connaissance de ce milieu des japonais des Etats-Unis avec son vocabulaire spécifique, ses traditions conservées, son souci d'intégration, la méfiance qu'il continue de susciter.
     
    Un bon moment de lecture en anglais.
     
     

  • Vendanges en Lomagne gersoise

    Vendanges au Rosier d'Angélique, samedi dernier, chez Nelly, Francis et Séraphin mais sans Angélique, retenue par ailleurs. Une petite propriété d'une dizaine d'hectares, familiale depuis quatre générations.

    Bien sûr, cette semaine, la vendange a été faite par un entrepreneur à la machine. Mais samedi dernier, à l'invitation des susnommés, voisins et amis, une petite trentaine de personnes, sont venus à partir de huit heures trente manier le sécateur et la hotte pour débuter la vendange à l'ancienne.

    En fin de matinée, envoi de la vendange au pressoir, nettoyage des paniers, des sécateurs et enfin on déguste le premier moût, bien sucré cette année avec tout le soleil de l'été.

    Et puis tout cela se termine par un bon repas offert par nos hôtes, on fait connaissance, on se découvre ou se redécouvre, heureux d'avoir partagé ce moment.

    Pour visiter et acheter les crus de Gascogne de la propriété : Le Rosier d'Angélique