Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Syrie

  • CRAC

    Jean Rolin met cette fois ses pas dans ceux de Lawrence d'Arabie, jeune, lors de son premier voyage au début du XX siècle dans ce qui deviendra le Liban et la Syrie. Lawrence fait une thèse sur les châteaux construits par les francs pendant les croisades. Sa thèse : The Influence of the Crusades on European Military Architecture - To the End of the 12th Century. Il tient à cette occasion un journal qui sert de guide à Jean Rolin.

    L'occasion de parcourir cette région de château en château, en ruines, le plus célèbre est le Krach des chevaliers, et de noter les évolutions en un siècle de ces territoires marqués depuis par les conflits, les guerres civiles, les mouvements de réfugiés.

    Jean Rolin aime aborder les choses par les côtés, la périphérie, retrouver des traces, s'intéresser aux détails et... aux oiseaux. C'est fantasque. il est souvent accompagnés par des militaires, des agents des services secrets, qui se demandent bien ce qui peut l'intéresser. On se laisse prendre au jeu. C'est très agréable à lire.

  • ALEP

    Cette photo d'ALEP date du 21 mars 2008. Lors de notre séjour au Liban (2005-2008) nous sommes parvenus malgré les consignes de sécurité strictes à faire quelques incursions en Syrie, à Damas bien sûr mais aussi lors d'un petit voyage organisé par Liban Trek entre Hama et Alep. Avec un guide syrien officiel.

    A Hama par exemple, nous avons admiré les norias sur les rives de l'Oronte, les mosquées,... mais notre guide n'a pas voulu même mentionner, sans les commenter, les "évènements" de 1982, à savoir la répression féroce, plusieurs milliers de morts, des frères musulmans par Hafez el Assad le père de Bachar. C'est un fait historique dont on ne parlait pas.

    J'ai réuni dans un album photo de ce blog (cf. Dans la marge de droite) les clichés d'ALEP pris à cette époque. J'ai le souvenir au premier abord d'une déception, on a beau magnifier Alep, c'était une ville grise, poussiéreuse. Si elle a été une des villes les plus riches du proche-Orient, ce n'était plus le cas. 

    En cherchant derrière les murs crasseux, il y avait cependant des trésors. Le musée archéologique par exemple présentait des pièces qui remontent à plus de dix siècles avant notre ère. Elles seraient en sécurité mais rien n'est sûr, ce sont des pièces fragiles.

    Dans le quartier Chrétien, arménien, de Jdeideh, il y avait des restaurants bien tenus à la réputation mondiale, comme Sissi, des lieux de mémoire qui sont aujourd'hui disparus, brulés, effondrés...

    Je me souviens qu'au moment de notre séjour les arméniens fêtaient Pâques, il y a avait du monde dans les rues, autour des cathédrales, pour aller aux offices. Les chrétiens représentaient environ 10 % de la population d'Alep et depuis le moyen âge, ils servaient d'intermédiaires avec l'occident.

    Les madrassas, les caravansérails... tout est effondré.

    Les souks étaient un des autres joyaux d'ALEP depuis le moyen âge, des ruelles tortueuses, avec leurs porteurs de pain, on y trouvait de tout, même de la viande de chameau, tout est détruit aujourd'hui.

    La citadelle était fière, elle est restée imprenable pendant plusieurs siècles...

    On verra parmi ces photos une mention en anglais qui commémore le génocide arménien. On attend un jour un mémorial dédié au martyr des habitants d'ALEP