Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Manon

Elle est Manon à l'opéra de Bordeaux. Amina Edris, née en Egypte, formée en Nouvelle Zélande  et à l'opéra de San Francisco. C'est elle qui interprétait le rôle de Manon Lescaut hier soir, au pied levé, doublure de luxe de Nadine Sierra empêchée. Elle a été formidable dans ce rôle de fille perdue mais forte imaginée au début du XVIII siècle par l'abbé Prevost. Une fille destinée à la prostitution qui tombe amoureuse d'un jeune noble, Des Grieux, originaire d'Amiens, qui veut la sortir de cette misère, l'épouser, mais elle le trahit pour une richesse encore plus grande sans parvenir jamais à l'oublier vraiment...les épisodes se succèdent, moins détaillés que dans le roman original. Un roman qui fit scandale, fut condamné à être brulé, puis finalement publié en 1753 et transposé en opéra par Jules Massenet en 1856.

Hier soir c'était une mise en scène d'Olivier Py et l'orchestre national de Bordeaux aquitaine sous la direction de Marc Minkowsky. Du bel ouvrage.

L'action est transposée dans un décor contemporain d'hôtels de passe avec des néons aguicheurs, des filles de joie, des tables de jeux... un peu trop de déshabillés peut-être et d'attitudes langoureuses. Suggérer c'est bien insister pas nécessaire.

On ne comprend pas trop bien la mort de Manon à la fin mais on est tout de même sous le charme d'une musique et d'une interprétation parfaite au service de l'amour tant de Amina Edris que de Benjamin Bernheim dans le rôle de Des Grieux.

On rappelle ici à Bordeaux tout particulièrement la critique de Montesquieu : je ne suis pas étonné que ce roman dont le héros est un fripon et l'héroïne une catin qui est menée à la Salpétrière, plaise, parce que toutes les actions du héros ont pour motif l'amour, qui est toujours un sentiment noble, quoique la conduite soit basse...

Écrire un commentaire

Optionnel