Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'art de perdre

Elle tombe bien cette parution en poche de l'Art de perdre d'Alice Zeniter au moment où peut-être l'Algérie s'éveille de nouveau. Le livre comprend trois parties que nous parcourons accompagné par la narratrice, Naïma, une jeune femme contemporaine qui revient sur ses origines à la recherche de son identité. L'occasion de revivre ce qu'à vécu l'Algérie et les algériens.

La première partie est centrée sur la vie d'Ali, un agriculteur kabyle, qui règne sur son village, ses oliviers, sa famille, donne du travail, règle les affaires avec les autorités. Les enfants s'accumulent. les premières hostilités entre français et militants du FLN apparaissent, il fat choisir son camp, sous les menaces, les assassinats, la torture, des deux côtés, pour des intérêts qui le dépasse, il va choisir la France, réussir à sauver sa famille et se retrouver dans un camp au delà de la méditerranée,il est harki pour le reste de sa vie.

Son fils Hamid, brillant, devient rapidement au sein des camps de Rivesaltes pus de la cité HLM de Flers, le pilier indispensable de la Famille, il sait lire, Ali et Yema, sa mère, sont illettrés en arable et en Français, le père est épuisé par le travail d'OS, il a la nostalgie du pays où il n'a pas le droit de revenir, il s'enferme, il n'est plus algérien et pas vraiment français. Hamid va s'émanciper, de cette faille, réussir des études, trouver un emploi à la CAF, rencontrer sa femme Clarisse, s'intégrer mais pas plus que cela finalement. Il est né en Algérie mais lui non plus n'a pas le droit d'y aller.

Ce sont les deux parties les plus intéressantes, la troisième voit Naima, la trois!ème génération, complètement émancipée, intégrée partir à la recherche de son identité, essayer de comprendre ce dont on ne parle pas chez elle, chez ses parents, et ses grands-parents, elle rencontrera ses grands oncles et tantes là-bas au pays, ses cousins.

L'Algérie si lointaine et si proche, je n'y suis jamais allé, j'aimerai y aller mais il y a un tel contentieux entre nos pays. Un tel gâchis!

Écrire un commentaire

Optionnel