Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Classé sans suite

Plonger, dans les faits, essayer de les reconstituer...

Claudio Magris part dans ce roman d'une histoire réelle, celle du professeur Diego de Henriquez un citoyen de Trieste, homme de grande culture, opiniâtre, qui passa sa vie a collectionner des armes de guerre pour en faire un musée de la paix... Musée qui partit un jour en fumée en même temps que son fondateur ce qui donna lieu à une enquête qui fut classée sans suite.

Ce roman n'est pas une biographie, Claudio Magris s'est inspiré de cette histoire pour dresser celle de nos faiblesses face à l'histoire.

A Trieste, l'ancienne usine de décorticage du riz, la Rizerie, fut transformée pendant la seconde guerre mondiale en camp d'extermination : 25000 personnes passèrent par ce camp, 20000 pour partir pour les camps allemands, 5000 environ pour être exterminées sur place. Arrestations, dénonciations, tournures, exécutions sommaires, résistants, juifs, 

La fondateur du musée a récolté un maximum d'indices, les noms des prisonniers, des victimes, de ceux de leurs dénonciateurs, ceux des chefs du camp, des notables, des complices qui portaient des toasts à la gloire du Führer. Qui est coupable, qui sera jugé responsable?

L'omerta va peser durant des années sur ces épisodes. Les roman est également l''occasion de narrer le travail d'un collaboratrice du fondateur Luisa , personnage fictif qui tente de reprendre le travail après l'incendie, organiser les salles du musée, de reconstituer les mémoires rassemblées mais tout est effacé, les murs blanchis à la chaux, les carnets brûlés, elle-même a un passé incertain, fille d'un soldat noir américain, Brooks, un descendant d'esclave, mort prématurément, juive par sa mère, sa grand mère Déborah a sans doute finit ses jours à la Rizerie mais a aussi probablement été dénonciatrice. Assumer le passé est difficile, ou est la vérité?

De même pour ce soldat polonais, exécuté par les allemands parce qu'il aurait refusé de tirer sur des compatriotes, devenu héros national mais qui serait peut-être tout simplement un déserteur.

Un roman d'une grande érudition très Mitteleuropa qui permet également de revivre la libération de Trieste, entre troupes néo-zélandaises, résistance italienne, occupants allemands, titistes, communistes...

PS : je suis allé pour la première fois à Trieste l'an dernier passer une journée lors d'un séjour à Venise et j'ai omis, faute de connaissance, d'aller visiter ce lieu de mémoire qu'est devenu la Rizerie. La prochaine fois...

Écrire un commentaire

Optionnel