Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

A son image

Antonia, jeune photographe pour un quotidien local corse a eu un accident de voiture entre Calvi et Ajaccio. elle est morte, nous sommes à son enterrement en présence de ses parents, ses amis, ses anciens amants, son parrain, prêtre, qui procède aux obsèques religieuses. Dans ce moment de recueillement, chacun se souvient.

Le livre est articulé sur les différentes étapes de la cérémonie, Kyrie, Sanctus... un beau choeur corse ajoute à la gravité du moment.

Antonia a toujours été photographe, rapidement elle s'est liée à un nationaliste, Pascal B, qui ne réalisera que trop tard qu'il s'est fourvoyé, après quelques années d'attentats, de conférences de presse en cagoule, de prison et de luttes fratricides, il sera abattu dans un bar. Antonia n'arrivera que difficilement à s'en détacher. Elle dit elle même qu'elle ne sait faire que de la photo mais la photo qu'elle aime, le coup d'oeil, l'instant décisif, cela n'intéresse pas son employeur qui l'envoie en reportage sur les inaugurations, les lotos, les compétitions sportives, faire du grand angle afin que les lecteurs se voient sur la photo.

Las de cette vie entre amant nationaliste éconduit, substitut un peu lâche, elle part en Yougoslavie, en guerre civile,  sur le front, rencontre Bogdan, un jeune partisan serbe idéaliste, enfiévré, qui découvre ce qu'est la guerre, la misère des soldats, la mort des camarades, celle des ennemis, la violence, la sauvagerie. il parviendra à s'échapper à rejoindre la France, pour incorporer la Légion, qui l'enverra à ... Sarajevo.

Le seul qui comprenne Antonia, mais sans pouvoir l'aider, c'est son parrain, le prêtre, lui qui lui a offert son premier appareil photo, lui qui n'a sans doute plus la foi, et qui fait le décompte des victimes, de cet enfer, cet enfer qui est notre quotidien, qui conduit tous les personnages de ce roman à l'échec.

Pas très optimiste le monde de Jérome Ferrari!.

Écrire un commentaire

Optionnel