Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ce que je ne veux pas savoir et le coût de la vie

C'est le prix Femina étranger de 2020. Deux ouvrages qui viennent d'être traduits en français. Le premier a été publié en anglais en 2013, le second en 2018.

Les éditions du sous-sol survendent un peu l'oeuvre. " Ce livre éblouissant d'intelligence et de clarté, d'esprit et d'humour, pas tant récit que manifeste, ouvre un espace où le passé et le présent coexistent et résonnent dans le fracas incessant d'une destinée". Rien de moins!

C'est autobiographique, dans Ce que je ne veux pas savoir Déborah Levy évoque son enfance en Afrique du sud, son père d'origine juive, blanc, emprisonné entre se première et sa cinquième année pour son opposition à l'apartheid, sa nounou noire, son exil à Londres, son attrait pour les oiseaux.

Dans le second, la cinquantaine venue, elle a divorcé et se lance dans l'écriture avec comme modèle Marguerite Duras et Virginia Woolf. Si Virginia Woolf a une chambre rosi Déborah Levy a son cabanon pour écrire et son vélo électrique pour se déplacer... Pour échapper au patriarcat. Si manifeste il y a il est féministe.

Au premier abord, ces ouvrages reposent beaucoup sur des anecdotes, des souvenirs, des réflexions qui peuvent paraitre futiles mais tout est passé au crible d'un discours à visée féministe. Si un homme parle de sa femme, l'autrice souligne qu'il ne cite pas son nom comme si elle n'avait pas d'existence propre, si un vieux monsieur de 70 ans prend un peu de place dans un train en face d'une jeune fille pour installer son journal, sa tablette et sa pomme c'est qu'il est macho. Lorsqu'on fait abstraction de ces petits travers systématiques, la lecture est agréable parfois drôle, parfois amère, tragique, souvent poétique, ce n'est pas facile d'être une femme libre de cinquante ans dans le Londres contemporain et d'écrire suffisamment pour faire vivre ses deux filles. Beaucoup de références au cinema de Godard et à Simone de Beauvoir.

L'ensemble est assez déconcertant, on passe d'un style à l'autre mais c'est attachant et ses doute très travaillé.

Écrire un commentaire

Optionnel