Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Quelques uns des cent regrets

Pas du tout d'actualité car publié dans la collection folio en 2006. J'avais beaucoup aimé Le rapport de Brodeck sur l'exclusion dans un village du fait de la différence "supposée".

Ici, il y a une résonance avec la crise des gilets jaunes dans cette description d'un village de l'Est de la France, du Grand Est, qui a perdu sa Grande Industrie, souvent inondé, abandonné de tous et dont les habitants qui sont admirablement décrits par Philippe Claudel inspirent la compassion. L'aubergiste, qui a acheté un hôtel qui n'a plus de clients, sa femme, fausse paralytique, le croque mort, épris de nouvelles technologies, le curé du village qui n'a plus de paroissiens, les clients du bistrot.

Et puis les personnages qui hantent le narrateur, sa mère qui vient de décéder, qu'il vient enterrer, qu'il n'a pas revue depuis tant d'années, depuis qu'il est parti à seize ans, son père, son grand-père, sa grand-mère, tous disparus depuis longtemps, des malheureux, pas toujours étrangers à leur malheur.

C'est très bien écrit, comme d'habitude, court, vif, on ne s'ennuie pas une seconde même si l'intrigue, puisqu'il y a intrigue, se dévoile assez rapidement.

Écrire un commentaire

Optionnel