Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

SMIG

En 1968, le SMIG a été augmenté de 30 %, l'année suivante le franc dévaluait et la petite entreprise de reliure créée par mon grand père Auguste, artisanale, après la grande guerre, reprise par son fils Henri, transformée en une PME de reliure industrielle après la seconde guerre mondiale, puis reprise par maman, une mère de quatre enfants, au décès de mon père en 1956, cette petite entreprise a fermé, liquidée par l'augmentation du prix de la main d'oeuvre. C'était une belle époque avant, les ouvriers que je côtoyais à l'atelier à l'aube de mes dix huit ans, le soir ou le samedi matin, faisait des heures supplémentaires, ils travaillaient jusqu'à soixante heures par semaine, il y avait une grande majorité d'ouvrières, ils achetaient leur première voiture, ne craignaient pas le chômage... C'était avant, les trente glorieuses...

Est ce que les gilets jaunes s'en souviennent?

On ne reviendra pas en arrière.

Mais la France a besoin de travailler plus, le taux d'activité des jeunes et des séniors, les plus de cinquante ans est dramatiquement bas, la meilleure manière de distribuer du pouvoir d'achat, ce n'est pas d'augmenter le smicard, de distribuer des allocations, c'est de travailler, de créer des richesses, et pour cela aujourd'hui , il faut améliorer l'éducation et la formation des hommes et des femmes, innover, entreprendre, réformer un Etat par certains côtés brillant, mais aussi terriblement inefficace quant on pense au niveau des prélèvements obligatoires et à la qualité de certains services publics, comme l'éducation ou les transports.

Mais le mot réforme est devenu un gros mot, qui crispe tout un chacun sur ses acquis, alors que c'est le mouvement qui permettrait de sortir par le haut de quarante ans d'immobilisme et si l'on ne sort pas par le haut alors ce sont nos libertés qui seront menacées, on le voit bien dès aujourd'hui, lorsqu'il faut signer des pétitions pour pouvoir circuler autour de ces fameux rond-points, que les blocages sont devenus légion, y compris dans les lieux d'apprentissage de la citoyenneté comme les lycées.

Écrire un commentaire

Optionnel